Violence du pouvoir : faut-il désespérer de l’homme ?

La croissance du pouvoir et sa violence ne reflètent qu’un aspect de l’humanité. Nous ne devons pas désespérer de l’Homme.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
violence source https://unsplash.com/photos/70EJQdpTry4

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Violence du pouvoir : faut-il désespérer de l’homme ?

Publié le 28 novembre 2022
- A +

Des trois grandes passions humaines, le pouvoir, l’argent et l’amour, c’est la passion du pouvoir et de la puissance qui provoque le plus de ravages : conflits sociaux, révolutions, guerres, génocides.

La politique apparaît ainsi comme le mal nécessaire permettant de cantonner cette passion, de l’empêcher de virer à la folie. Elle y parvient médiocrement puisque les autocraties prolifèrent, les démocraties doutent d’elles-mêmes et la guerre est une constante. La paix n’a jamais régné sur l’humanité entière. Ici ou là, les hommes se sont toujours battus et exterminés.

 

De la pureté initiale aux compromis politiques

Le destin des hommes relève du tragique par leur incapacité à atteindre collectivement la sagesse.

Il existe des sages dans l’humanité mais l’humanité elle-même n’est pas sage. Il lui faut des défis et des performances, des conflits et des victoires. Après une première phase d’aspiration à la pureté, les religions dérivent vers la complaisance envers le pouvoir. Le christianisme en est un exemple. La figure de Jésus-Christ parcourant la Judée avec ses apôtres, demandant la justice et cherchant à faire le bien, est celle d’un sage charismatique qui dérange le pouvoir romain. « Un anarchiste qui a réussi » disait de lui André Malraux.

Malheureusement, cette réussite conduit à l’institutionnalisation d’une religion et à des compromis parfois inavouables avec le pouvoir politique. L’unité n’est même pas possible au sein d’une religion. Catholiques et protestants, chiites et sunnites en sont souvent arrivés à se haïr et à s’entretuer.

 

Dominer par la violence

Quant au pouvoir lui-même, il n’est qu’une aspiration à la domination toujours plus complète sur autrui.

Pouvoir politique obtenu par la violence, la ruse ou l’élection, pouvoir économique obtenu par l’accumulation de capitaux, pouvoir des hommes sur les femmes obtenu par la tradition ancestrale du patriarcat, pouvoir des humains sur les animaux, qu’ils assimilent juridiquement à des choses alors qu’il suffit de côtoyer quotidiennement un chien ou un chat pour comprendre qu’il est pétri d’émotions semblables à celles que nous ressentons nous-mêmes.

La croissance du pouvoir détermine la croissance des violences. La Shoah, le Goulag, l’Holodomor sont les exterminations les plus féroces de notre histoire car le pouvoir politique a accumulé au XXe siècle une puissance jamais atteinte auparavant. Les guerres anciennes s’accompagnaient de pillages, de viols, de tortures et de massacres mais les moyens disponibles ne permettaient pas d’exterminer en peu de temps des millions d’êtres humains. Notre technologie est aujourd’hui capable de déclencher l’apocalypse nucléaire et d’altérer peu à peu le milieu naturel terrestre en le rendant impropre à notre survie. La violence à l’égard de notre environnement est la plus sournoise car elle est justifiée par l’amélioration de nos conditions de vie. Nous avons volontairement oublié que la Terre est notre royaume et notre prison. Nous ne pouvons atteindre aucun autre lieu nous permettant de vivre dans l’univers.

 

Dominer par le contrôle généralisé

La croissance du pouvoir est concomitante du développement scientifique et technologique.

La technologie nous offre une vie plus confortable et plus longue, l’espérance de vie à la naissance ne cessant d’augmenter. Mais elle est aussi au service du pouvoir et lui permet de disposer de bases de données gigantesques et donc d’une capacité de contrôle jamais atteinte auparavant. Les individus eux-mêmes collaborent désormais activement à la surveillance des tous leurs faits et gestes. L’exemple le plus saisissant est fourni par la fiscalité. Les professionnels doivent saisir eux-mêmes ou par l’intermédiaire d’un expert-comptable toutes les données concernant leur activité afin de permettre les contrôles administratifs. Cette évolution est aussi largement amorcée pour les particuliers qui sont désormais nombreux à établir leur déclaration de revenus sur le site internet du gouvernement.

Il n’est pas anodin que l’on soit parvenu à faire admettre que le chemin de la démocratie véritable passe par la route de la servitude. Les recettes fiscales et sociales sont nécessaires au fonctionnement de l’État-providence et par conséquent des contrôles efficaces doivent exister. Moins arbitraire par la mise en œuvre du principe de la séparation des pouvoirs (législatif, exécutif, judicaire), l’État devient omniscient par les informations dont il dispose et donc presque omnipotent face à un individu isolé ne maîtrisant pas une telle complexité. L’État a renforcé son pouvoir à un degré inédit et accru la dépendance de la personne humaine à son égard. Big Brother est en construction.

 

Défiance envers le pouvoir, confiance en l’Homme

La passion du pouvoir et son incessante croissance pourraient nous faire désespérer des Hommes.

Il ne le faut pas. Il suffit d’observer leur histoire à grandes enjambées pour s’en convaincre. En partant de leurs grottes paléolithiques, les Hommes ont conquis la Terre entière, construit des royaumes et des empires, créé des modèles dits scientifiques pour tenter de comprendre leur univers et s’analyser eux-mêmes. Ils ont utilisé leur savoir pour améliorer leur condition. Ils sont capables d’idéaliser pour espérer et ils ont inventé le bonheur et l’amour qui n’existent que dans leur esprit et leur cœur, mais qui existent.

Leur violence est le stigmate de leur faiblesse. S’ils ne peuvent se départir de la tentation du mal, ils aspirent à se diriger vers le bien. L’art et la spiritualité, qui n’est pas nécessairement associée à une religion instituée, permettent de s’en convaincre. N’oubliez jamais les Vierges sublimes de Raphaël, les paysages idylliques de Claude Lorrain, n’oubliez ni la flèche des églises qui pointe vers le ciel ni la sérénité parfaite des monastères. N’oubliez pas de retrouver parfois votre regard d’enfant : « Je vous le dis en vérité, quiconque ne recevra pas le royaume de Dieu comme un petit enfant n’y entrera point » (Évangile selon Marc 10:15,29)

 

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Il suffit de lire le passage du grand inquisiteur dans le roman de Dostoiesvsky les frères Karamazov pour comprendre que le mal fait parti de l’ homme.

  • La démocratie selon St André Laignel:
    « Vous avez juridiquement tort parce que vous êtes politiquement minoritaires ».

    C’est la silencieuse violence sans appel du boa constrictor.
    Résistez pour défendre les droits humains que le Saint Parlement nous a confisqués et vous serez étouffé comme un délinquant fraudeur.
    La violence légale est devenue un extincteur encore plus efficace que la Sainte Inquisition.
    Sous nos yeux aveugles et nos oreilles béates.

    • la démocratie est un tyrannie.. donc repose sur l’injustice et un mensonge..le bien commun..

      -1
      • on va les démocraties libérales sont les seules compatibles avec l’idée de nation et de droit de l’homme de souveraineté des peuples..

  • Il ne faut pas désespérer de l’homme bien au-delà de son rapport à l’Etat ! L’homme n’est pas un être isolé enfermé dans sa solitude et réduit à sa servitude ! Il doit se mettre en action en dépassant les contraintes que lui impose sa condition !

    https://www.academia.edu/89910466/A_la_recherche_de_nouvelles_voies_de_dialogue_permettant_dinstaurer_les_bases_dune_paix_durable_et_dune_entente_cordiale_entre_les_Etats_et_les_Peuples

  • De tout temps, les hommes ayant un peu de pouvoir ont voulu écraser ceux qui en avaient un peu plus qu’eux et ceux qui en avaient moins qu’eux (bien plus nombreux). De tout temps aussi,.ces.derniers se sont vu refuser la possibilité et les moyens de résister à leur écrasement.

    Que sont des « recettes sociales » ?
    Concernant le Fisc et combien contrôles, nous remplissons une déclaration. Que celle-ci soit juste ou non ne devrait pas être soulise à un contrôle et l’Etat, soit l’Exécutif, n’a pas à savoir combien chacun de nous gagne en travaillant. Cela ne le regarde pas vu qu’il est institué administrer la Force Publique qui elle est instituée pour maintenir, préserver et protéger nos Droits.il n’a pas plus à savoir la surface de nos logements, de nos terrains, le montant de nos possessions et il ne devrait même pas nous facturer des services qu’ils nous impose et que nous payons au préalable actuellement (carte grise par exemple).

    Principe de séparation des pouvoirs, pilier de toute république => séparation Inexistante en France.

  • Oui , tout à fait d’accord . Qui voudrait vivre à une autre époque que celle dans laquelle nous vivons, à toute personne qui râle je dis : allez choisis une époque , je te laisse même le choix du lieu . Malgré nos lamentables rechutes récurrentes, nous sommes tous tendus malgré tout vers le meilleur. Le seul hic étant que les prochaines chutes sont plus dangereuses pour tout le monde que les précédentes. Mais je suis optimiste , en toute sincérité , il est déjà ahurissant que nous n’ayons pas encore fait sauter la « baraque » .

  • La violence du pouvoir oui. Le pouvoir comme passion humaine reine de tous les maux non. A ce titre manger est alors une passion bien plus ravageuse de nos jours.
    Ce sont bien les excès le problème. Excès qui sont souvent comme le symptôme de troubles internes chez les individus dans le sens ou l’environnement devient inadapté

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
cortège de grève
4
Sauvegarder cet article

Entretenir les Français dans l’illusion : c’est aujourd’hui toute la gauche politique et syndicale qui utilise ce moyen pour manipuler l’opinion publique.

Les derniers sondages indiquent que plus de 70 % des Français s’opposent à la réforme des retraites. Cet indicateur confirme l'évolution d’un demi-siècle de refus du réel et de surestimation des capacités de la politique. Les illusions des Français sont de trois ordres : politique, économique, historique.

 

L’addiction à la politique

Pour les militants de gauche, «... Poursuivre la lecture

La réforme des retraites est sur le devant de la scène. Élisabeth Borne a présenté le plan du gouvernement qui est un énième plan de sauvetage qui ne résoudra rien. Comme dans le cas de la Sécu.

 

La présomption fatale

Les politiciens se croient d’un autre limon que le commun des mortels. Le commun des mortels en est convaincu aussi et a abandonné la souveraineté sur sa vie pour se jeter pieds et poings liés entre les mains avides des politiciens.

Le gouvernement veut confondre « le gouvernement et la société ». Il p... Poursuivre la lecture

Par la rédaction de Contrepoints.

Selon une étude commandée par la plateforme financière HelloSafe, les cambriolages en France devraient coûter près de 359 millions aux assureurs en 2022.

En tête des régions les plus touchées par ce fléau, l’Île-de-France comptabiliserait 23 % du total national avec 46 072 vols par effraction cette année. Le sud est aussi haut dans ce classement lamentable, en particulier la région Auvergne-Rhône-Alpes et la région Provence-Alpes Côte d’Azur, qui subissent respectivement 27 840 cambriolages et 2... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles