Réintégration des soignants non-vaccinés : nouvel imbroglio au sein de la NUPES

Cet imbroglio est malgré tout venu relancer le débat qui existe au sein du groupe Nupes sur la ligne à adopter face aux textes du Rassemblement national.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Screenshot 2022-06-13 at 11-47-51 La NUPES arrive en tête déferlez dans les bureaux de vote dimanche prochain ! - YouTube

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Réintégration des soignants non-vaccinés : nouvel imbroglio au sein de la NUPES

Publié le 10 décembre 2022
- A +

Les députés La France Insoumise ont annoncé mercredi retirer leur proposition de loi sur la réintégration du personnel non-vacciné des établissements de santé, un texte que le Rassemblement national avait accepté d’inscrire à l’agenda de sa journée réservée à l’Assemblée en janvier. Les deux parties se renvoient la balle sur leur projet partagé de réintégration des soignants non-vaccinés, chacun accusant l’autre de coups tordus.

En reprenant dans sa propre niche parlementaire la proposition de loi LFI sur la réintégration des soignants non-vaccinés contre le covid, le RN a tenté mardi un coup politique, semant la zizanie au sein de l’alliance Nupes, où Parti socialiste et Parti communiste notamment ont aussitôt réclamé le retrait du texte.

Devant la presse à l’Assemblée, la députée LFI Caroline Fiat venait d’annoncer qu’elle acceptait de soutenir sa proposition de loi sur la réintégration des soignants non-vaccinés dans le cadre de la niche parlementaire du RN prévu le 12 janvier :

« Le RN m’offre du temps parlementaire ! », se réjouissait-elle.

« Sur ces sujets, on doit être capable de passer au-delà d’une vision partisane et juste politicienne », affirmait Marine Le Pen un peu plus tôt dans la journée, toujours en quête de respectabilité.

Ce n’est pas la première fois que le RN met la gauche dans l’embarras : lors du vote de la première motion de censure LFI contre le gouvernement, dans le cadre du budget, le parti de Marine Le Pen s’était rallié contre toute attente à ce texte, divisant l’alliance de gauche et offrant clé en main un angle d’attaque à la macronie sur une prétendue collusion LFI/RN.

Très favorables au retour des soignants non-vaccinés, les députés RN estiment que le texte insoumis porté par la députée Caroline Fiat et qui n’avait pas pu être adopté faute de temps, « aurait pu faire l’objet d’un vote positif d’une majorité de députés en janvier prochain. »

La macronie s’est aussitôt engouffrée dans la brèche :

« Nous pensions que les digues sauteraient d’abord entre la droite et l’extrême droite. Mais c’est bien l’extrême gauche et la Nupes qui franchissent une nouvelle étape dans leur lune de miel avec les lepénistes », a lancé sur Twitter Stéphane Séjourné, le chef du mouvement présidentiel.

« Quand le RN tend un piège, le mieux est de ne pas sauter dedans à pieds joints. À aucun moment et sous aucun prétexte, il ne peut y avoir de confusion entre la gauche et l’extrême droite », assène le député Olivier Faure, premier secrétaire du Parti socialiste, sur Twitter. À quelques semaines du congrès du Parti socialiste, où il sera confronté à deux candidats opposés à l’alliance avec LFI, Olivier Faure réclamait que les insoumis « prennent une décision qui permette de ne pas laisser l’idée qu’il puisse y avoir une confusion » entre le RN et la gauche. Ses opposants internes ont d’ailleurs rapidement dénoncé le « populisme » et « une confusion funeste. »

« Il n’y a jamais eu et il n’y aura jamais d’accord de notre groupe avec l’extrême droite », a insisté mercredi le groupe des députés insoumis dans son communiqué, dénonçant des « mensonges inacceptables » à ce sujet. « Le groupe LFI retire son texte usurpé par le RN. La frontière est claire », a souligné sur Twitter Jean-Luc Mélenchon.

Dans un communiqué envoyé mercredi matin, le groupe LFI expliquait que « les soignants suspendus n’ont pas vocation à servir les coups de communication du RN », et qu’il déposerait « une nouvelle proposition de loi » sur le sujet. Et de souligner que ces « mensonges sont particulièrement insupportables le jour où la macronie et le Rassemblement national votent ensemble une loi sur la sécurité intérieure, après avoir voté ensemble la semaine dernière une loi anti-locataires. »

Dénonçant « une basse reddition politicienne », le RN a accusé LFI de « passer ses intérêts politiciens avant l’intérêt général ».

« LFI aurait pu abandonner leurs intérêts boutiquiers et politiciens pour défendre sincèrement les intérêts des soignants », soupire le député Sébastien Chenu.

Ce sont les Insoumis et le RN qui ont monté de toutes pièces ce qui est un non-sujet. Les soignants non-vaccinés représentent en effet un effectif de quelques milliers d’infirmiers et de quelques dizaines de médecins selon les décomptes du ministère de la Santé. Comment LFI ou le RN peuvent-ils à la fois dénoncer l’incurie du gouvernement sur l’état du système hospitalier et considérer que quelques centaines de bras en plus permettraient de soulager un hôpital sous haute tension ? En fait, depuis des mois les soignants suspendus servent la communication des deux extrêmes. Ce n’est rien d’autre qu’un calcul politicien.

Mais cet imbroglio est malgré tout venu relancer le débat qui existe au sein du groupe Nupes sur la ligne à adopter face aux textes du Rassemblement national.

Voir les commentaires (18)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (18)
  • Les soignants non vaccinés apprécieront la sincérité des députés Nupes qui demandaient leur réintégration il y a seulement quelques semaines.
    Une petite remarque aux âmes incorruptibles de la Nupes : si un pompier encarté RN se propose de vous sauver des flammes, je suis certain que vous refuserez son aide et que vous préférerez mourir pur.
    Au delà des clowneries des élus Nupes, la non réintégration des soignants non vaccinés est un scandale contraire au droit du travail.
    C’est une honte pour les autorités médicales, une honte pour les syndicats qui n’ont rien fait pour eux et une honte pour notre gouvernement qui ne se prive pourtant pas de donner des leçons à la terre entière.
    Je ne suis pas sympathisant RN mais je dois bien reconnaitre que ça aurait de la gueule si leur texte était adopté !
    Malheureusement, je crains que les réflexes boutiquiers de nos députés soient beaucoup plus forts que leur empathie pour des soignants qui n’ont rien fait de mal et qui ne méritent pas ce traitement digne d’une dictature.

    • A partir du moment où on ne peut pas dans la pratique choisir son soignant, je ne vois pas pourquoi vous pourriez m’en imposer qui aient pour principe de refuser la vaccination. La réintégration, c’est comme le paiement des jours de grève : un droit de fonctionnaire syndicaliste accordé à ceux qui ne font pas consciencieusement leur boulot et manifestent un mauvais esprit. Une manière de décider à la place du cochon de payant en lui refusant le libre choix, et c’est bien un point où malheureusement le RN rejoint la NUPES.

      -2
      • Le droit du travail, ça existe et la suspension des soignants non vaccinés est contraire à ce droit.
        Comparer la réintégration des soignants au paiement des jours de grève est osé, sachant tout ce qu’on demande au personnel médical.
        Si le vaccin n’empêche pas les contaminations, que votre soignant soit vacciné ou non n’a aucune importance : c’est pourquoi tous les pays, sauf la France, ont réintégré leurs soignants.
        En ce qui me concerne, je préfère avoir affaire à un soignant non vacciné qu’à pas de soignant du tout !

        • Le droit du travail français est tel qu’on peut toujours lui faire dire n’importe quoi, donc je déteste m’y référer. Le personnel médical n’a pas de droit du fait qu’on lui demande beaucoup. C’est même là encore totalement illibéral : certains se dévouent corps et âme, et d’autres se comportent de manière très limite (de l’autre côté de la limite, si vous voyez ce que je veux dire). En tant que patient, votre seul droit est d’offrir une boite de chocolats aux premiers quand vous en sortez enfin, et de mettre votre mouchoir par dessus quand vous ne parvenez pas à vous taire sous la douleur malgré les injonctions de la soignante que ça dérange dans son attente oisive de la relève par une personne plus consciencieuse.
          Le problème n’est pas que le soignant soit vacciné ou pas, le problème est qu’il ait refusé la vaccination alors que c’était un geste qui pouvait, pensait-on, protéger les patients. Sa quiétude personnelle passait avant la santé du patient. Cf. paragraphe précédent.

          -2
          • C’était un geste dont on pensait que…
            Mais il y a longtemps qu’on ne le pense plus.
            On peut penser aussi qu’il a servi à justifier pass et autres vilenies.
            Il est temps que la Macronie médite cela :
            – ce n’est pas ce que nous ignorons qui nous attire des ennuis, c’est ce que nous savons mais qui est faux.

            • Commencez par méditer vous-même, ça laissera le champ libre à ceux qui combattent la Macronie sans se tirer, eux, de balle dans le pied.

          • Là vous faites de la morale !
            Je peux vous retourner votre argument : si vous êtes en état de donner votre sang et que vous ne le faites pas, alors que vous savez que ce geste sauve réellement des vies, vous faites passer votre quiétude avant celle des autres.
            Les médecins qui passent leur temps sur les plateaux TV, plutôt qu’auprès de leurs malades, ont beaucoup plus à se reprocher que les soignants qui ont refusé un vaccin dont l’efficacité n’avait pas été prouvée.

        • Pour appuyer votre commentaire j’ajouterai que la UK Health Security Agency le pendant de la HAS produisait un rapport hebdomadaire « COVID-19 vaccine surveillance report » sur l’état des lieux des malades et comparait le risque de contracter le COVID selon que l’on soit vacciné ou non.
          J’invite donc votre contradicteur à lire les rapports et surtout la progression du nombre de contaminés vaccinés qui évolue très rapidement après la date d’injection 2 injections + rappel.
          Pour être synthétique : à partir de la date de l’injection le rapport du taux de contaminés passait de 1.5 pour un non vacciné après 15 jours à 3-4 après 2 mois!!
          Pour un malade il est nettement préférable d’être suivi par un soignant non vacciné car le vaccin amplifie le risque de contracter le COVID par à minima 3 pour le soignant vacciné.
          La HAS informait dans ses rapports que le risque pour les vaccinés de contracter le virus existait mais on avait droit seulement à une petite ligne alors que les anglais sont beaucoup plus transparents sur le plan scientifique.
          A Michel la non réintégration des soignants est une décision politique sans aucun fondement scientifique.

      • Vous allez vraiment trop loin ici. Si vous ne voulez pas d’un médecin non vacciné (ou noir ou antipathique), n’allez pas le voir, et faites la queue chez un gentil docteur vacciné. Ceux qui ont avoué ne pas s’être fait vacciner sont connus déjà du fait de leur suspension, et sinon posez leur la question si cela vous importe. Vous pouvez beaucoup plus choisir votre soignant que choisir de payer les fonctionnaires (grévistes ou non) : on vient vous prendre votre argent des impôts par la force, vous faites le geste d’aller vers un ou des médecins et leur soumettez vos problèmes.
        La prise d’otage ici ce n’est pas les vilains qui ont exercé leur propre consentement éclairé aux soins auquel tout être humain a droit sans représailles (d’apèrs la DDHC, nos lois en matière de santé et le droit international depuis les nazis), c’est l’exercice illégal de la médecine qui fait d’un praticien non diplômé par l’Etat ou non obéissant un hors-la-loi traqué par la police même lorsqu’il ne cause AUCUN préjudice.
        En tant que libéral si vous voulez emmerder quelqu’un sur son activité vis-à-vis de vous ou de tiers, démontrez au moins qu’il a directement causé un préjudice réel à une personne !

        Quant à la quiétude personnelle du médecin contraire à son dévouement pour les patients, on marche sur la tête : combien de gens sont réellement prêts à souffrir délibérément pour essayer d’éviter une peine potentielle à des inconnus avec qui ou pour qui il travaille ? Les gens suivent les recommandations professionnelles soit parce qu’elles sont dans leur intérêt (équipements de protection par exemple), soit parce qu’ils sont menacés de licenciements (dont notamment ces vaccins). Aimer les patients plus que son intérêt personnel c’est une dégoûtante hypocrisie dans 99% des cas (et ça a sans doute couvert le fait que vos super médecins à QR-code qui se disent vaccinés ne le sont certainement pas tous).

  • LFI, NUPES et RN ont tout trois un programme d’extrême gauche populiste. Le programme d’extrême gauche populiste étant en France celui qui a le plus de chances de les amener au pouvoir. Les différences entre leurs programmes restent minimes et souvent irréalisables car en conflit avec les lois européennes (comme l’immigration ou les éoliennes).
    Pour conclure, on en france a donc une extrême gauche populiste et une gauche extrême (Macron et LR) en passe de devenir populiste (coupure d’électricité ou pas coupure, masque ou pas masque, nucléaire mais sans changer la loi de sa part de 50%, terre d’immigration ou pas vocation à accueillir toute la misère de monde,….).

    • NUPES ?LFI et Cie sont des partis français ils votent contre la France
      RN qu’on le veuille ou non défend la France au contraire de ces partis de gauche qui ont soutenu Macron lors de l’élection présidentielle. Quand à Macron lui fait mieux que NUPES ,LFI et Cie , il trahit la France

  • ah… se définir comme un parti de rebellion et non de rebelles…
    ce sont aussi des gens qui contestent la police prônent un état policier totalitaire ..

  • Ne jamais faire confiance à l’extrême gauche, socialos et autres communistes…

  • « Quelques centaines de bras en plus »… Et le pouce !
    Il faut plutôt compter en milliers.
    Les seuls ici à faire preuve de constance et de cohérence, ce sont les élus du RN.
    Cette obligation de vaccination ne tient plus la route depuis qu’on sait que le vaccin n’est pas stérilisant. Loin s’en faut. Mais la Macronie s’entête bêtement.
    Des élus qui laissent tomber leur propre proposition parce qu’elle est reprise par l’adversaire politique sont l’expression même de la bêtise sectaire.
    Les élus RN ont-ils vraiment voulu faire un coup ? Difficile de le savoir. Si c’est le cas, en retirant son texte, le piège dans lequel est tombée la Nupes est encore plus profond.

    • La réalité pour la majorité est toute autre qu’un entêtement de façade.
      La réintégration ne marchera pas : vu la durée de suspension sans salaire et les torrents de boue versés sur eux, les soignants dont on demandera le retour ne reviendront pas, ou si peu, et en tel rupture sociale avec leurs collègues que la situation du système de santé n’en sera pas améliorée, et que Macron passera (encore plus) pour un sombre imbécile.
      Ils le savent, donc aucune réintégration ne sera jamais autorisée afin de sauver la face.
      L’hôpital quant à lui est mort et bientôt enterré, apprenez vite à vous opérer vous-mêmes ou trouvez vous un Dieu qui guérit efficacement toutes les maladies.

  • En refusant de s’associer au RN pour voter les motions de censure ou la réintégration des soignants non vaccinés, LFI est entré dans la majorité présidentielle.

  • Là vous faites de la morale !
    Je peux vous retourner votre argument : si vous êtes en état de donner votre sang et que vous ne le faites pas, alors que vous savez que ce geste sauve réellement des vies, vous faites passer votre quiétude avant celle des autres.
    Les médecins qui passent leur temps sur les plateaux TV, plutôt qu’auprès de leurs malades, ont beaucoup plus à se reprocher que les soignants qui ont refusé un vaccin dont l’efficacité n’avait pas été prouvée.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Si vous pensez que les politiques paniques et opportunistes en matière de pandémie ont aspiré la liberté des gens au cours des dernières années, vous avez raison ! Alors que les dirigeants politiques du monde entier serrent depuis longtemps la vis à leurs populations qui souffrent, le covid a donné à un trop grand nombre d'entre eux une excuse pour accélérer le processus. Selon la dernière édition de l'indice de liberté humaine, publié par le Cato institute et le Fraser institute canadien, cela rend la vie pire pour presque tout le monde.

... Poursuivre la lecture

L'endettement des administrations publiques doit aujourd’hui atteindre les 3000 milliards d’euros, soit 44 280 euros par Français. Le déficit du budget de l’État s'est élevé à 156 milliards d’euro en 2022. Plus de la moitié de la production de valeur, soit 59,2% du PIB, est consacré aux dépenses publiques, auquel il faudrait ajouter les chiffres des diverses entreprises (EDF, Engie, ADP, Airbus, Renault…) dont l’État est actionnaire à hauteur estimée de 125 milliards d’euros, valeur purement théorique vu que ces entreprises cumulent un endett... Poursuivre la lecture

Une vidéo qui circule sur les réseaux sociaux semble accuser Pfizer de développer des mutations sur le Covid-19 pour développer des vaccins.

Let’s see 30M

Share, retweet, and embed this video!

This story is far from over. pic.twitter.com/xaRvlD5qTo

— Project Veritas (@Project_Veritas) February 1, 2023

Filmé en caméra cachée par l’organisation conservatrice Project Veritas, un cadre de l’entreprise pharmaceutique y explique à son interlocutrice quatre choses intéressantes sur la p... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles