Retour de Nicolas Sarkozy : zéro crédibilité ?

Publié Par Le Parisien Libéral, le dans Politique

Par le Parisien Libéral

Nicolas Sarkozy (Crédits : UMP Photos, licence CC-BY-NC-ND 2.0)

Nicolas Sarkozy (Crédits : UMP Photos, licence CC-BY-NC-ND 2.0)

 

Autant l’avouer tout de suite, votre serviteur n’en revient pas.

Oui, il en faut du courage à l’ancien président de la République pour oser se représenter devant les Français, surtout au vu du bilan de 2007-2012. Rappelons, en effet, ce qui s’est passé pendant 5 ans : les Français ont pris cher, ils ont souffert. Nous avons été assaillis par un déluge de taxes, validé par un gouvernement de « droite » : taxe sur les stock options, surtaxe sur le certificat d’immatriculation, taxe sur les véhicules polluants, taxe sur les complémentaires santé, baisse du 1er euro du seuil de taxation des plus values sur cessions de valeurs mobilières, taxes sur les taxes (TVA sur TIPP), taxe sur les sodas, etc… sans oublier l’incroyable exit taxe, une sorte de Mur de Berlin fiscal, taxer les riches qui partent de France.

 

À l’époque, et surtout après Lehman Brothers, Sarkozy nous disait :

  • on ne va pas abandonner le modèle social français
  • je ne me lève pas le matin en me demandant ce qu’aurait dit Hayek

Bref, Sarkozy, en bon socialiste de droite, avait en tête bien plus le catéchisme étatiste que les méthodes de Margaret Thatcher.

Depuis, Sarkozy est parti, et nous avons pire : toujours plus d’État, de lois, de dépense payée à crédit (et donc de déficits et de dette). Rien de surprenant à cela. Pourquoi ? Parce que tant qu’on ne remet pas en cause le périmètre de l’État, alors il faut bien financer toutes ces dépenses, et donc il faut bien taxer, ou emprunter pour payer les services publics et les fonctionnaires. Dont acte.

Aujourd’hui, alors que Hollande a fait la démonstration de son incompétence, Sarkozy tente un retour au niveau des idées, dans les médias. Cela a commencé par la publication de « La France pour la vie ».

Cela fait bien longtemps que la France a conduit toute ma vie, 
a sollicité toutes mes forces, 
a orienté tous mes rêves1

On pensait que celui qui faisait son jogging avec un tshirt « NYPD » (!) avait ses rêves orientés vers les États-Unis, mais bon, passons.

Cela s’est poursuivi avec la participation à l’émission Des Paroles et des Actes. Et là, force est de constater que celui qui ne rendait même pas hommage au statut de l’auto-entrepreneur dans son livre, a choisi de défendre, comme François Fillon, sur le plan économique, des mesures qu’il n’a pas appliquées pendant 5 ans, mais qui vont plutôt dans le bon sens :

  • contre-choc fiscal de 25 milliards d’euros
  • baisse de 10 % de l’impôt sur le revenu
  • suppression de l’ISF
  • baisses de charges pour les entreprises

Tweet Nicolas Sarkozy 1

 

  • programme d’économies de 100 milliards d’euros
  • retour du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite étendue aux collectivités locales
  • augmentation du temps de travail dans la fonction publique
  • recul de l’âge légal de départ à la retraite
  • dégressivité des allocations chômage votées « dès l’été 2017 »
  • programme de privatisation affecté au désendettement
  • arrêt des régimes spéciaux de retraite

Tweet Nicolas Sarkozy 2

 

Ce sont des bonnes idées pour la plupart. Quel dommage qu’elles n’aient pas été mises en oeuvre entre 2007 et 2012, comme la suppression de l’ISF ou celle des 35 heures.

Mais, le vrai problème, c’est, comme le note L’Opinion, qu’il y a un problème de méthode.

 

Passons sur le fait qu’un contre-choc de 25 milliards, ce n’est pas assez. Passons aussi sur le fait qu’il n’est pas très logique de promettre des baisses de charges sans affirmer que le corollaire, c’est la fin de la protection sociale telle que l’entendent les Français, y compris à droite.

Le problème, c’est que Nicolas Sarkozy tente d’attirer la droite et les libéraux par effet d’affichage. Les médias comme la Croix ne tombent-ils pas déjà dans le panneau d’un Sarkozy qui serait un libéral ? On en rirait presque, car pour les libéraux, le compte n’y est pas du tout.

La question, certes, est de baisser les impôts puisque la France est déjà à un niveau record. Mais le préalable doit d’abord être une question philosophique, et non pas fiscale.

nicolas sarkozyOù est la réflexion sur le rôle de l’État ? Où est l’analyse de la nécessité de recentrer l’État sur ses seules missions régaliennes ? Où est l’étude de l’articulation entre la possibilité de gérer au niveau fédéral européen les missions régaliennes de l’État et de déléguer à des régions redevenues des patries d’autres missions de service public ? Pourquoi devrait-il y avoir le même modèle, imposé par un ministère, en Bretagne, en Provence, en Savoie, en Corse ou en Flandres ?

L’autre souci avec Nicolas Sarkozy est sa crédibilité. On avait déjà vu sa capacité à changer d’avis comme de chemise, notamment avec l’affaire du mariage pour tous. Sur le plan économique, quand bien même les idées de Sarkozy iraient dans le bon sens : qui a envie de le croire ?

Nous n’avons pas oublié 2007-2012, un quinquennat de légitimation du socialisme et du dirigisme.

Sur le web

  1. Excellent article et qui pose indirectement la question : pour qui voter en 2017 ? Les gens de « droite » ne sont en fait que des collectivistes,nous avons le choix entre collectivistes de gauche, de droite, et d’extrême droite.

    1. François Fillon ?

      1. Je ne dis pas qu’il n’a pas de bonnes idées loin de là, mais pourquoi s’il ne pouvait pas faire ce qu’il voulait comme premier ministre n’est’il pas parti?

      2. Il a le programme le plus intéressant pour le moment. Mais il n’est pas crédible.

      3. Oui, vous avez raison, c’est le bon choix

      4. Fillon, c’est pas le mec qui se fendait le gueule avec Cazeneuve aux obsèques du père Hamel ?

    2. c’est quoi un ‘collectiviste » ?

      1. @reactitude c est une blague ?

    3. Scrat75
      Et l’extrême gauche ?!
      Pour le reste j’attends impatiemment son entré dans l’arène des primaires.
      J’espère qu’il sera à la hauteur de mes attentes.
      On aura vraiment besoin d’un homme de convictions. Qui connaisse la situation géopolitique et sache s’entourer de bons conseillers. Un homme qui ne se laissera pas impressionner par la force du pouvoir puisque qu’il la connaît. Un homme qui, si cette fois-ci il sait être bien entouré, peut proposer dès le début de son quinquennat de très profondes réformes indispensables à notre beau pays.Comment? En laissant le choix au peuple avec des référendums populaire comme nos amis Suisses le font depuis longtemps.Bref ! J’ai envie d’y croire à cet homme providentiel qui regarde au delà de 5 ans 🙂

  2. moi pas oublier que ce triste sire s’est assis sur la réponse des français à un certain référendum…..on n’en a pas beaucoup des référendums en france , mais si en plus ils ne sont pas respectés par cette élite aussi méprisantes et avides que menteuses , ou allons nous je vous le demande ….! et puis le sarkozy , on n’y a déjà gouté , j’aimerai bien un autre plat qu’un hollande ou un sarkozy…..

    1. Un autre plat, même bien présenté peut être très indigeste.

  3. Sarkozy…ma plus grande déception politique, il avait l’opportunité de faire l’histoire, de devenir ce grand réformateur qui aurait changé la France pour toujours, il a vraiment tout foutu en l’air

    1. Commentaire modéré : insultes

    2. Pierre Kirool (futur émigré)

      Pareil. Il avait l’occasion unique de marquer l’Histoire de la France dans le bon sens du terme. D’être un Gerard Schröder ou une Margaret Tchatcher. Mais derrière le vernis, derrière les slogans, y avait rien. Aucune vision, aucune idée. Il a ouvert un boulevard au PS avec le résultat que l’on sait, les prochaines élections tourneront autour du tout sécuritaire. Il a fait perdre 15 ans à la France minimum.

      1. Tout-à-fait, 15 ans semble être juste. Une belle déception, maintenant réformer va être bien plus difficile qu’en 2007 car la situation est bien plus difficile qu’à l’époque. Et c’était à la suite de 12 ans de perdu après l’immobilisme Chirac.
        Si Juppé est élu retour à la méthode Chirac, si Sarkozy mélange de réformettes et de socialisme, si Hollande pareil, si Le Pen possible retour en arrière et donc cata..dans tous les cas 2017 s’annonce perdu.

        1. Excusez moi mais comment croire « capable » un type qui n’a jamais rien fait que politicien dans sa vie ?
          Encarté avant même sa majorité ! La remarque est autant valable pour Valls, Hollande, Mélenchon etc. qui devaient déjà raconter des bobards à leurs condisciples de maternelle !
          Le simple bon sens commande de s’éloigner des parasites que sont ces carriéristes égocentrés…

        2. On peut être déçus mais ne pas perdre espoir chacun fait ce qu il peut dans la vie et les grands hommes sont très rares. Les francais ont aussi leur part des responsabilités ils ont mis Hollande au pouvoir comme il avait mis Mitterrand qui a fait reculer la France de plusieurs décennies. Ne nous trompons encore de cible, il n y a is de temps à perdre. Les choix sont ce qu ils sont, Juppé on stagne, le pen on plonge, il reste Srakozy ou Fillon en foction de ce qu ils proposeront et de ce qu ils pourront appliquer. La France est encore un pays plein de ressources qu il faut surtout réformer en profondeur pour Eviter qu elle ne plonge définitivement, arrêtons de critiquer, de nous pleindre et de voter avec nos pieds, sinon on tourne en rond et on coule.

          1. Entièrement d’accord. Les candidats promettent et les présidents font ce qu’il peuvent pour les tenir en luttant contre un tas oppositions et les aléas imprévus comme la crise de 2008.

    3. Qui vous dis qu’il ne va pas y parvenir JUSTEMENT
      Et si avoir un mec à qui on doit indiquer QU’IL DOIT SUIVRE LE TAPIS ROUGE vous a réjouis ? Moi perso ça ma consterner car je savais qu’ils allaient laisser beaucoup plus de misère en sortant….

  4. De plus comment faire confiance à un type qui, élu avec une large majorité d’électeurs de droite, s’autorise, au mépris de ceux qui l’ont porté au pouvoir, sans concertation, une « ouverture à gauche ». Perso je m’en moque de cette ouverture puisque Sarko est un socialiste mais c’est le symbole qu’elle représente : ce type n’en a rien à faire de ses électeurs, il les méprise, et pire, il n’est pas fiable.
    Par conséquent, comment porter crédit à tout ce qu’il peut raconter aujourd’hui quand on voit la facilité avec laquelle il a floué tout le monde ?

    1. Au contraire c’était très digne. Le Président représente le peuple français, pas juste un parti..De plus il a aussi été élu grâce à des voix de centristes et de personnes sans affiliation politique, pas juste de droite.
      Le sectarisme politique n’est pas toujours une bonne chose.

      Une des rares choses dignes que Sarkozy ait faite, même s’il a raté sa présidence !

      1. C’était surtout populiste, manque de pot cela n’a pas fonctionné, la gauche le déteste toujours autant. Si au moins il avait utilisé ces gauchistes pour faire passer des réformes, même pas.

        1. Si au moins il avait utilisé ces gauchistes pour faire passer des réformes

          Ils n’auraient jamais voulu 🙁 Il ne fallait que proposer selon un programme obligatoire, à prendre ou à laisser.

    2. Le premier acte politique du nabot en mai 2007 a été la commémoration de l’abolition de l’esclavage avec l’immobiliste procommuniste Chirac puis l’adoubement quelques jours plus tard par le boss de la CGT. Il a donc fallu moins d’une semaine au nouvel élu pour faire comprendre à ses électeurs qu’ils seraient cocus.

    3. L’ouverture à gauche ? Ben ça il doit être D’accord pour ne pas le refaire

  5. Regard objectif que cet article. Non seulement on ne peut s’opposer à une gestion étatiste par une autre gestion étatiste mais aussi le vote libéral ne peut être que libéral.

  6. Promettre immédiatement des baisses d’impôts est irresponsable, vu que les taux d’intérêt risquent de remonter: les baisses de dépenses publiques, si elles sont décidées, mettront un peu de temps à produire leurs effets.
    Le programme de Fillon est bien plus responsable. Il a en plus l’avantage de proposer une méthode. Invité de l’émission C à vous hier soir, il a donné l’image de quelqu’un qui ne se laisse pas dominer par la démagogie.
    La France ne deviendra pas libérale du jour en lendemain….

    1. Fillon a été le premier-ministre de Sarkozy pendant 5 ans : on a vu le résultat !

      Et il n’a pas démissionné : il a donc tout cautionné !

      1. Comme Bayrou qui dénonçait naguère l’endettement de l’Etat alors qu’il avait voté tous les budgets déficitaires quand il était ministre et dépensé avec joie tout le pognon pour acheter la paix sociale chez les profs.

      2. Vous n’avez pas tort mais il n’était pas le patron.
        Ce sera lui sinon on repars avec le petit monstre ou, encore pire, c’est Juppé-la-poisse qui sort du chapeau !

  7. Sarkozy a bien compris le sens du vent entre Cameron, Merkel et peut être Cruz : le conservatisme part soit dans le populisme nationaliste étatique etc … Soit se recentre vers le libéralisme.

    D’une certaine manière le même mouvement se produit à gauche entre la gauche matérialiste moraliste et la gauche pragmatique.

    Je pense que ce jeu de tectonique des plaques ne fait que commencer.

  8. Mais il n’a prévenu personne avant cette ouverture. La moindre des dignités aurait été de prévenir les électeurs à priori …. Non, ce type est indigne, justement !

  9. Cet individu a déçu tout le monde car, au vu des discours qu’il tenait pour se faire élire, les électeurs croyaient à une libéralisation de la société et de l’économie. Au contraire il n’a cesser d’augmenter la taille de l’état et de faire pondre des lois dés qu’un événement survenait. Avec lui c’était : un événement = une loi.

  10. Philippe_Murray_Rothbard

    En 2007 j’ai bien faillit voter pour cet énergumène. Puis, je me suis souvenu qu’il avait déjà été ministre de l’économie et ministre de l’intérieur; et qu’il faisait déjà montre d’un socialisme plus que véhément; j’ai donc renoncé a me déplacé aux urnes. La suite ne m’aura pas donné tort.

    Depuis, je suis vacciné contre la démocratie.

    1. Ministre de Balladur et par conséquent de Mitterrand, il avait déjà fait exploser la dette de l’Etat.

  11. Rememberà peine élu et débarqué du Yacht c’est le « Grenelle de l’environnement » avec l’interdiction des OGM et plus tard des gaz de schiste… Même Hollande a viré les Ecolo nihilistes !

    1. La Coupe Est Pleine

      Le grenelle, restera le point de départ d’une grosse catastrophe industrielle. Peut être même la pire jamais connue. Quand aux Zécolos , ils n’ont plus besoin de rien, ils siègent et regulent la France par la DREAL. Reste à espérer qu’ils y fassent un peu plus de pantouflage avec le temps.

  12. J’ai toujours du mal à suivre, j’ai entendu pendant 5 ans qu’il baissait les impôts et finalement on me dit qu’il les a augmenté, faudrait savoir.

    1. Vous hiberniez entre 2007 et 2012 ? La liste de taxes augmentées est longue.

      1. Quand je me regarde je m’inquiète
        Quand je regarde les autres je me rassure

      2. Les crises ont bien secouer
        Beaucoup de pays voisin ont fait de très gros efforts dont nous n’avons, nous français, pas vraiment pris en compte….
        Alors ? J’ai envie d’être européen pour Les soutenir

  13. Au delà de ce qu’il a fait ou non pendant son quinquennat et de la crédibilité de sa « conversion », le vrai problème est qu’il est tellement haï par les centristes et la gauche que ça limitera sa capacité d’action.

    Imaginons qu’il soit élu (je n’y crois guère), toute la presse va tirer à boulets rouges (notamment cet avatar de Je-suis-partout qu’est Marianne), l’extrême gauche va organiser des manifs voire des émeutes (ils attendent ça avec impatience, pour « se refaire »), le PS va hurler au fascisme, etc.

    Bref, on va encore perdre des années en débats stériles et haineux.

    1. Autrement dit seul un candidat gauche compatible est possible ?
      Dans ce cas, ce n’est plus la peine de voter. La presse propose un candidat avec des propositions de gauche et si les syndicats ou la presse ne protestent pas, on le nomme directement à la tête de l’État, ça coûtera moins cher.
      On a eu droit pendant 5 ans à une critique virulente du bouclier fiscal et maintenant j’apprends qu’en fait il n’y en avait pas.

      1. Je ne dis pas que seul un candidat « gauche compatible » est possible – encore qu’il y aurait beaucoup à dire sur l’état de notre démocratie à ce sujet.

        Maintenant Sarkozy est générateur de haine à un point qui est sidérant.

  14. Sarkozy n’a aucune conviction, en plus de tremper dans un nombre assez hallucinant d’affaires judiciaires. Au premier retournement conjoncturel, il redeviendra étatiste.

  15. Sarkozy c’est l’archétype de l’homme politique qui ne pense qu’à une seule chose, gérer sa carrière et tenir le pouvoir.

    1. Je peux juste faire remarquer qu’il est marié sous le régime de la communauté avec une femme superbe blindé de million.
      Le truc qui consiste à dire que c’est un carriériste me fait sourir à chaque fois.
      Sérieux ! Contrairement à Hollande qui après s’être vautré dans les canapés de la république envisage de quitter la politique lui souhaite revenir dand le jeu. C’est peut être qu’il a réellement l’intention de faire bouger les choses non ?
      Et si en 2012 il avait déjà compris qu’il devait laisser la place au socialiste pour faire comprendre aux français qui en doutaient que le socialisme tel qu’ils l’imaginent, n’était qu’une vaste escroquerie intellectuelle ?
      Parceque perso je trouve que si c’est le cas, C’est bien joué de sa part.
      Quand aux commentaires ici il serait amusant de connaître la profession de chacun pour comprendre se qu’ils ont à perdre au passage.
      De toute façon nous devrons tous faire des efforts et accepter de revenir sur des acquits.

  16. Sarkozy annonce des objectifs qui semblent ambitieuses sur le papier.
    La méthode il l’a écrite, négociations avec les parties concernées.
    Le résultat est couru d’avance, le scénario a déjà été joué des centaines de fois par Chirac, Sarkozy 2007 et Hollande, c’est zéro, enterrement de 1ère classe. Les forces d »inertie, CGT, FO, SUD, syndicats enseignants et étudiants, lobbys des taxis, des médecins, etc, etc, etc … bloqueront le processus.
    Sarkozy le sait, il fait donc semblant et nous rejoue le coup de la rupture en parole.

    Au moins Fillon a annoncé la couleur avec un programme détaillé, des mesures concrètes et un vote présidentiel qui vaudra acceptation. Pour aller vite ensuite il passera par voie d’ordonnance ce qui peut l’être. Et referendum immédiat pour la simplification du millefeuille administratif.
    Fillon est bien plus crédible sur la volonté de rupture.

    1. « Fillon est bien plus crédible sur la volonté de rupture. »

      La volonté, c’est sympa. Se sortir le doigt, c’est mieux. Parce qu’annoncer diriger un Etat en faillite, augmenter les impôts, en créer 50 nouveaux et faire 600 milliards de dettes, on a vu mieux comme rupture.

      1. Il à appliqué a minima les ordres du patron en étant le seul à alerter sur la ruine en cours.
        Rappelez vous:
        Serait il parti, Baroin à sa place? Chiraquien pur jus, pas question! Et qui alors? Juppé?

  17. Le Zebulon a talonnettes a été élu avec des promesses libérales.
    Entre 2007 et 2012 il a augmenté, compliqué ou inventé une taxe par mois.

    Le même vient de pondre un bouquin ou il dit  » j’ai changé » .
    Bien sur. Comme d’habitude.

    Poubelle.

    1. ou il dit » j’ai changé » mes talonnettes :mrgreen:

  18. Article 226-4-1

    Créé par LOI n°2011-267 du 14 mars 2011 – art. 2

    Le fait d’usurper l’identité d’un tiers ou de faire usage d’une ou plusieurs données de toute nature permettant de l’identifier en vue de troubler sa tranquillité ou celle d’autrui, ou de porter atteinte à son honneur ou à sa considération, est puni d’un an d’emprisonnement et de 15 000 € d’amende

    Paul Bismuth

    tout est dit par qui nous avons ete gouverné et qui aspire de nouveau à cette fonction

    Bien triste tout celà

  19. Hors Mr Sarkozy, que flinguent ici l’auteur ET (partiellement à raison) 95% des commentateurs-abonnés, QUI donc projetteriez-vous – concrètement – en remplacement du pitoyable « Normal Iier » qui s’évertue entre-temps à poser ses innombrables trappes sociétales, parmi tous les aspects d’une gouvernance publique dévoyée depuis le règne dévastateur d’un roué tel feu Mitterrand ?
    Prière de dépasser ici l’habituelle critique hexagonale, facile et clanique.
    Restons SVP dans un réalisme de bon aloi, en dépassant le nombrilisme franco-français, en tenant compte des données telles : une U.E. en déglingue avancée, plus cette mondialisation que tant de gens rejettent en appelant au mirage protectionniste ?

    J’espère lire ici des noms FIABLES jusqu’au 2e tour 2017, sur la base d’un programme largement accepté alors par les « masses malléables » de France. Personnage-clé et programme susceptibles de tenir (au moins partiellement) la route tracée. Choix fiable, en y intégrant toutes les ENTRAVES habituelles semées par de sombres imbéciles qui démolirent le pays depuis des décennies ! Entraves déjà subies au long de 2007-2012 et d’autres en préparation par les « acteurs sociaux » qui ravagent l’Occident tout entier …

    J’avoue qu’observé de l’étranger, la situation hexagonale se lit tout autrement qu’en-dedans. Soit une dynamique institutionnelle et économique sous la barre du zéro. Une France placée en situation très périlleuse, aux mécanismes corrodée du dedans, Nation devenue la risée (polie) de tous les gens du dehors (gouvernants étrangers compris, quand bien même ceux-là font à peine mieux que ceux en place hcez nous) ! Seul le respect protocolaire sert encore d’écran de fumée…
    J’appelle à des noms FIABLES, en lieu et place aux critiques faciles et au YAKA. Merci par avance. :o)

    1. Bonjour, un véritable libéral Français est dans l’incapacité de répondre à votre question car il n’existe pratiquement aucune personne partageant pleinement nos valeurs. Les timides tentatives proposées par Mariton, Fillon, Macron ne semblent même pas convaincre les libéraux, on peut donc encore attendre longtemps l’homme providentiel. J’ajoute que même si cet homme existait et que par un coup de chance, il était élu, il n’y arriverait sans doute pas car la France est et restera un état structurellement socialiste.

    2. Le rôle des « politiques » est de choisir vers qui déverser les tonnes d’argent prélevées de force par les impôts et taxes en tout genre.

      Quand on fait parti, comme moi et beaucoup d’entrepreneurs, de ceux qui n’en ont pas pour leur argent, alors on a rien à perdre à vouloir retourner la table. Je choisirais le candidat capable de créer le plus de bazar.

    3. Je suis encore bouche bé :o)
      J’adore

  20. Tout est dit dans cet article, ou presque, puisque l’auteur a la « délicatesse » de ne pas évoquer toutes les procédures judiciaires en cours contre l’intéressé.
    Malheureusement, « l’offre » est aussi nulle à droite qu’à gauche, et pire aux extrêmes.
    Pour ce qui me concerne, je resterai donc chez moi les dimanches 23 avril et 7 mai 2017. Pas question de cautionner qui que ce soit parmi ces élites qui préemptent le pouvoir
    En attendant, comme beaucoup d’autres, je prépare mon expatriation vu qu’il n’y a plus aucun espoir pour ce pays qui se prépare à une crise majeure par la faute de dirigeants incompétents et corrompus.

  21. L’objectif de SARKOZY consiste à évincer les autres prétendants au trône. Il lui faut donc imaginer un stratagème qui puisse lui permettre d’être bien placé au deuxième tour avec un déguisement d’homme providentiel.

    Quelque soit l’issue du scrutin présidentiel, aucun des candidats en lice ne sera à même de ralentir le déclin économique de la France. De toute façon, les français ne comprennent pas que, la relance de l’économie et, donc, l’amélioration de la situation de l’emploi passent par une diminution des charges des entreprises. Ces mêmes français se complaisent dans leurs régimes spéciaux et spécifiques, dans leur mille-feuille administratif créateur et pérennisateur d’emplois. Ils se complaisent également dans leur système éducatif destiné principalement à former les futurs fonctionnaires.

    Le mode de gouvernance à venir consistera en une augmentation des prélèvements et par une augmentation de l’endettement national. Il est à remarquer au passage qu’aucun des candidats n’évoque le remboursement de la dette de notre pays….sujet tabou!!!

  22. Ne pas oublier non plus à son passif l’entrée de Mayotte comme département français sans demander leur avis à ceux qui allaient payer, les contribuables.

    1. Cela s’est passé sous son règne, mais le référendum à été décidé pendant le mandat précédent. Ce n’est pas à mettre à son passif.
      Ce qui m’intéresse, c’est le processus inverse : comment faire sécession ?

  23. Casse toi, pauvre con !

  24. Son revirement sur le droit du sol en est une preuve supplémentaire, s’il en était besoin ….

  25. Même Fillon dit que Sarkozy est un étatiste!!!

    1. Le petit homme l’a redit il y a peu: il est antiliberal.

Les commentaires sont fermés.