Les bénéfices ne provoquent pas l’inflation

Un bouc émissaire particulièrement populaire pour le monstre de l’inflation est celui des bénéfices des entreprises.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
Greed credits Erin O'Neal CC BY-NC-SA 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les bénéfices ne provoquent pas l’inflation

Publié le 31 octobre 2022
- A +

Par J.W. Rich.

Le fardeau économique de l’inflation continue de ravager les économies du monde entier.

Des États-Unis à la Grande-Bretagne en passant par la zone euro, chacun constate que l’argent contenu dans son portefeuille et son compte bancaire lui rapporte de moins en moins chaque mois. Comme pour tous les problèmes, tout le monde est à la recherche de trois choses : des stratégies, des solutions et des boucs émissaires.

Un bouc émissaire particulièrement populaire pour le monstre de l’inflation est celui des bénéfices des entreprises. Les entreprises augmenteraient sournoisement leurs prix de manière généralisée, ce qui crée de l’inflation – ou du moins y contribue – et nous appauvrit tous dans le processus. Ces prix plus élevés gonflent leurs marges bénéficiaires, et elles se moquent de nous, plébéiens sans défense, jusqu’à la banque. La solution à leur rapacité insouciante ? Restreindre soit les prix que les entreprises peuvent pratiquer, soit les profits qu’elles peuvent en tirer.

Cette position n’est pas réservée à l’homme de la rue. L’Economic Policy Institute, un groupe de réflexion économique à but non lucratif, affirme que les bénéfices ont contribué de manière « disproportionnée » à l’inflation. Bloomberg a rapporté que les bénéfices des entreprises ont atteint les taux les plus élevés depuis les années 1950, et la Fed de New York a même écrit un article sur le sujet. Comme le montrent ces écrits et d’autres, cette position est défendue par des institutions sérieuses, et semble même être soutenue par certaines données empiriques.

Les bénéfices des entreprises ne sont pas la cause de l’inflation

Nous pouvons facilement le démontrer en réfléchissant clairement à ce que signifie pour une entreprise d’augmenter ses prix. Un prix plus élevé signifie que les consommateurs disposent de moins d’argent après avoir acheté le bien ou le service. Cela signifie nécessairement qu’ils ont moins d’argent à dépenser pour d’autres biens ou services. En revanche, en cas d’inflation, les prix de tous les biens et services augmentent.

Si les consommateurs ont moins d’argent à dépenser en raison de l’augmentation des prix, comment cela est-il possible ? L’augmentation d’un prix signifie qu’il y a moins d’argent à dépenser, mais des prix plus élevés partout nécessiteraient plus d’argent à dépenser ! Les entreprises qui augmentent leurs prix peuvent expliquer l’augmentation de prix singuliers, mais cela ne peut pas expliquer une hausse générale des prix qui caractérise l’inflation.

Si des hommes d’affaires avides ne peuvent pas expliquer l’inflation, alors qu’est-ce qui le peut ?

La seule chose qui peut créer une hausse générale des prix dans l’économie est une augmentation de l’offre de monnaie. Comme nous l’avons dit plus haut, une augmentation des prix partout nécessiterait une augmentation de la masse monétaire. La seule façon pour que cela soit possible est qu’il y ait littéralement davantage d’argent à distribuer. Une augmentation de l’offre d’argent signifie que les individus ont plus d’argent à dépenser qu’auparavant, et ils souhaitent naturellement sortir et dépenser cet argent supplémentaire. Les entreprises ressentent l’augmentation de la demande et augmentent leurs prix en conséquence. Comme de plus en plus d’entreprises ressentent cette augmentation de la demande, les prix commencent à augmenter partout – c’est l’inflation.

Comment expliquer le lien entre l’inflation et les bénéfices ?

Les entreprises ne sont donc pas responsables de l’inflation, mais comment expliquer le lien entre l’inflation et les bénéfices ?

Après tout, il semble y avoir au moins une certaine corrélation entre les deux, même si elle est relativement faible. S’agit-il d’une simple coïncidence ou y a-t-il une cause à cette apparente relation positive entre les deux ?

La raison de l’augmentation des bénéfices en cas d’inflation est simple : tous les prix n’augmentent pas au même moment et au même endroit. Chaque fois que de l’argent frais est imprimé, il va d’abord dans les mains et les portefeuilles d’un petit nombre de personnes sélectionnées. Celles-ci dépensent ensuite l’argent frais, ce qui met cet argent frais dans les mains d’autres personnes, qui le dépensent à leur tour ailleurs, et ainsi de suite. Le fait que ces premiers bénéficiaires détiennent d’abord cet argent nouvellement créé signifie qu’ils ont des revenus plus élevés que ce n’aurait été le cas autrement et qu’ils peuvent maintenant sortir et demander davantage de biens. Les biens qu’ils achètent verront leurs prix augmenter, les biens que les seconds bénéficiaires de la nouvelle monnaie achètent verront également leurs prix augmenter, et ainsi de suite, car la nouvelle monnaie se répand dans le reste de l’économie et les prix augmentent partout.

Si les prix n’augmentent pas tous en même temps, quels prix sont les plus susceptibles d’être augmentés en premier ?

Étant donné que la majeure partie de l’argent frais reçu sera probablement dépensée en biens et services de consommation (par opposition aux entreprises qui l’utilisent pour couvrir leurs coûts), les augmentations de prix seront probablement d’abord ressenties dans les biens de consommation. Lorsque les entreprises réagiront à la hausse des prix, il y aura une augmentation de la demande des facteurs de production utilisés pour fabriquer ces biens, ce qui entraînera une hausse des prix de ces biens. Cependant, les entreprises ne réagissent pas instantanément, il y aura donc un décalage nécessaire entre la hausse des prix des biens de consommation et celle des prix des biens de production.

Que se passe-t-il lorsque les prix des produits d’une entreprise augmentent, mais que ses coûts restent les mêmes ?

Le bénéfice total augmente. Ce n’est pas parce que l’entreprise oblige les consommateurs à payer plus cher ou utilise l’inflation comme excuse pour faire payer les gens plus cher, mais parce que l’inflation a fait augmenter les prix de certains biens avant d’autres, ce qui a entraîné une augmentation temporaire de la rentabilité des entreprises.

Cette manne à court terme présente des avantages évidents pour une entreprise, mais elle peut aussi être dangereuse. L’inflation peut également fausser les calculs pour faire croire aux hommes d’affaires qu’ils sont beaucoup plus riches qu’ils ne le sont en réalité. Ludwig von Mises a écrit sur ce phénomène dans son ouvrage Human Action, en déclarant :

Ce serait une grave erreur de négliger le fait que l’inflation engendre également des forces qui tendent à la consommation de capital. L’une de ses conséquences est qu’elle fausse le calcul économique et la comptabilité. Elle produit le phénomène des profits imaginaires ou apparents. Si les quotas annuels d’amortissement sont déterminés de manière à ne pas tenir compte du fait que le remplacement d’un équipement usé nécessitera des coûts plus élevés que le montant pour lequel il a été acheté dans le passé, ils sont évidemment insuffisants. Si, lors de la vente de stocks et de produits, toute la différence entre le prix dépensé pour leur acquisition et le prix réalisé lors de la vente est inscrite dans les livres comme un excédent, l’erreur est la même […] Ils se sentent chanceux et ont l’esprit ouvert pour dépenser et profiter de la vie. Ils embellissent leurs maisons, construisent de nouveaux manoirs et fréquentent le monde du spectacle. En dépensant des gains apparents, résultat fantaisiste de faux calculs, ils consomment du capital.

Le résultat est qu’une fois que la réalité s’installe et que les hommes d’affaires réalisent que ces bénéfices étaient illusoires, il est trop tard. Ils ont dépassé un niveau de consommation soutenable et sont donc moins riches qu’avant. Ainsi, même s’ils peuvent bénéficier d’une aubaine temporaire grâce à l’inflation, celle-ci pourrait finir par leur nuire bien plus qu’elle ne les a aidés au bout du compte.

Conclusion

Les entreprises sont-elles responsables de l’inflation ?

Pas du tout. Une entreprise ne peut pas manipuler les prix à sa guise, mais uniquement facturer ce que le marché est prêt à supporter. La faute en revient plutôt à ceux qui contrôlent la masse monétaire : la Réserve fédérale. Toute l’animosité et tout le mépris accumulés au cours des deux dernières années en raison de leur mauvaise gestion monétaire devraient être dirigés exclusivement vers eux.

Pour tuer une mauvaise herbe, il faut en arracher les racines. Les racines des problèmes monétaires de notre époque remontent toutes à l’institution pourrie de la banque centrale. Si nous souhaitons une solution permanente à notre problème d’inflation, c’est le contrôle étatique de la masse monétaire qui doit être déraciné une fois pour toutes.

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Bien plus simplement : si un secteur fait de gros bénéfices, cela attire forcément d’autres intervenants qui veulent leur part du gâteau et donc la concurrence fait baisser le prix. Et en plus cela induit des investissements et donc plus de production d’un bien qui est forcément recherché (car sinon il n’y aurait pas de demande et donc pas de bénéfice !). Ce schéma idéal ne marche évidemment pas si l’intervention de l’état favorise outrageusement une entreprise en empêchant l’entrée de nouveaux acteurs.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les trois moteurs de la saga des cryptomonnaies auront été des escrocs lunaires — souvent programmeurs — des idiots utiles et bien sûr ceux sans lesquels rien de tout ceci n’aurait été possible : des millions de victimes.

 

Qu’est-ce qu’une cryptomonnaie ?

La cryptomonnaie est une unité produite par un algorithme informatique qui, par des contraintes mathématiques et techniques, ne les produit qu’en nombre limité. Cette unité purement informatique et technique est baptisée « monnaie » par celui qui l’a produite. En vertu de... Poursuivre la lecture

Face à la montée des prix de certains produits dits essentiels consécutive à l’inflation, le président a inventé ou plutôt remis à l’honneur le concept de bouclier financier.

 

Le bouclier financier

Qu’est-ce donc qu’un bouclier financier ?

Pour les médias, c’est un procédé consistant pour l’État à prendre en charge le paiement d’une partie du prix de produits considérés comme essentiels, mais de façon générale sans évoquer la provenance de l’argent nécessaire considéré comme magique.

Cependant, comme l’État n... Poursuivre la lecture

Alea jacta fere est. Après une trop longue attente, la composition de la Chambre des représentants est enfin connue : les Républicains ont obtenu de peu une majorité (218 sièges) et six sièges sont encore discutés. Le parti de Donald Trump a effectivement « perdu » le Sénat car même s’il obtient le siège en Géorgie, la vice-présidente Kamala Harris votera en cas de parité des voix.

Que s’est-il donc passé avec le raz-de-marée rouge prédit par plusieurs (moi y compris) ?

Les hypothèses fusent de toute part. Pour certains, Trump ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles