Chine : le miroir rouge se réveille-t-il ?

Si l’avenir s’écrit effectivement en Chine, il est important que les Occidentaux qui n’en sont pas conscients le découvrent avant qu’un pareil garrot leur soit imposé.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
image amazon https://www.amazon.com/Red-Mirror-Lavenir-Soci%C3%A9t%C3%A9-num%C3%A9rique/dp/237662021X

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Chine : le miroir rouge se réveille-t-il ?

Publié le 3 décembre 2022
- A +

Lors de la parution française en avril 2021 de Red Mirror, essai assorti d’un reportage photographique original sur les rues chinoises, j’avais déjà souligné le sens profond de cet ouvrage d’un journaliste italien, Simone Pieranni, illustré par Gilles Sabrié, un photographe qui vit à Pékin.

Ces deux auteurs décrivent par le récit et par l’image la vie des gens ordinaires qui peuplent les mégalopoles chinoises. Ce sont les mêmes qui manifestent aujourd’hui en Chine contre le fol maintien d’un confinement assassin pour les malheureux habitants de ce gigantesque pays. Leur soulèvement spontané est un refus naturel de ce que dévoilait ce petit livre publié sous une couverture rouge « à la Mao » par un éditeur de Caen qui le ressort ces jours-ci grâce à l’actualité dramatique qui nous vient de Chine.

Cet ouvrage, très bien traduit par Fausto Guidice, est instructif si l’on sait lire entre ses lignes.

Ce que j’en avais dit en avril 2021 permet de comprendre ce qui secoue profondément la Chine d’aujourd’hui : la population chinoise n’en peut plus d’être parquée comme du bétail dans des conditions infernales ; elle étouffe sous une chape de plomb et elle refuse enfin l’emprisonnement généralisé qui lui est imposé sous prétexte de contenir un virus que l’on a pas su maîtriser !

Red Mirror aborde en quatre chapitres autant de caractéristiques de la société chinoise actuelle.

  1. L’omniprésence du réseau social Wechat qui encadre et accompagne la vie quotidienne des chinois.
  2. La politique des « villes intelligentes » très denses où s’entassent des travailleurs venus des campagnes pour fournir à l’usine du monde une main-d’œuvre que l’on espérait servile.
  3. Une industrie (comme Foxcomm dont les ouvriers se révoltent ces jours-ci) qui fournit à la planète entière équipements, infrastructures et services indispensables à l’ère du numérique.
  4. Une cité collectiviste construite par une ingénierie sociale qui évoquent l’utopique prison panoptique imaginée par les frères Jeremy et Samuel Bentham (1791), cité dont le crédit social fut conçu et qui est gérée par le Parti communiste chinois.

 

Rôle du « crédit social »

Largement dévoilé par la propagande chinoise, ce système de bons et mauvais points devait assurer, dit Pieranni, non seulement la cohésion de la Chine moderne mais l’aider à dominer le monde contemporain (chap. 5) !

Ses tenants et aboutissants se découvrent à chaque page de ce récit qui associe curieusement cette surveillance sociale à une pratique millénaire méconnue par les Occidentaux : la baojia, un encadrement communautaire des familles chinoises qui n’aurait donc été que l’antécédent médiéval du crédit social actuel (p. 144) !

Théorisée en 1957 par Mao dans la section IV de son Petit livre rouge, la dialectique entre l’ordre et le chaos s’inscrirait donc dans le prolongement de la Chine impériale…

 

On peut regretter… 

Cet ouvrage témoigne d’une belle indulgence envers les intentions et les agissements de la puissance publique chinoise qui n’a jamais hésité ni sur les moyens ni sur la brutalité nécessaires pour mâter son peuple, surtout lorsqu’il réagit aux actes suicidaires comme l’est ce confinement à outrance que l’auteur condamnerait, je suppose, très vivement s’il le relevait dans un pays occidental !

Corrélativement, ce texte use de force litotes pour situer (et pour finalement admettre) ce crédit social qui traite les hommes comme des « chiens de Pavlov » et que l’autorité communiste tient à sa botte, au grand dam des individus conscients comme le furent les étudiants de Hong Kong qui n’ont plus désormais d’autre choix que de se soumettre ou de partir depuis que leur territoire est repris en mains par Pékin.

Ils en ont payé le prix comme risquent aussi de le faire les foules de Shangaï ou de Wuhan qui se rebellent actuellement contre l’enfermement qu’on leur impose depuis deux ans et plus (cf. p. 134 sq. par ex.) !

 

L’avenir s’écrit-il en Chine ?

En quelques mots, si l’avenir s’écrit effectivement en Chine, comme l’annonce l’auteur, si le crédit social se poursuit effectivement dans la veine d’une tradition millénaire, il est important que les Occidentaux qui n’en sont pas conscients le découvrent avant qu’un pareil garrot leur soit imposé !

Lu avec attention et un minimum d’esprit critique, ce petit livre devrait les dessiller : deux brèves citations suffisent pour le comprendre :

« En Chine, le smartphone, c’est Wechat. Et Wechat sait tout sur tout le monde ! » (p.12)

« Le crédit social […] c’est l’État qui juge tous les citoyens [car] la Chine ne veut pas seulement réglementer les personnes mais aussi l’environnement dans lequel elles vivent » ! (p. 143 )

 

Deux mots sur les auteurs

Journaliste au quotidien italien Il Manifesto créé en 1969 par des dissidents du Parti communiste italien, Simone Pieranni a vécu sept ans en Chine où il avait créé l’agence China Files. Le photographe Gilles Sabrié a illustré de grands quotidiens (Le Monde, The Guardian, Wall Steet Journal…) et de nombreux magazines (Time, Geo, Spiegel, L’expresso etc.).

 

Simone Pieranni : Red Mirror  L’avenir s’écrit en Chine, Traduit de l’italien et assorti d’un reportage photographique de Gilles Sabrié, C & F éditions, Caen, 2022, 184 pages.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • En France sommes nous libres ?
    -Pas de liberté de propriété : un squatter a plus de droit qu’un propriétaire (ce qui n’est pas le cas en Chine).
    -Sommes nous en sécurité : les délinquants s’en tirent avec une très dure sanction de « rappel à la loi ».
    -Disposons nous des fruits de notre travail : l’état ( en incluant les taxes salariales obligatoires et les impôts) nous extorque plus de 75% de nos revenus.
    -Sommes nous tous égaux en droit : les jeunes des quartiers sont les seuls à avoir tous les droits (dealer en paix, imposer les lois de l’islam, brûler des voitures, caillasser des policiers, faire des rodéos, être prioritaires sur Parcoursup, etc, etc.).
    -Sommes nous bien soignés dans les hôpitaux qui tombent en ruine.
    -La liste pourrait encore et encore se prolonger.
    Tout ça pour dire que la France est le pays idéal à vivre, contrairement au méchant pays chinois. Vive la France, vive ses porcheries de Paris ou Marseille, vive son 93 et vive ceux qui veulent sortir après 22 h pour se faire agresser !

    • En effet, on ne voit pas comment une évolution qui refléterait la Chine pourrait être pire que celle qui se met en place chez nous sans la moindre intervention extérieure (migrants mis à part).

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Dès la rentrée 2023, les enfants français vont recevoir un stylo. Un stylo un peu particulier, D'apparence anodine, s’il semble « normal » il est une révolution pour le monde de l’éducation, nous ne pouvons que nous en réjouir… Il est en effet truffé de technologies : il permet de filmer nos chères têtes blondes dès lors qu’elles l’utilisent et sont en mesure de communiquer aux enseignants et/ou aux parents la moindre prise de note !

 

Bientôt en France ?

Mais non me direz-vous ! Et vous auriez bien raison, ce nouvel outil ... Poursuivre la lecture

Une vidéo qui circule sur les réseaux sociaux semble accuser Pfizer de développer des mutations sur le Covid-19 pour développer des vaccins.

Let’s see 30M

Share, retweet, and embed this video!

This story is far from over. pic.twitter.com/xaRvlD5qTo

— Project Veritas (@Project_Veritas) February 1, 2023

Filmé en caméra cachée par l’organisation conservatrice Project Veritas, un cadre de l’entreprise pharmaceutique y explique à son interlocutrice quatre choses intéressantes sur la p... Poursuivre la lecture

la Chine
12
Sauvegarder cet article

Si l’Histoire nous enseigne quelque chose, c’est qu’un empire ne peut tenir dans la durée que grâce à deux éléments clés : son armée et sa monnaie.

Son armée, car l’empire doit être capable de protéger son territoire et de conquérir de nouvelles terres pour s’étendre ; et sa monnaie car c’est avec elle qu’il paye ses militaires et c’est par elle qu'il entendra échanger des richesses avec ses vassaux. Dans ces deux domaines, un empire voulant durer doit mettre en place des mesures pour maintenir la stabilité à la fois militaire et écono... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles