Écologisme, wokisme, féminisme : les leurres de l’hydre

Le mouvement woke, l’écologisme, le féminisme, correspondent parfaitement à la définition besançonienne de la prise d’assaut du réel par l’incendie idéologique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 7
Photo by Li-An Lim on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Écologisme, wokisme, féminisme : les leurres de l’hydre

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 24 novembre 2022
- A +

Si, à la suite d’Alain Besançon, l’on considère que l’idéologie est :

  1. Une croyance délirante
  2. qui se prend pour une science exacte et
  3. qui entend prendre le pouvoir afin de
  4. mettre en coupe réglée la totalité de l’activité humaine
  5. dans le but ultime d’anéantir toute forme de civilisation,

nous vivons à n’en pas douter une ère idéologique.

Le mouvement woke, l’écologisme, le féminisme, pour ne prendre que ces trois exemples les plus frappants du moment, correspondent parfaitement à la définition besançonienne de la prise d’assaut du réel par l’incendie idéologique.

Les trois ressemblent étrangement à des maladies mentales. Les trois sont persuadés d’être intellectuellement aussi rationnels, aussi certains, aussi fiables que l’astrophysique.

Les trois ont pour objectif la conquête de l’État, soit par l’élection, soit par la révolution, soit par une guerre civile froide et hybride composée de pression médiatique, de combats juridiques et d’entrisme institutionnel.

Les trois ont la ferme intention de changer le monde en changeant l’Homme, qu’il le veuille ou non.

On affirmera donc volontiers que wokisme, écologisme et féminisme sont de dangereuses idéologies. Toutefois, la prudence doit nous inciter à aborder le problème sous un autre angle.

 

L’histoire de l’idéologie

L’idéologie a une histoire. Elle a même une préhistoire : la Révolution française. C’est avec elle que naît la volonté enragée de quadriller la vie au nom de la Raison. Cette volonté se traduit par un système politique athée, monopolistique et tout-puissant. Et cette toute-puissance mène droit à la Terreur, à la famine et aux massacres de masses. La Révolution française met en place un prototype du totalitarisme qui servira de diapason à Lénine et à ses disciples sous toutes les latitudes.

Mais Robespierre n’a que des idées et de la rage et cela ne suffit pas : il ne dispose pas d’une idéologie suffisamment structurée, architecturée, systémique. Au pouvoir, il improvise. Il a une vision dépourvue de méthode et, malgré l’intensité de ses intuitions, il échoue.

Ce n’est qu’au XIXe siècle que ses chimères se dotent d’un squelette et d’organes et deviennent le monstre totalitaire : l’idéologie se constitue comme une science de la réalité et une science du pouvoir. Netchaïev et Bakounine, Marx et Engels, seront les premiers docteurs Frankenstein de cette évolution. Il y en aura bien d’autres par la suite.

À la fin du XIXe siècle, la bête est prête à bondir sur le monde. Selon les périodes, les pays et les auteurs, elle se nomme « social-démocratie », « socialisme », « communisme ». Le premier parti de Lénine est le Parti ouvrier social-démocrate de Russie, fondé en 1898. Il compte une poignée de membres. Nul ne peut deviner qu’un siècle plus tard, descendant direct de ce groupuscule, le Parti communiste chinois, muni d’exactement la même idéologie, comptera des dizaines de millions de membres.

Tout bascule à la fin de la Première Guerre mondiale.

Faisant preuve d’un flair et d’un opportunisme impressionnants, Lénine renverse le tsarisme. À part lui et son gang, la planète entière pense que le nouveau régime bolchévique est une pitoyable farce et qu’il ne tiendra pas plus de quelques semaines. Hélas, la farce est une tragédie et elle va durer beaucoup plus longtemps qu’on ne pense et s’étendre sur les cinq continents. Malgré les succès spectaculaires de la démocratie et du capitalisme, le XXe siècle sera constamment pris en otage par l’idéologie de gauche comme Saint-Pétersbourg l’a été par les Bolchéviques. Il est fort possible que le XXIe lui ressemble.

Parfaite illustration de cette mainmise du socialisme sur l’Histoire : la Seconde Guerre mondiale. Elle est déclenchée par un socialiste, Adolf Hitler, et elle a pour conséquence l’extension cyclopéenne de l’empire d’un autre socialiste, Joseph Staline. L’alpha et l’omega de ce conflit inouï, c’est l’idéologie. C’est elle qui se répand comme une pandémie. C’est elle qui rend fous les peuples et qui les extermine. C’est elle qui invente des maux que l’humanité n’avait aucunement imaginés jusque là.

 

Wokisme, écologisme, féminisme : l’idéologie est contagieuse

Le dernier livre d’Alain Besançon s’appelle Contagions. L’idéologie est contagieuse. Elle progresse suivant le même schéma que la mégalomanie et la paranoïa, ces « folies partagées », comme disent les psychiatres.

Elle se transmet par la parole, par l’image, par le sentiment d’injustice, par la peur, la violence, la torsion du bon sens et le détournement de l’intelligence. Elle peut prendre l’apparence d’un bain de sang ou d’un cours de philosophie.

Impossible d’en isoler le virus, sinon dans cette formule : « S’il existe des gens malheureux, c’est parce qu’il existe des gens heureux et il suffit d’éliminer ces derniers pour que règne le bonheur universel. » Vous pouvez remplacer « gens heureux » par « bourgeois », « riches », « juifs », « chrétiens », « réactionnaires », « pollueurs », « mâles », « blancs ». L’idéologie est tout-terrain.

 

Les idéologies actuelles comme l’écologisme devraient-elles exister ?

C’est pourquoi il est loisible de se demander si les mouvements woke, écologiste et féministe existent vraiment : s’ils ne sont pas, tout bonnement, des excroissances conjoncturelles du socialisme et, ce qui devrait nous inquiéter, des leurres. Car plus on s’indigne pour une statue de Victor Hugo barbouillée par des imbéciles, pour un délire supplémentaire au sujet de l’empreinte carbone, ou un lynchage de plus de la mentalité masculine par des lesbiennes endurcies, moins on prend pour cible prioritaire, nécessaire et suffisante, la maison-mère de toutes ces gargouilles : le socialisme.

Greta Thunberg n’est pas Trotsky, ni Himmler, ni Pol Pot. Elle n’a tué personne.

« Ça ne saurait tarder ! », répondent les catastrophistes de droite. Pendant ce temps, tandis qu’ils s’escriment sur les trolls de la déconstruction, Xi Jinping achète la dette de notre Sécurité sociale. Et lui, des camps de concentration emplis d’innocents qui agonisent, il en a à revendre.

Comparée à la CGT qui bloque le pays à la moindre occasion, que pèse une manif d’adolescents arc-en-ciel brandissant des pétitions et des hashtags ? « Greta Thunberg, combien de divisions ? », aurait judicieusement demandé Staline. Ainsi nous égarons-nous et nous nous épuisons dans des batailles de polochons contre des dragons en mousse.

Et s’il n’y avait qu’un seul combat à mener, toujours identique depuis 1917 et qui a donné tant de héros, Churchill, Soljenitsyne, Orwell ?

On ne peut qu’être frappé par le fait que ni Le Pen, ni Zemmour, ni Pécresse, n’ont frontalement attaqué le socialisme pendant l’élection présidentielle. C’est pourtant bien lui qui hante le cerveau d’Emmanuel Macron : s’il est woke, écologiste et féministe, c’est parce qu’il est socialiste.

Certes, le président est à géométrie variable, flou, insaisissable, mais il est profondément contaminé : idéologisé.

« La langue de bois ne veut pas être crue, elle veut être parlée », écrit Alain Besançon. Elle est la langue maternelle de Macron. La dette au grand galop, le confinement aveugle, l’antiracisme de salon, c’est du socialisme.

Distraits par les innombrables gueules de l’idéologie crachant des fumées multicolores, nous ne faisons plus notre travail, le seul qui vaille : poignarder le cœur rouge de l’hydre.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • La contamination va bon train et commence à la maternelle (dès l’âge de 3 ans)…….

    • « Le mouvement woke, l’écologisme, le féminisme … »
      Les LGBT que l’on laisse intervenir dans les ecoles tous comme les théoriciens du Genr ne sont pas mal non plus. On n’a pas le droit les oublier. Pour ce qui est des  » exemples les plus FRAPPANTS du moment …. » L’Islam frappe variment trés tres fort.

    • Les moyens de communication numérique sont d’evidence la princpal raison de la propagation de L’ideologie-Maladie mentale. Mais vous avez raison, c’est avec des complicités dans le systéme educatif imposées par l’ideologie Gocho. Un mome quia subit la propagande écolo, Gocho, LGBT , etc a l’ecole. avec des Sciences Humaines ou l’on a fait disparaitre la Chronologie On n’enseigne plus l’Esprit Crtique, on fabrique de Eponges a la conner..

    • Les moyens de communication numérique sont d’evidence la princpal raison de la propagation de L’ideologie-Maladie mentale. Mais vous avez raison, c’est avec des complicités dans le systéme educatif imposées par l’ideologie Gocho. Un mome quia subit la propagande écolo, Gocho, LGBT , etc a l’ecole. avec des Sciences Humaines ou l’on a fait disparaitre la Chronologie On n’enseigne plus l’Esprit Crtique, on fabrique de Eponges a la conner..

  • Dans toutes ces grandes causes il y a :
    1 – Les militants bien intentionnés (fanatiques ou idiots utiles) qui se battent d’une manière désintéressée au nom de (rayer les mentions inutiles) les femmes, l’écologie, le climat, l’égalité, la race supérieure, l’anti-racisme… ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas de personnes très intéressées et pas forcément bien intentionnées. Ces idiots utiles sont généralement non solvables ou pas encore solvable ou protégés par des statuts qui les mettent à l’abri du besoin, ils n’ont donc pas grand-chose à perdre.
    2 – Les gagnants réels en pouvoir ou en argent des autres (mafia)
    3 – Les victimes (couillons) qui sont ceux pour qui ILS se battent, qui en théorie ont tout à gagner (un monde meilleur) mais en pratique ne gagnent rien et payent tout

  • Avez-vous vu une grenouille aussi grosse qu’un bœuf ? On en voit chaque jour. Toutes ces lubies démontrent que l’Homme a besoin d’une Identité au-dessus de lui pour lui éviter de se prendre pour ce qu’il ne pourra jamais être.

  • « Le mouvement woke, l’écologisme, le féminisme … »
    Les LGBT que l’on laisse intervenir dans les ecoles tous comme les théoriciens du Genr ne sont pas mal non plus. On n’a pas le droit les oublier. Pour ce qui est des » exemples les plus FRAPPANTS du moment …. » L’Islam frappe variment trés tres fort.

  • Celui-là je le garde dans ma collection d’articles de référence.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
dame dans un bureau en train d'écrire sur un tableau blanc
1
Sauvegarder cet article

La notion de « fuite devant la monnaie » est familière aux économistes.

Celle de « fuite devant le travail » pourrait bientôt s'imposer dans le champ de leur réflexion au vu de la situation de pénurie de main-d'œuvre observée dans de nombreux secteurs et de l'émergence de comportements sociaux dévalorisant l'effort.

 

Cherche conducteur de tramway désespérément

On sait que l'hôtellerie et la restauration peinent à attirer des candidats. Mais on observe aussi des difficultés aiguës de recrutement de professeurs, de so... Poursuivre la lecture

dames conduisant une voiture près de la mer
5
Sauvegarder cet article

D’article en article sur Contrepoints, de nombreux auteurs ont largement argumenté sur les dérives de  l'idéologie écologiste et comment elle dessine peu à peu les contours d’un avenir dystopique, comme on dit maintenant. Même aseptisé ce mot semble presque irréel, relevant d’un cinéma d’anticipation dont les cauchemars ne pourraient « bien évidemment » pas se réaliser, tentons-nous de nous convaincre pour nous rassurer.

Dimanche, longeant la mer sur la Côte d’Azur, par une belle et plutôt douce journée automnale, je pensais à tout ce ... Poursuivre la lecture

La loi 92-3 du 3 juillet 1992 reconnait « l’eau comme patrimoine commun de la nation ».

Mais cette décision n’apaise pas les tensions entre les utilisateurs, comme en témoignent les affrontements du 29 octobre 2022 à Sainte-Soline (79120). Entre 4000 et 7000 manifestants (selon les sources) se sont violemment opposés aux forces de l’ordre en occasionnant une cinquantaine de blessés parmi les manifestants et 61 blessés dont 22 sérieusement pour les forces de l’ordre. Seulement six interpellations ont été effectuées.

La violence d... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles