Sam Bankman-Fried : un généreux argentier démocrate arrêté

Tant que Sam Bankman-Fried est dans les bonnes grâces du parti de Joe Biden, son futur n’est pas trop trouble.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 5
FTX Bankruptcy by Bybit (FTX Bankruptcy, common creative license) https://learn.bybit.com/crypto/what-is-ftt/

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Sam Bankman-Fried : un généreux argentier démocrate arrêté

Publié le 23 décembre 2022
- A +

Credit photo : https://www.bybit.com/en-US/

Sam Bankman-Fried, qui a lessivé l’épargne de plusieurs investisseurs en cryptomonnaies, a récemment été arrêté au Bahamas et sera extradé sous peu aux États-Unis. Il risque 115 années de prison pour avoir fraudé quelque huit milliards de dollars à ses client.

SBF, comme il se fait communément appeler, n’a vraiment pas aidé sa cause. Depuis la faillite de FTX, il continuait sa tournée des médias comme si de rien était au grand dam de ses avocats. À plusieurs reprises, il s’est incriminé en admettant plusieurs crimes (possibles) :

  • Confondre les fonds entre FTX et Alameda Research. Il a ajouté research afin, selon ses propres mots, de faciliter la demande de prêts
  • Il semble avoir admis n’avoir jamais mis des bitcoins dans les comptes de ses clients. À la place, il y déposait un bitcoin « de papier » – en d’autres termes, un billet à ordre basé sur rien.

 

Bref, les carottes semblent cuites.

 

Coqueluche médiatique

Malheureusement, les libéraux épris de justice pour une fraude aussi massive pourraient être déçus.

En effet, SBF a bien joué ses cartes, ce qui l’a placé dans les bonnes grâces des médias. C’est pourquoi le New York Times a pu écrire un article exhaustif sans jamais mentionner ses liens avec les Démocrates.

Après tout, il cochait toutes les critères wokes qu’il fallait : il contribuait à un programme de revenu universel à Chicago (QG de FTX), il affirme que la plupart de ses dons politiques (à des primaires) encourageait la prévention de la prochaine pandémie – certains pleurent sa chute à ce sujet – et il s’est donné une fausse aura verte qu’il a plus tard admis comme étant frauduleuse.

C’est tellement aberrant que le Forum économique mondial tente de jouer à 1984 en effaçant toute acclamation du pouilleux fraudeur. Mais les trous de mémoire n’existent pas encore.

À ce sujet, le gouvernement de l’Ukraine a été surpris à faire son Saint-Pierre en reniant tout lien passé avec FTX, qui aurait contribué à hauteur de 60 milliards. Évidemment, les « vérificateurs » de faits ont emboité le pas en accusant quiconque le mentionnait de propager des fake news.

 

Immunité démocrate

Et du côté politique, il jouit (pour l’instant) de ce que j’appelle l’immunité démocrate. Tant qu’il est dans les bonnes grâces du parti de Joe Biden, son futur n’est pas trop trouble.

Il a quand même contribué de quelque 40 millions durant les élections de mi-mandat (contre moins de 200 000 dollars aux Républicains), dépassé seulement par le controversé George Soros. S’il avait été plus âgé, on aurait aussi pu croire que la Démocrate Maxine Waters, présidente du comité des finances, était son maîtresse.

Ce commentateur conservateur fait même un parallèle avec Goldman Sachs et croit que les « paiements » de SBF pourraient lui servir de protection. Il faut dire que la famille de ce dernier est « tissée serrée » avec les Démocrates. Sa mère, Barbara Fried, est une contributrice du parti ; son groupe a d’ailleurs amassé quatre millions en 2022. Son père, Joseph Bankman, a donné de son temps pour la sénatrice Elizabeth Warren, qui s’intéresse beaucoup à la réglementation financière.

Parlant de réglementation, il est à parier qu’elle arrivera à vitesse grand V et qu’elle nuira au développement de ce marché. Un professeur d’économie nullement partisan des cryptomonnaies croit que la Réserve fédérale pourrait accélérer le développement d’un organisme régissant ces monnaies virtuelles, augmentant encore plus sa main de fer sur notre vie privée.

D’ailleurs, SBF était un grand partisan de la réglementation pour limiter la concurrence. Moins d’un mois avant sa faillite il proposait l’émission de permis pour pouvoir développer une cryptomonnaie.

Bref, l’avarice et l’aveuglement des Démocrates ont laissé court à la plus grosse fraude de cryptomonnaie de l’histoire. Et comme avec toute faute du gouvernement, vous devrez en payer le prix. Dommage qu’il n’ait pas croupi dans sa prison misérable quelques jours, sans accès à un menu végétalien.

Il est ironique de voir que votre transaction de 600 dollars sur Venmo est scrutée au microscope mais que les milliards perdus de FTX ne semblent pas causer de sourcillement.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
climat
1
Sauvegarder cet article

Comment en sommes-nous arrivés à des théories aussi étranges que le wokisme, le féminisme radical, la théorie de la continuité sexuelle, l’antispécisme, le véganisme… ? À considérer comme normal le choix par un enfant de son prénom, de son genre ?… À accepter que les parents ne soient plus père et mère mais « parent 1 et parent 2 » ?

Ces théories sont en pleine contradiction avec les principes de l’analyse scientifique établis progressivement par les sociologues, philosophes, médecins. Le rejet des traditions immémoriales est celui de ... Poursuivre la lecture

Un article de Human Progress

 

Berlin a joué un rôle central dans la chute du communisme et le triomphe du libéralisme. Lorsque le mur qui avait divisé Berlin a été soudainement et joyeusement abattu en 1989, la ville a changé l'histoire de l'humanité.

Aujourd'hui, Berlin est la ville la plus peuplée de toute l'Union européenne, avec environ 3,8 millions d'habitants. Célèbre pour son histoire, son art, sa musique et ses graffitis, Berlin attire chaque année des millions de touristes ainsi que de nombreux voyageurs d'... Poursuivre la lecture

Syndicats
6
Sauvegarder cet article

Un article de l'IREF Europe

 

Depuis longtemps les syndicats français cherchent à faire la loi en France. La Constitution de 1958 leur en a fixé l’horizon en proclamant que « la France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale ». Puis M. Gérard Larcher leur en a offert les moyens en faisant voter la loi du 31 janvier 2007 sur le dialogue social transposée notamment ainsi à l’article 1 du Code du travail :

Tout projet de réforme envisagé par le gouvernement qui porte sur les relations individuell... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles