Importer du gaz américain : la schizophrénie européenne

Avec leur gaz de schiste, les Américains sont encore une fois les grands gagnants de la crise gazière entre la Russie et l’Europe.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
Puits de Gaz de Schiste de Marcellus (Crédits : wcn247, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Importer du gaz américain : la schizophrénie européenne

Publié le 6 mai 2022
- A +

Qui a encore en mémoire le documentaire Gasland ? Projeté en 2010 au festival de Sundance aux États-Unis son contenu s’était répandu comme une traînée de poudre dans le monde entier.

Véritable procès d’intention à l’encontre des exploitants américains de gaz et pétrole de schistes, le documentaire mettait en avant la question controversée de la pollution des nappes phréatiques par la méthode de la fracturation hydraulique. La célèbre image du « robinet en feu » laissant supposer une eau du robinet polluée par le gaz a fait le tour du monde et a embrasé les réseaux sociaux. On sait aujourd’hui qu’il s’agit d’une manipulation grossière, l’image ayant été tournée dans une région où il n’y a jamais eu d’exploitation de gaz de schiste. Qu’importe le mensonge ! L’allégorie a définitivement ancré dans l’imaginaire collectif la fracturation hydraulique comme une menace environnementale polluant les aquifères d’eau potable. Aujourd’hui encore, toute discussion rationnelle sur le sujet est pratiquement impossible.

Gasland n’a pourtant pas empêché les exploitants américains de continuer avec succès l’exploitation de leurs ressources non conventionnelles à l’aide de la fracturation hydraulique. Grâce aux pétroles et aux gaz de schistes, les Américains sont aujourd’hui les premiers producteurs mondiaux de pétrole (19%) et de gaz naturel (22 %) dont ils exportent une partie sous forme de GNL (Gaz Naturel Liquéfié).

Le pragmatisme américain n’a d’égal que la bien-pensance environnementale européenne laquelle s’est toujours violemment opposée à tout développement de gaz de schiste sur le Vieux Continent. En France Ségolène Royal alors ministre de l’Environnement avait vivement dénoncé un contrat passé entre ENGIE et l’entreprise américaine Cheniere en vue de la fourniture de gaz naturel liquéfié américain, tandis que le président de l’époque François Hollande avait solennellement déclaré « tant que je serai président, il n’y aura pas d’exploration de gaz de schistes » ; exploration et non exploitation… nous n’étions même pas autorisés à regarder ! Pourtant, certaines études préliminaires effectuées en 2013 avait montré que le développement des gaz de schistes européens aurait pu conduire à une production annuelle de l’ordre de 160 milliards de m³ par an soit exactement… les importations russes actuelles. Trop tard malheureusement pour relancer aujourd’hui ce dossier !

L’Europe fait venir du gaz de schiste américain

Pour se délivrer au moins partiellement de la geôle gazière russe, l’Europe n’a pas d’autre choix que d’importer du gaz naturel liquéfié et notamment du gaz de schiste américain liquéfié généreusement (mais à haut prix !) proposé par Joe Biden.

Fin mars, notre principal fournisseur de gaz Engie avait amendé un contrat existant avec la société américaine Cheniere Energy afin d’accroître les livraisons de GNL dans nos ports méthaniers. Cette semaine, le gazier français a signé avec une autre compagnie américaine NextDecade un contrat sur 15 ans projetant de livrer 2,4 milliards de m³ par an à partir de 2026. Situation d’autant plus paradoxale qu’en 2020 l’État actionnaire (24 % du capital) avait, pour raisons environnementales, poussé Engie à se retirer d’une négociation avec le même NextDecade.

Ce GNL sera du gaz de schiste en provenance du Permien et de l’Eagle Ford (formations géologiques situées au Texas et au Nouveau Mexique). Un gaz bien évidemment extrait à l’aide de la fracturation hydraulique (il n’y a pas et il n’y aura pas d’autre technique d’extraction) considérée en Europe comme le diable absolu. Entre le diable Poutine, le rationnement du gaz et le diable de schiste, le choix a été vite fait !

Cette situation pour le moins rocambolesque démontre combien la crise énergétique qui court depuis l’été 2021 (et dont la guerre russo-ukrainienne est la cerise sur le gâteau) nous pousse à réviser de façon antinomique nos objectifs climatiques. Ainsi, hors combustion, le GNL a une empreinte carbone fabrication/transport triple du gaz naturel importé par gazoduc. On peut faire le même raisonnement avec l’embargo sur l’or noir décidé cette semaine par l’Union Européenne. Le pétrole nous arrivait directement de Russie par oléoduc ; modifier la chaîne d’approvisionnement va engendrer un important reroutage des flux synonyme de davantage d’émissions.

En revanche, aux États-Unis les producteurs de gaz de schistes mais aussi l’exécutif se frottent les mains. Plus vert que vert pendant sa campagne électorale, Sleepy Joe s’était fait élire sur un programme environnemental en rupture complète avec la stratégie climato-sceptique de Donald Trump. Il avait notamment réintégré les Accords de Paris que son prédécesseur avait quittés. Changement de cap à 180° ! Les permis sur les terrains publics (rappelons qu’aux USA, le sous-sol appartient aux citoyens) gelés par l’administration ont été remis sur le marché : sur le seul mois de mars plus de 900 permis ont été accordés.

Les pétroliers et les gaziers imaginaient Joe Biden en fossoyeur de leur business. Ils ne se sont jamais aussi bien portés. Quant aux Européens, ils sont une fois encore les dindons de la farce !

Voir les commentaires (25)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (25)
  • Depuis la chute de l’ URSS je suis devenu petit à petit anti américain, moi qui était et qui suis toujours anti socialo communiste. Alors avec Biden, le mouvement woke et l’OTAN c’ est devenu de la detestation pour l’ oncle SAM.

    • On est deux.

    • Avatar
      jacques lemiere
      7 mai 2022 at 8 h 47 min

      anti « américain »…
      on met ce qu’on veut la dedans…

      dénoncer les injustices..ne pas chercher la victimisation de groupe..

      • Avatar
        jacques lemiere
        7 mai 2022 at 8 h 51 min

        anti américan à la bové…saccager un mac do? antiaméricain à la façon du ministre de la culture? à la façon de lue en faisant des plans pour faire des google français?

  • Le départ de la guerre en Ukraine arrive pile poil au moment de la prévision de mise en service de Nord Stream II, pur hasard évidemment. Une analyse gazière de cette guerre serait la bienvenue . (tout comme pour celle de Syrie , et irakienne évidemment pour le pétrole) dans tous les cas c’est les US qui tirent les marrons du feu , pur hasard évidemment , ou sacré coup de bol, bien entendu .

    • ces ricains, ils sont forts tout de même, partout on voit leur machiavélisme…
      sauf que, d’après ces même ricains, toutes ces ONG citoyennes, ces protestations « spontanées », l’apparition de Fatima…oups Greta, tout cela serait orchestré par les russes.Quand on voit comment les officiels allemands se sont précipités dans les bras du boucher de Moscou, le doute n’est plus permis.
      Nous faisons de belles déclarations, Ursula verse une larme devant les charniers,et toute cette clique bien pensante courre comme des poulets sans tête de par le monde pour acheter à prix d’or quelques m/3 de gaz, ou quelques barils de pétrole, substances honnies , dont nous projetons toujours de nous débarrasser dans 10.20…100 ans.Nous aurions pu donner un signal fort, en abandonnant cette politique imbécile, et en exploitant les réserves que l’on a ,disponibles, prouvées(en UK, il y en aurait pour 100 ans)
      Total nous berce de pubs « vertes »(payées finalement par les subventions « de dingue » que nous réservons aux renouvelables, et continue à exploiter en Russie, un gaz qu’ils nous vendent à prix d’or, Ubu roi.
      Personne n’en parle, mais nous pouvons exploiter immédiatement un gisement de gaz de houille en Moselle, les forages exploratoires ont été concluants, il y en aurait pour 10 ans de conso, manque juste… le permis
      Entre les enfants ukrainiens sous les bombes, et les ours polaires et les caprices de Greta, l’Europe, et particulièrement la France, ont choisi,
      Entre la famine qui est là, et nos fantasmes bio, l’Europe a choisi, pas la peine de chercher un coupable ailleurs, nous nous dirons un obus de Cesar dans le pied

  • On vit vraiment une époque formidable. Si quelqu’un comprends ce qu’il se passe dans la tête de nos dirigeants, qu’il le dise ! A moins qu’il n’existe plus que des comédiens a la tête des États européens, donc des têtes vides.

  • L’Union européenne était incontestablement une grande idée.
    Elle est malheureusement devenue un repaire de politiques corrompus par tous les lobbys qui les entourent.
    Nous ne voulons ni gaz de schiste, ni OGM, ni pesticides. Pourtant nous en importons en masse.
    Vous évoquez Hollande et Ségolène qui se sont lamentablement plantés sur le gaz de schiste. Cela ne les empêche nullement d’espérer jouer un rôle dans le nouveau gouvernement, c’est indécent !
    Si Macron leur offre un maroquin, ça nous donnera déjà une petite idée de son nouveau concept de « renaissance », j’ai bien peur qu’on retourne encore un peu plus loin dans le Moyen-âge.
    Il est pas beau le nouveau monde !

    • Les OGM ont préservé des centaines de millions de gens de la famine, et les « pesticides » -mot inventé pour faire peur au lieu de « produits phyto-sanitaires »- aussi.

    • Avatar
      Hyacinthe Herve
      6 mai 2022 at 12 h 45 min

      Le plus drôle c’est que la définition des OGM par les USA est plus sévère. En Europe un OGM est forcément issu du génie génétique. Alors qu’aux USA, la définition des OGM inclue aussi les hybridations issues de la sélection artificielle : ce que les européens pratiquent depuis des centaines d’années (végétaux, races de chiens, de vaches, etc.)
      Bref l’Europe est envahie d’OGM depuis des centaines d’années pour le plus grand plaisir de nos yeux en ce qui concerne les végétaux ornementaux par exemple…
      Bref encore une vaste fumisterie européenne.

      • Ah mais tous les produits qui existaient déjà avant l’arrivée des écologistes sont par définition naturels. Les pommes, le blé, les vaches, cochons et chiens… Ces prairies entrecoupées de haies, ces forêts déblayées avec des sentiers, des régions agréables comme la Camargue. Du naturel pur jus vous dis-je.
        Bref, on ne peut pas appeler OGM un produit qui existait déjà et utilisé bien avant leur naissance, car il ne peut pas faire peur. Pensez à la radioactivité, la naturelle est inoffensive alors que l’artificielle dangereuse. C’est la seule soumise à des normes d’ailleurs..

  • Avatar
    WebCharcutier
    6 mai 2022 at 9 h 11 min

    N’étant pas du tout spécialiste du sujet, je me pose une question : a-t-on les infrastructures nécessaires pour retransformer / détendre le gaz liquide que les USA enverront ?
    Dans 6 mois, c’est embargo sur le pétrole et le gaz russes + retour de l’hiver + quelques centrales nucléaires sûrement indisponibles à cause de la corrosion. Si on reçoit du gaz liquéfié qu’on ne peut pas utiliser, alors faudrait pas qu’il fasse trop froid…

    • La France importe depuis de nombreuses années du gaz naturel liquéfié. Nous avons des installations de déchargement et regazéification à FOS, Montoir de Bretagne et Dunkerque. La France (avec GDF et Technip) a été un pionnier dans la liquéfaction du gaz naturel depuis les années 60 (la CAMEL – Compagnie Algérienne de MEthane Liquéfié , première usine GNL au monde, a été construite à Arzew, Algérie, par Technip pour Sonatrach et a démarré en 1964).

      • Merci beaucoup pour ces précisions ! 🙂
        Me voilà un (tout petit petit) peu rassuré pour le prochain hiver.

    • Il est clair que le gaz liquéfié exige d’importantes infrastructures et même si nous en disposons, elles ne seront pas suffisantes pour pallier l’absence de gaz russe. La construction des méthaniers et terminaux demande un peu plus de temps et de compétences qu’une planche Powerpoint.
      D’autre part, la liquéfaction du gaz est grande consommatrice d’énergie et une partie du gaz liquéfié se revaporise sous l’effet de la température pendant le transport. Il n’est pas si simple de maintenir des cuves à – 160°C, ce gaz est donc perdu.
      WebCharcutier, je partage vos inquiétudes quant à l’éventualité d’un hiver rigoureux.
      Je me permets un conseil : mettons nous au tricot dès maintenant…

      • Il ne serait pas idiot non plus d’investir dans quelques bougies et de disposer d’un stock minimal de bois pour ceux qui ont la cahce d’avoir un poele ou une cheminée…

  • Nous allons voir s’effondrer une par une, la plupart des mesures inspirées par les écologistes depuis des décennies. On va rigoler, c’est tout ce qui nous reste…

  • Sous nous yeux soit impuissants, soit complices par nos votes, l’Europe se suicide lentement, la France en tête, qui n’a même pas honte d’envisager un Melanchon 1er ministre (rappelons nous Jospin il y a 20 ans, lui aussi toujours trotskyste ou equivalent). Avec lui on pourra toujours fusionner avec Cuba et le Venezuela.

  • Les américains ne considèrent qu’une chose; leur propre intérêt.

    • non?
      mais c’est dégueulasse
      les salauds
      au moins Poutine lui il dénazifie, on ne saurait assez le remercier
      Macron sauve les ours polaires, les sans dents, ben ils n’ont plus de dents, z’ont pas besoin de viande
      les allemands vendent, y compris leur ame, et notre sécurité
      les chinois, ils nous font les poches, vident notre maison, et un peu partout ont passé le licol de la dette aux gogos que nous sommes
      le Pape.. ben j’sais pas trop pour qui il roule?

      -1
  • Avatar
    jacques lemiere
    7 mai 2022 at 8 h 45 min

    non….
    vous ne comprenez pas..

    ce n’est pas les fossiles quel qu’ils soient qui sont vraiment le problème mais que vous décidiez quoi faire de votre argent..

    En gros..vous ne pouvez pas comprendre..

    il est mal venu de reprocher de leur de mentir!! c’est justement car vous êtes idiots qu’on est obligé de mentir!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les décisions de la Finlande et de la Suède de solliciter leur adhésion à l'OTAN constituent une victoire majeure pour l'alliance militaire, mais une victoire bien plus douteuse pour ces deux pays. L'OTAN a grandement besoin d'un succès en ce moment, car ni la guerre économique contre la Russie ni le conflit en Ukraine ne semblent aller dans le sens de l'Occident. Reste à savoir si l'ajout officiel de deux autres pays nordiques constituerait un réel avantage militaire pour l'OTAN, mais au moins ce serait une victoire claire en termes de relat... Poursuivre la lecture

Le 6 août 2014, je publiais un article sur La neutralité de la Suisse et la guerre en Ukraine. J'y rappelais que la neutralité de la Suisse trouvait son origine dans la défaite de Marignan (1515) à partir de laquelle fut mis fin à la politique d'expansion des Confédérés.

Après une courte période, entre 1798 et 1815, la neutralité de la Suisse a toujours été effective, jusqu'en 1989. Elle est devenue de plus en plus relative notamment à la suite de son adhésion à l'ONU en 2002, bien que deux articles de la Constitution suisse énoncent q... Poursuivre la lecture

J’ai eu l’occasion d’aller à l’European Liberty forum, dirigé par l’Atlas Network, qui a eu lieu la semaine dernière à Varsovie. Ce congrès a réuni de nombreux think tanks libéraux et prolibertés européens et nord-américains.

Ce forum a montré un point : le libéralisme n’est pas mort en Europe, il est bien vivant et bien actif. Malgré la guerre dans le pays voisin, la détermination des organisations défendant la liberté était bien présente.

En cela, l’European liberty forum a été une expérience rafraîchissante et très inspirante... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles