Les centres du progrès (17) : Paris (les Lumières)

Les penseurs parisiens ont apporté à l’humanité de nombreuses idées qui ont changé le monde et ont contribué à l’avènement du siècle des Lumières.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Chris Karidis on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les centres du progrès (17) : Paris (les Lumières)

Publié le 30 octobre 2022
- A +

Par Chelsea Follet
Un article de HumanProgress

Notre dix-septième Centre du progrès est Paris, parfois appelé « scène centrale » ou « foyer » du siècle des Lumières. Les salons et les cafés du Paris du XVIIIe siècle ont été le lieu de discussions intellectuelles où les philosophes ont donné naissance à ce que l’on appelle le siècle des Lumières.

Les Lumières étaient un mouvement qui défendait les valeurs de la raison, de la connaissance fondée sur des preuves, du libre examen, de la liberté individuelle, de l’humanisme, d’un État de taille réduite et de la séparation de l’Église et de l’État. Alors qu’une communauté intellectuelle à distance, connue sous le nom de République des lettres (Respublica literaria), favorisait la communication entre les intellectuels par-delà les frontières et les océans, Paris servait néanmoins de centre géographique important de la vie intellectuelle. En devenant une capitale mondiale de la philosophie, connue pour la remise en question des croyances traditionnelles par ses intellectuels, Paris a été surnommée « la Ville Lumière ». Il est indéniable que les penseurs de la ville et le mouvement plus large des Lumières ont modifié l’histoire. Certains chercheurs, comme Steven Pinker, psychologue à l’université de Harvard, attribuent aux valeurs des Lumières une grande partie des progrès scientifiques et moraux réalisés par l’humanité depuis lors.

Aujourd’hui, Paris reste la capitale et la ville la plus peuplée de France, avec plus de deux millions d’habitants. La ville continue d’être un centre important de la diplomatie, du commerce, de la haute couture, de la cuisine, de la science et des arts, comme elle l’est depuis au moins le XVIIe siècle. Paris est l’une des principales destinations touristiques du monde, célèbre pour ses monuments architecturaux, ses musées, ses restaurants et son atmosphère charmante. En raison de sa réputation romantique, l’un des surnoms de la ville est « la ville de l’amour ». Paris est donc également une destination populaire pour les mariages et les lunes de miel.

La mystique de Paris dans l’imagination du public est difficile à résumer, mais les mots du physicien théoricien Walter Kohn, lauréat du prix Nobel, résument peut-être le mieux l’aspect de la ville qui nous intéresse :

« Paris se prête en quelque sorte aux nouvelles idées conceptuelles […] Il y a une certaine magie dans cette ville ».

Le site où se trouve aujourd’hui Paris est habité depuis environ 7600 avant Jésus-Christ. Les musées de la ville conservent des objets archéologiques datant de l’Âge de pierre et de l’Empire romain, bien que ces périodes de l’histoire ne soient pas communément associées à Paris.

Ce qui n’était au départ qu’une petite colonie sur les rives de la Seine a connu une croissance rapide de sa population et de son importance politique. Paris tient son nom d’une tribu celte de l’âge du fer, les Parisii, qui ont fortifié la région vers 225 avant Jésus-Christ. En 52 avant J.-C., les Romains conquièrent le site et le nomment Lutetia Parisiorum, marais des Parisii. Au IIIe siècle de notre ère, les tribus germaniques locales contestent la domination romaine sur la ville. À la fin du Ve siècle, Paris passe sous le contrôle total des Francs, une confédération de tribus germaniques. En 508, les Francs ont fait de Paris leur capitale. En 843, le royaume de Francie se divise, la Francie orientale devenant le prédécesseur de l’Allemagne et la Francie occidentale devenant la première itération du Royaume de France. À mesure que l’influence politique de la France s’étend au fil des siècles, Paris devient un important centre économique et culturel.

Au XVIIIe siècle, le centre du discours intellectuel de pointe s’est déplacé des universités vers les cafés et les salons, où les penseurs controversés pouvaient trouver un soutien financier. L’adoption du café par l’Europe a remplacé la consommation constante d’alcool, un dépresseur, par la caféine, un stimulant, et les cafés sont devenus des lieux de débat sur la politique et la philosophie. Les femmes ont joué un rôle important, bien qu’inégal, dans le siècle des Lumières. Les femmes riches ou ayant de bonnes relations, connues sous le nom de salonnières – comme Marie Thérèse Rodet Geoffrin (1699-1777), parfois appelée l’inventrice du salon des Lumières – accueillaient les réunions intellectuelles haut de gamme de l’époque. Les femmes de la classe supérieure se voyaient généralement refuser toute possibilité d’éducation formelle, mais les salons constituaient pour elles un moyen socialement acceptable de participer à la vie intellectuelle. Parmi les autres salonnières importantes, citons Jeanne Julie Éléonore de Lespinasse (1732-1776) et Suzanne Necker (1739-1794), l’épouse suisse du ministre des Finances du roi Louis XVI.

Dans les salons de l’époque des Lumières, les nobles et autres riches financiers se mêlaient aux artistes, écrivains et philosophes en quête de mécénat et d’occasions de discuter et de diffuser leurs travaux. Ces rencontres ont permis à des philosophes controversés, qui n’auraient pas eu la liberté intellectuelle d’explorer leurs idées au sein de l’académie, de développer leurs critiques des normes et institutions existantes. Parmi les penseurs parisiens et les Parisiens influents de l’époque figurent le baron de Montesquieu (1689-1755), François-Marie Arouet, plus connu sous son nom de plume Voltaire (1694-1778), l’ex-patron genevois Jean-Jacques Rousseau (1712-1778) et l’écrivain Denis Diderot (1713-1784).

Si les salons étaient réputés pour leurs conversations sophistiquées et leurs débats intenses, c’est l’écriture de lettres qui a donné aux idées des philosophes une large portée. Une communauté d’intellectuels qui couvrait une grande partie du monde occidental – connue sous le nom de République des lettres – s’engageait de plus en plus dans les échanges d’idées qui commençaient dans les salons parisiens. Ainsi, le mouvement des Lumières basé à Paris a contribué à stimuler des expériences de pensée radicales similaires ailleurs (comme les Lumières écossaises qui font l’objet de notre prochain épisode des Centres de progrès).

Grâce en partie au financement et aux commentaires des mécènes des salons, les philosophes parisiens ont couché sur le papier un grand nombre de leurs idées. En 1748, Montesquieu publie L’Esprit des lois, qui préconise la séparation des pouvoirs publics. Selon lui, aucune branche ou partie de l’État ne doit avoir trop de pouvoir par rapport à une autre, ce qui, à l’époque, était une proposition révolutionnaire.

En 1751, Diderot a participé à la création de l’Encyclopédie, l’une des premières encyclopédies modernes à usage général. Pendant 27 ans, il en a été le rédacteur en chef et a contribué à la production de 28 volumes. Cette série de livres controversée a été interdite par l’Église catholique et l’État français, si bien qu’il a dû se cacher pour terminer les derniers volumes. La production de l’Encyclopédie a été qualifiée de réalisation intellectuelle majeure du siècle des Lumières français.

En 1759, Voltaire a publié Candide, son œuvre la plus connue, un roman sarcastique qui a également été largement interdit pour ses critiques des institutions religieuses et politiques. Bien que Parisien de naissance, Voltaire a passé relativement peu de temps à Paris en raison de ses fréquents exils provoqués par l’ire des autorités françaises. Le temps où il se cachait à Londres, par exemple, lui a permis de traduire les œuvres du philosophe politique et « père du libéralisme » John Locke, ainsi que du mathématicien et physicien anglais Isaac Newton.

En 1762, Rousseau publie Le Contrat social, qui soutient, entre autres, que les lois doivent refléter la volonté du peuple et que les monarques n’ont aucun droit divin à gouverner. Cet ouvrage a également été censuré. Ses idées ont eu une influence sur les dirigeants de la Révolution française une génération plus tard (1789-99). Cela dit, certains chercheurs considèrent que Rousseau a été une figure des contre-Lumières en raison de son scepticisme à l’égard de la société commerciale moderne et de sa vision très romantique de l’existence primitive.

Le siècle des Lumières s’est épanoui dans le Paris du XVIIIe siècle en grande partie grâce aux efforts et à la générosité de particuliers. Les autorités ont tenté à maintes reprises d’étouffer les nouvelles idées qui remettaient en cause l’ordre existant. L’État français a souvent censuré ou interdit des écrits et exilé des intellectuels. Mais les fonds privés, acheminés aux penseurs pionniers par le biais des salons, permettent aux nouvelles idées de prendre racine et de prospérer.

D’autres développements culturels se produisaient également à Paris à cette époque.

La ville est le berceau de la haute cuisine et des restaurants. Dans les années 1760 et 1770, les premiers restaurants modernes apparaissent en France. En 1782, le chef pâtissier du futur Louis XVIII, Antoine Beauvilliers (1754-1817), a ouvert le premier établissement de haute gastronomie de premier plan à Paris. Alors que la monarchie s’affaiblit et que de plus en plus de chefs de la cour quittent leur poste pour ouvrir des restaurants, les nouveaux riches contribuent à soutenir les nouveaux établissements et à financer le développement de l’art culinaire. La cuisine française reste une réalisation culturelle importante qui continue d’être une source de fierté pour les Parisiens.

Au cours du XVIIIe siècle, Paris était également un centre culturel de musique et d’opéra, de peinture (notamment au sein des mouvements artistiques baroque, rocaille et néoclassique) et de mode (comme la ville l’était depuis un siècle grâce aux vêtements élaborés de la cour du Roi Soleil). Mais ce sont les nouvelles idées du siècle des Lumières qui ont défini la ville à cette époque et qui ont finalement transformé le monde. Les idéaux des Lumières ont contribué à la Révolution française, qui a provoqué d’horribles effusions de sang et le chaos, mais a également montré qu’il était possible de repenser des institutions vieilles de plusieurs siècles.

En d’autres termes, en servant de base aux Lumières et à la vaste République des Lettres, Paris a contribué à la diffusion de nouvelles idées qui allaient finalement donner naissance à de nouvelles formes de gouvernement. Les idéaux des Lumières, à savoir le républicanisme, la séparation des pouvoirs, la séparation de l’Église et de l’État et le respect des libertés civiles, ont contribué à animer les révolutions française et américaine. L’importance accordée par les Lumières à la raison et aux preuves a permis de jeter les bases d’innovations scientifiques et technologiques qui ont changé la vie. D’une certaine manière, les Lumières ont contribué à ouvrir la voie à la révolution industrielle, un tournant dans l’histoire de l’humanité qui a créé une richesse sans précédent et a finalement élevé le niveau de vie à des sommets inimaginables auparavant.

Grâce aux nouvelles technologies, le surnom de la ville a pris un double sens, car Paris a été l’une des premières villes à installer un éclairage public au gaz le long de ses boulevards et de ses monuments au XIXe siècle.

Entre 1853 et 1870, Paris a installé quelque 15 000 lampadaires à gaz. Le XIXe siècle a également vu les réalisations artistiques parisiennes atteindre de nouveaux sommets avec l’érection de merveilles architecturales telles que l’emblématique tour Eiffel et la production de chefs-d’œuvre impressionnistes et post-impressionnistes. Les peintres français révolutionnaires de l’époque sont trop nombreux pour être tous cités. Parmi les plus influents, citons Claude Monet, Paul Cézanne, Edgar Degas, Édouard Manet, Pierre-Auguste Renoir, Georges-Pierre Seurat, Henri Rousseau et Vincent Van Gogh. Cette époque a également vu de nouveaux sommets dans la littérature française avec des écrivains célèbres tels que Victor Hugo, Honoré de Balzac et Alexandre Dumas.

Aujourd’hui, Paris continue d’être renommée dans le monde entier comme un centre de haute culture. Cependant, elle n’a plus la même réputation qu’au XVIIIe siècle en tant que capitale intellectuelle du monde.

Grâce à l’essor du financement privé des nouvelles idées, y compris des idées controversées, le Paris du XVIIIe siècle est devenu le berceau des Lumières et la base géographique de la vaste République des Lettres. La ville a accompli de nombreuses autres réalisations notables, en particulier dans les domaines de la haute culture, notamment la peinture, la musique, la création de vêtements et les arts culinaires. Mais les plus grandes contributions de la ville au progrès de l’humanité ont été les idées qui ont changé le monde et qui ont émergé parmi les penseurs de Paris au cours du siècle des Lumières. Paris est donc à juste titre notre dix-septième Centre du progrès.

Traduction Contrepoints

Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Hidalgo a décidé d’éteindre les lumières pour faire des économies.

    • oui, dans les rues, mais à la mairie, les lumières sont éteintes depuis plus longtemps. Je n’ose plus aller à Paris !

      • @ MichelO, j’avais bien compris votre allusion, et c’était juste une précision. Des sites comme le palais de la découverte, (actuellement fermé pour travaux), la cité des sciences, et autres musées sont devenus difficiles d’accès pour les provinciaux surtout accompagnés de leurs petits enfants. Les déplacements sont difficiles, alors comment rester une référence intellectuelle si l’accès aux connaissances devient interdit ?

        • C’était exactement ce que je voulais dire. J’avais pensé offrir à mon cousin, sa femme et leur fille adoptive l’équivalent du voyage à Paris de mon enfance : soirée au Châtelet, Musée des Arts et Métiers, etc., etc. Mais j’ai renoncé, ce Paris-là n’existe plus, ils auraient surtout risqué d’être dépouillés dans un coin sombre, et il faudra autre chose pour donner le goût des sciences et de la culture à la fillette.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
6
Sauvegarder cet article

Anne Hidalgo avait promis de ne pas augmenter les impôts à Paris. C’était pour rire.

Elle a décidé de taper les Parisiens au portefeuille par surprise au moment qui fait le plus mal. L’inflation galopante a déjà commencé à rogner leur pouvoir d’achat et leur épargne. Une récession dure pointe le bout de son nez. Joli contexte pour accroître brutalement la pression fiscale de 570 millions supplémentaires. Au groupe Changer Paris, nous avions prévenu les Parisiens qu’Anne Hidalgo entrainait la mairie sur une trajectoire financièrement in... Poursuivre la lecture

« Il n’y aura pas d’impôt JO. »

Ce lundi 25 juillet, le soleil brillait sur la capitale, alors qu’à Élysée se réunissait le Conseil olympique et paralympique. L’occasion d’évoquer les questions de la sécurité et des transports en vue des Jeux olympiques de 2024.

En marge de l’événement, le chef de l’État accordait une entrevue à nos confrères de L’Équipe dans laquelle il annonça l’absence d’une fiscalité propre à ces jeux, une annonce qui laisse songeur à l’heure où le « too big to fail » constitue la principale ligne de conduit... Poursuivre la lecture

Mission réussie ! La NASA a annoncé que le vaisseau de la mission Dart a réussi à dévier l'astéroïde Dimorphos de sa trajectoire en percutant sa cible lors du test fin septembre.

C’est une nouvelle menace contre l’humanité qui semble s’éloigner grâce au génie humain, à mille lieues du pessimisme médiatico-politique général.

🌑🛰️La mission #DART est un succès ! Les astronomes ont constaté que le petit astéroïde Dimorphos impacté par la sonde DART tourne désormais 32 minutes plus vite autour de Didymos.... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles