Record d’impopularité pour Valls, nouvelle baisse pour Hollande

Publié Par Alexis Vintray, le dans Politique

Par Alexis Vintray.

Selon l’enquête mensuelle de l’Ifop sur les indices de popularité des politiques pour le Journal du Dimanche, la cote de popularité de François Hollande et de Manuel Valls continue à s’effriter.

C’est pour François Hollande que le tableau est le plus noir puisque le pourcentage de sondés satisfaits passent de 19% à 17% en un mois et que le pourcentage de très satisfaits est divisé par deux… de 2% à 1% sur la même période.

Sondage François Hollande (Crédits Ifop, tous droits réservés)

Sondage François Hollande (Crédits Ifop, tous droits réservés)

Même chez les sympathisants PS, ils ne sont plus que tout juste 50% à être satisfaits de l’actuel président de la République. Même à gauche, François Hollande ne dépasse jamais les 22% de satisfaits parmi les sympathisants des autres partis. François Hollande se rapproche dangereusement de son plus bas historique de 13%, atteint par deux fois en septembre et en novembre 2014.

Associé à une image plus réformatrice, le Premier ministre Manuel Valls s’en sort légèrement mieux, à 27% d’opinions favorables. C’est toutefois une baisse de 6% par rapport au mois de février où il atteignait les 33% d’opinions favorables.

Sondage Manuel Valls (Crédits Ifop, tous droits réservés)

Sondage Manuel Valls (Crédits Ifop, tous droits réservés)

C’est chez les jeunes de 18 à 24 ans que Manuel Valls est le plus populaire, avec 40% de satisfaits. Et, comme François Hollande, il est légèrement plus populaire dans le public (30%), marqué à gauche, que dans le privé (23%). Même chez les sympathisants PS Manuel Valls dépasse François Hollande.

C’est pourtant un plus bas historique pour Manuel Valls dont la popularité de février 2016 avait déjà enfoncé un plancher.

L’Ifop ne propose pas d’explications à cette chute de popularité de François Hollande et Manuel Valls, chute répartie assez également entre tous les groupes de population. On ne peut s’empêcher toutefois de la mettre en rapport de la Loi Travail, réforme timide mais bienvenue et dont la communication a beaucoup laissé à désirer. Au lendemain des attentats de Bruxelles, l’incertitude demeure sur l’évolution future de cette popularité, qui était légèrement remontée au lendemain des attentats de Paris.

François Hollande pourra tout de même se rassurer en notant que, selon BVA cette fois, son ancien adversaire Nicolas Sarkozy, est dans des difficultés similaires, y compris dans son propre parti !

Méthodologie : l’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 2054 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession du chef de ménage) après stratification par région et catégorie d’agglomération. Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne, et par téléphone du 11 au 19 mars 2016.

  1. Valls reste (beaucoup) plus populaire que Hollande : 27% contre 17% ….

    1. 83% négatif, et vous appelez çà de la popularité ?

    2. M.Valls reste le premier ministre de Fr.Hollande et il n’a évidemment pas les coudées libres pour réaliser SA politique qui serait sans doute moins à gauche, aussi autoritaire ou pas. Il sera candidat aux primaires, vraisemblablement, et là, il pourra dire ses idées (plus importantes que ses promesses).

      1. Ses idées, quelle importance ? Il montre aujourd’hui que soit elles ne valent rien, soit il est prêt à les écraser pour rester à son poste.

  2. Ah bon ! Ils ont encore des avis positifs ? Quand passeront-ils en négatif ?

  3. Impopulaires, certes, mais surtout incompétents

  4. Hollande est un parasite de la vie politique française ! Allez lire les longs discours qu’il faisait au PS quand il en était 1er secrétaire (celui-là par ex http://discours.parti-socialiste.fr/2007/09/17/hollande-journee-parlementaire-17-septembre-2007/) :
    dans sa bouche, tout semblait si simple, et la droite était si nulle qu’il fallait moquer et contrer toutes ces propositions…
    Maintenant qu’il est au pouvoir, ses discours d’alors montrent comme ses critiques et son ironie étaient gratuites. Ce qu’il reprochait aux autres, il essaie de le faire maintenant. Ce qu’il annonçait comme solutions- et qu’il a mis en place- furent des echecs.
    Bref, un parasite, arrivé au pouvoir par KO du prétendant, qui aura vécu de ses grands mots, mais sans jamais apporter de « plus-value » au débat…

  5. Valls tient, il ne sait pas ou il va mais il tient, surtout il ne voit voit pas que la barre qu’il tient bien en main ne commande plus le gouvernail depuis que l’OMC et l’Europe ont coupé les câbles qui actionnaient le gouvernail !

  6. Foutons à porte cette équipe de « Bras cassés ». Ils ne rêvent que d’une chose, c’est d’instaurer la fusion de l’IRPP avec la CSG qui sera progressive. Hollande a nommé Fabius Président du Conseil Constitutionnel pour faire adopter cette réforme qui va toucher tous les contribuables soumis à l’IRPP C’est une des raisons parmi beaucoup d’autres pour laquelle on ne doit pas voter Hollande ou Valls en 2017. Français, n’ayez pas peur des coups de menton de Valls, c’est peut-être simplement un « Tic nerveux ». Ni de Hollande et ses discours à l’eau de rose que seuls les enfants peuvent croire.

  7. « François Hollande pourra tout de même se rassurer en notant que, selon BVA cette fois, son ancien adversaire Nicolas Sarkozy »

    L’auteur aurait pu faire une comparaison sur la popularité pendant la présidence de Sarkozy, ou une comparaison en cumulant l’exécutif, ou encore tenir compte de sondages plus récents (12mars plutôt 14février) s’il voulait vraiment faire une comparaison sur les 2 hommes :

    http://www.lexpress.fr/actualite/politique/sarkozy-prefere-a-hollande-pour-la-premiere-fois_1231224.html

    Même Valls est tombé plus bas que les plus mauvais sondages de Sarkozy président ! Mais l’auteur pense que Valls « s’en tire mieux », « image réformatrice », « 27% de popularité » au lieu d’un « 83% d’opinions négatives ».

    Tout est relatif…

    1. N.Sarkozy n’a aucune responsabilité, actuellement, c’est toujours confortable mais j’espère bien qu’il n’a aucune chance, ce loser menteur à l’honnêteté très hypothétique.

      1. Malheureusement, les analystes ont passé plus de temps à évaluer le bilan Sarkozy plutôt que les promesses Hollande. Quitte à changer de président, cela aurait permis d’éviter de lui donner tous les pouvoirs avec une assemblée socialiste aux ordres…

        En 2012, hormis le sénat, tous les leviers de commandes étaient aux mains gauchistes (je n’oublie pas la secte écolo).

  8. Pour info, le journal Le monde annonçait une « explosion » de popularité pour notre président à 50% le 2 décembre 2015…
    Qu’en penser ?

    1. Peut-être une confusion entre popularité et notoriété ?

    2. « Qu’en penser? » Qu’on ne mord pas la main qui nous nourrit! 😉

    3. Pas étonnant de la part du Monde, le porte parole du PS.

  9. À chaque résultat de sondages, les instituts de ces sondages semblent toujours étonnés des baisses qu’ils constatent au fil des mois et des années. Il faut croire que ces sondeurs soient soumis à fournir des résultats meilleurs.
    Hélas pour eux et le pouvoir.
    Des observateurs de l’ombre dont je fais partie savaient, dés 2012 que Hollande ne ferait pas le poids de la fonction presidentielle, ayant été élu par défaut et ayant fait une campagne anti-Sarkozy. Aujourd’hui Hollande paie son incompétence à résoudre les problèmes de la France, donc des français et entraîne d’emblée dans sa chute, son arrogant premier ministre : Walls. Ils sont tous les deux des arroseurs arrosés.

    1. Je pense que ce sont plutôt nous les Français qui payons très très cher son incompétence (ou son manque de volonté ?) à réspudre les problèmes de la France …
      Lui s’en sort on ne peut mieux ! Il a la belle vie et les honneurs… et ça durera jusqu’à sa mort même s’il n’est pas réélu…

  10. « son ancien adversaire Nicolas Sarkozy, est dans des difficultés similaires, y compris dans son propre parti ! »

    Finalement Hollande, c’est le plus pire des pires, ou c’est le pire des plus mauvais ?

    Pauvre France.

    1. C’est pire que cela !

  11. Mouais, les sondages.

    Ca crache sur Mollande, ça dit la main sur le coeur qu’on ne les reprendra plus de voter pour ce tocard mais ça voterait pour lui s’il était au second tour face à Le Pen. Les soces ont visiblement l’amour du cocufiage à géométrie variable.

  12. se ne sont que des sondages mais encore incomplet ,la raison je n’ai pas été contacté , Bouffis aurait encore moins ,valls aussi !!!

Les commentaires sont fermés.