Le doigt cassé démocratique

Est–ce du spleen ou du blues qu’éprouve le gouverné ? Difficile de trancher.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Finger winner credits Tsahi Levent-Levi via Flickr ( (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le doigt cassé démocratique

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 3 novembre 2022
- A +

« Docteur, j’ai mal partout, quand je touche mon ventre avec mon doigt j’ai mal, quand je touche mon genou j’ai mal, quand je touche ma tête j’ai mal… » ; et le docteur de répondre : « vous avez juste le doigt cassé ».

Le gouverné aussi dit avoir mal partout, mais c’est son doigt qui est cassé, son doigt démocratique.

Est-ce du spleen ou du blues qu’éprouve le gouverné, difficile de trancher. Mais le mal être est indubitable. Pourtant, nous essayons, nous nous débattons, tentons de trouver une position plus agréable, pour un moment, « comme ces malades qui se tournent dans toutes les positions possibles dans leur lit, pensant trouver un moment de répit », nous rappelle Giuliano da Empoli l’auteur du Mage du Kremlin.

Ainsi donc, nos démocraties vivent des moments irritants, qui n’empêchent pas d’y croire, mais éprouvent la foi. Se pourrait-il que nous misions à chaque fois sur le mauvais cheval ? Faut voir. Si nous avons si mal partout, si longtemps, quel que soit le traitement proposé, peut-être n’est-ce pas LA politique qui est fautive, mais LE politique ? Pas la fonction, mais l’organe ? Pas l’œuvre mais l’auteur ?  Peut-être la fable du doigt cassé proposée dans l’introduction nous éclaire-t-elle quant à la nuance :

  • Docteur, j’ai mal partout, quand je touche mon ventre avec mon doigt j’ai mal, quand je touche mon genou j’ai mal, quand je touche ma tête j’ai mal
  • Vous avez juste le doigt cassé 

 

Dans le cas qui nous intéresse, le doigt cassé serait donc LE politique, seul responsable de la douleur du gouverné, plutôt que LA politique qui serait alors condamnée par avance. D’où qu’il vienne le gouvernant pourrait dire ou agir, son sort serait scellé dès la sortie des urnes. Le politique dans l’exercice du pouvoir, en charge du bien vivre ensemble, dans le meilleur des mondes, et quoi qu’il en coûte, serait par défaut accusé d’aveuglement, d’errement, d’hypocrisie, d’hérésie, d’actes manqués avant que d’être mis en œuvre.

Peut-être. Peut-être sommes-nous victimes d’un tel biais émotionnel, un biais où la charge du ressentiment envers LE politique l’emporterait sur LA raisonnable politique. Peut-être sommes-nous trop peu réceptifs à l’œuvre, et bien trop à l’artiste. Peut-être alors est-ce la faute du gouverné si le gouvernant fait chou blanc…

Un peu fort de café quand même. Non, la fable du doigt cassé ne dit pas cela, ou plutôt pas que cela. D’ailleurs, cette fable du doigt cassé est bien moins débilitante que celle du doigt du sage, plus connue mais moins à l’avantage du gouverné : « quand le sage regarde la lune, l’idiot regarde le doigt », proverbe chinois. Bref, le doigt du sage est un étendard de l’idiot du village (le gouverné), alors que le doigt cassé relèverait plutôt d’une forme d’illusion de ce même gouverné, ou plutôt de désillusion.

 

Du doigt à la Douât

Nous ne sommes donc pas véritablement victimes d’un biais émotionnel, c’est-à-dire d’une charge déraisonnable contre le gouverné, mais plus probablement d’une terrible désillusion. Comme une histoire qui n’est pas conforme au résumé que l’on nous en fait. Un résumé qui présumait le politique en capacité de virer de bord, dans la bonne direction, sans faire chalouper de trop le navire. Et puis la désillusion de l’histoire ressentie : « Le roman déchire le rideau, celui des idées reçues ».

Nous avons cru que croire suffirait, un moment, et puis nous avons été lassés, comme un enfant dont l’émerveillement s’émousse à la vue du même tour de magie répété inlassablement, et dont il démasque les manques et les fraudes. Peut-être l’anachorète se satisfait-il de croire encore et toujours, et ne voit-il pas dans le réel des preuves suffisantes de son errement. Mais l’Homme de la cité est moins patient, et s’agace d’un monde qui ne ressemble pas aux promesses qu’on lui fit.

Peut-être avons-nous été trop naïfs pour croire que l’élu annoncerait la providence ? Le comique de service fera remarquer que le doigt cassé de la fable tend à se confondre avec la Douât, ce lieu de passage hostile où le dieu solaire Ré (mythologie égyptienne) doit lutter contre Apophis qui incarne le chaos, ou bien le doigt cassé se confond-il avec l’autre Douât séjour dans l’au-delà de l’âme des défunts.

L’amer aigri d’humeur moins badine préfèrera nous rappeler sa prière du matin :

« Il faut être sacrément obtus ou débile profond pour croire encore que la formule magique pour vivre dans le monde des bisounours existe quelque part, au détour d’un théorème découvert par hasard par quelque professeur Tournesol calculant l’âge du capitaine, ou d’un palimpseste jaunâtre remis à jour à la lecture du pouvoir en place ».

 

Le doigt totalitaire

Peut-être. Mais un doigt cassé, c’est peut-être mieux que pas de doigt du tout. Le doigt cassé nous donne la faculté d’en éprouver la douleur, alors que le doigt manquant pas du tout. De la même manière la démocratie nous donne la faculté d’éprouver la douleur du mauvais élu, alors que la dictature pas du tout. Peut-être même que la dictature prive le « gouverné » de sa faculté de souffrir du doigt cassé, mais ne le prive pas de la douleur du membre fantôme : la liberté de choisir celui que l’on critiquera demain.

Un reggae man qui ne s’intéresse pas à la politique doit faire du zouk !  Tiken Jah Fakoly

 

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Le résultat, bafoué, du référendum de mai 2005 sur la constitution européenne avec le « non » qui recueille 54,68 % est à lui seul un bon résumé de ce que nos « élites politiciennes » sont capables de faire.
    Elles ce sont réunies en congrès en 2007 pour ratifier le traité de Lisbonne, créé pour remplacer ce traité constitutionnel. Lequel reprend la majorité des changements qui se trouvaient dans le traité constitutionnel, mais sous forme d’amendements. Merci Sarko et les députés réunis…
    La démocratie européenne dans sa version française est morte ce jour là.
    La confiance étant abolie comment ne pas comprendre l’abstention…
    La Suisse nous montre pourtant le chemin mais comme c’est dur de se référer au peuple quand on est « sachant » !
    Le rejet de nos politiques est là, bien installé. Je crains et d’ailleurs cela parait inéluctable, que ce soit par une révolution, avec son cortège de souffrances, que l’abcès soit traité un jour puisque le peuple n’est plus consulté sur les sujets majeur.
    Une seule solution : rendre le pouvoir au(x) peuple(s).
    Que de malheurs en vue.

    • La solution c’est le peuple. C’est assez vague comme solution. Il me semble que ce qui caractérise la démocratie suisse c’est la qualité des débats sur les sujets en jeu. Le vote n’est que la décision d’un processus civil ouvert et représentatif. En France c’est le processus qui pêche, il n’en a que les apparences. Trop de verticalité !

      • Bien sûr que le « peuple » ne peut avoir toutes les réponses, et ces dernières ne sont pas forcément intelligentes etc…mais toute autre solution n’est plus de la démocratie. Alors quoi d’autre ?

        • Le despotisme éclairé.

          • Je suis sérieux. Le problème est l’absence d’intelligence et d’éclairage. Le problème du choix entre démocratie et despotisme est lui parfaitement secondaire au regard du précédent.

            • Le despostisme éclairé finit presque à coup sûr en despotisme tout court. Quelque part la société préfère sacrifier un peu de performance en vérouillant le risque totalitaire. Je trouve ça plutôt intelligent !
              Et puis vous semblez raisonner en terme linéaire, or rien dans la nature ne l’est. Lorsqu’on ne connaît rien du chemin à prendre c’est logique de marcher en zigzag. C’est même très libéral.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Tommaso Vitale et Emilien Houard-Vial.

 

Si cette année Giorgia Meloni et Marine Le Pen ont concentré l’attention des commentateurs des deux côtés des Alpes, l’abstention est bien la donnée politique la plus importante qui ait émergé de ces élections. Le choix délibéré de millions de citoyens de se détourner de l’arène politique est souvent agrémenté de propos négatifs sur leur supposée irresponsabilité ou manque d’éthique. Pour autant, le registre de la culpabilité est-il le plus pertinent pour répondre au grave problè... Poursuivre la lecture

la liberté
5
Sauvegarder cet article

La guerre russe en Ukraine place une fois de plus le monde occidental, le monde des démocraties libérales, face à ses renoncements et ses douloureuses contradictions.

Comme dans les années 1930 face à l'Allemagne, l'Italie et l'URSS, on le voit se lever au nom de ses principes face à l'autoritarisme brutal d'un Vladimir Poutine, mais on le voit aussi se braquer dans des certitudes sociales et/ou climatiques qui lui font imposer ses jolies politiques d'en haut en oubliant qu'il tient ses pouvoirs des individus. Exemple typique, les zone... Poursuivre la lecture

Par Axel Weber et Dan Sanchez.

Le philosophe du XIXe siècle Joseph de Maistre a écrit que "toute nation a le gouvernement qu'elle mérite."

C'est vrai dans un sens car, comme l'a écrit plus tard Ludwig von Mises, "l'opinion publique est en définitive responsable de la structure de l’État."

Les croyances et les valeurs d'un peuple déterminent les institutions qu'il embrasse ou accepte.

L'influence s'exerce également dans l'autre sens. Des systèmes de gouvernement différents créent des incitations différentes. Certain... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles