Victimes des éoliennes : mythe ou réalité ?

Publié Par Jean-Pierre Riou, le dans Énergie et matières premières

Par Jean-Pierre Riou.

Éolienne (Crédits Lollie-Pop, licence Creative Commons)L’Académie Nationale de Médecine préconise 1500m d’éloignement entre éoliennes et habitations. Elle demande que soit menée une étude épidémiologique sur les effets sanitaires des éoliennes.

78 scientifiques du monde entier constatant quantité de troubles sanitaires liés aux éoliennes ont demandé ces mêmes études indépendantes. L’industrie éolienne paye quantité d’études pour accréditer l’idée que le bruit éolien n’est pas nocif pour la santé et nier l’impact des infrasons et basses fréquences1.

Rien de nouveau sous le soleil, les groupes financiers liés au tabac ou à l’amiante ont dû faire de même en leur temps, et l’industrie éolienne n’est pas la seule dans ce cas à l’heure actuelle. L’Acoustical Society of America a publié, cette année, un article du professeur A.N.Salt « How Does Wind Turbine Noise Affect People ? », dans lequel il fustige les liens de certains acousticiens avec l’industrie éolienne et condamne l’absence de référence scientifique dans leur déni du risque sanitaire. À titre d’exemple, l’« Australian Medical Association » (AMA) a publié récemment un rapport tendant à minimiser ce risque.

Ce rapport, qui nie quantité de publications faisant autorité, a soulevé une vague de protestations indignées de la communauté scientifique :
– Lettre du professeur émérite irlandais Alun Evans, Epidémiologiste.
– Lettre de l’otoneurologiste suédois Dr Hakan Enbom
– Lettre du médecin du travail danois, Dr Mauri Johansson
Lettre du Professor canadien Robert McMurtry
Lettre du scientifique néozélandais Dr Bruce Rapley…
Mais qui va vérifier les sources des rapports rassurants ?

Le ver est dans le fruit, quelle information sera donc diffusée par le Ministère du Développement Durable et de l’Énergie ou par L’ADEME dont le rôle est de promouvoir l’énergie éolienne ?

En France, l’avis de l’Académie de Médecine n’avait pas dû paraître légitime, s’agissant de notre santé, puisque l’AFSSET a été chargée de se prononcer sur sa pertinence et n’a pas retenu cette mesure de précaution jugeant, entre autres, que « Les avantages de la mise en œuvre d’une telle mesure (1500m) d’application simple doivent être mis en balance avec le frein au développement qu’elle constitue ».

Ce rapport, du reste, est extrêmement sévère à l’encontre des insuffisances des critères de protection des riverains (émergences spectrales, validité des seuils d’exposition, d’application aux bruits impulsionnels…) et constate des nuisances excessives à des distances de l’ordre du kilomètre. Mais qui a lu ce rapport et ne s’est contenté du refus de la distance de précaution ?

Signalons également que le rapport parlementaire de mars 2010 a fait état du manque de documentation de ce rapport AFSSET, qui l’a empêché de se forger sa propre opinion scientifique fondée sur une analyse indépendante et relève au contraire un encadrement des travaux et des sources par l’ADEME et le Syndicat des Énergies Renouvelables ! Mais qui connait cette critique émise par nos parlementaires ?

Et malgré tout, les propos les plus rassurants, dans des études les plus trompeuses, ne peuvent occulter un impact sanitaire inadmissible. Seules les pathologies induites par les infrasons sont obstinément réfutées. Il n’est jamais contesté, en effet, que le bruit des éoliennes altère le sommeil, ou trouble la tranquillité. On oublie juste de rappeler que la santé dépend intimement de la qualité du sommeil et du bien-être dans le cadre de vie.

Il n’est pas contesté, en effet, qu’on puisse entendre ces éoliennes toute la nuit, que le fait de les avoir vues tourner toute la journée rend leur bruit d’autant moins supportable, ni encore, que certaines personnes présentent une plus grande fragilité que d’autres à l’agression par le bruit, ni, enfin, qu’il est prouvé (Janssen et Vos, (sept 2011) ou Pedersen, juin 2009) qu’à dose égale, le bruit éolien est plus difficile à supporter que celui de la plupart des autres sources, ou que leur composante « basse fréquence » est particulièrement dérangeante (Møller et Pedersen (Low-frequency noise from large wind turbines).

Mais qu’en termes charmants ces choses-là sont dites… Après de grandes déclarations du genre « il est scientifiquement prouvé que le bruit éolien n’entraîne pas de détérioration physiologique de l’appareil auditif », ce que personne n’a jamais prétendu, puis des considérations générales sans aucun intérêt du genre de « les infrasons sont des phénomènes naturels présents dans le bruit du vent ou des vagues » ou encore « Les sons et les vibrations produits par les éoliennes n’ont rien d’unique », le florilège commence :

« Certaines personnes peuvent être irritées par les sons produits par les éoliennes. Cette indisposition n’est pas une maladie »

« Certaines personnes peuvent trouver ce son gênant, ce qui serait une réaction qui repose principalement sur les caractéristiques spécifiques des personnes et non sur l’intensité des niveaux sonores »

Il a même été mentionné que ceux qui en retirent de l’argent seraient moins gênés que les autres. (Qui ne seraient alors que de simples jaloux ?)

De telles études ne sont, bien sûr, lues par personne, mais permettent des titres ronflants dans la presse concernant « La vérité scientifique sur l’absence de nuisance sanitaire des éoliennes ». La communication, c’est un métier. Et ce sont des professionnels ! Il est de règle, pour les articles médicaux validés par la communauté scientifique d’être publiés en anglais, citons donc cette revue médicale canadienne (peer reviewed) qui a la bonne idée d’en publier également la traduction française.

Cet article de mai 2013 fait le bilan des symptômes sanitaires liés aux éoliennes et observés (dans un rayon d’1.4km) par les médecins canadiens. Il est plaisant de constater qu’elle cite précisément l’étude évoquée ci-dessus, considérant qu’elle reconnait le dérangement par le bruit et la détérioration du sommeil et, par voie de conséquence, les graves effets sanitaires induits.

Mais qui en parle dans la presse ? Cette causalité est réfutée « sans la moindre référence scientifique » par les défenseurs de l’éolien et « repose sur un manque de connaissance approfondie de la physiologie », affirme le Pr Salt dans l’article cité précédemment. Qui s’en soucie ?

Lorsque les faits sont accablants, l’argument est alors avancé qu’il s’agit d’anciens modèles et que les éoliennes modernes sont silencieuses. Les études évoquées ici datent de 2011 à 2014 et considèrent (Møller et Pedersen) que le principal problème, lié aux basses fréquences est encore pire avec les éoliennes les plus récentes.

Faut il y voir un lien avec la suppression du contrôle des basses fréquences des éoliennes françaises depuis l’arrêté du 26 août 2011 qui les dispense du respect du code de santé publique ?
« Les acteurs du développement de l’énergie éolienne devraient comprendre qu’aucun objectif économique ou politique ne doit prévaloir sur le bien-être et la santé des individus », c’est du moins la conclusion du rapport du ministère de la santé finlandais, dans lequel il vient de demander, ce 17 juin, l’application d’une distance minimum de 2 km avec les maisons.

Cette conception de la protection sanitaire l’honore.

Annexe : annexe_riou

  1. J’ai trop souvent entendu les écologistes contester des études sur l’inocuité des OGM, du nucléaire et autres pour conclure sans m’interroger sur ces contestations qui prennent une forme parfaitement symétrique.
    Merci d’avoir fourni des liens et ces explications qui vont me permettre de me forger une opinion.

  2. Remplacez « bruit éolien » par « antennes relai » ou « wifi », vous pouvez écrire le même article en mode « Robin des toits ».
    En dehors des arguments de santé il existe assez d’arguments montrant que le « tout éolien » prôné par les verts est une impasse, pourquoi chercher à en rajouter…?

    1. Parce qu’il n’y a que l’argument santé qui fera réagir les « pouvoirs publics » !!!
      Le reste ils s’en foutent totalement !

      1. …comme ils ont réagi par exemple avec l’arrêté du 26 août 2011 ?

        Si l’état s’inquiétait vraiment de la santé de ses sujets il y a longtemps que ça se saurait:
        http://www.contrepoints.org/2013/02/06/113904-manger-bouger-12-ans-dechec-constant-des-politiques-publiques-de-prevention

    2. Pour l’information.

      Certes vous avez raison, par ailleurs, les éoliennes ne remplissent pas la mission qu’on leur fixe :
      http://www.contrepoints.org/2014/02/16/156807-eoliennes-quel-est-leur-vrai-bilan-carbone

      Et leur capacité même à produire est suspecte :
      http://www.contrepoints.org/2014/08/06/175987-acheteriez-vous-un-appareil-en-panne-8-fois-sur-10

      1. Miam miam y a bon l’argent de Koch industrie…

        1. Ou GE, ou chinois, allemand, danois … slurp …

    3. Ce n’est pas chercher à en rajouter que de dire la stricte vérité :mrgreen:

    4. Parce que justement, cela permet de démontrer leur propre hypocrisie.
      Les verts aiment dénoncer ces salops de NIMBY réactionnaires anti-éoliennes, manipulés par le complot du lobby nucléaire, mais lorsqu’il s’agit des mêmes personnes protestant contre les antennes, les OGM, le nucléaire, ils deviennent tout d’un coup des citoyens éco-conscients, inquiets pour les générations tutures et les nounours…

  3. Mouais… ça pourrait aussi être une autre psychose collective dans la série lignes à haute tension, antennes relais et autres, suivant la logique :
    1. un machin nouveau est installé près de chez moi, ça pourrait être dangereux (peur du nouveau)
    2. j’ai une migraine (ou tout maladie bénigne fréquence), ce doit être du à ça (biais de confirmation)
    3. mon voisin a dit qu’il est malade à cause du truc, donc j’ai peur, du coup je tombe malade (psychose)
    4. des scientifiques font une étude merdique montrant une possible corrélation à vérifier entre le machin et tel ou tel problème (il y a beaucoup d’études scientifique merdiques)
    5. ça doit être caché par les scientifiques pro-système et forcément corrompus contre les gentils qui disent que c’est dangereux qui veulent nous avertir d’une vérité cachée (théorie du complot)

    C’est exactement le phénomène qui s’est produit pour les antennes relais, les vaches qui tombent malades à cause des lignes à haute tension… Le genre de truc où les problèmes apparaissent que quand on voit les antennes, et même si on débranche tout, mais si on voit rien et que c’est branché alors pas de problème…

    Donc au final ça pourrait être vraie mais ça pourrait aussi être une autre psychose infondée.

    1. Correction :

      1. un machin nouveau est installé près de chez moi, ça pourrait être dangereux (peur du nouveau)
      2. j’ai une migraine (ou tout maladie bénigne fréquence), ce doit être du à ça (biais de confirmation)
      3. mon voisin a dit qu’il est malade à cause du truc, donc j’ai peur, du coup je tombe malade (psychose)
      4. Avec mon voisin, j’ai été voir sur doctissimo, où d’autres déclarent avoir les mêmes symptômes, l’un connait un cousin qui est mort dans d’atroces souffrances suite à une complication alors qu’il vivait à côté du machin…
      5. des scientifiques font une étude merdique qui pourRAIT démontrer une possible corrélation à vérifier entre le machin et tel ou tel problème (il y a beaucoup d’études scientifique merdiques)
      6. ça doit être caché par les scientifiques pro-système et forcément corrompus contre les gentils qui disent que c’est dangereux qui veulent nous avertir d’une vérité cachée (théorie du complot). Il n’y a pas de fumée sans feu.

      1. En fait c’est assez documenté… Les deux points qui permettent de mettre à 0 (je dis bien à 0) le nombre de conséquences sanitaires d’une nouvelle infrastructure, que ce soit une éolienne ou une antenne relais, c’est de donner la possibilité aux populations locales de modifier le projet et… de donner aux populations locales le pouvoir d’investir eux-mêmes dans le projet.

        Dans le cas des antennes relais, les habitants des immeubles qui touchent le loyer de location de leur toiture se plaignent rarement…

        Ce type de recherche montre d’ailleurs que la solution qui est vu comme la plus acceptable n’est pas la solution la moins chère mais celle qui distribue le plus de valeur ajoutée dans la communauté…

    2. Non, c’est documenté par des analyses spectrales. On y voit clairement le passage des pales et les harmoniques.

    3. Sauf que les vaches ne connaient pas l’effet placebo!…

  4. Quand donc comprendra-t-on que:
    -Toute production d’énergie engendre des nuisances.
    Ce jour là on comprendra qu’il faut raisonner en termes comparatifs d’analyse de la nuisance minimale à quantité égale d’énergie produite.

    1. Exactement : à défaut de surgénération, passons nous de courant électrique. On pédalera la nuit pour avoir internet.

    2. mmm, oui et non, si on compare des choses comparables, morts, cout…par exemple, sinon ça tourne vite à j’échange deux cancers contre 30 depressions et une otite.
      comme beaucoup l’on signalé l’article est similaire à ceux sur les autres nuisances « à la mode » à ceci près qu’on à une nuisance identifiée mais considérée comme négligeable, le bruit , à vrai dire, on construit des routes des aéroports sans trop se soucier des effets du bruit.
      s

      La question est d’abord à quoi servent vraiment les éoliennes?

  5. Difficile de trouver des infos qui permettent d’ identifier des responsabilités je compare avec l’ exemple usine d’ engrais Gde paroisse Toulouse qui est un site ancien il aurait fallut une photo ou schéma de 1930 une autre de 1950 et une autre datant de quelq années avant l’ accident , ensuite savoir ou était situé les victimes dans les habitations et poser les questions qui dérange
    Pourquoi le périmètre de sécurité a été restreint et par qui ?

    1. Par l’étatpapa !

Les commentaires sont fermés.