La crise énergétique de l’Europe a été créée par l’intervention politique

Le marché n’est pas toujours parfait, mais l’intervention du gouvernement est toujours imparfaite.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3
Alexandros Michailidis / Shutterstock.com

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La crise énergétique de l’Europe a été créée par l’intervention politique

Publié le 25 octobre 2022
- A +

Par Daniel Lacalle.

 

Une politique énergétique qui interdit les investissements dans certaines technologies sur la base d’opinions idéologiques et ignore la sécurité de l’approvisionnement est vouée à un échec cuisant.

La crise énergétique dans l’Union européenne n’a pas été créée par les défaillances du marché ou le manque d’alternatives. Elle a été créée par des pressions et des contraintes politiques.

Les énergies renouvelables sont une force positive au sein d’un mix énergétique équilibré, mais pas en soi, en raison de la nature volatile et intermittente de la technologie. Les politiciens ont imposé un bouquet énergétique instable en interdisant les technologies de base qui fonctionnent presque 100 % du temps, ce qui a fait grimper les prix pour les consommateurs et menacé la sécurité de l’approvisionnement.

Cette semaine, Ursula Von Der Leyen, présidente de la Commission européenne, a donné deux messages qui ont fait les gros titres. Tout d’abord, elle a annoncé une intervention forte sur le marché de l’électricité, puis elle a déclaré, lors du sommet sur la sécurité énergétique de la mer Baltique, la proposition de porter les énergies renouvelables à 45 % du mix de production total d’ici 2030. Elle considère qu’il ne s’agit pas d’une crise énergétique mais « d’une crise des combustibles fossiles ».

 

Les causes de la crise énergétique

Toutefois, les messages de Mme Von Der Leyen présentent deux problèmes.

La crise énergétique de l’Europe est due à une intervention massive. Et en outre, l’augmentation massive des énergies renouvelables n’élimine pas le risque de dépendance vis-à-vis de la Russie ou d’autres fournisseurs de matières premières.

Le marché européen de l’électricité est probablement le plus interventionniste au monde. Une intervention accrue ne résoudra pas les problèmes créés par une conception politique qui a rendu le mix énergétique de la plupart des pays coûteux, volatile et intermittent.

L’idéologie est un mauvais partenaire en matière d’énergie.

Entre 70 et 75 % du tarif de l’électricité dans la plupart des pays européens sont des coûts réglementés, des subventions et des taxes fixées par les gouvernements et, dans la partie restante, la production dite « libéralisée », le coût des quotas de CO2 a explosé à cause de ces mêmes gouvernements qui limitent l’offre de permis et le mix énergétique est imposé par des décisions politiques.

En Allemagne, seuls 24 % de tous les coûts figurant sur la facture d’un ménage sont des « coûts de fournisseur », selon le BDEW 2021.

La grande majorité des coûts sont des taxes et des coûts fixés par le gouvernement :

  • Frais de réseau (24 %)
  • Surtaxe sur les énergies renouvelables (20 %)
  • Taxe sur les ventes (TVA) (16 %)
  • Taxe sur l’électricité (6 %)
  • Prélèvement sur les concessions (5 %)
  • Prélèvement sur la responsabilité en mer (0,03 %)
  • Surtaxe sur les centrales de cogénération (0,08 %)
  • Prélèvement pour le rabais industriel sur les frais de réseau (1,3 %)

 

Mais selon les messages du président de la Commission européenne, le problème c’est le marché. Allez savoir.

Il est surprenant de lire que les marchés européens de l’électricité sont des marchés libres, alors que les gouvernements imposent les technologies au sein du mix énergétique, monopolisent et limitent les licences, interdisent les investissements dans certaines technologies ou en ferment d’autres, tout en imposant un coût croissant des permis de CO2 limitant leur offre.

L’intervention consistait à arrêter l’énergie nucléaire et à se reposer massivement sur le gaz naturel et le lignite, comme l’a fait l’Allemagne. L’intervention consiste à interdire le développement du gaz naturel non conventionnel en Europe. L’intervention consiste à fermer les réservoirs alors que l’énergie hydraulique est essentielle pour réduire les factures des ménages. L’intervention consiste à augmenter les subventions au mauvais moment, puis à augmenter les taxes sur les technologies efficaces. L’intervention consiste à arrêter le gazoduc qui permettrait de doubler les interconnexions avec la France. L’intervention consiste à interdire l’exploitation du lithium tout en parlant de défendre les énergies renouvelables, qui ont besoin de cette matière première. L’intervention consiste à remplir la facture du consommateur de taxes et de coûts réglementés qui n’ont rien à voir avec la consommation d’énergie.

L’intervention, en substance, c’est la chaîne d’erreurs de la politique énergétique qui a conduit l’Europe à avoir une électricité et un gaz naturel plus de deux fois plus chers qu’aux États-Unis, comme l’avait prévenu Durao Barroso en 2013.

Les prix de l’électricité en Europe ne sont pas chers par hasard, mais à dessein. L’augmentation exponentielle des subventions, des coûts réglementés et du prix des droits d’émission de CO2 sont des décisions politiques.

Éliminer les énergies de base (nucléaire, hydraulique) qui fonctionnent en permanence et les remplacer par des énergies renouvelables qui ont besoin d’un appoint de gaz naturel et de lourds investissements dans les infrastructures est coûteux. Cela a été le cas dans toute l’Europe, et cela continuera à l’être.

Une transition énergétique doit être compétitive et garantir la sécurité d’approvisionnement, sinon elle ne le sera pas. Une intervention accrue ne résout pas les problèmes.

Les gouvernements européens devraient se préoccuper d’effacer des factures des ménages tous les éléments n’ayant rien à voir avec la consommation d’électricité, y compris le coût des erreurs de planification passées, et de réduire les impôts qui sont tout simplement inabordables. Ces postes devraient figurer dans le budget national et d’autres dépenses non essentielles devraient être réduites pour éviter des déficits croissants.

 

Le marché n’est pas toujours parfait, mais l’intervention du gouvernement est toujours imparfaite

Les gouvernements sont très mauvais pour choisir les gagnants, mais ils sont encore pires pour choisir les perdants. Une intervention constante laisse une traînée de dettes et de dépassements de coûts que tous les consommateurs paient.

Que se passe-t-il lorsque le gouvernement intervient ?

Il ferme l’énergie nucléaire par obsession idéologique et dépend alors à 40 % du charbon, du lignite et du gaz dans son mix énergétique, comme l’Allemagne. Ou bien il amène son entreprise publique phare au bord de la faillite en intervenant sur les tarifs, comme la France. Ou, comme l’Espagne, il crée un conflit diplomatique avec son plus grand fournisseur de gaz naturel, l’Algérie, et, avec elle, double ses achats de gaz à la Russie depuis le début de la guerre jusqu’en juillet 2022.

Maintenant, l’Union européenne se précipite pour installer de nouvelles usines de regazéification flottantes. Plus de trente. Le problème ? Que pratiquement tous les navires de gaz naturel liquéfié pour cet hiver ont déjà été contractés.

Les mêmes gouvernements qui ont refusé de renforcer les chaînes d’approvisionnement en gaz naturel lorsqu’il était bon marché s’empressent aujourd’hui de dépenser des sommes considérables dans des solutions peu efficaces.

L’installation d’énergies renouvelables ne supprime pas la dépendance au gaz naturel. Les énergies renouvelables sont, par définition, intermittentes, volatiles et difficiles à planifier. En outre, l’installation d’un plus grand nombre d’énergies renouvelables nécessite également d’énormes dépenses en matière d’investissements dans la transmission et la distribution, ce qui rend le tarif plus onéreux.

Investir davantage dans les énergies renouvelables est positif, mais aucun politicien ne peut affirmer qu’elles sont la seule solution. Le problème du stockage, le coût astronomique d’un réseau de batteries et de l’infrastructure nécessaire, estimés à plus de deux mille milliards d’euros s’il était réalisable, sont des facteurs clés. Si l’Europe disposait aujourd’hui d’un mix solaire et éolien à 100 %, celui-ci serait excessivement volatile et intermittent, et dans les périodes de faible disponibilité solaire et éolienne, il augmenterait la dépendance au gaz naturel, qui est nécessaire comme appoint, et le besoin d’hydroélectricité et de nucléaire, des énergies de base qui fonctionnent en permanence. De plus, les énergies renouvelables, qui sont positives dans un mix énergétique équilibré, ne réduisent pas la dépendance vis-à-vis des autres pays. Les pays deviennent dépendants de la Chine et d’autres nations pour le lithium, l’aluminium, le cuivre, etc.

L’installation de 45 % d’énergies renouvelables dans le mix n’élimine pas la dépendance au gaz naturel, elle ne la réduit que légèrement dans la partie du facteur de charge renouvelable qui est plus stable (partie de la production éolienne). En fait, la dépendance vis-à-vis des périodes de faible énergie éolienne et de faible rendement solaire serait extrêmement élevée et, comme nous l’avons déjà constaté, ces périodes coïncident avec celles où le gaz et le charbon sont plus chers en raison d’une demande plus importante.

S’il y a une chose que cette crise nous montre, c’est que ce dont l’Europe a besoin, c’est de plus de marché et de moins d’intervention. L’Europe est arrivée à cette crise en raison d’une combinaison d’arrogance et d’ignorance de la part des législateurs qui contrôlent le mix énergétique. L’importance d’un mix équilibré, avec du nucléaire, de l’hydraulique, du gaz et des énergies renouvelables, est chaque jour plus évidente.

La politique énergétique interventionniste a échoué lamentablement. Ce n’est pas en intervenant davantage que l’on va résoudre le problème.

 

Traduction Contrepoints

Sur le web

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • « Le marché européen de l’électricité est probablement le plus interventionniste au monde.  »

    C’est à dire que tout mouvement dans le sens de la libéralisation peut être « dénoncé comme créant des injustices..
    Ce n’est pas un problème mineur du collectivisme d’état que l’absence de réversibilité équitable..

    Il faut pouvoir apprécier l’argent spolié par des rentes… et des prix qu’on sait faussés..mais pas de combien…
    Je n’ai pas de solution. comme je n’ai pas de solution de sortie pour la retraite par répartition équitable..
    il faut comprendre qu’une grosse part du « soutien » aux système collectiviste est la peur d’être le dindon de la farce..

    On doit se souvenir ému de l’épisode royal.. sur les tarifs de l’électricté « rétroactifs »..

    -1
  • Encore un article réaliste. Pourtant je me pose toujours la question suivante : pourquoi un mix ? pourquoi le sélectionneur d’une équipe choisi les meilleurs ? et non pas un mix ? Il me semble qu’il faut choisir l’énergie la plus dense et celle qui a le plus d’avenir. Fort de ce principe, et en l’état des connaissances actuelles, on sait qu’il faudrait choisir le nucléaire, et pour assurer sa pérennité la surgénération. L’interprétation de l’adage « on ne mets pas les oeufs dans le même panier », est dévoyée, il s’agit de mettre les oeufs dans plusieurs paniers donc de construire des centrales indépendantes !

  • La crie energetique n’est pas tombée du ciel c’est sur. Elle est savament organisée et orchestrée.
    La surpise, la difficulté profonde c’est qu’elle est le resultat d’u hasard e calendier.
    L’arrivée au pouvoir, méme minoriatires des Ecoloset de l’eur inculture scientifque et technique Absolue.
    La prise de pouvoir et de controle des marchés de l’energie par des manipulateurs du fric mondial.
    La decision pour aider les pauvres Ukrainiens qui ont fait 14000 morts dans un guerre civile, De couper tout lein entre la Russie et l’europe de l’ouest, alors que nous sommes embarques sur le méme continent et liéspar des siécles d’histoire.
    ça va etre dur de s’en sortir sans decisions radicales et sans violence.

  • Citation de l’article : « Investir davantage dans les énergies renouvelables est positif »
    Vraiment ? On a le droit d’en douter !

  • Seul moyen d’en finir sortir de ce bourbier n’est devenu l’UE.

  • Les energies renouvelables sont un caprice très onéreux.

    • vous avez mille fois raison. La seule chose qui est renouvelable dans les énergies renouvelables, ce sont les impôts nécessaires pour les financer.

  • Quand on voit la destruction du réseau électrique ukrainien par les Russes, on devrait se poser la question de la durée maximale de résistance d’un pays tout électrique. mais évidemment l’Europe c’est la pays, où est le risque?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Greta Thunberg
3
Sauvegarder cet article

Cet automne, dans toute l'Europe, les soi-disant activistes climatiques ont mené des actions qui non seulement ont enfreint la loi mais ont également consisté en des actes de vandalisme et de violence physique.

À la National Gallery de Londres, deux femmes ont jeté de la soupe sur un tableau de Vincent Van Gogh ; dans un musée allemand, d'autres activistes ont badigeonné un tableau de Claude Monet avec de la purée de pommes de terre ; et bien sûr l'activiste belge Wouter Mouton a sévi l'été dernier à la fois à Bruges, sur une œuvre de ... Poursuivre la lecture

Tiens, voilà qu’une Große Katastrophe se profile sur l’horizon teuton : on apprend qu’Uniper, la principale société allemande de vente de gaz et premier distributeur de l’entreprise russe Gazprom, doit faire appel à l’État allemand à hauteur de 55 milliards d’euros suite à une perte nette kolossale établie à 40 milliards d’euros depuis le début de l’année.

Un milliard d’euros par-ci, un milliard d’euros par-là et rapidement on commence à parler gros sous. En tout cas, à 55 milliards d’euros, voilà une somme rondelette qui va peut-être ... Poursuivre la lecture

Sans eau, il n'y a pas d'agriculture – de production alimentaire pour l'Homme et les animaux (qui, en majorité, nous nourrissent à leur tour) ou à d'autres fins. Depuis des millénaires, l'irrigation est pratiquée là où elle est nécessaire ou utile, et possible, en prélevant l'eau dans le milieu directement ou après stockage.

Les « bassines » du Val de Sèvre – devenues « méga-bassines » dans le discours militant-militant et médiatique-militant ou médiatique-indigent – sont des « retenues de substitution » (ou des « réserves de substitut... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles