Snus sur TikTok : pas de quoi paniquer !

Du point de vue strictement libéral, l’État n’a pas à se mêler des produits qu’en tant qu’adulte je choisis de consommer.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3
Photo de Alexander Shatov sur Unsplash

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Snus sur TikTok : pas de quoi paniquer !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 18 janvier 2023
- A +

Par Fredrik Segerfeldt.

 

Un certain nombre de vidéos en français sont apparues sur TikTok ces dernières semaines.

Elles montrent des jeunes plaçant de petites poches entre leurs gencives et leur lèvre supérieure. Alors que la plupart des vidéos sont taguées avec #snus, la majorité des clips semblent en fait présenter des sachets de nicotine sans tabac plutôt que du snus suédois à base de tabac, dont la vente est illégale en France.

La tendance a été encore accélérée par une photo qui a circulé sur plusieurs plateformes de réseaux sociaux montrant le footballeur Marcus Thuram tenant ce qui semble être une boîte d’un produit à base de nicotine sans fumée, très probablement des sachets de nicotine sans tabac, qui ne sont actuellement pas réglementés en France.

Ceci a provoqué un alarmisme dans l’Hexagone. Les médias n’ont pas tardé à publier des articles décrivant le snus comme « dangereux », en se concentrant sur les clips TikTok où les utilisateurs se plaignent de se sentir nauséeux après l’avoir utilisé. FranceInfo, notamment, a publié une vidéo mettant en vedette Loïc Josseran, chef de l’Alliance Contre le Tabac, affirmant à tort que le snus provoque plusieurs types de cancers. Il affirme en outre que les personnes qui en consomment sont « trois fois plus susceptibles de devenir des fumeurs ».

Bon, remettons les choses un peu en ordre.

D’abord, je suis Suédois, pays d’origine du snus. J’ai fumé des cigarettes pendant dix ans et si j’ai arrêté c’est grâce au snus que je consomme donc quotidiennement depuis vingt années. Cela fait partie intégrante de mes routines matinales, aussi bien que le café. Au fait, le snus me donne autant de plaisir que celui-ci.

De plus, sachant que le snus est un produit du tabac bien supérieur à la cigarette, au moins du point de vue sanitaire, ni les médecins ni les dentistes me disent de m’arrêter. Contrairement aux affirmations des « experts » français sur le sujet, il n’y a aucune preuve que les sachets de snus causent le cancer. En effet, c’est principalement la combustion du tabac qui rend la cigarette dangereuse. Et puisque le snus se consomme sans l’allumer, le danger n’est pas présent. C’est aussi simple que cela.

Du point de vue strictement libéral, l’État n’a pas à se mêler des produits qu’en tant qu’adulte je choisis de consommer. Mon corps est à moi, pas à l’État. Certes, le snus peut affecter l’haleine mais c’est sa seule conséquence négative pour autrui. Comparé à la fumée des cigarettes c’est pourtant un détail.

Mais même d’un point de vue pragmatique sanitaire, le snus est en fait bon pour la santé d’une société.  Prenons mon pays comme exemple. La Suède connait le taux de fumeurs le moins élevé des pays de l’Union européenne : seulement 6 % de la population, contre 18 % en France et 29 % en Bulgarie. Ce n’est pas un hasard puisque c’est grâce au snus : en effet, 20 % des Suédois et 7 % des Suédoises en consomment quotidiennement.

Le snus et le faible taux de fumeurs dans le pays scandinave ont eu des effets positifs sur la santé de la population. L’incidence du cancer du poumon en Suède en 2020 était à seulement 44 cas sur 100 000 personnes, contre 71 cas en France. En effet, si le taux de fumeurs était aussi faible dans tous les pays européens, presque 100 000 cas de mortalité de cancer de poumon pourraient être évités. Le snus sauve des vies, c’est le tabac brûlé qui en prend.

Alors, pays des Gauloises sans filtre, calmez-vous à propos du snus. Si vous voulez vraiment combattre le tabac et ses effets sanitaires néfastes, il faudrait interdire les cigarettes et légaliser le snus. Je viendrais volontiers vous montrer comment cela marche.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Ca fait plaisir de voir un article qui remet à sa place notre arrogance française, merci !
    Je ne connaissais pas le snus, n’étant pas fumeur, mais ne vous inquiétez pas, en France, jamais on acceptera une solution qui fait ses preuves (chiffres à l’appui) pour résoudre un problème. 🙂

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

C’est entendu, TikTok est un fléau social. Il est addictif et abrutit les ados avec ses contenus débiles et ses algorithmes vicieux. Il conduit à leur isolement social. Il est une fabrique de crétins digitaux. Mais est-ce si vrai ? Je l’ai longtemps pensé mais j’ai changé d’avis. En fait, TikTok fait lire les ados.

Voici pourquoi, et pourquoi c’est important.

C’est l’histoire d’une jeune lectrice de 10 ans. Elle aime Harry Potter qu’elle dévore épisode après épisode. Puis un jour, pour son anniversaire, on lui offre le téléphone... Poursuivre la lecture

Article disponible en podcast ici.

Drôle d’époque, notre vie privée attire les convoitises. Pourtant elle est justement privée mais depuis l’arrivée d’internet et de l’informatique, nous pouvons être traqués dans nos moindres faits et gestes dans nos vies en ligne.

Gallimard ne sait rien de nos lectures. Amazon connaît tous nos achats et nous observe lorsque nous sommes sur sa liseuse Kindle. Universal ne connaît pas nos goûts musicaux. Spotify sait chaque seconde d’écoute. Le barman n’a que faire de nos conversations entre amis... Poursuivre la lecture

Par Yannick Chatelain et Jean-Marc Huissoud.

 

En Chine, le pouvoir dispose de plus de 280 000 « fonctionnaires » rémunérés pour « fabriquer » l’opinion publique. Leur appellation ? La water army (l’armée de l’eau) créée en 2010. Cette « armée » se compose d’utilisateurs et utilisatrices – qui peuvent faire partie de firmes privées – rémunérés pour publier des commentaires en chinois sur des sites web selon les directives gouvernementales. Ils opèrent généralement sur les plateformes en ligne les plus prisées comme le site ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles