Gaz de schiste : 200 ans de réserves en Chine

Publié Par Dr Richard North, le dans Matières premières et énergie

La Chine ne s’embarrasse pas des mêmes précautions environnementales que l’Union européenne et entreprend une exploitation massive des gaz de schiste.

Par Richard North, depuis Bradford, Royaume Uni

Exploitation de gaz de schiste dans la province de Sichuan.

Les médias (britanniques, NdT) ne parlent que de ça, le Financial Times nous rapportant qu’il y en a pour 200 ans de gaz de schiste en Chine.

C’est une annonce qui change complètement la donne. Ceux qui poussent « l’Agenda 21  » vont désormais trouver de plus en plus difficile de faire durer leur poussée pour le « durable »  et, comme le changement climatique est à bout de souffle, on peut les voir se débattre pour créer une autre peur qui ait un impact approchant.

Ceci a aussi des effets par la bande pour l’Europe, comme ça peut soulager des pressions concurrentielles pour se procurer le gaz de Russie et de ses pays partenaires. Les prix vont sans doute se tasser, et ça va être encore plus dur de prétendre que les renouvelables ont une chance de devenir concurrentiels un jour.

Même s’il est encore très tôt, au fur et à mesure que les quantités de gaz deviennent plus abondantes, nous allons voir l’éolien devenir de moins en moins attirant. Politiquement, ça ne sera plus porteur. La réalité nous ratrappera bientôt, même si on peut voir venir que les groupes d’intérêts de ce domaine vont tout de même tenter une action d’arrière garde.

D’ici la fin de la décennie, cependant, je devine que nous nous retournerons et regarderons l’instant actuel comme le moment où la série de peurs à la mode a commencé à tomber en pièces. Je suppose qu’on pourrait dire que ce sont des peurs qui marchent dans le couloir de la mort.

—-
Sur le web.

Laisser un commentaire

  1. Le ciel vous entende! Mais je crains néanmoins la masse incroyable d’idées obscurantistes répandue dans les publics occidentaux, de France en particulier

    1. Je n’y crois pas un instant. Même avec tous les esprits lavés à la javel verte dès la maternelle, c’est une bien trop grosse manne pour un Etat ruiné qui lutte, franchement, pour la survie de son obscène mode de vie. Dès les élections passées, et le plus discrètement possible, ça va bouger. Je remarque par ailleurs l’extrême discrétion des pétroliers qui semblent éviter soigneusement toute déclaration publique sur ce sujet, alors que je vous prie de croire qu’il ne les laisse pas indifférents. Comme s’ils avaient leurs raisosn de partager mon sentiment.

      Et ça permettra au gouvernement de créer une haute autorité de surveillance de l’exploration et des forages, dont quelque ministre nous garantira qu’elle va exercer des contrôles très stricts. Le tour sera joué.

      1. C’est vrai, ils arrivent même à transmuter les flans en or c’est pas un peu de gaz qui va les gêner.

        « hop le label et hop la taxe, c’est propre ! »

      2. Pour aller dans le sens de Nick de Cusa on peut noter qu’il y a eu dans Le Monde de cette semaine un éditorial en première page plutôt favorable aux gaz de schiste estimant notamment que l’Etat avait les moyens techniques et juridiques de réguler cette activité.

  2. La chine ayant de telles réserves, cela veut dire qu’il deviendra impossible d’éviter cette ressource.
    Si on interdit son exploitation ici, on la consommera par l’importation, ce qui est complètement hypocrite et nous prive d’indépendance énergétique.
    Si on interdit l’importation, le niveau de vie baissera encore plus, les gens qui le peuvent encore partiront et l’UE deviendra une prison écolo à ciel ouvert. Sans oublier le risque politique que cela suppose.

    Bienvenue dans l’ère du schiste.

    1. « qui est complètement hypocrite et nous prive d’indépendance énergétique. »
      ——————–
      L’indépendance énergétique, on ne l’a plus eu depuis des lustres, ce n’est ni possible, ni souhaitable. Par contre, la sécurité énergétique, oui.
      Ce sont deux notions bien différentes mais souvent confondues.

  3. Bon ben encore un problème de réglé. Énergie c’est fait, catastrophe climatique on en rigole encore, pollution, santé, famine ça s’améliore comme la richesse des pays pauvre, que nous reste-t-il ?

    Ah oui, la dette des états avec une crise faramineuse à venir. De pauvres couillons pétant dans la soie comme jamais peuple ne l’avait fait dans l’histoire et qui pensent qu’on peut vivre à crédit pendant presque un demi-siècle tout en pleurant sur le sort du monde.

    Ça existe les Darwin Awards au niveau d’un pays ?

    1. Le problème du gaz de schiste, ce n’est pas d’en avoir ou non. C’est de l’exploiter proprement, sans foutre le bordel ailleurs.
      Les méthodes d’extractions sont pour l’instant balbutiante, et ne peuvent pas être utilisés dans un milieu urbanisé.

      1. « Les méthodes d’extractions sont pour l’instant balbutiante, et ne peuvent pas être utilisés dans un milieu urbanisé. »

        Comme l’agriculture qui n’est pas non plus adapté au milieu urbanisé. Pourtant la France est le 5eme exportateur mondial de blé et dans les dix premières places pour les autres productions.

        Pour améliorer les méthodes il faut commencer par les appliquer, un demi-million de puits existent aux états-unis, on attend toujours les témoignages sur les « régions sinistrées » et les villages « dévastés ».