La taxe carbone aux frontières : une catastrophe

Les industriels qui veulent encore produire en Europe sont bien téméraires.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 9
industry by John Dierckx(CC BY-NC 2.0)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La taxe carbone aux frontières : une catastrophe

Publié le 15 décembre 2022
- A +

Le quotidien Le Monde nous le dit.

Pascal Canfin, eurodéputé Renew et président de la commission environnement du Parlement européen se réjouit :

 L’UE est la première zone commerciale au monde à mettre un prix carbone sur ses importations. On en parle depuis plus de vingt ans. C’est un accord historique pour le climat. »

Et Thomas Pellerin-Carlin, directeur du programme UE de l’Institut de l’économie pour le climat, abonde :

« C’est le mieux qui pouvait se passer, de s’assurer que les produits importés en Europe soient soumis au même prix carbone que s’ils avaient été produits en Europe. »

En juillet 2021, nous alertions déjà sur ce sujet en expliquant toutefois qu’elle ne serait probablement jamais mise réellement en application pour des raisons techniques (impossibilité d’avoir accès aux documents de fabrication pour déterminer le montant à taxer) et juridiques (dans les règles de l’OMC, obligation de prouver l’atteinte à l’environnement).

Mais à supposer que l’Europe persiste envers et contre tout, a-t-on bien analysé la chose ?

 

Le choix des matières premières

Comment établir un équilibre fiscal entre imports et production locale ?

Comme on s’y attendait, la taxe ne touchera que des matières premières. Appliquer le système à des produits finis implique une telle complexité d’évaluation que même la Commission européenne a reculé.

Elle s’appliquera donc à l’acier, l’aluminium, le ciment, l’engrais, l’électricité mais aussi l’hydrogène.

Or, tous ces produits sont taxés via des systèmes incroyablement complexes, non homogènes entre pays européens et certains bénéficient d’exonérations en général temporaires lorsqu’ils sont soumis à la concurrence internationale.

Il faudrait donc d’abord faire un inventaire complet intra-européen et évaluer la contrainte fiscale moyenne européenne qui s’exerce sur ces produits (puisque la taxe est aux frontières européennes) et mettre tous les pays au même niveau. Il est probable que ce travail ne sera pas fait de façon exhaustive et qu’on en restera au système d’imposition d’achats aux enchères de crédits carbones, les fameux quotas à polluer. Car c’est le seul système appliqué uniformément à toute l’Europe.

Or, il existe de nombreuses autres taxes plus ou moins liées aux émissions de CO2.

Par exemple, en France, la « contribution climat » qui s’applique sur l’énergie et donc se répercute aussi sur les coûts de production des matières premières concernées.

Si on veut rétablir une « égalité de traitement » entre les imports et les productions internes sur la base du système de quotas, il faut donc soit conserver les exonérations d’achats de quotas pour les activités intensives en énergie et appliquer aussi des calculs qui en tiennent compte pour les imports, soit supprimer les exonérations et c’est ce qui semble être l’objectif de la commission européenne. Cela double carrément les prix de revient pour l’acier, le ciment, l’aluminium.

 

Mais il subsiste de grosses difficultés pratiques

Même si les calculs sont plus simples pour les matières premières, on se heurte à des difficultés pratiques.

Une des principales est le fait qu’une partie de ces matières sont issues de procédés de recyclage : l’acier peut être fabriqué à partir de ferrailles dans un four électrique ; comme l’aluminium, le ciment peut provenir de sous-produits des hauts fourneaux sidérurgiques. Comment les différencier des produits issus de minerais au passage à la douane ? C’est probablement faisable en analysant très finement les produits mais c’est impossible à généraliser aux frontières. Et compter sur les exportateurs pour divulguer leurs procédés de fabrication… on peut toujours espérer. Or, entre matières neuves et matières recyclées, le bilan des émissions peut aller du simple au double. Et comme pour recycler on utilise des quantités énormes d’électricité, il faudrait également définir le bilan de l’électricité utilisée dans le pays exportateur…

Il est probable qu’aucun praticien industriel n’a été consulté tant le sujet semble mal parti.

 

Conséquences sur le consommateur

Jusqu’à présent, le système de quotas d’émission n’était pas appliqué à plein sur les matières premières très intensives en émission pour des raisons de concurrence avec les produits importés. Il fallait éviter « les fuites de carbone ». (dit crûment, les délocalisations). Si la taxe aux frontières existe vraiment un jour, cela n’aura plus de justification.

Tout économiste sérieux sait que de toutes façons faire du protectionnisme sur les matières premières est catastrophique pour la compétitivité des produits finis et que le bilan global est fortement négatif.

Mais c’est bien pire dans le cas de la taxe carbone puisque cela peut conduire à doubler le coût de fabrication de certaines matières premières issues directement des minerais. Ces matières peuvent être produites à partir de matières recyclées mais comme leur usage est en croissance le volume de déchets n’est pas suffisant pour subvenir aux besoins. En gros, on peut avoir 50 % de recyclés dans la production totale.

En fait, la taxe condamne arithmétiquement quasiment les hauts fourneaux, les électrolyseurs d’aluminium et les fabrications de clinker en Europe. Et si les contrôles aux frontières étaient efficaces pour différencier matières recyclée ou neuves, ce serait encore pire : ils condamneraient 50 % des volumes de produits finis européens contenant de l’acier ou de l’aluminium, ceux qui auraient été produits à partir des matières « neuves » devenues inaccessibles en prix.

 

Il y a un précédent

Sur un sujet très différent, l’Europe s’était déjà tiré une balle dans le pied.

Il s’agit de la réglementation sur les produits chimiques, « REACH » où les contraintes sont très fortes sur les matières premières et très faibles sur les produits finis, ce qui conduit également à des délocalisations.

Les industriels qui veulent encore produire en Europe sont bien téméraires.

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • bah… taxe carbone ok…

    simple .et universelle avec affectation claire …mondiale et comprehensible..

    sinon non… ça devient une simple redistribution idéologique….. avec une simple course à l’électeur banale;.

    -2
  • Les gauchistes ont une solution à chaque problème : une taxe ou un impôt.
    Vous avez raison d’évoquer la réglementation REACH, qui a sérieusement compliqué les approvisionnements des produits chimiques dans les entreprises.

  • Acier, aluminium, engrais chimiques, L’Allemagne est le principal producteur en Europe. Cherchez l’erreur !!!

  • Ayant – en début 2000s – critiqué l’attitude de certains « libéraux » alors à la tête de cette commission « environnement UE » à propos des excès de zèle REACH (passés en théorie de 100.000 à 30.000 produits)…
    il ne m’étonne guère d’observer que le groupe « Renew » (et son ex-PM belge Verhofstadt, naguère co-auteur avec Coehn Bendit…) agissent de façon clonée à propos du FAUX PROBLÈME du « CO2 climaxtique » et de sa financiarisation au travers de TAXE CARBONE et des Bourses qui vont avec !
    Al Gore & Co ont ainsi enfanté des monstres idéologiques (et financiers)… que seuls l’UE et ses apparatchiks adoptent aveuglément : il leur faut remplir les caisses vides du budget et une dette publique démesurée !

    Au-delà, comme dit l’auteur, l’applicabilité des mesures est assez illusoire (hors nos industriels, directement pénalisés sur leur territoire UE). Alors que dans le même temps, l’UE incite à une forte réindustrialisation ???
    2024 est quasi à nos portes, mais la population bêtifiée oubliera toujours ce qu’il lui en coûte d’entretenir la cohorte des apparatchiks UE inconséquents … Triste !

  • Les mécanismes économiques sont impitoyables. Pour faire un produit compétitif, il faut avoir accès aux meilleures ressources (matières premières, composants sous-traités…). Être génial ne suffit pas (et ce n’est d’ailleurs pas un monopole que l’on peut conserver sans efforts). Donc si l’on se met un boulet par des taxes supplémentaires sur ces importations, nous arriverons peut être à ce que nos consommateurs internes ne trouvent pas les produits finis importés moins cher mais nous n’empécherons pas nos produits d’être moins compétitifs à l’exportation.

  • Ce n’est pas se tirer une balle dans le pied, mais une rafale. À croire que l’UE ne connait que les mitraillettes ou le canon pour écraser une mouche.
    Cela va bien se passer 😉

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Comme le rapportent les médias, les dirigeants ont réponse à tout. Prix du carburant faibles ? Ils les remontent avec des taxes. Trop élevés ? Ils donnent des aides.

La Dépêche :

« L'indemnité carburant de 100 euros, disponible depuis lundi 16 janvier, a déjà été demandée par plus de 825 000 foyers uniquement lors de cette première journée. Cette aide concerne 50 % des ménages les plus modestes, qui disposent d'un revenu fiscal de référence inférieur à 14 700 euros en 2021. »

Vous prenez la voiture ? Obtenez donc un chèqu... Poursuivre la lecture

Par Connor O'Keeffe.

Après la crise financière de 2008, des appels ont retenti dans les publications de l'establishment et les bureaux exécutifs de Wall Street pour dire que nous assistions à la mort de la mondialisation. Ces appels se sont amplifiés et multipliés après le Brexit, l'élection de Donald Trump, la pandémie et l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Pourtant, les données semblent contester ce récit. Le commerce mondial a atteint un niveau record de 28 500 milliards de dollars l'année dernière et les projections prévoient un... Poursuivre la lecture

Du début des années 2000 à 2019, la part de PIB dans l'industrie manufacturière française est passée de 23 % à 10 %. Elle a encore légèrement diminué en passant en dessous du seuil des 10 %.

Malheureusement trois évènements récents vont probablement, sauf sursaut fort improbable, la détruire complètement.

 

Coût de l'énergie mal maîtrisé

Lorsqu’une taxation la plus importante au monde vient se conjuguer avec un coût de l’énergie cinq fois supérieur à celui des États-Unis, il ne faut pas s’étonner que pour les entrepr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles