Trump loser : leçons pour la France

Cette déchéance politique de Trump contient plusieurs enseignements utiles aux Français.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Donald Trump by Gage Skidmore(CC BY-SA 2.0)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Trump loser : leçons pour la France

Publié le 5 décembre 2022
- A +

Un article de la rédaction de la Nouvelle Lettre

Il était bien le seul à croire qu’il pouvait encore gagner. Les élections du midterm ont été un total échec pour Donald Trump, ses candidats ont échoué. Les commentateurs en ont conclu à juste titre que Trump candidat républicain en 2024 serait une chance inouïe pour les Démocrates : contre toute logique et contre toute attente Joe Biden serait réélu.

Cette opinion est partagée par la plupart des médias conservateurs, y compris la chaîne Fox qui a soutenu la candidature et la présidence de Trump. Comme le fait remarquer Nicolas Lecaussin, le Wall Street Journal (quotidien libéral s’il en est) rappelle que l’on peut avoir soutenu Trump dans quelques aspects de sa politique sans pour autant tolérer son impulsivité, ses excès, son ego surdéveloppé. En revanche, son combat contre l’Iran, sa réforme fiscale, sa dérèglementation, la nomination des juges à la Cour suprême, sa réforme énergétique (utilisation intensive des gaz de schiste) peuvent être approuvés mais pas ses autres mesures, ses discours à relents populistes et même illibéraux (réduction des libertés publiques et des droits individuels).

Nous pensons que sa déchéance politique contient plusieurs enseignements utiles aux Français : l’homme importe moins que le programme, il n’y a pas de programme sans doctrine, la doctrine est enracinée dans la société civile.

 

Trump sans programme

Dès son apparition sur la scène politique, Trump a su faire valoir sa réussite professionnelle, sa richesse et toutes les vertus dont il était paré.

Certes il a utilisé des slogans habituellement en cours chez les Républicains : « L’Amérique est de retour » ; « Je veux que tous les Américains deviennent riches ». Mais les slogans ne tiennent pas lieu de programme. La référence au nationalisme et au capitalisme peuvent correspondre à l’attente d’une majorité de citoyens américains mais cette majorité a été surtout obtenue par la mauvaise situation économique et sociale héritée des deux présidences Obama.

Au final, les électeurs ont voté Trump et Trump seulement en tant qu’homme providentiel. Il est certain que les électeurs français sont encore sous l’emprise du gaullisme. Le général providentiel est encore présent non pas pour sa politique mais pour le souvenir de la grandeur de la France qu’il prétendait incarner. De même les Français ont porté au pouvoir Giscard et Chirac parce qu’ils les croyaient capables de rompre avec le régime sortant. En revanche Mitterrand avait hélas un programme.

On me dira que fort heureusement les hommes providentiels ne sont pas légion en France actuellement. Mais beaucoup de candidats s’estiment ainsi, investis de missions salutaires : Emmanuel Macron bien sûr mais aussi Éric Zemmour, sans doute Marine Le Pen et naturellement Jean-Luc Mélenchon. D’autres pensent pouvoir être providentiels en 2024 : attendons leurs programmes.

 

Trump sans doctrine

Comme tout homme providentiel, Trump ne s’est pas encombré d’une doctrine.

Il était sûr que son expérience et ses talents de grand entrepreneur pouvaient l’inspirer au hasard des conjonctures. L’empirisme est préféré au dogmatisme. « La doctrine du gaullisme est de ne pas en avoir », disait Michel Debré, un connaisseur. L’empirisme peut aller jusqu’à la trahison des électeurs et même des peuples entiers mais les promesses électorales ne tiennent pas lieu de doctrine. D’abord parce qu’elles procèdent de l’électoralisme : il faut dire à chaque catégorie de citoyens ce qu’elle attend ; ensuite parce que la doctrine implique un engagement et une cohérence qui gênent l’élu dans son action.

Ce refus de la doctrine (« adoxalisme » disait Daniel Villey) ou cette indifférence à l’égard de la doctrine atteint les partis politiques eux-mêmes. Il fut un temps ou droite et gauche avaient un sens, très approximativement conservatisme contre progressisme. Aujourd’hui les partis politiques ne sont que des machines électorales destinées à sélectionner et financer des candidats. Cela est vrai des Républicains aux États-Unis, le GOP est un assemblage de conservateurs de droites radicales et réactionnaires voire même de libertariens.

Mais cela est également vrai pour Les Républicains français qui rassemblent bizarrement gaullistes de droite et de gauche, radicaux modérés, centristes raisonnables, conservateurs, sociaux-démocrates et quelques libéraux. Les trois candidats à la présidence le 3 décembre illustrent parfaitement ce désordre doctrinal. La conséquence ne peut être que la disparition du parti ou son enfermement dans la doctrine du « Ne rien faire » et de se réserver pour les bonnes occasions ; difficile à gérer dans la conjoncture présente.

 

Trump sans racine

D’ailleurs, comment se forme une doctrine politique ? Comment se présente un choix de société ? Logiquement, ce ne peut être le projet d’un candidat ou le décret d’une majorité. Le choix s’inscrit dans l’histoire.

Aux État-Unis, le Conseil constitutionnel est gardien des valeurs constitutives de la Fédération mais il est de plus en plus critiqué par la classe politique et même dans l’opinion publique.

En France, René Raymond distinguait naguère trois droites : légitimistes, orléanistes, bonapartistes. Mais l’histoire elle-même est faite de la recherche permanente d’un ordre spontané c’est-à-dire, comme le rappelait Hayek, de règles du jeu social éprouvées par la pratique et évoluant à travers un processus d’essais et d’erreurs. La classe politique et a fortiori les hommes providentiels et les partis électoralistes sont souvent déracinés car ils imaginent le progrès comme un mouvement venu du haut, de l’élite au pouvoir, vers le bas, le bon peuple qui leur a donné le pouvoir : top down.

Nous savons que le progrès est au contraire bottom up et la base (le bottom) est constituée par la société civile, celle qui fait que la nation est la nation, alors que la France a le malheur de consacrer l’État-nation.

On se rappelle les débats très vifs au moment de la rédaction de la Constitution de l’Union européenne. La France et Giscard d’Estaing le premier, ont obtenu qu’il ne soit pas fait référence aux « racines chrétiennes de l’Europe ». Cinquante ans plus tard, le résultat est une Europe sans racine, une Europe sans foi ni loi déchirée par les souverainismes populistes. Ou despotiques.

Au début du XXe siècle Bergson disait que « l’Europe a besoin d’un supplément d’âme ». Ce besoin n’a guère été satisfait, avec deux guerres et nombre de dictatures inhumaines. En revanche les Européens et les Français en particulier ont eu droit à l’expansion de l’État, à un supplément de politique.

Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • S’il est vrai que nos politiciens n’ont aucun programme depuis Mitterrand, ce n’était pas le cas de Trump (en particulier relancer le charbon et les énergies fossiles, baisser les impôts des classes moyennes, se retirer d’Afghanistan, arrêter l’immigration, etc etc). Un programme qui ne plaît pas à notre gauche caviar écolos qui lui reproche tout et son contraire.
    Si le raz-de-marée républicain n’a pas eu lieu aux mid-term, c’est uniquement à cause de l’abolition de la loi pour l’avortement. Loi avec laquelle Trump n’a rien à voir. Ne soyons pas si certains que Trump perdra la prochaine présidentielle.

  • Le chemin de croix du TCE…
    Ce n’est pas Giscard qui soutenait mordicus d’exclure les « racines chrétiennes de l’Europe » mais… Chirac.
    Conviction personnelle du président d’alors ou calcul électoral ? Chirac voulait un plébiscite et la gauche ne voulait pas de cette mention.

  • Excellente intervention de la part de Contrepoints, corriger l’erreur ridicule du titre initial, original (cliquer sur ‘Sur le web’ pour le voir).
    ‘Looser’ n’a strictement aucun sens ici, ça veut dire : more loose, plus détaché que, plus délié que, plus desserré que, etc., de loose, détaché, délié, libre, desserré.
    Autrement dit, Trump loser, OK, mais « Trump looser », non.

  • Sans programme ? Pourtant, le fameux « MAGA » et son « protectionnisme » est sur toutes les lèvres des Démocrates et autres médias de propagande, tellement il fait peur… 🙂

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
photo d'Eric Ciotti
6
Sauvegarder cet article

À droite on suit le chef. C’est comme ça. Ça a toujours été comme ça.

Et quand le chef dit une bêtise, on répète la même bêtise. Quand le chef fonce droit dans le mur, on fonce tous droit dans le mur.

Bon, ne soyons pas trop dur. Le ralliement des Républicains au projet de la majorité sur le sujet des retraites n’est peut-être pas encore l’achat de billets de dernière minute pour la traversée inaugurale du Titanic ou l’enrôlement dans la légion le jour du dernier parachutage sur Diên Biên Phu, mais c’est quand même a minima une ... Poursuivre la lecture

Des milliers de partisans de l’ancien président Jair Bolsonaro ont pris d’assaut le palais présidentiel, le congrès et la Cour suprême ce dimanche à Brazilia, appelant à une intervention militaire pour destituer le président nouvellement élu Luiz Inácio Lula da Silva. Malgré les dégâts occasionnés, le gouvernement semble avoir repris le contrôle des bâtiments sans trop de difficultés.

All eyes need to be on Brazil right now. Democracy is completely under attack. Bolsonaro supporters are invading Congress, the presi... Poursuivre la lecture

Eric Ciotti
1
Sauvegarder cet article

Par Olivier Guyottot.

 

Éric Ciotti, président nouvellement élu du parti Les Républicains (LR) aura peu de temps pour savourer ce succès. Les défis qui l’attendent semblent nombreux et compliqués. Alors que plusieurs défections ont suivi l’annonce de sa victoire face à Bruno Retailleau avec 53,7 % des voix, le principal challenge sera sans doute de stopper le mouvement de déclin du parti entamé depuis l’élection d’Emmanuel Macron à la tête de l’État en 2017. L’enjeu est d’éviter à terme sa disparition.

Les recherches... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles