Le politique fait sa lettre au Père Noël

Quel type de lettre un politique écrirait au père Noël ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3
La parade du Père Noël by DocChewbacca(CC BY-SA 2.0)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Le politique fait sa lettre au Père Noël

Publié le 18 décembre 2022
- A +

Très cher Père Noël,

En un certain sens, je pourrais dire que j’ai bien travaillé. Il me semble avoir fait du mieux que j’ai pu compte tenu des circonstances. Je t’épargne les détails, car je pense que tu as déjà eu un rapport complet dans bien d’autres lettres.

A ce sujet ne te méprends pas. Tu liras peut être de-ci de-là, des gens qui se plaignent de ma fonction, et espèrent que tu sauras compenser mes actes manqués par des cadeaux bien mérités.

Détrompes toi. Moi aussi j’ai fait cadeaux. Ils sont peut être moins récréatifs que les tiens, mais j’estime qu’ils dépannent. Et ces cadeaux me coûtent, ou plutôt nous coûtent, car mes petits lutins à moi ne travaillent pas gratis. Il faut les payer maintenant, ou demain avec l’argent de leurs enfants.

Avant c’était mieux. Les gens croyaient que le père Noël c’était moi. Parce que j’arrivais à faire pousser de la dette à volonté, avec de la poudre de monnaie perlinpinpin. On avait même trouvé un nom sympa pour ce tour de passe – passe : la monnaie magique.

Mais le Grinch est revenu… Chez nous, on l’appelle l’inflation. 40 ans qu’on l’avait pas vu. Certains complotistes avançaient même qu’elle n’avait jamais existé. Mais l’absence de preuve n’est jamais la preuve de l’absence. Le retour de l’inflation dans les supermarchés a démystifié la monnaie magique. Fini l’argent qui coute pas d’argent.

Et donc fini la dette c’est chouette ? Ben non. Je suis bien obligé de continuer à faire des cadeaux. Je peux plus en faire, mais j’en fait quand même.

Je pourrais leur dire que le père Noël n’existe pas ou plus, et qu’ils sont en âge de comprendre ca. Mais non. Ils continueraient d’y croire. Et si je refusais alors de remettre ma barbe blanche, ils choisiraient probablement un autre père Noël.

Mais la douleur m’égare. Après ce préambule un peu long (je suis un politique), voici ma requête. Après tout, moi aussi j’ai le droit d’avoir un sapin. Certes il n’est pas décoré, mais c’est pas ma faute ce sont les électeurs qui ont « les boules ».

Ma demande te paraitra peut être un peu grotesque venant de ma part, moi le politique qui suis sensé décider de la taille de la hotte, de ce qu’il y a dedans, et de qui mérite ou pas. Mais si je m’en remets à toi, c’est que ma hotte est vide. D’ailleurs, ce que je te demande ne prendra pas beaucoup de places dans ta hotte.

Je ne te demande pas des objets, mais des idées J’ai besoin d’idées nouvelles et qui marchent. Les deux, c’est mieux en fait. Au début, j’avais plein d’idées mais c’était pas les bonnes. Bon, j’exagère à dessin mon propos, pour donner plus de coeur à ma requête. Car il y a urgence, comme chaque année

Et si jamais tu n’as pas de bonne idées à m’offrir, fais au moins en sorte qu’elles en aient l’air. Jusqu’à l’année prochaine.

Impératif éthique : Agis toujours en vue d’augmenter le nombre de choix possibles ; Von Foester

Impératif politique : Agis toujours en vue d’augmenter le nombre de voix possibles ; politique anonyme

 

Un admirateur

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Cher admirateur, j’ai le regret de t’informer que, selon tes citoyens qui m’ont beaucoup écrit ces derniers temps, tu n’as pas été sage, et tu seras donc privé de cadeaux cette année. Pour te racheter l’an prochain il va falloir que tu te mettes au boulot et que tu trouves des idées tout seul. Si tu pouvais prendre le contrepied de tes idées qui n’ont pas marché… ce serait un bon début!

  • Cher admirateur, tu es trop dur avec toi même. Même avec des idées débiles, tu as été réélu pour un second mandat. Continue comme ça, plus tu coules la France, plus les neuneus qui t’ont élu t’aime et sont prêts à te suivre. La recette pour qu’on continue à t’aimer reste toujours la même : raconte n’importe quoi, paye les médias pour qu’elles la ferment, et distribue l’argent que tu n’as pas. Et n’oublie pas une chose fondamentale que t’ont apprise tes prédécesseurs : en cas de gros problèmes, c’est la faute des autres ou de l’Europe.

  • Mon cher Petit, Je ne comprends pas que tu veuilles charger ma hotte d' »Idées » alors que tes copains et toi en avez à revendre. Vous vous battez même avec à longueur de journées. Non contents d’assommer vos concitoyens avec leur poids (au sens propre -Codes et autres- et figuré), vous prétendez élargir votre terrain de jeu à la Terre entière. Alors bien sûr, j’aurais pu t’apporter quelques BONNES Idées mais comme finalement elles sont déjà disponibles en « magasin » et que tu ne les vois pas ou ne veux pas les voir, inutile d’alourdir le traineau.

  • Père Noel,
    Chaque cadeau, utile ou non, porte une TVA de 20%, et par définition augmente le PIB et donc mon budget. Alors n’oublie pas de faire plein de cadeaux, et attention ils doivent être fabriqués en France, sinon taxe carbone (calcul sur la base d’un pet de renne au km). Et n’oublie pas, je t’ai créé pour ça, alors au boulot, accroit l’économie et la consommation!

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
confinement pass sanitaire
5
Sauvegarder cet article

Pour un homme politique et un chef d’État en particulier, le mensonge permet d’accéder au pouvoir et/ou de s’y maintenir.

 

Chefs d’État de la Cinquième République

Il y a tout d’abord les mensonges lors des campagnes présidentielles.

François Mitterrand a utilisé son « programme commun » pour se faire élire et l'a abandonna dès 1983. Le mal était déjà irréversible et nous le payons encore aujourd’hui.

Lors du débat de l’entre deux tours de 1988 l'opposant à Jacques Chirac ce dernier l'a accusé d’avoir menti da... Poursuivre la lecture

Un article de Risk-monger

Les personnes comme moi affirment souvent que nous avons besoin d'une politique fondée sur la science. Les réglementations doivent suivre les meilleures preuves disponibles et des agences européennes ont été créées pour fournir ces informations aux décideurs politiques. Mais cela signifie-t-il pour autant que les preuves scientifiques sont les seules que les décideurs politiques doivent prendre en compte ? Existe-t-il d'autres types de preuves qui peuvent être tout aussi utiles dans le processus décisionnel ? ... Poursuivre la lecture

Par Axel Weber et Dan Sanchez.

Le philosophe du XIXe siècle Joseph de Maistre a écrit que "toute nation a le gouvernement qu'elle mérite."

C'est vrai dans un sens car, comme l'a écrit plus tard Ludwig von Mises, "l'opinion publique est en définitive responsable de la structure de l’État."

Les croyances et les valeurs d'un peuple déterminent les institutions qu'il embrasse ou accepte.

L'influence s'exerce également dans l'autre sens. Des systèmes de gouvernement différents créent des incitations différentes. Certain... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles