Contre un hiver trop tendu, l’État récupère les armes à feu

L’hiver arrive et le gouvernement cherche à faire un stock d’armes au détriment des citoyens.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 11
Gendarmes mobiles à Paris lors de la manifestation du Printemps Français (Crédits ANFAD, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Contre un hiver trop tendu, l’État récupère les armes à feu

Publié le 16 novembre 2022
- A +

Le précédent billet fut l’occasion de montrer que l’écologisme extrême que les politiciens s’obstinent à mettre en place en France va conduire à son suicide. Cependant, il serait naïf de croire que les effets très indésirables de ce suicide n’ont pas été pris en compte par la caste dirigeante.

Normalement, pour obtenir le pouvoir il vaut mieux promettre une goutte de miel plutôt qu’une pinte de fiel. Une fois ce pouvoir obtenu, il est toujours possible de distribuer la pinte de fiel en tentant de la faire passer pour du miel mais l’illusion ne dure généralement pas trop longtemps. Selon toute vraisemblance, nous sommes actuellement au point où la pinte de fiel distribuée au peuple commence à agacer ses papilles et ce ne sont pas les polichinelles colorés du gouvernement se relayant sur les plateaux télé qui parviennent à masquer le goût amer de la débâcle et de la misère qui s’installent partout.

L’Agenda 2030 était pourtant simple : pour un avenir plus sympathique à base d’air pur et de mobilité douce, on allait devoir se passer de tout ce qui ressemble à des énergies fossiles. Les sanctions contre la Russie furent donc considérées comme une opportunité géniale pour accélérer un mouvement qui déclenchait pourtant des protestations de plus en plus fermes d’une part croissante des industriels.

Peu importait en réalité : avec des génies du pilotage financier comme Le Bruno de Bercy, avec les excédents budgétaires colossaux de l’État français accumulés depuis des décennies ainsi que sa dette parfaitement rikiki et totalement maîtrisée, avec une société souple et adaptable, avec un vivier de main-d’œuvre bien formée par une Éducation nationale au taquet et une importation massive d’ingénieurs et de scientifiques nobélisables, tout était réuni pour qu’une transition rapide vers les énergies renouvelables se passe dans la joie, la bonne humeur et un impact minimal sur le niveau de vie des Français.

Pas de bol, zut alors et manque de pot : tout ne se déroule pas exactement comme prévu.

Loin de favoriser une translation harmonieuse des citoyens vers des solutions de remplacement, l’augmentation brutale des prix de l’énergie provoque des effets de bord massifs dans toute l’économie et toute la société : augmenter ainsi brutalement le coût de l’énergie c’est augmenter directement et indirectement ceux de la logistique, des déplacements, de la fabrication. C’est rendre prohibitifs les livraisons, les emballages, les engrais. C’est forcer à la délocalisation les industries et les emplois.

Or, s’il est politiquement possible, par une solide dictature et la distribution de petits privilèges temporaires, de tenir une population dans une relative misère lorsque celle-ci s’y trouve déjà, il est généralement plus rude de partir d’une population aisée et de la jeter directement dans la misère sans que celle-ci ne renâcle quelque peu.

Eh oui, que voulez-vous : les gens – ces idiots – aiment bien les bières fraîches, les douches tièdes et les repas chauds. Supprimez-leur ça d’un coup et rapidement votre base électorale n’est plus garantie. Des grognements pourraient se faire entendre, des mouvements s’organiser et des protestations monter de la base vers les dirigeants… Cela s’est déjà vu.

S’il est maintenant évident que la brochette de clowns à roulettes qui nous gouvernent n’ont aucune espèce de capacité à prévoir les catastrophes que leurs décisions débiles provoquent immanquablement sur le peuple, on ne peut leur retirer une compétence certaine pour tenter de conserver le pouvoir à tout prix.

Il ne sera donc surprenant pour personne de rappeler que le gouvernement a très correctement renouvelé en 2021 les stocks d’armes et de munitions non létales pour la garde prétorienne les CRS : on ne sait jamais, cela pourrait servir.

Il ne sera pas plus surprenant d’apprendre que la gendarmerie commence à présent à recevoir ses premiers blindés légers Centaure dont 90 exemplaires ont déjà été commandés, soit 30 de plus que les anciens blindés utilisés jusqu’à présent pour le maintien de l’ordre. Lorsqu’on voit le charmant engin, on comprend que le maintien de l’ordre vient de perdre quelques points de subtilité…

Il ne sera enfin pas du tout surprenant de découvrir que l’État français entend maintenant récupérer les quelques millions d’armes à feu illicites et non déclarées qui dorment chez les particuliers : ainsi, du 25 novembre prochain au 2 décembre, les particuliers qui auraient malencontreusement oublié de déclarer telle ou telle arme pourront les enregistrer dans le système de l’État ou surtout s’en défaire auprès de l’un des 300 sites de collectes qui seront ouverts même les week-ends, sans risquer de poursuites judiciaires.

Selon le ministère de l’Intérieur, il s’agit ici de donner une chance à ces particuliers un peu tête en l’air qui, de bonne foi, auraient « oublié » de déclarer l’une ou l’autre pétoire, de faire le nécessaire ou de s’en débarrasser : il serait en effet dommage que les armes pullulent un peu trop dans ce pays et qu’on découvre subitement une France transformée en une sorte d’Amérique indisciplinée où les fusillades s’enchaîneraient un peu trop ici ou , au nez et à la barbe des autorités. Ce serait scandaleux.

Et ce serait surtout un risque pour l’avenir : du point de vue de l’Occupant intérieur français, peu importe la multiplication de ces fusillades tant qu’elles ont lieu dans ces quartiers émotifs connus, puisque les balles qui sifflent ne sont pas dirigées contre eux. Que des habitants, des passants innocents se fassent trouer la peau dans les métropoles françaises importe finalement assez peu. Et non, bien évidemment, ce ne sont pas de ces armes dont il est question lorsqu’est évoquée cette campagne de déclaration et de récupération d’armes illicites : il est certain qu’absolument rien ne sera fait contre ces armes-là…

Ce qui gêne nos clowns à roulettes, ce qui donne des mains moites à l’Occupant intérieur, ce sont les armes «illicites » détenues par le peuple, ces honnêtes gens bien sous tous rapports qui, jetés dans la misère par les décisions imbéciles des dirigeants, pourraient alors faire siffler ces balles vers ces derniers, les coquins.

Les mois qui viennent s’annoncent tendus. Il ne manquerait plus que le peuple soit armé pour qu’il devienne un peu trop animé. Heureusement, la caste au pouvoir l’a bien compris…

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Bah, il me semble que notre brillante armée manque d’armement donc notre génial gvt se renseigne , le joueur de piano est très exigeant.. Et pour les couteaux de cuisine, ils recensent ?

  • C’est toujours un plaisir de lire vos éditos Monsieur. L’archipel Français tel que fantasmé par les mondialistes réserve quelques nuances aux politiques de ce gouvernement de plus en plus réduites à dealer du chèque et autres caches misères histoire de fermer la gueule des populos et autres fachos à droite toute of course ! Je me demande vraiment comment tout cela va se terminer. D’ores et déjà, vu la fuite à l’international de Macron, on peut raisonnablement craindre que le scenar sera un brin plus coriace en métropole qu’espéré par ces cols blancs capables d’enfiler une doudoune sous la veste cravate, histoire de…

    • @Passmoilsel
      Bonsoir,
      Malheureusement, la machine à pipeaux se mettra en marche dès que quelques mécontents se manifesteront un peu plus que d’habitude et seront décrits comme des facho d’extrême droite, menaces contre la démocratie etc… donc voué à être éradiqués.

      Les mêmes qui veulent le Peuple qu’ils sont supposés servir désarmé, ne peuvent pas envisager l’absence de personnel armé pour assurer leur protection. Cela tombe bien que ma protection des VIP de la République passe bien avant celle du Peuple qui paie.

  • Comme si ceux qui possèdent des armes non déclarées allaient s’en séparer…après tout ce que l’on voit en ce moment. Lol.

    11
  • Sans remonter à des lustres l indertiction des armes aux citoyens a été le but des pouvoirs successifs
    Le décret loi du 18 avril 1939 sous le gouvernement Daladier prohibe les armes à feu a tout citoyen,le régime de Vichy ira jusqu’à la peine de mort.
    Petit pas en arrière après la guerre, mais les lois promulguées depuis vise à ce que aucun citoyen puisse bénéficier d une arme.
    Pour aboutir à la loi qui prévoit que pour le 1 juillet 2023 toutes les armes détenues par les citoyens soient enregistrées.
    La boucle est bouclée.

    • @Taberle
      Bonjour,
      Sans compter que le désarmement général des populations est le but de l’ONU comme indiqué dans son article sur le armes légères dans lequel la protection de soi/défense personnelle n’est pas considérée comme motif légitime à la possession d’une arme à feu, possession qui ne peut qu’être soumise à autorisation de l’Etat.

  • Si vous en possédez une , gardez là elle pourrait servir , les temps deviennent difficiles , ceux qui vous veulent du bien … sont armés eux .

  • Ouf, je n’aurais pas à déclarer la douzaine de kalash que je viens de vendre au dealers du quartier….. mais eux vont-ils les déclarer ?….

  • Le désarmement de la population n’a jamais eu qu’un seul but: l’asservir. Si vous croyez le contraire vous êtes un naïf, et vous êtes précisément le genre de citoyen que l’Etat adore. Un esclave servile. A t’on jamais vu des esclaves armés? La possibilité de porter une arme est le signe le plus distinctif qu’on puisse avoir entre un individu libre et un individu asservi. Choisis ton camp camarade!

  • L’article de La Dépêche dit que les possesseurs d’armes non déclarées, bien que ne commettant aucun crime envers autrui que l’on peut voir dans les faits divers, sont tout de même bien responsables des cambriolages qu’ils subissent pendant lesquels leurs armes non enregistrées, conservées « dans le grenier », « la cave » « sous le lit », leur sont dérobées et qui se retrouvent sur le marché noir où elles sont échangées et acquises par des bandits qui les utilisent. C’est vrai que nous avons lu tellement de faits divers de délits et de crimes commis avec des baïonnettes, PM MAT49, des MAS 39 ou des fusils Lebel.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
campagne électorale nombre de fonctionnaires
0
Sauvegarder cet article

Emmanuel Macron n’est certes pas un dictateur ; en tout cas pas encore. Mais il a tendance à utiliser les réflexes d’un Xi Jinping dans les domaines de la liberté individuelle, de l’éducation et de la considération pour les Français.

On peut citer plusieurs exemples.

 

Covid

Après avoir nié l’arrivée en France de la pandémie, comme en Chine, l'administration, dont le chef suprême est M. Macron, n’a certes pas emprisonné les lanceurs d’alerte mais malgré les cris d’alarme de ses voisins italiens touchés les premiers, ... Poursuivre la lecture

Drapeau marocain du Maroc
0
Sauvegarder cet article

Avant de parler de l’éducation en tant que secteur public ou domaine relevant des responsabilités de l’État, il est incontournable d’évoquer sa dimension spirituelle. Elle est la voie de la vertu, le pouvoir de l’être humain d'agir sur sa vie et décider librement ce qu'il envisage pour son avenir. La gestion du secteur est attribuée exclusivement à l’État tandis que la responsabilité à assumer est partagée entre celui-ci, les parents, les élèves et les enseignants.

L’État est appelé à assurer une offre inclusive en qualité et en quanti... Poursuivre la lecture

Main tenant une bougie éteinte.
9
Sauvegarder cet article

Les politiciens sont rarement les crayons les plus affûtés de la trousse mais tous comprennent toujours très vite qu’il ne faut jamais gâcher une bonne crise : si celle-ci permet d’accroître son pouvoir, tout sera donc fait pour ! Il en va dès lors de la faillite de FTX comme du reste et déjà les opportunistes se bousculent pour proposer de nouvelles bordées de régulations à la suite de cette débâcle.

Difficile de ne pas noter non plus l’engouement subitement renouvelé de certains États pour les cryptomonnaies de banques centrales : la... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles