Vers un bastion de Daesh en Bosnie ?

Publié Par Florent Ly-Machabert, le dans Europe

Par Florent Ly-Machabert.

On sait des services secrets et de la police anti-terroriste bosniaques que l’État Islamique a procédé dès 2012 à l’acquisition de terres en Bosnie-Herzégovine, à Gornja Maoča, dans le hameau d’Ošve (à environ 100 km au nord de Sarajevo) et à Dubnica, en raison de leur position géographique très privilégiée, comme points de passage stratégiques vers l’Europe de l’Ouest (depuis la Turquie ou la Syrie), mais également comme boucles d’une ceinture autour de la Srpska ennemie, la République serbe de Bosnie (à ne pas confondre avec la Serbie, indépendante), comme le rappelle le centre d’analyses politico-économiques, Stratpol.

Introduction de l’Islam rigoriste en Bosnie

Mais se souvient-on que l’introduction d’un islam rigoriste dans un pays qui compte aujourd’hui 45% de musulmans, un tiers d’orthodoxes (des Serbes pour la plupart) et 15% de catholiques remonte en réalité à la guerre de 1992 à 1995 durant laquelle des pays du Golfe mais aussi l’Iran ont apporté leur soutien aux Bosniaques au nom du djihad « entre frères » ? Se souvient-on des anciens combattants de la Légion arabe d’Oussama Ben Laden qui ont lutté aux côtés des Bosniaques ?

Se rappelle-t-on que c’est Ben Laden qui, au même titre que Bernard-Henri Lévy d’ailleurs, a servi de conseiller (militaire) à Alija Izetbegovic, fondateur du SDA, le parti national des musulmans de Bosnie, affilié aux Frères musulmans et président de la République jusqu’en 1996 ? Que c’est Izetbegovic, mort en 2003, qui a transformé la religion musulmane de son pays en idéologie, islamisé l’armée et abandonné l’idée d’une République multiethnique et séculière pour la Bosnie-Herzégovine, Mustafa Ceric, chef de la communauté islamique, prenant le relais de ce nationalisme clérical, ce qui permet de comprendre son appel d’août 2009 à « inclure la Charia dans la constitution bosniaque » ? Se souvient-on encore, avec Enver Kazaz, professeur à la faculté de philosophie de Sarajevo, que ce sont ces hommes que nos diplomates occidentaux ont adoubés contre les Yougoslaves ?

Le futur califat bosniaque de l’EI

Aussi n’est-ce pas un hasard si, en plus d’être une plaque tournante pour le trafic illégal d’armes depuis la guerre des Balkans (certaines des kalachnikovs ayant servi à perpétrer les massacres du 13 novembre ont ainsi été fabriquées en 1987 et 1988 à Kragujevac en Serbie, comme le confirme l’actuelle direction de Zavasta Arms), ce territoire intéresse l’EI qui a la volonté de faire de la Bosnie-Herzégovine un califat en Europe. Selon le rapport The Lure of the Syrian War: The Foreign Fighters’ Bosnian Contingent de l’ONG bosniaque Atlantic Initiative, près de 400 personnes alimenteraient cette filière terroriste bosniaque et seraient ainsi parties combattre en Irak ou en Syrie aux côtés de Daesh, ce qui représente une proportion importante de la petite population bosniaque (moins de 4 millions).

La loi bosniaque offrant la nationalité aux individus s’étant battus durant la guerre, venus pour une bonne part d’Arabie Saoudite, Sarajevo accueille aujourd’hui la grande mosquée salafiste du roi Fahd Abdul Aziz (seconde plus grande mosquée des Balkans) et, d’après Nikola Mirkovic, spécialiste des Balkans, le pays accueille d’ores et déjà trois centres de formation, d’entraînement et de repos de Daesh sous le commandement de Nusret Imamović, d’abord affilié à al-Qaïda, puis à al-Nosra et enfin à l’EI.

Cette information a d’ailleurs été confirmée le 1er septembre dernier par La Croix, KTO, Radio Notre-Dame et RCF, qui se sont entretenus avec Jean-Frédéric Poisson, député des Yvelines et actuel candidat à la primaire de la droite et du centre pour l’élection présidentielle, qui en revient.

Nous assistons donc, encore et toujours impuissants semble-t-il et dans un silence médiatique étourdissant, à la très inquiétante réislamisation des Balkans, puisqu’en dehors de la Bosnie, il faut penser aux musulmans Albanais de Macédoine, du Kosovo et bien sûr d’Albanie, dont une fraction minoritaire mais croissante, constituée d’anciens moudjahidines et de nouveaux trentenaires convertis au djihad, s’érige aisément contre « l’agresseur » slave et orthodoxe devenant ainsi la proie putative des réseaux terroristes de Daesh.

  1. Mouais… Voilà qu’après l’Afghanistan, la Libye, le Mali, le Sinaï où le Yémen on tente de nous faire peur avec une prétendue extension d’IS dans les balkans en mélangeant comme d’habitude tout et n’importe quoi… Hors il semble bien qu’IS est incapable d’avoir une assise solide hors de la Syrie et de l’Irak.

    Bref, il ne se passe rien en Bosnie, il est urgent de ne pas rentrer dans une intervention désastreuse, surtout vu l’histoire de la région et les ambitions russes en Europe. Il semble en effet que plus on maintient la Russie loin d’une région moins il y a de conflits…

    1. Bien sûr, il ne se passe rien, circulez il n’y a rien à voir. Au fait quels sont vos arguments?

      1. « Au fait quels sont vos arguments? »

        C’est à vous de prouver qu’il y a un danger qui nécessite une intervention et expliquer les modalités de cette intervention. Moi je n’observe rien qui demande une intervention et si il devrait en avoir une celle-ci devrait se faire avec le gouvernement bosniaque en prenant garde à ne pas raviver de vieux conflits.

    2. La stratégie de Daesh est, de fait, mondiale. Cette organisation considère déjà qu’elle a des wilaya, des provinces, un peu partout.
      Cette ambition correspond-elle à quelque chose de sérieux? C’est difficile à dire. Daesh bénéficie de très fortes sympathies dans de nombreux pays musulmans, en particulier auprès des jeunes. Cependant cette sympathie ne se traduira en actions concrètes qu’à certaines conditions. Les allégeances de tel ou tel groupe peuvent n’être que formelles pour l’instant. Elles pourraient prendre une autre signification si Daesh emportait quelques succès militaires. Le succès va au succès.
      Il y a un risque très sérieux d’effet domino.
      En tout cas, c’est là-dessus qu’ils comptent. Ils espèrent que des régions entières vont basculer dans leur camp. C’est une chose qu’on a du mal à imaginer en Occident avec nos armées nationales. Habituellement une puissance militaire a plus de ressources au début qu’à la fin de la guerre. Mais il y a des exceptions. Elles sont importantes dans l’imaginaire islamiste. C’est la conversion plus ou moins forcée à une idéologie (guerres révolutionnaires, guerres de religion), c’est la fédération de tribus autour d’un leader charismatique (expansion mongole, expansion arabe autour de Mahomet). Ces deux configurations tiennent une place majeure dans l’histoire musulmane. La conception de la guerre et de la puissance qui est ici à l’oeuvre ne se comprend pas dans notee cadre de pensée westphalien.
      Quant à la Bosnie, elle tient une place importante dans l’imaginaire djihadiste. Les « héros » du conflit yougoslave sont particulièrement respectés, parce qu’ils font figures de précurseurs, au même titre que les Afghans qui ont combattus les Russes athées. À la différence que les combattants afghans des années 80 commencent à se faire vraiment vieux.

      1. La première partie de votre commentaire incite justement à conclure qu’il faut faire attention à ne pas augmenter les rangs de IS en radicalisant inutilement des musulmans, par exemple en lâchant des tapis de bombes en Bosnie…

        « Quant à la Bosnie, elle tient une place importante dans l’imaginaire djihadiste. Les « héros » du conflit yougoslave sont particulièrement respectés, parce qu’ils font figures de précurseurs, au même titre que les Afghans qui ont combattus les Russes athées. À la différence que les combattants afghans des années 80 commencent à se faire vraiment vieux. »

        Sauf que les musulmans afghans et bosniaques étaient réellement oppressés. Comment ne pas agrandir les rangs de IS si on en vient à déclarer que les musulmans n’ont jamais été persécutés ? J’ai justement l’impression que globalement, moins il y a de dictature socialiste, moins il y a de terroristes… Qui ira prétendre que la situation est plus explosive à Dubaï qu’en Algérie ?

  2. Cela a commencé avec le guerre du Kosovo, où les américains ont déroulé le tapie rouge aux musulmans en trahissant le peuple serbe. Je recommande « L’Europe est morte à Pristina » du colonel Jacques Hogard.

    1.  » Cela a commencé avec le guerre du Kosovo, où les américains ont déroulé le tapie rouge aux musulmans en trahissant le peuple serbe.  »

      Ce sont les dirigeants serbes qui ont trahis le peuple serbe en leur promettant la création de la grande Serbie en plongeant toute la région dans une guerre comme les nazis avaient trahis le peuple allemand en leur promettant la création d’une grande Allemagne. On croirait également que ça ne vous ne pose pas de problème que l’OTAN a mis un terme à un début génocide contre les musulmans bosniaques que les serbes avaient mis en place.

      Inutile de venir me dire qu’il n’y avais pas de génocide suite à la décision du TPI concernant Milosevic

      http://www.lefigaro.fr/international/2016/03/24/01003-20160324ARTFIG00030-verdict-historique-pour-le-boucher-des-balkans-radovan-karadzic.php

      D.J

      1. Génocide, génocide, … Un mot magique et les facultés de raisonnement sont annihilées. Cette propension à nourrir ce qui s’apparente à un fantasme bien intrigant envers et contre les faits et les réalités est fascinante. Et déconcertante.

        1. Vous avez des arguments ?

  3.  » remonte en réalité à la guerre de 1992 à 1995 durant laquelle des pays du Golfe mais aussi l’Iran ont apporté leur soutien aux Bosniaques au nom du djihad « entre frères » ? Se souvient-on des anciens combattants de la Légion arabe d’Oussama Ben Laden qui ont lutté aux côtés des Bosniaques ?  »

    Vous nous refaites le même coup que l’Afghanistan avec les talibans en omettant de préciser qui sont les responsables en amont du radicalisme islamiste. Les serbes se sont comportés comme des nazis avec les même ambitions territoriaux et ethnique.

    D.J

  4. Voici ce qui risque de se passez : les islamistes prendront le contrôle de la communauté musulmane par l’intimidation, et garderont le pouvoir par la force, ce qui va déclencher des violences ethniques avec épurations à la clef.
    Cette stratégie est utilisée pas les islamistes depuis vingt ans avec un certain succès quand la communauté musulmane est majoritaire dans le pays.
    Le risque d’une nouvelle guerre civiles sur les territoires de la Bosnie, de l’Albanie et de la Macédoine une génération seulement après la Yougoslavie n’est pas prendre à la légère.
    La question que je me pose c’est qu’est ce que l’idéologie islamiste a de si attrayante pour les musulmans ? Quand les marxistes faisaient la même chose au XX siècle je comprenais son pouvoir de séduction.

    1. En vrac:
      – l’appartenance à une communauté solide avec son histoire et ses mythes
      – une certaine rigueur morale, faite de préceptes simples et non ambigus (c’est un argument fréquent), on peut assez facilement se sentir en règle avec les lois de l’islam (alors qu’on ne l’est pas selon la conception chrétienne du péché)
      – une vision simple du monde, le Coran martèle ses certitudes et offre des arguments faciles pour rejeter toute pensée contraire
      – la promesse de la vie éternelle
      – des ennemis (très précieux de pouvoir désigner ses ennemis)
      – une réponse toute faite à plein de questions juridiques et sociales (le Coran est un code de lois)
      – sans parler de quelques séductions faciles, telles que la polygamie ou la possibilité d’asservir les mécréants.

      1. C’est un peu prendre les musulmans pour des demeurés, communautés solides entre toutes les branches de l’islam qui se massacrent à tour de rôle, vie éternelle, polygamie et asservir les mécréants…tout ça c’est du business, vendre des armes, tuer, détruire. Plus le monde est violent et plus les états réduisent les libertés et justifient leur dépenses de sécurité, d’espionnage et d’assassinats. L’Islam version DAESH, AL QUAIDA, BOKO HARAM SHEBAB, c’est l’outil qui justifie la CIA et nous fait supporter la toute puissance de l’oncle Sam.En Irak, en Afghanistan en Syrie pour ne citer que ces trois pays destabilisés par les interventions US, qui souffrent le plus.

        1.  » En Irak, en Afghanistan en Syrie pour ne citer que ces trois pays destabilisés par les interventions US, qui souffrent le plus.  »

          Faudra expliquer combien de fois que l’Afghanistan a commencé à être détruite par les communistes afghans lors de leur coup d’état soutenu par Moscou à la fin des années 70 suivit des purges sanglantes contre les religieux par des massacres d’imams et des corans brûlés sur les places publiques qui a radicalisé l’islam dans ce pays et qui a fait naître les talibans et que l’invasion de l’URSS à fait le reste en matière de destruction du pays en se comportant comme de vrais barbares rappelant les heures sombre du stalinisme. L’Afghanistan avant ce coup d’état communiste et l’invasion soviétique était laïc, les femmes pouvaient s’habiller à l’occidental et Kaboul était la capital des hippies occidentaux.

          Quand à la Syrie le couplet du pays déstabilisé par les USA démontre que vous n’avez rien suivit sur les 5 années de guerre civile là où les USA ont finalement décidé de ne pas intervenir contre le régime notamment en renonçant à une exclusion aérienne dont le but était de protéger les civiles continuellement bombardé par l’aviation syrienne et les barils de dynamite balancés depuis des hélicoptères de l’armée d’Assad.

          D.J

      2. N’oublions pas que la société occidentale ne propose pas grand chose à part le matérialisme: bien au contraire en toile de fonds, le mépris de soi, et du passé, de son histoire et des valeurs qui nous ont faites. Devant ce vide, une idéologie aussi exécrable que l’islamisme, qui n’apporte rien de bon, qui n’a aucune réussite de société harmonieuse à son actif, malgré tout au moins il propose QUELQUE CHOSE.

    2. « La question que je me pose c’est qu’est ce que l’idéologie islamiste a de si attrayante pour les musulmans ? »

      L’échec total de l’idéologie socialiste dans le monde musulman. Il suffit d’observer le monde arabe pour voir que le nombre de radicaux augmente avec la dureté et le nihilisme du régime.

  5. J’ai constaté ça avec effroi depuis seulement quelques jours, et voici que vous en parlez également….

Les commentaires sont fermés.