Après le passé de l’URSS, voici celui de la Food and Agriculture Organization

La demande d’une plus grande protection de la biodiversité repose sur une falsification importante des données sur les forêts mondiales.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 4
Forêt by myri_bonnie(CC BY-NC-ND 2.0)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Après le passé de l’URSS, voici celui de la Food and Agriculture Organization

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 15 décembre 2022
- A +

L’actuelle demande d’une plus grande protection de la biodiversité via la protection des forêts mondiales à la COP15 de Montréal (décembre 2022) repose sur une falsification importante des données sur les forêts mondiales. Voici l’histoire.

C’est la Food and Agriculture Organization des Nations Unies (FAO) qui s’occupe à intervalle plus ou moins régulier de prélever et mettre en forme lisible les statistiques sur la superficie que les forêts occupent dans le monde. La première édition date de 1948 et la dernière de 2020. Le résultat peut être lu ici.

 

Des données publiques falsifiées

J’ai repris les différentes éditions du Global forest ressources assessment de la FAO. En ne lisant que la valeur « courante » -celle de l’année de publication- on peut lire d’abord une baisse de 1948 à 1990, la superficie des forêts du monde passant de 40 à 34 millions de km2. Par la suite une croissance intéressante  est survenue, amenant une mesure de 41 millions de km² en 2020, au moins égale sinon légèrement supérieure à la valeur de 1948. Déjà là nous avons un premier problème : où est la déforestation massive que se plaisent à dénoncer les groupes environnementalistes depuis des années?

Si l’on lit un peu plus, on peut s’apercevoir qu’à partir de 1990  à peu près la FAO augmente sensiblement et systématiquement les valeurs passées, ce qui fait apparaître une baisse continue de la superficie des forêts et une disparition assumée des écosystèmes. La valeur de 1990 a été revue à la hausse  à chaque édition successive depuis. De 34 millions de km² en 1990, on est passé à 36 millions en 1995, à 40 millions en 2000, à 41 millions en 2005, et à 42 millions en 2010 et 2020. Pour une différence après 30 ans de « plus » de 7 millions de km². Cela permet donc, par comparaison, oh surprise !, de faire apparaître une baisse de deux millions de km² entre 1990 et 2020 et aux environnementalistes de crier à la déforestation continue.

Rendu là, on peut quand même éliminer un argument, celui du délai de transmission des données. En effet, les données sur l’agriculture prennent environ trois ans avant d’être (à peu près) complètement transmises par les pays à la FAO. Il est donc possible qu’il y ait une certaine différence entre deux éditions pour cette raison. Il est possible qu’il y ait des erreurs de frappe ou que l’utilisation d’une meilleure méthode permettent de faire apparaître un meilleur estimé des données sylvicoles. Mais cette correction dépasse largement cela. Après 30 ans, il s’agit ni plus ni moins que d’une entreprise de falsification systématique des données publiques.

On peut y ajouter tout ce qui est dépensé par les gouvernements pour améliorer la qualité de l’air et de l’eau, sans compter toutes les restrictions gouvernementales via les lois et règlements, sous la pression des environnementalistes.

Je ne vois donc que deux alternatives : ou les actions des gouvernements en environnement sont complètement sans effet, ou la baisse de biodiversité n’est que du gros n’importe quoi.

 

Les problèmes qui en découlent sont nombreux

On peut s’en douter. Et ils dépassent largement le cadre de la FAO.

Mentionnons-en quelques-uns :

Ces données nous appartiennent, à vous et à moi en premier lieu. Nous payons des gens par nos taxes pour mesurer ici la superficie des forêts en plus d’évaluer les proportions des différentes espèces et le pourcentage d’arbres morts par exemple. Quelles que soient les valeurs obtenues et la précision (même relative) de celles-ci, nous devons exiger qu’elles soient conservées. Cela permet entre autres de juger de l’efficacité des politiques pour améliorer la situation, quitte à en abandonner certaines si le rapport coût-bénéfice n’est pas au rendez-vous.

La conservation des données participe aussi à la reddition de compte que nos gouvernements nous doivent. Si celle-ci n’est pas satisfaisante elle doit être prise en considération lors du choix périodique de nos représentants élus.

Cela finit par semer le doute dans la population sur les intentions réelles de nos gouvernements, sans compter leur capacité à résoudre un problème quel qu’il soit. Ce n’est pas en truquant les données que les gouvernements vont nous prouver leur sérieux.

On a beaucoup parlé des conspirationnistes durant la crise liée au covid. Ce genre de falsification entraîne probablement à chaque fois une hausse de leur nombre, rendant le débat public tout de même un peu plus difficile chaque fois. Certes les gouvernements peuvent à bon droit se réjouir de la hausse de leur nombre car cela complexifie la reddition de compte.

En effet, plus les conspirationnistes sont sous le feu de la ramp, moins ils ont à rendre de comptes. Il suffit de balayer toute question, même sérieuse et bien étayée en l’accusant d’émaner de la mouvance conspirationniste.

Cela a pour effet de focaliser l’attention sur certains problèmes au détriment d’autres qui seraient possiblement plus pressants au gré de l’agenda politique de certains. Il serait bien de pouvoir définir un certain nombre de problèmes, de leur assigner un niveau de préoccupation réaliste et de débattre des méthodes de résolution voire des montants que l’on peut réellement y consacrer. Au lieu de cela, certains peuvent s’immiscer dans le débat politique sans être élus, ni être redevables et imposer leurs vues -même clairement fausses- sans tenir compte du reste.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Nos sociétés sont tellement abruties par des divertissements débiles et des médias paresseux qu’on peut se permettre de leur raconter n’importe quoi : tout passe !
    Combien de personnes essaient de trouver des informations par elles-mêmes ?
    Comment exercer son esprit critique quand on ne sait même pas faire une règle de trois ?
    Il faut se rendre à l’évidence : ce n’est pas le déclin qui nous frappe mais la décadence, ce qui est beaucoup plus grave !

  • L’Ecologie de profession est une gigantesque Falsification du monde. La protection de la planète passe d’abord par l’élimination des écolos, de toutes nos instances de gestion.
    Les Greta, Hulot, Jadot, Rousseau, Voynet et autres démgoparasites …. Ils veulent le Tout électrique sans produire d’électricité, Poussons leur Logique : L’écologie n’a d’avenir que sans écolos !

  • On attend avec impatience que cet article soit repris par Le Monde ou Libé.

  • Citation:
    The uniform application of one forest definition had a significant impact on the global findings for the year 2000. The estimated forest area was 400 million hectares greater than the corresponding global figure reported for 1995; the change in definition particularly influenced the forest area estimates for Australia and the Russian Federation, where large areas of forest have between 10 and 20 percent canopy cover. Another factor leading to the upward revision of forest cover since FRA 1990 was improved information from more recent national inventories which generated higher area estimates for forests in some countries. In other cases, more detailed breakdown of forest classes in the inventory reports facilitated an improved classification of national results into FRA 2000 global standards. »
    Cela ne contredit pas l’auteur, mais il faut préciser que ce n’est pas caché. Ils reconnaissent eux même qu’ils changent la définition de « forêt », et… qu’ils sont un peu nuls dans le comptage. Bref, au vu que les changements de définition entrainent des variations plus fortes que les variations naturelles, on ne peut qu’en conclure que les données ne sont pas fiables.

    • oui…. mais le sujet est justement la place de la parole de la communauté scientifique…

      quand on pond 100 pages pour en fait laisser à croire qu’on sait alors qu’on ne sait pas..

      il y a quelque chose qui me chiffonne… il ya un but politique,.idéologique, « dissimulé! »!!
      on a un problème de « scientisme »!!!! et on a pas assez de résistance des scientifiques…

      quand on touche de l’argent publique on a un devoir de clarté!!!

  • Au passage on pourrait nous expliquer quel est le rapport entre la couverture forestière et la biodiversité.
    Faut-il confondre plus et mieux?

  • peu importe la fiabilité des données car le levier politique est un peuple qui hurle des slogans..

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Ce titre tape-à-l'œil n'est pas entièrement exact. Les sujets évoqués ci-dessous sont important, leur appréhension par les ministres laisse grandement à désirer.

À l’occasion du Conseil des ministres franco-allemand tenu le 22 janvier 2023, dans le cadre de la célébration du 60e anniversaire du Traité de l'Élysée, les ministres français et allemand de l’Agriculture, Marc Fesneau et Cem Özdemir, ont publié un communiqué de presse conjoint pour annoncer qu'ils ont « décidé de travailler étroitement ensemble au cours des prochaines années... Poursuivre la lecture

Le citoyen lambda a l'opportunité de se prononcer sur un projet d'arrêté posant une question très technique. S'il est pris, les lobbies antipesticides pourront clamer que le gouvernement est à la botte des betteraviers et du lobby des pesticides. Dans le cas contraire, ce sont les betteraviers qui risquent de prendre un bouillon.

(Source)

Le contexte

Le ministère de l'Agriculture et de la Souveraineté Alimentaire a mis en consultation publique jusqu'au 24 janvier 2022 un « projet d’arrêté autorisant provisoirement l'emploi de se... Poursuivre la lecture

économie et santé pénuries guerre
8
Sauvegarder cet article

Pour paraphraser un petit poulet un peu trop gonflé de sa propre importance, « l’abondance, c’est fini ». Apparemment, il va falloir tenir compte d’une réalité de terrain quelque peu bousculée : lorsqu’on regarde certains indicateurs avancés, on se rend compte qu’effectivement la sobriété va s’abattre sur le monde plus ou moins mollement selon les régions.

Bien évidemment, il n’est ici pas question de cette sobriété ridicule qui nous est actuellement marketée (pour faire du bon français) par les frétillantes équipes communicantes de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles