Centres du progrès (18) : Edimbourg (Les Lumières écossaises)

Le siècle des Lumières écossaises a donné lieu à de nombreuses réalisations intellectuelles, dont l’émergence de l’empirisme et de l’économie moderne.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Photo by Kate Bielinski on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Centres du progrès (18) : Edimbourg (Les Lumières écossaises)

Publié le 6 novembre 2022
- A +

Notre dix-huitième Centre du progrès est Édimbourg. La ville était au cœur des Lumières écossaises, une période essentielle de l’histoire intellectuelle qui s’est étendue du XVIIIe au début du XIXe siècle. Les penseurs des Lumières écossaises ont fait d’importantes percées en économie, mathématiques, architecture, médecine, poésie, chimie, théâtre, ingénierie, portrait et géologie.

Aujourd’hui, Édimbourg reste le centre intellectuel et culturel de l’Écosse ainsi que sa capitale. Le nom de la ville vient d’un vieux mot celtique, Eidyn, qui est un nom pour la région, et burgh qui signifie forteresse. Ville vallonnée située sur la côte est de l’Écosse, Édimbourg abrite un célèbre château datant au moins du XIIe siècle. Le château d’Édimbourg est l’attraction touristique la plus visitée d’Écosse, attirant plus de deux millions de visiteurs rien qu’en 2019. La ville abrite également l’université d’Édimbourg, l’une des plus prestigieuses d’Écosse. Parmi les surnoms d’Édimbourg, citons Auld Reekie (Old Smoky) pour les cheminées enfumées de la vieille ville, parfois aussi appelée l’Athènes du Nord en raison de son rôle de centre de la philosophie. La vieille ville médiévale et la nouvelle ville néoclassique d’Édimbourg forment un seul et même site du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Des preuves archéologiques suggèrent que la zone où se trouve aujourd’hui Édimbourg est habitée depuis au moins 8500 ans avant Jésus-Christ. Les principaux habitants étaient des tribus celtiques. Au fil des siècles, la région a été gouvernée par divers peuples, dont les Celtes brythoniens de langue galloise. Édimbourg est passée sous domination écossaise vers 960 après J.-C., lorsque le roi Indulf l’Agresseur s’est emparé de la colonie. Édimbourg est devenue la capitale écossaise en 1437, en remplacement de Scone.

Au XVIIIe siècle, l’Écosse venait de traverser des décennies de troubles politiques et économiques. Les perturbations ont été causées par l’éviction de la Maison Stuart par la Maison d’Orange, les rébellions jacobites, l’échec du coûteux projet colonial Darien, la famine et l’union de l’Écosse et de l’Angleterre en 1707. Pourtant, l’Écosse et plus particulièrement Édimbourg allait s’engager dans un nouveau voyage passionnant.

Si vous pouviez visiter Édimbourg à l’époque des Lumières écossaises, vous pénétriez dans une ville froide, compacte et fortifiée, aux rues sinueuses et pavées. L’auteur écossais James Buchan a décrit la ville de l’époque comme « incommode, sale, démodée, alcoolique, querelleuse et pauvre ». Mais à travers le brouillard on pouvait voir la chaude lueur des lumières aux fenêtres des bâtiments universitaires, des maisons accueillant des sociétés de lecture et des réunions de clubs et des tavernes servant du haggis et du whisky à des clients discutant de philosophie. La ville était animée par l’énergie des nouvelles idées et l’esprit de la recherche scientifique. Bien qu’Édimbourg n’ait compté alors que 40000 habitants, elle était peuplée de grands esprits s’attaquant aux grandes questions.

La culture religieuse de la ville était favorable aux nouvelles idées. L’Église presbytérienne dominante venait d’entreprendre une campagne d’alphabétisation couronnée de succès. L’Écosse, qui était alors l’un des pays les plus pauvres d’Europe occidentale, affichait peut-être le taux d’alphabétisation le plus élevé du monde. La faction dominante au sein de l’Église presbytérienne était composée d’ecclésiastiques modérés et ouverts d’esprit qui ont noué des liens étroits avec de nombreuses figures clés des Lumières écossaises et ont encouragé leurs travaux. Il existait également une faction plus conservatrice au sein de l’Église presbytérienne qui dédaignait les travaux des savants des Lumières et avait même tenté d’excommunier le philosophe David Hume (1711-1776) pour hérésie. La partie modérée de l’Église, mieux connectée, a protégé Hume de l’ex-communication.

Le révérend William Robertson (1721-1793), presbytérien modéré, devint le directeur de l’université d’Édimbourg et fonda en 1750 l’une des sociétés intellectuelles les plus importantes du siècle des Lumières écossais. La Select Society d’Édimbourg de Robertson comptait parmi ses membres des sommités comme Hume, le philosophe et historien Adam Ferguson (1723-1816) et l’économiste Adam Smith (1723-1790).

 

Les Lumières d’Édimbourg

À l’instar des salons parisiens du siècle des Lumières, les nombreuses sociétés de lecture et les clubs d’hommes intellectuels qui ont vu le jour à Édimbourg ont contribué au succès de la ville.

Contrairement à Paris, où les femmes tenaient souvent des salons, les normes culturelles sexistes excluaient les femmes des rassemblements intellectuels d’Édimbourg, à de rares exceptions près, comme la poétesse et mondaine Alison Cockburn (1712-1794). Une femme moderne ne souhaiterait pas vivre dans l’Édimbourg du XVIIIe siècle, mais les hommes de l’époque trouvaient inestimables les possibilités de réseautage et de débat offertes par les différents clubs de la ville. L’écrivain français Voltaire affirmait en 1762 que « c’est aujourd’hui d’Écosse que nous [les Européens] tenons les règles du goût dans tous les arts, depuis la poésie épique jusqu’au jardinage. »

L’Écosse a laissé sa marque dans le domaine littéraire, produisant des personnalités telles que l’inimitable poète Robert Burns (1759-1796) et le romancier édimbourgeois Sir Walter Scott (1771-1832). L’Écosse est également à l’origine de nouveaux goûts en matière d’aménagement paysager, d’architecture et de décoration intérieure, en grande partie grâce à l’architecte Robert Adam (1728-1792), élevé et formé à Édimbourg. Avec son frère James (1730-94), ils ont développé une nouvelle approche de l’architecture connue sous le nom de « style Adam » qui a influencé de nombreuses résidences dans l’Angleterre du XVIIIe siècle, en Écosse, en Russie et aux États-Unis après l’indépendance, où il a évolué vers le « style fédéral ». L’Écosse a également ouvert la voie en matière de peinture de portraits grâce à des peintres édimbourgeois de bon goût tels qu’Allan Ramsay (1713-1784) et Sir Henry Raeburn (1756-1823).

Si le siècle des Lumières écossais a apporté de nombreuses contributions aux arts et aux lettres, il a également donné lieu à des travaux révolutionnaires dans le domaine des sciences.

Thomas Jefferson, en 1789, a écrit :

« En ce qui concerne la science, aucun endroit au monde ne peut prétendre rivaliser avec Édimbourg. »

Le géologue édimbourgeois James Hutton (1726-1797) a redéfini son domaine en développant bon nombre des principes fondamentaux de sa discipline.

Le chimiste et physicien Joseph Black (1728-1799), qui a étudié à l’université d’Édimbourg, a découvert le dioxyde de carbone, le magnésium et les importants concepts thermodynamiques de chaleur latente et de chaleur spécifique.

Le médecin William Cullen (1710-1790) a contribué à faire de l’école de médecine d’Édimbourg le principal centre d’enseignement médical du monde anglophone. Il y a contribué à la formation de nombreux scientifiques de renom, dont Black et l’anatomiste Alexander Monro Secondus (1733-1817). Ce dernier a été le premier à détailler le système lymphatique humain. Sir James Young Simpson (1811-1870), admis à l’université d’Édimbourg à l’âge de quatorze ans, a ensuite mis au point l’anesthésie au chloroforme. Cette invention a grandement amélioré l’expérience des patients en chirurgie. Elle a également sauvé la reine Victoria et d’innombrables autres femmes de souffrances inutiles pendant l’accouchement.

Le siècle des Lumières écossais a également fait progresser les mathématiques et l’ingénierie.

Le mathématicien et professeur de l’université d’Édimbourg Colin Maclaurin (1698-1746), un enfant prodige entré à l’université à l’âge de 11 ans, a apporté des contributions notables aux domaines de la géométrie et de l’algèbre. L’ingénieur civil Thomas Telford (1757-1834), qui a travaillé un certain temps à Édimbourg, était si prolifique qu’il a été surnommé le Colosse des routes (un jeu de mots sur l’une des sept merveilles du monde antique, le Colosse de Rhodes). L’ingénieur et inventeur écossais James Watt (1736-1819) a grandement amélioré la conception de la machine à vapeur et a ainsi contribué à la révolution industrielle.

L’auteur américain Eric Weiner a affirmé que la clé du succès soudain et inattendu d’Édimbourg était le sens pratique écossais. L’Encyclopædia Britannica, fondée à Édimbourg en 1768 et donc une invention des Lumières écossaises, affirme également que les diverses réalisations de la ville reposent sur plusieurs évolutions notables de la philosophie écossaise, qui ont toutes un caractère pratique. Il s’agit du scepticisme à l’égard de l’école de pensée dite rationaliste (selon laquelle toutes les vérités peuvent être déduites par le seul usage de la raison), de l’accent mis sur les méthodes empiriques de recherche scientifique, de l’émergence d’une philosophie du « bon sens » et des tentatives de développement d’une science de la nature humaine.

La popularisation de l’empirisme est l’une des plus grandes contributions des Lumières écossaises au progrès humain. Dans le même ordre d’idées, le « réalisme du bon sens », mis en avant par des penseurs tels que Ferguson, mettait l’accent sur les observations du monde réel plutôt que sur la théorisation abstraite et considérait que l’homme ordinaire sans instruction était l’égal d’un intellectuel en matière de bon sens élémentaire. Le réalisme du bon sens a influencé la pensée des pères fondateurs des États-Unis, Thomas Jefferson et John Adams, entre autres. Le Traité de la nature humaine de Hume (1739), qui compte parmi les ouvrages philosophiques les plus influents de l’histoire, est le texte fondateur des sciences cognitives.

Le désir de comprendre le comportement humain a donné naissance non seulement aux sciences cognitives mais aussi à l’économie.

Adam Smith est largement considéré comme le fondateur de l’économie moderne. Son ouvrage intitulé An Inquiry into the Nature and Causes of the Wealth of Nations (1776) a été l’un des premiers à aborder des sujets tels que la division du travail et les avantages des économies de libre-échange (par opposition au mercantilisme et au protectionnisme). Non seulement cet ouvrage a influencé la politique économique peu après sa publication, mais il a contribué à définir les termes du débat économique pendant des siècles. Tous les grands penseurs économiques depuis Smith, y compris ceux qui étaient en profond désaccord avec lui, comme Karl Marx, ont néanmoins cité l’Écossais et se sont penchés sur ses idées.

En créant le domaine de l’économie, Smith a aidé l’humanité à réfléchir aux politiques favorisant la prospérité. Ces politiques, y compris la liberté économique que Smith préconisait, ont depuis contribué à élever le niveau de vie à des hauteurs inimaginables pour Smith et ses contemporains (explorez les preuves par vous-même).

Édimbourg était un improbable centre de progrès. Un lieu relativement petit, négligé et inhospitalier a émergé d’un siècle d’instabilité pour prendre le monde d’assaut. L’alphabétisation généralisée, l’ouverture d’esprit, les débats intenses lors des rencontres intellectuelles et une base pratique ont contribué aux succès de la ville. Édimbourg était essentiellement une petite ville universitaire qui s’est distinguée par ses réalisations humaines.

Le père fondateur américain Benjamin Franklin a noté :

« L’université d’Édimbourg possédait un ensemble d’hommes vraiment grands… comme il n’en est jamais apparu dans aucune époque ni aucun pays ».

Pour ses innombrables réalisations, et en particulier pour avoir donné à l’humanité l’empirisme et l’économie, Édimbourg, à l’époque des Lumières, est à juste titre notre dix-huitième Centre du progrès.

 

Traduction Contrepoints

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • « Auld reekie » se traduit aussi par « vieille puante » – ce qui n’empêche apparemment pas les grands esprits de fonctionner

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Chelsea Follett

Notre vingt-et-unième Centre de progrès est Bologne, où est situé la première université (telle qu'elle est communément reconnue) qui se trouve être aussi la plus ancienne en activité dans le monde aujourd'hui. L'université de Bologne, dont on dit traditionnellement qu'elle a été fondée en 1088, a été la première institution à décerner des diplômes et à promouvoir l'enseignement supérieur à la manière d'un collège ou d'une université moderne.

Aujourd'hui, Bologne est la septième ville la plus peuplée d'Italie... Poursuivre la lecture

Vienne musique
1
Sauvegarder cet article

Un article de Human Progress.

 

Notre vingtième Centre du progrès est Vienne, surnommée la "Ville de la musique". De la fin du XVIIIe siècle à la majeure partie du XIXe siècle, la ville a révolutionné la musique et produit certaines des plus grandes œuvres des époques classique et romantique. Le parrainage de la dynastie des Habsbourg, alors puissante, et des aristocrates de la cour impériale de Vienne a créé un environnement lucratif pour les musiciens, attirant ces derniers dans la ville. Certains des plus grands composit... Poursuivre la lecture

Un article de Human Progress.

 

Notre dix-neuvième Centre du progrès est Philadelphie, surnommée le « berceau de la liberté » et le « lieu de naissance de l'Amérique ». Cette première capitale des États-Unis est l'endroit où le deuxième Congrès continental a signé la Déclaration d'indépendance. C'est également le lieu où une nouvelle forme de gouvernement a été débattue et mise en pratique. Auparavant, la forme prédominante d'organisation politique était la monarchie. Mais les fondateurs de la république américaine ont tent... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles