Comment avoir du rendement avec l’immobilier locatif ? (2)

Si vous voulez que votre rendement ne s’effrite pas rapidement, vous devez vous tourner vers d’autres types de location que l’habitation.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
Photo by Tierra Mallorca on Unsplash

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Comment avoir du rendement avec l’immobilier locatif ? (2)

Publié le 3 décembre 2022
- A +

Première partie de cette série ici.

 

Les loyers d’habitation – qui sont le plus encadrés par l’État – sont donc sujets à une forte érosion par rapport à la hausse des prix. Le propriétaire tombe victime dans la durée d’un effet ciseau : augmentation des dépenses contraintes lui incombant bien supérieure à l’augmentation des loyers qu’on lui permet de pratiquer. D’où le bien-fondé de privilégier les baux de courte durée ou mieux encore les locations commerciales ou professionnelles.

La semaine dernière, je vous parlais de l’envolée du prix de l’immobilier et des multiples raisons qui faisaient que le rendement était difficile à trouver dans ce secteur sauf à délaisser l’immobilier locatif d’habitation.

Cette semaine, je vous propose de détailler quelques chiffres.

Voici pour commencer le graphique de l’INSEE présentant l’évolution de l’indice des prix des logements anciens.

 

Évolution générale des prix des logements anciens 

https://www.insee.fr/fr/statistiques/6665809

 

Vous pouvez constater que depuis 2000, les prix des appartements ont triplé en Île-de-France. Plus généralement, les prix des maisons et appartements ont plus que doublé en France.

Pour les logements neufs, les coûts de construction et d’acquisition du foncier non bâti interviennent. Voici l’évolution comparée des prix des logements neufs et de l’ensemble des logements neufs et anciens.

 

Évolution comparée du renchérissement des logements neufs et anciens

https://www.insee.fr/fr/statistiques/6533455

 

Vous pouvez constater que finalement l’évolution est assez similaire dans les deux cas.

Ces hausses sont finalement modérées sachant que la masse monétaire en euros a quadruplé depuis 2000 et a plus que doublé depuis 2008 sous l’effet de la baisse du prix des crédits et de l’augmentation de la masse monétaire du fait des pratiques de la Banque centrale européenne.

Nous allons voir que – contrairement à l’augmentation de la pierre – celle des loyers a été très modérée.

 

Effritement du rendement locatif et effet ciseau

Dans le même temps, alors que les prix des logements ont plus que triplé, les loyers d’habitation n’ont augmenté que d’environ 30 %.

 

Évolution de l’indice des loyers d’habitation

https://www.insee.fr/fr/statistiques/5371271?sommaire=5371304&q=prix+des+loyers

 

L’évolution des loyers d’habitation est totalement décorrélée de l’évolution des prix du logement. C’est voulu et délibéré puisque les loyers sont encadrés tant au niveau national qu’à celui des collectivités locales.

Supposons que vous ayez acheté 100 un bien en 2001. Son loyer était de 5 et il vous rapportait donc 5%. Aujourd’hui, le loyer est de 6,5 car vous avez scrupuleusement augmenté vos loyers dans le cadre de la loi.

 

Comment le rendement décroche

Ce même bien qui vous rapporte 6,5 est réputé valoir sur le marché 300 s’il était vendu libre.

Admettons que vous souhaitiez le vendre occupé à un investisseur. Ce dernier voudra avoir 5 % de rendement. Notre investisseur considérera donc que 130 est un bon prix qui lui permettra d’avoir ses 5% de rendement. Il vous rira au nez si vous le lui proposez à 300.

L’administration fiscale, elle, considère que le fait qu’un bien soit occupé entraîne une décote de 10 % à 30 % selon la durée du bail restant à courir. Si vous êtes soumis à l’IFI, que vous déclarez ce bien acheté 100, réputé valoir 300 et que vous inscrivez une valeur de 200 environ puisqu’il est loué, vous payez l’impôt sur cette valeur fictive.

Conseil : adoptez plutôt une valorisation de vos biens par le rendement, méthode admise par le fisc. Voir ici. Vous serez ainsi moins perdant si vous êtes soumis à l’IFI.

Ces évolutions défavorables expliquent pourquoi l’investissement dans l’immobilier locatif d’habitation n’est pas rentable à long terme avec des baux de longue durée.

C’est le principe de l’effet ciseau : vos loyers sont encadrés, vos charges augmentent, vos frais d’entretien aussi. Toujours selon l’INSEE, l’indice des prix des travaux d’entretien et d’amélioration ont augmenté de 20 % entre 2014 et 2022. Dans le même temps, l’indice de référence des loyers (IRL) a augmenté de moins de 9 %.

 

Évolution moins défavorable des rendements de l’immobilier commercial ou professionnel

La plupart des baux commerciaux et professionnels étaient autrefois indexés sur l’indice des coûts à la construction (ICC). Celui-ci a été complété par l’ILC (indice des Loyers commerciaux) et par l’ILAT (indice du loyer des activités tertiaires) en 2008. Dans un premier temps, propriétaires et locataires avaient le choix de l’indice. Depuis 2014 (loi Pinel) il est désormais interdit de contracter des baux indexés sur l’ICC.

Entre 2001 et 2022, l’ICC s’est apprécié de 72,6 % à comparer à l’évolution de 30 % de l’ILC.

Entre 2008 et aujourd’hui l’ICC s’est apprécié de 25,86 %.

Pour récapituler, entre 2008 et aujourd’hui :

  • l’ILC – loyers commerciaux -s’est apprécié de 23,65 %
  • l’ILAT – loyer des activités tertiaires – s’est apprécié de 22,65 %
  • l’IRL – loyer d’habitation- s’est apprécié de 16,44 %

 

L’ICC (désormais hors-la-loi) était l’indice le plus favorable. Les indices ILC et ILAT sont au coude à coude et l’IRL est à la traîne.

Évidemment, vous ne serez pas à l’abri de mesures de plafonnement de l’ILC ou de l’ILAT ; on n’est jamais à l’abri de l’ingérence étatique en France. Le gouvernement a d’ailleurs récemment pris des mesures dans ce sens à la faveur du covid pour « protéger » les petites entreprises locataires. Mais ces indices ILC et ILAT sont moins politiquement sensibles et donc moins sujets à manipulations, encadrement, plafonnement, etc.

Par ailleurs, une part importante de leur mode de calcul incorpore les coûts à la construction. On peut dire que ce sont des ICC dégradés…

Mais il n’y a pas de doute : si vous voulez que votre rendement ne s’effrite pas rapidement, vous devez vous tourner vers d’autres types de location que l’habitation, comme je l’ai déjà évoqué la semaine dernière, et vous tourner vers :

  • les baux d’habitation de courte durée (meublé, logements étudiants, locations saisonnières et Airbnb dans les communes qui le permettent)
  • les boutiques, bureaux, commerces, entrepôts, boxes et parking

 

Dans l’immobilier, il est d’usage de dire que le premier critère de choix est l’emplacement, le second l’emplacement et le troisième l’emplacement.

La règle est plus subtile que cela pour l’investisseur qui recherche non pas de la plus-value fictive mais des revenus. La semaine prochaine nous nous pencherons sur d’autres critères de choix en remplaçant « emplacement » par « rendement ».

 

Cet article est une série rédigée par Simone Wapler pour le blog d’Henry Bonner. Rejoignez leur lettre ici.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • « Cet article est une série rédigée par Simone Wapler pour le blog d’Henry Bonner » Cette chere Simone nous dit qu il faut acheter de l immobilier commercial …ca change, d habitude c est de l or ,-)

    Plus serieusement, il y a assez de matiere dans l article lui meme pour deconseiller l achat d immobilier en ce moment ! L auteur le dit lui meme les prix ont doublé ou triplé selon ce qu on considere. Mais les revenus des gens n ont pas suivit (c est pour ca que les loyers n ont pas triplé ! ca n a rien a voir avec un eventuel encadrement qui ne concerne que quelques villes. Essayez de louer un appartement 2000€/mois a St Etienne, vous aurez personne car il n y a quasiment personne qui puisse payer un tel loyer la bas)
    La hausse des prix est due a une seule chose : la baisse de taux de la BCE. Mais maintenant les taux montent et du coup il n y a plus d acheteurs. Acheter aujourd hui c est se preparer une moins value quand il faudra revendre.
    Il est donc urgent d attendre et de ne pas suivre les conseils de Simone 😉

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Un article de Human Progress

 

Alors que de nombreuses grandes villes étaient en ruines après la Seconde Guerre mondiale, New York a acquis une nouvelle importance mondiale et a même dépassé la position centrale de Londres sur les marchés financiers internationaux. Elle est rapidement devenue le siège de Wall Street la bourse la plus grande et la plus prestigieuse du monde et a changé à jamais la finance. Wall Street est souvent considérée à la fois comme un symbole et comme le centre géographique du capitalisme.

Auj... Poursuivre la lecture

Au cours des neuf derniers mois, Jerome Powell (président de la Fed, la banque centrale américaine) a monté les taux d’intérêt de la façon la plus rapide depuis les années 1980. En effet, l’inflation atteignant les niveaux les plus élevés depuis 40 ans, les officiels de la Fed étaient unanimes sur le fait qu’ils devaient monter les taux de manière agressive. Ce fût la première étape, de loin la plus facile.

Car maintenant que l’inflation semble montrer des signes de ralentissement, la question concernant la hausse des taux directeurs e... Poursuivre la lecture

immobilier
3
Sauvegarder cet article

Un point commun à tous vos investissements immobiliers est la fiscalité locale. Si vous êtes impuissant concernant la fiscalité nationale, vous conservez le choix de l’emplacement et donc des impôts locaux : taxes foncières et d’habitation et autres. Il est par conséquent important de vous pencher sur cet aspect.

La disparition de la taxe d’habitation pour les résidences principales est en réalité une loi de recentralisation. Une partie des impôts et taxes auparavant décidés au niveau local va se retrouver dans les mains de l’État qui ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles