Midterms 2022 : les Démocrates défendent leur dernier siège

La défaite des Républicains est une nouvelle gifle pour Donald Trump qui avait soutenu Walker.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Donald Trump by Matt Johnon on Flicker (CC BY 2.0)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Midterms 2022 : les Démocrates défendent leur dernier siège

Publié le 13 décembre 2022
- A +

Donald Trump est-il devenu un fardeau ?

Le 6 décembre fut la dernière manche des élections de mi-mandat aux États-Unis. Le Parti démocrate a pu conserver le siège de Raphael Warnock, leur permettant ainsi d’avoir reconquis tous leurs sièges sénatoriaux en jeu, du jamais vu depuis 1934.

Il faut dire que le parti de Joe Biden avait mis le paquet pour garder ses sièges : ils ont dépensé des sommes record pour des élections de mi-mandat, y compris pour supporter des Républicains contre qui ils croyaient avoir plus de chance de gagner et ils ont sorti l’artillerie lourde comme l’ancien président Barack Obama pour stimuler les troupes. La course fut serrée – déclarée après 85 % de dépouillement des voix – mais les banlieues d’Atlanta ont donné la victoire décisive aux Démocrates.

Les Républicains ne se sont pas aidés dans cette course et plusieurs autres. Nonobstant « le soutien » des Démocrates pour certains candidats, la qualité de plusieurs candidats, y compris Herschel Walker en Georgie, laissait à désirer. Dans le cas de Walker, plusieurs inconsistances apparentes avec les idées conservatrices exposées au grand jour n’ont pas aidé sa cause. Il ne semblait même pas capable de distinguer un insigne de police honoraire de police en plein débat avec son opposant. Ses lapsus sont également devenus légendaires.

Cette commentatrice, visiblement déçue, n’était pas surprise du résultat.

 

Trump, un boulet pour les Républicains ?

Cette L Le méchant homme orange a perdu quatre des sept sièges sénatoriaux concurrentiels de l’élection, ce qui a coûté le contrôle du Sénat aux Républicains. Il reste à savoir si la défection de la sénatrice Kyrsten Sinema de l’Arizona jouera à l’avantage du parti.

Pour en revenir à Trump, il se plaint depuis 2020 que « son » élection avait été volée. Certes, l’exposition au grand jour du ban des affaires de Hunter Biden par Twitter ainsi que de la réduction artificielle de l’influence de plusieurs personnes plutôt conservatrices pourraient (avec certaines réserves) avoir influencé les intentions de vote.

Mais la réaction brutale de l’ancien homme d’affaires face à la situation donne raison à ses détracteurs quant à ses tendances autoritaires. En effet, il a affirmé sur son réseau social que les révélations récentes justifient la suspension de la Constitution et d’autres règles. En bon Donald Trump, il a évidemment tout nié moins de 48 heures après son affirmation originale.

Alors que plusieurs médias conservateurs parlent à peine de l’histoire, plusieurs Républicains se sont offusqués d’un tel appel à la tyrannie. Imaginez simplement la réaction de Trump (et de ses rares alliés dans les médias) si Hillary Clinton avait tenu des propos similaires sur la Constitution en 2016.

En fait, ses déclarations choquantes sont sans doute l’occasion en or tant attendue par plusieurs Républicains pour prendre leurs distances avec l’ancien président. Déjà, le gouverneur de la Floride Ron DeSantis est pressenti comme un candidat solide pour la présidentielle de 2024 selon des sondages. Il a gagné 14 points sur Trump depuis octobre et est à égalité avec Biden. Ce dernier sondage donne un avantage de 10 points à Biden contre Trump.

Que l’on aime ou non le style de DeSantis, sa popularité dans son État est indéniable. Bien qu’il semble faire marche arrière face à Walt Disney, il a réussi une « conquête » inespéré du vote hispanique dans le comté de Miami-Dade, qu’Hillary Clinton avait gagné avec 65 % des voix en 2016. Les conservateurs aimeront son style anti-woke, mais il aura du pain sur la planche pour mieux se faire connaître sur la scène nationale.

Bref, la victoire démocrate en Georgie est le moment où jamais pour les Républicains d’adopter une stratégie concrète pour 2024. Une lacune dans ce domaine a mené à une victoire amère à la Chambre des représentants.

Malgré sa baisse de popularité, Donald Trump demeure encore très influent. Il est déjà en campagne et commence ses attaques contre DeSantis. Il reste à savoir s’il fera un « George Wallace » pour ainsi diviser le vote républicain et faciliter une victoire démocrate.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • « si les républicains ne veulent pas de moi, que les républicains disparaissent » a un côté Néron et l’incendie de Rome

  • Donnez la citation de Trump sur la Constitution que les gens puissent se faire un avis :
    « So, with the revelation of MASSIVE & WIDESPREAD FRAUD & DECEPTION in working closely with Big Tech Companies, the DNC, & the Democrat Party, do you throw the Presidential Election Results of 2020 OUT and declare the RIGHTFUL WINNER, or do you have a NEW ELECTION? A Massive Fraud of this type and magnitude allows for the termination of all rules, regulations, and articles, even those found in the Constitution. Our great « Founders » did not want, and would not condone, False & Fraudulent Elections! »
    « Donc, avec la révélation d’une FRAUDE et d’une DÉCEPTION MASSIVES et ÉTENDUES en étroite collaboration avec les grandes entreprises technologiques, le DNC et le Parti démocrate, allez-vous rejeter les résultats de l’élection présidentielle de 2020 et déclarer le VAINQUEUR légitime, ou allez-vous organiser une NOUVELLE ÉLECTION ? Une fraude massive de ce type et de cette ampleur permet de mettre fin à toutes les règles, règlements et articles, même ceux qui se trouvent dans la Constitution. Nos grands « Fondateurs » ne voulaient pas, et ne toléreraient pas, des élections fausses et frauduleuses ! »

    De plus, cette élection n’est pas forcément un échec pour Trump puisque le vote populaire a été élevé et en faveur des Républicain, plus de 7,5 millions de voix en plus pour le GOP. Le seul échec c’est l’establishment Républicain qui localement a fait campagne contre des candidats Trump plutôt que de vouloir travailler main dans la main.

    • Quand on lit la citation en entier, il ne fait aucun doute que ce qu’a dit Trump est en réalité à l’opposé de ce que les médias essayent de nous vendre. Même si le ton adopté dans l’article est assez neutre, je trouve pour le moins problématique (et c’est un doux euphémisme) que Contrepoint donne crédit à des allégations qui sont manifestement fausses.
      De plus, il est maintenant certain que le FBI en service commandé pour les démocrates ont gravement interféré dans le débat public et ont influencé le résultat des élections. Il est désormais incontestable que le FBI agit comme une police politique.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Des milliers de partisans de l’ancien président Jair Bolsonaro ont pris d’assaut le palais présidentiel, le congrès et la Cour suprême ce dimanche à Brazilia, appelant à une intervention militaire pour destituer le président nouvellement élu Luiz Inácio Lula da Silva. Malgré les dégâts occasionnés, le gouvernement semble avoir repris le contrôle des bâtiments sans trop de difficultés.

All eyes need to be on Brazil right now. Democracy is completely under attack. Bolsonaro supporters are invading Congress, the presi... Poursuivre la lecture

Lorsqu'ils sont dans l’opposition, les Républicains adorent dénoncer les excès de leurs pairs démocrates. La dernière pandémie leur a certainement donné beaucoup de munitions. Mais quand ils sont au pouvoir, ces principes libéraux sont relégués aux ordures.

Ron DeSantis l’a démontré en Floride avec une loi imprécise sur l’éducation qui fera sûrement le délice des avocats. Et tout récemment, un législateur du Texas a proposé une loi pour interdire la fréquentation des réseaux sociaux aux mineurs. Seraient notamment imposées la vérificat... Poursuivre la lecture

Donald Trump
0
Sauvegarder cet article

Un article de la rédaction de la Nouvelle Lettre

Il était bien le seul à croire qu’il pouvait encore gagner. Les élections du midterm ont été un total échec pour Donald Trump, ses candidats ont échoué. Les commentateurs en ont conclu à juste titre que Trump candidat républicain en 2024 serait une chance inouïe pour les Démocrates : contre toute logique et contre toute attente Joe Biden serait réélu.

Cette opinion est partagée par la plupart des médias conservateurs, y compris la chaîne Fox qui a soutenu la candidature et la prés... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles