Les Centres de progrès (28) : New York (finance)

New York est la capitale mondiale de l’investissement.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo de Luca Bravo sur Unsplash

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Les Centres de progrès (28) : New York (finance)

Publié le 15 janvier 2023
- A +

Un article de Human Progress

 

Alors que de nombreuses grandes villes étaient en ruines après la Seconde Guerre mondiale, New York a acquis une nouvelle importance mondiale et a même dépassé la position centrale de Londres sur les marchés financiers internationaux. Elle est rapidement devenue le siège de Wall Street la bourse la plus grande et la plus prestigieuse du monde et a changé à jamais la finance. Wall Street est souvent considérée à la fois comme un symbole et comme le centre géographique du capitalisme.

Aujourd’hui, la ville de New York est la ville la plus peuplée des États-Unis, avec plus de 8 millions d’habitants. Et avec plus de 20 millions d’habitants, la zone métropolitaine de New York est l’une des mégapoles les plus peuplées du monde.

Dans la psyché américaine, New York représente une opportunité. Ellis Island a été la porte historique par laquelle de nombreux immigrants sont arrivés dans le pays au cours des XIXe et XXe siècles et New York reste une destination populaire pour les immigrants aux États-Unis. En fait, c’est peut-être la ville la plus « linguistiquement diverse » du monde avec des centaines de langues parlées sur son territoire.

C’est également à New York que les Américains ambitieux de tous bords se rendent traditionnellement pour se faire un nom dans des secteurs aussi divers que l’écriture, le théâtre, le commerce, la mode, les médias, la banque d’investissement, etc. Et ceux qui réussissent restent souvent dans la région. New York compte plus de résidents milliardaires que toute autre ville. Les surnoms de la métropole sont nombreux : la ville qui ne dort jamais, la Grosse Pomme, Gotham, la capitale du monde (popularisée par l’auteur de Charlotte’s Web, E.B. White), la plus grande ville du monde et dans la région environnante, simplement la ville.

L’importance culturelle et économique de New York est difficile à estimer. La ville est un lieu touristique populaire où l’on trouve l’emblématique Statue de la Liberté, l’imposant Empire State Building, le célèbre quartier des théâtres de Broadway et l’effervescence de Times Square où se déroule le célèbre lâcher de ballons de la Saint-Sylvestre. À ce titre, New York a été qualifiée de ville la plus photographiée du monde. On estime que si la région métropolitaine de New York était un pays, elle aurait la huitième plus grande économie du monde (un rang actuellement occupé par l’Italie). La ville est également un centre de recherche qui abrite plus d’une centaine de collèges et d’universités dont l’université de New York, l’université Columbia et l’université Rockefeller.

La géographie de la ville l’a peut-être destinée à être un centre du commerce. Situé dans l’un des plus grands ports naturels du monde, le site où se trouve aujourd’hui New York était un lieu logique pour l’implantation humaine. À l’origine, la région était habitée par le peuple Lenape et d’autres tribus amérindiennes. Ils utilisaient les voies navigables naturelles pour la pêche, le commerce et la guerre avec les tribus voisines. Le premier Européen à visiter le site fut un Italien, Giovanni da Verrazzano, qui explorait la région au service des Français, en 1524. Il a baptisé la région « Nouvel Angoulême », en l’honneur du roi français François Ier (qui s’appelait François d’Angoulême avant de monter sur le trône de France) et est reparti rapidement.

Puis, en 1609, l’explorateur anglais Henry Hudson (l’homonyme de la baie d’Hudson) est arrivé. Lui aussi est vite reparti mais pas avant d’avoir remarqué l’importante population de castors. Les peaux de castor étaient une denrée précieuse. La nouvelle de la découverte d’Hudson s’est rapidement répandue et a incité les Hollandais à fonder plusieurs postes de traite des fourrures dans la région au début du XVIIe siècle. Parmi ceux-ci en 1624 il y avait une colonie dans ce qui est aujourd’hui Manhattan, initiée par la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales. En 1626, les Hollandais avaient construit Fort Amsterdam qui allait servir de noyau à la ville jusqu’à la démolition du fort en 1790. La ville a été nommée de manière appropriée New Amsterdam et a servi de capitale aux colonies néerlandaises locales collectivement baptisées New Netherland. Aujourd’hui encore, plusieurs noms de quartiers conservent des origines néerlandaises, notamment Harlem et Brooklyn (à partir de Breukelen).

Bien qu’elle se soit soldée par une victoire néerlandaise, la deuxième guerre anglo-néerlandaise (1665-1667) a permis aux Britanniques de prendre le contrôle de la ville dans le cadre d’un traité. En échange les Britanniques cèdent aux Néerlandais ce qui est aujourd’hui le Suriname ainsi que Run, une petite île produisant des noix de muscade dans ce qui est aujourd’hui l’Indonésie. À l’époque, il semblait que les Néerlandais avaient fait une bien meilleure affaire que les Britanniques : la noix de muscade était extrêmement précieuse et le complexe insulaire qui comprend Run était célèbre en Europe alors que la Nouvelle-Amsterdam était un avant-poste relativement obscur. « Peu de gens auraient cru qu’un petit village de commerçants sur l’île de Manhattan était destiné à devenir la métropole moderne de New York », selon l’historien australien Ian Burnet.

Après l’échange, la Nouvelle-Amsterdam a été rapidement rebaptisée New York issue du titre de duc d’York du frère du roi d’Angleterre. C’est lui qui a mené la campagne de conquête de la ville pendant la guerre. La ville s’est rapidement développée. En 1700, New York comptait une population de près de 5000 habitants. Au moment de l’indépendance américaine en 1776, la population de New York était d’environ 25 000 habitants. En 1800, la ville comptait environ 60 000 habitants. Stimulée par l’immigration, elle en comptait bien plus de 3 millions en 1900.

La ville de New York a pris son importance centrale dans la période d’après-guerre. Les Allemands n’ont jamais donné suite à leur projet de la bombarder, jugeant l’opération trop coûteuse. Ainsi épargnée par la largeur protectrice de l’océan Atlantique, New York est sortie de la Seconde Guerre mondiale non seulement indemne mais prospère et prête à dominer le monde des affaires et de la culture.

À la fin des années 1940, New York était devenue le plus grand centre manufacturier du monde, avec 40 000 usines, un million d’ouvriers et le port le plus actif du monde qui traitait 150 millions de tonnes de marchandises par an. New York est soudainement devenue la ville de prédilection de nombreuses grandes entreprises internationales dont Standard Oil, General Electric et IBM. Le surnom de « Headquarters City » s’ajoute à la collection de surnoms de la métropole. Même les Nations Unies, qui venaient d’être créées avaient leur siège à New York (construit de 1947 à 1952).

En 1947 l’écrivain britannique J. B. Priestley se souvient :

« Le New York d’il y a 40 ans était une ville américaine mais la cosmopolis étincelante d’aujourd’hui appartient au monde, si le monde ne lui appartient pas ».

La ville a hérité du rôle de Paris en tant que centre du monde de l’art et de la mode. New York est un refuge pour les artistes étrangers fuyant l’Europe déchirée par la guerre, comme le peintre néerlandais Piet Mondrian (1872-1944) et un foyer de créativité pour des artistes américains révolutionnaires comme Jackson Pollock (1912-1956). L’influence musicale de la ville s’est également développée rapidement, des interprétations influentes de la musique classique par l’orchestre philharmonique de New York au Carnegie Hall au bebop, la nouvelle forme de musique créée dans les boîtes de nuit de Harlem qui allait prendre le monde d’assaut.

Par-dessus tout, la ville était au centre de la mondialisation de l’après-guerre. L’écrivain britannique Beverly Nichols a décrit l’état de la mégapole en 1948 :

« On avait le sentiment que New York était une grande ville internationale vers laquelle toutes les extrémités du monde s’étaient rendues. Londres était comme ça mais d’une certaine manière on l’avait oublié tant il y a longtemps que les Hispanos et les Isotas [voitures de luxe d’Espagne et d’Italie, respectivement] avaient glissé sur Piccadilly, tant il y a d’années que les fruits tropicaux brillaient dans les vitrines de Bond Street. En venant de ce genre de Londres en Amérique, autrefois, New York avait semblé tout simplement américaine ; pas typique du continent, peut-être, mais américaine avant tout. Maintenant, c’était le centre du monde. »

C’est ainsi que New York, nouvellement internationalisée, est devenue la capitale financière du monde et le siège des deux plus grandes bourses du monde : le New York Stock Exchange et, plus tard, la National Association of Securities Dealers Automated Quotations (NASDAQ).

Depuis ses humbles origines en 1792, lorsque 24 courtiers ont signé l’accord de Buttonwood, établissant ainsi une opération de négociation de titres dans la ville, la bourse de New York a prospéré face à l’adversité. La guerre civile américaine (1861-1865) a contribué à l’expansion du quartier financier en favorisant le commerce des valeurs mobilières et la bourse a déménagé à son emplacement actuel, au 11 Wall Street, en 1865. Mais c’est la Seconde Guerre mondiale qui a permis à la bourse d’acquérir une importance mondiale inégalée.

Les cartes de crédit font également partie des innovations financières de l’après-guerre à New York. En 1946, un banquier du nom de John Biggins a eu l’idée de créer des cartes de crédit utilisables dans différents magasins du quartier de Brooklyn à New York. Les commerçants pouvaient déposer les tickets de caisse à la Flatbush National Bank de Biggins qui facturait ensuite les détenteurs de cartes.

En 1989, une statue de bronze emblématique connue sous le nom de Charging Bull ou Wall Street Bull a été érigée dans le Financial District de Manhattan pour représenter le capitalisme et la prospérité. (un jeu de mot sur le terme « bull market » qui désigne les tendances positives du marché).

En tant que symbole du capitalisme, Wall Street est devenu la cible du mouvement de protestation anticapitaliste « Occupy Wall Street » en 2011. Les manifestants s’inquiétaient des inégalités économiques, craignant que la prospérité créée par le système de marché ne soit pas largement partagée. En réalité, les Gordon Gekko-types ne sont guère les seuls bénéficiaires des marchés financiers. Wall Street joue un rôle inestimable dans tous les domaines, qu’il s’agisse de faciliter la retraite des Américains ordinaires grâce à leurs plans 401 ou de financer des innovations prometteuses, ce qui a pour effet d’élargir le gâteau économique et d’augmenter le niveau de vie. Comme l’a dit mon ancien collègue et avocat spécialisé dans les valeurs mobilières, Thaya Brook Knight :

« Au fond, voici ce que fait Wall Street : elle s’assure que les entreprises qui font des choses utiles obtiennent l’argent dont elles ont besoin pour continuer à le faire. Aimez-vous votre smartphone ? Est-ce qu’il vous facilite la vie ? La société qui a fabriqué ce téléphone a obtenu l’argent nécessaire pour développer le produit et le mettre en vente dans le magasin où vous l’avez acheté, avec l’aide de Wall Street. Lorsqu’une entreprise veut se développer, fabriquer un nouveau produit ou améliorer ses anciens produits, elle a besoin d’argent et elle obtient souvent cet argent en vendant des actions ou des obligations. Cela aide ces entreprises, l’économie au sens large et les consommateurs en général. »

La ville de New York reste le premier centre financier du monde et le cœur de l’industrie financière américaine, au point que « Wall Street » est devenu un raccourci pour désigner le capitalisme financier lui-même. Si beaucoup considèrent toujours Wall Street comme le centre financier mondial, les nouvelles technologies ont permis de décentraliser de plus en plus l’investissement. Aujourd’hui, n’importe qui peut acheter et vendre des actions à l’aide d’un smartphone tout en profitant du confort de son domicile, et des forums Internet portant des noms tels que Wall Street Bets peuvent rivaliser avec les traders de Wall Street au sens propre. Cependant, tous ceux qui partagent les avantages économiques du secteur financier devraient remercier la ville de New York d’avoir porté la banque à de nouveaux sommets. C’est à juste titre notre vingt-huitième Centre du progrès.

 

Traduction Contrepoints

Sur le web

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Au cours des neuf derniers mois, Jerome Powell (président de la Fed, la banque centrale américaine) a monté les taux d’intérêt de la façon la plus rapide depuis les années 1980. En effet, l’inflation atteignant les niveaux les plus élevés depuis 40 ans, les officiels de la Fed étaient unanimes sur le fait qu’ils devaient monter les taux de manière agressive. Ce fût la première étape, de loin la plus facile.

Car maintenant que l’inflation semble montrer des signes de ralentissement, la question concernant la hausse des taux directeurs e... Poursuivre la lecture

Je ne sais pas si c’est encore la peine d’écrire à ce sujet.

Que les marchés montent ou baissent, puis remontent, etc., ne surprend plus personne. Mais moi je reste surpris. Qui s’étonne encore que les marchés s’étonnent n’a décidemment rien compris à la finance. Je n’ai donc rien compris à la finance.

L’investisseur s’étonnera toujours de ce qu’il voit ou entend, ânerie ou pas. L’investisseur c’est un peu Richard Anconina dans Itinéraire d’un enfant gâté. Jean-Paul Belmondo a beau le prévenir qu’il va lui balancer une absurdité... Poursuivre la lecture

Première partie de cette série ici.

 

Les loyers d’habitation - qui sont le plus encadrés par l’État - sont donc sujets à une forte érosion par rapport à la hausse des prix. Le propriétaire tombe victime dans la durée d’un effet ciseau : augmentation des dépenses contraintes lui incombant bien supérieure à l’augmentation des loyers qu’on lui permet de pratiquer. D’où le bien-fondé de privilégier les baux de courte durée ou mieux encore les locations commerciales ou professionnelles.

La semaine dernière, je vous parla... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles