Derrière les tensions entre la Serbie et le Kosovo : l’OTAN et la Russie

En cas de conflit entre la Serbie et le Kosovo, quels points communs et quelles différences avec le conflit Russie/Ukraine ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
NATO Flag by Defence Imagery on Flickr (CC BY-NC 2.0)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Derrière les tensions entre la Serbie et le Kosovo : l’OTAN et la Russie

Publié le 28 décembre 2022
- A +

L’armée serbe vient d’être placée en alerte à la frontière du Kosovo, conséquence d’une longue dégradation des relations entre Belgrade et Pristina. Selon le gouvernement serbe, il s’agit de « protéger les Serbes au Kosovo ». Ce discours n’est pas sans rappeler celui de la Russie avant l’assaut de l’Ukraine.

Toutefois la situation dans les Balkans présente des particularismes qu’il ne faut pas ignorer, tout comme il ne faut pas ignorer le poids de l’OTAN et de la Russie derrière les acteurs locaux, qui laisse craindre un nouveau front indirect entre les deux adversaires ; même si l’intensité sera moins forte.

 

Une situation locale différente de l’Ukraine

Si la déclaration du gouvernement serbe peut faire penser à la rhétorique russe de protéger les populations russophones, la situation dans les Balkans révèle des tensions ethniques et religieuses bien plus présentes qu’en Ukraine. La Serbie de religion chrétienne orthodoxe (85 % de la population) fait face à un Kosovo de confession musulmane sunnite (95 % de la population en 2011). Ces religions continuent à avoir un impact majeur dans la vie des habitants locaux : un sondage de 2018 montrait que 83 % de la population kosovare et 70 % des Serbes se considèrent religieux (en comparaison, 39 % des Hongrois et des Autrichiens se considèrent comme religieux). De plus si les Serbes sont des Slaves, les Kosovars sont ethniquement des Albanais.

Si l’Ukraine est elle aussi traversée par les questions de langue (russe et ukrainienne), voire religieuse (église orthodoxe de Russie contre celle d’Ukraine), la source des tensions est avant tout liée à des questions de nation. L’Ukraine est une frontière entre la Russie et l’Occident. Dans les Balkans ce sont les guerres religieuses et d’empire qui sont sources de tensions.

 

Une attitude peu coopérative des deux côtés

Le gouvernement du Kosovo cherche à blâmer Moscou pour cette hausse des tensions.

La Russie chercherait selon eux à créer un nouveau front pour distraire de l’Ukraine. Néanmoins comme le fait remarquer le Dr James Carafano vice-directeur de l’Heritage Foundation (peu susceptible de russophile) : « Le Premier ministre du Kosovo, Albin Kurti, s’est montré agressif même avec les alliés les plus fidèles du Kosovo. Il a même menacé les troupes de la KFOR (mission de l’OTAN au Kosovo). »

Demokracia, un média kosovar, fait en effet part de tensions entre le commandant de la KFOR et le gouvernement du Kosovo.

 

Le risque de l’activation du grand jeu politique entre l’OTAN et la Russie

Même dans le cas où Moscou n’est pas à l’origine des tensions, il semble peu probable qu’elle reste en dehors du conflit. La Serbie est le pays d’Europe ayant l’opinion la plus positive de la Russie. Le think tank slovaque GLOBSEC avait avant 2022 sondé les opinions publiques des pays d’Europe centrale. La Serbie se démarquait avec 74 % de la population qui considéraient la Russie comme une victime de l’Occident et 71 % qui considéraient que l’OTAN provoquait la Russie. Une position méfiante pouvant s’expliquer par l’intervention de l’OTAN en Serbie en 1999.

En cas de nouveau conflit entre le Kosovo et la Serbie, nul doute que la Russie sautera sur l’occasion pour soutenir la Serbie. Inversement, si la KFOR cherche actuellement à éviter le conflit et l’escalade, en cas d’attaque de la Serbie contre le Kosovo, elle risque d’entrer en conflit contre l’OTAN. D’autant plus que l’indépendance du Kosovo en 2008 a été surtout soutenue par les pays de l’OTAN et leurs alliés non occidentaux (même si certains pays européens ne la reconnaissent pas comme l’Espagne potentiellement à cause de la question de l’indépendance catalane). Et au contraire non reconnue par un certain nombre de pays à commencer par les BRICS (Brésil, Chine, Russie, Inde et Afrique du Sud).

 

Et les Européens ?

Comme le fait remarquer Dr James Carafano :

«  Ni l’UE, ni l’Allemagne, ni l’Autriche, interlocuteurs traditionnels, n’ont exercé un leadership suffisant. La Croatie n’a pas été très active ces derniers temps. L’Albanie est distraite par des problèmes internes. La Hongrie et la Turquie ont été plus constructives (à mon avis). L’influence des États-Unis dans la région est toutefois significative. »

La Hongrie comme la Turquie ont en effet tout intérêt à suivre de très près les évènements. Les Balkans furent des territoires des empires ottomans et hongrois et des minorités persistent. Ainsi, dans la province autonome de Voïvodine en Serbie, 20 % de la population est hongroise sous la période yougoslave et 300 000 personnes en 2008. Compte tenu de l’importance donnée par Budapest aux minorités hongroises, la Hongrie risque d’être au cœur de l’actualité.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Toujours le double poids des « démocraties » UE et OTAN: les Kosovars ont pu se détacher de la Serbie mais les Serbes du nord du Kosovo ne peuvent pas se détacher du Kosovo !!!

  • « L’intégrité territoriale de l’Ukraine et le droit international doit primer ». Une petite partie du territoire d’un état, peuplé des personnes d’origines différentes, qui décident de se séparer, cela ne rappelle t il pas quelque chose?
    La création du Kosovo, les bombardements de l’OTAN et le soutien à cette partition ont été un traumatisme, toujours bien présent. Le deux poids deux mesures avec la Crimée a énervé les slaves de tous les pays. C’est de « bonne guerre » que Vladimir va essayer de revenir sur le sujet…

  • Et pendant de temps là, notre jeunesse a peur du réchauffement climatique. Le réveil sera brutal.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Comme en 1917 ou en 1944, les populations européennes communient à nouveau autour de l’envoi de chars lourds sur le front, en leur prêtant des vertus de vecteur de paix, prélude à une victoire finale rêvée dans cette guerre d’Ukraine que nous menons par procuration.

Foin de l’escalade du conflit ou de la provocation de l’ours russe aux dents atomiques : tout se passe en effet comme si la formation de nouveaux Schwehre Panzer Abteilungen (bataillons de chars lourds, notamment autour des Leopard allemands) sur le front de l’Est allait re... Poursuivre la lecture

Par Cyrille Bret et Florent Parmentier.

Près d’un an après le déclenchement de l’opération militaire russe contre l’Ukraine, le 24 février 2022, quelles sont les évolutions possibles du conflit dans les mois qui viennent ? La difficulté de la prospective est particulièrement marquée pour ce conflit car les « surprises » militaires, diplomatiques et stratégiques ont été nombreuses.

D’un côté, la combativité des forces ukrainiennes, le soutien de l’UE et des États-Unis à Kiev, les difficultés logistiques et tactiques des forces ar... Poursuivre la lecture

Un article de Conflits

Le premier tour de l’élection présidentielle de la République tchèque a eu lieu le 13 et 14 janvier 2023. Si les pouvoirs du président de la République sont faibles dans ce pays, cette élection met en évidence des divisions. D’un côté se trouve Andrej Babis, l’ancien Premier ministre centriste considéré comme populiste, de l’autre Petr Pavel, l’ancien chef des armées de la République tchèque et ancien président du comité militaire de l’OTAN. Second tour à la fin du mois.

Ainsi, en matière de politique étra... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles