L’économie est un fiasco : quelles leçons allons-nous tirer ?

Il est profondément déprimant de nous voir créer des drapeaux rouges encore plus grands, tout en continuant à détourner nos yeux de pratiquement tout ce qu’ils ont à nous apprendre.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3
Bouton de signal d'alarme en cas d'urgence - Crédit photo : BeauGiles (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’économie est un fiasco : quelles leçons allons-nous tirer ?

Publié le 9 novembre 2022
- A +

Par Gary Galles.

 

Il est relativement courant que ce qui devrait être reconnu comme un signal d’alarme annonçant des problèmes majeurs est souvent ignoré jusqu’à ce que la situation devienne si mauvaise qu’il est presque impossible de ne pas les remarquer (à moins d’être très déterminé à ne pas les voir). Leonard Read a canalisé de telles pensées sur les dommages que les politiques publiques ont causés aux Américains. Il est même allé jusqu’à dire « Thank God for the Mess We’re In » (The Freeman, mars 1975), le gâchis étant suffisamment important que nous puissions nous attaquer aux causes :

« Il y a une raison à notre désordre. Nous sommes en train de récolter les fruits amers des graines empoisonnées semées par intermittence dans le passé […] des effets néfastes dont la cause peut être attribuée à l’emploi de mauvais moyens. Nous subissons les conséquences naturelles de notre folie.

En l’état actuel des choses, il suffit de sortir la tête du sable pour voir clairement que l’interventionnisme non seulement n’a pas réussi à tenir ses promesses irréalisables, mais a entraîné toutes sortes de conséquences indésirables.

[Beaucoup] ne comprennent pas le message que le désordre est censé transmettre. En effet, beaucoup commencent tout juste à se rendre compte que nous nous dirigeons vers un désastre, même si c’est depuis des décennies que nous sommes sur la mauvaise voie.

Alors pourquoi est-ce que je remercie Dieu pour le désordre dans lequel nous nous trouvons ? Tout simplement parce que ce désordre envoie des signaux – des messages forts et clairs – montrant que notre passé est rempli d’erreurs qui ont inexorablement produit de mauvais résultats. Les conséquences dont nous souffrons aujourd’hui ont été causées par des erreurs passées, et nous devons savoir quelles mauvaises actions sont responsables de ces mauvais effets. Le fait est que nous sommes gratifiés d’avertissements qui, s’ils sont bien lus, peuvent conduire à notre salut. »

Read aborde ensuite la question de savoir comment « voir » à la fois les bienfaits de la liberté et la manière dont les violations de la liberté par le gouvernement nous ont mis dans le pétrin dans lequel nous sommes :

« Notre passé est rempli d’erreurs non seulement morales mais aussi politico-économiques. Il en va de même pour les temps présents. Comment identifier ces mauvaises actions et trouver les bonnes, c’est-à-dire comment exposer les sophismes justifiant l’interventionnisme étatique et révéler les mérites de la liberté humaine ?

Lorsque la liberté prévaut, chaque individu […] est libre de réunir des personnes et d’autres ressources rares dans des [millions de combinaisons] qui peuvent réunir et réunissent des individus et d’autres ressources dans des associations qui rendent un service fantastique de toutes sortes au Roi Consommateur. Et, quand la liberté prévaut, la concurrence aussi – une force constructive grâce à laquelle les leviers d’efficacité sont enclenchés pour mieux nous servir tous.

L’agrégation de ces énergies – la mise en commun des choses et des personnes – dépasse le pouvoir de quiconque. Elle est également impossible à imaginer. »

Problème : les interventions gouvernementales censées faire progresser le bien-être général font généralement le contraire, en sapant la liberté qui est essentielle à notre bien-être :

« Observons maintenant ce qui arrive à ces sources d’énergie créative lorsque l’État les réglemente et les contrôle. Quelles sont les conséquences lorsque la force physique organisée – le gouvernement – contrôle notre créativité, nos potentialités variées et uniques ? Observer et évaluer précisément ces conséquences revient à découvrir les erreurs – morales et économiques – qui expliquent la situation dans laquelle nous nous trouvons. Et la tâche consiste à nous libérer de ces mauvaises pratiques.

Nous avons [de nombreux] gouvernements – fédéral, d’état et local – qui commandent à des millions d’entre nous ce qu’il faut produire, ce qu’il faut échanger et avec qui, ce que vaut notre argent ; ils dictent les heures de travail, les salaires, ce que nos enfants doivent étudier et ainsi de suite […] Ils ont privé, dans une large mesure, la moralité et la créativité des citoyens.

En raison de cette intervention gouvernementale, les talents variés et le caractère unique de chaque citoyen sont plus ou moins emprisonnés.

Je le répète, lorsque la liberté prévaut, chacun est libre de combiner les choses et les gens pour le bien de tous […] Mais lorsque la police et ses sous-fifres subventionnés réglementent et contrôlent, une action « faites ce que je dis » remplace, dans une large mesure, les actions de rassemblement des personnes libres et créatives, et ce au détriment de tous. »

Read conclut par un appel à tenir enfin compte des signaux d’alarme, ainsi que par une référence à l’inflation qui semble tout à fait prémonitoire pour notre situation actuelle :

« Les signaux sont forts et clairs – bien trop nombreux pour être énumérés. Les messages sont que chacun de ces maux que nous connaissons aujourd’hui n’est que la conséquence d’erreurs passées et présentes […] nous devons travailler sur les causes […] si nous voulons réparer nos erreurs !

Permettez-moi de conclure en attirant l’attention sur un seul signal, un avertissement qui inquiète des millions de personnes […] la baisse rapide du pouvoir d’achat du dollar. La cause ? L’inflation ! Ses causes ? Des dépenses gouvernementales excessives qui, à leur tour, sont causées par le fait que des gens de tous les milieux se tournent vers le gouvernement pour obtenir toutes les formes d’aide imaginables – des gens qui remplissent leur propre nid aux dépens des autres. Le remède ? Supprimer les causes.

Quoi qu’il en soit, je remercie Dieu pour le désordre dans lequel nous nous trouvons et pour l’avertissement opportun que nous devons changer de cap pour éviter le désastre. »

Ces dernières années, j’ai entendu de nombreuses personnes se faire l’écho de la reconnaissance par Leonard Read du fait que nous sommes dans un véritable pétrin. Cette reconnaissance est un premier pas important et nécessaire. Mais elle est loin d’être suffisante pour remédier au désordre. Ce dont Leonard Read était reconnaissant, c’était le potentiel accru qu’elle offrait pour une réflexion approfondie, suivie d’une action visant les causes. C’est cette dernière étape qui offre un gain pour la société. Mais nos campagnes électorales de mi-mandat, qui approchent, ne semblent pas répondre à l’espoir de Read, mais promettent plutôt un doublement de toutes les politiques jamais conçues pour empiéter sur les biens et la citoyenneté des personne afin de donner du pouvoir au gouvernement et des faveurs à ceux dont les votes sont censés être le plus efficacement achetables.

Et il est profondément déprimant de nous voir créer des drapeaux rouges toujours plus flagrants, tout en continuant à détourner nos yeux de pratiquement tout ce qu’ils ont à nous apprendre. Il semble que plutôt que d’avoir un problème avec un garçon qui criait au loup, nous avons un problème avec le fait que beaucoup crient qu’il n’y a pas de loup, même quand nous le voyons à la porte.

 

 

Traduction Contrepoints

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Le peuple veut de l’Intervension de l’État. Il est éduqué ainsi depuis le collège. Donc même un homme d’État intelligent (et je n’en vois pas actuellement) ne peut pas réformer le système tant qu’il n’a pas atteint la vraie faillite. N’oublions pas que pour que le régime soviétique disparaisse, il a fallu qu’il soit en faillite.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ce doit être un effet de la pensée complexe jupitérienne qui veut ça, une pensée complexe dont je suis à l'évidence complètement dépourvue, mais le fait est que selon mon point de vue, les déclarations élyséennes, toujours très enflammées, toujours très littéraires, se succèdent avec une belle cadence sans vraiment coller logiquement les unes aux autres.

Ceci avec le risque non négligeable de voir se poursuivre inlassablement la hausse de la dette et des dépenses publiques françaises que le FMI, après beaucoup d'autres organismes, vien... Poursuivre la lecture

cortège de grève
4
Sauvegarder cet article

Oui nous sommes les champions du monde : déficit, endettement, heures travaillées, absences au travail, grèves…

Oui cela fait 40 ans que ça dure !

Oui les politiques connaissent le problème mais refusent de le gérer !

À chaque fois nos journalistes télé subventionnés trouvent trois abrutis pour « comprendre » le mouvement de grève et même l’approuver. L’immense majorité de mécontents est condamnée au silence.

À chaque fois nos ministres du Travail compatissent avec les usagers mais il n’est pas question de remettre... Poursuivre la lecture

Drapeau marocain du Maroc
0
Sauvegarder cet article

Avant de parler de l’éducation en tant que secteur public ou domaine relevant des responsabilités de l’État, il est incontournable d’évoquer sa dimension spirituelle. Elle est la voie de la vertu, le pouvoir de l’être humain d'agir sur sa vie et décider librement ce qu'il envisage pour son avenir. La gestion du secteur est attribuée exclusivement à l’État tandis que la responsabilité à assumer est partagée entre celui-ci, les parents, les élèves et les enseignants.

L’État est appelé à assurer une offre inclusive en qualité et en quanti... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles