La plus grave erreur de Karl Marx

Les racines des tragédies du socialisme se trouvent dans le célèbre Manifeste de Marx.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 4
Statue of Karl Marx by David Merrett (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La plus grave erreur de Karl Marx

Publié le 18 octobre 2022
- A +

J’ai récemment eu l’occasion de relire le Manifeste communiste de Karl Marx. Près de vingt ans s’étaient écoulés depuis ma première lecture du texte à l’université et je ne me souvenais guère que des antagonismes de classe, du matérialisme de Marx et de l’exploitation du prolétariat.

Mais la crise actuelle au Venezuela m’a conduit à réfléchir une fois de plus à la philosophie socialiste et communiste qui se cache derrière la crise en cours.

 

Ce que j’ai trouvé

Avec ses 60 pages seulement, le Manifeste est étonnamment léger par rapport à la plupart des textes philosophiques canoniques. Après avoir exposé le rôle historique des antagonismes de classe et la nature formatrice de la production au sein de la société, Marx entre dans les détails de ce qu’il faut faire pour former une nouvelle société socialiste.

C’est dans la deuxième section du Manifeste que Marx note dix mesures nécessaires à l’instauration d’un État socialiste. Parmi celles-ci figurent l’abolition de la propriété privée et l’abolition des droits de succession. Marx appelle ensuite à la centralisation de la production et du crédit entre les mains de l’État.

Plus encore, il demande que l’État exerce un « monopole exclusif » sur tous les crédits et tous les moyens de production. Le point six de la liste affirme que toutes les communications et tous les « transports » doivent être centralisés et contrôlés par l’État. Enfin, la mesure huit note qu’il y a une « obligation égale de tous à travailler » avec des « armées industrialisées » établies pour l’exécution du travail nécessaire.

Marx reconnaît que ces mesures ne peuvent être réalisées pacifiquement :

« Bien sûr, au début, cela ne peut être réalisé que par des atteintes despotiques aux droits de propriété ».

En d’autres termes, par la force. La force est concentrée dans les mains de l’État, puis utilisée pour instaurer un nouvel ordre socialiste.

 

Là où Marx se trompe

Quels sont les droits dont disposent les individus pour les protéger de tout le pouvoir qu’exerce l’État socialiste de Marx ?

Au-delà du rejet du droit à la propriété, du droit à la liberté d’expression, du droit à l’information non contrôlée par l’État, du droit de choisir son travail ou de l’accumulation de la richesse individuelle, Marx ne dit rien sur les droits dont disposent les citoyens de ce nouvel État.

Il n’offre qu’une vague allusion à une « vaste association de toute la nation » qui, d’une certaine manière, nie la nécessité de droits garantis par la Constitution ou de processus démocratiques.

Le pire est que l’État socialiste de Marx est si singulièrement puissant qu’il n’existe aucun recours pour les citoyens une fois que le pouvoir a été centralisé. L’attente de Marx concernant l’abandon du pouvoir à cette « vaste association » n’est pas accompagnée d’un mécanisme par lequel cela est censé se produire. L’étape cruciale par laquelle le pouvoir socialiste de Marx devient celui du peuple plutôt que celui de l’État n’est même pas décrite sur papier.

 

Pourquoi c’est important

Les rapports inquiétants sur les violations importantes et généralisées des droits de l’Homme au Venezuela ne sont pas le résultat d’une mauvaise application, d’une mauvaise exécution ou d’une mauvaise compréhension du socialisme.

C’était, étape par étape, la mise en œuvre de l’État socialiste de Marx tel que préconisé par Marx lui-même. Depuis les premières attaques contre la propriété privée et la redistribution des richesses jusqu’à la nationalisation des communications, de l’énergie, des finances et de l’industrie, nous voyons l’appel de Marx à centraliser le pouvoir dans l’État. La conviction de Marx que l’État socialiste n’exercerait pas ce pouvoir simplement pour le plaisir du pouvoir était une grave erreur de calcul.

L’appel de Marx à centraliser tant de fonctions clés au profit de l’État donne tellement de pouvoir à celui-ci qu’il n’existe aucun contrôle ou équilibre à ce pouvoir. Nous ne pouvons pas être surpris que l’État de Marx n’exerce pas ce pouvoir au profit de quelqu’un d’autre que lui-même. Il n’y a pas d’idéologie qui puisse protéger un peuple des abus d’un pouvoir incontrôlé. L’histoire tend à montrer que l’idéologie n’est pas pertinente. Là où le pouvoir a été amassé et incontrôlé, il a abusé. Ce sont des faits de la nature humaine tellement ancrés dans l’histoire qu’ils sonnent plus vrais que tout autre.

L’appel du Venezuela au travail forcé dans les fermes n’est pas une réponse imprévisible à des pénuries alimentaires imprévisibles. La famine et l’appel au travail forcé, les « armées industrielles » de Marx, sont tous deux explicites dans le texte, intégrés dans l’idéologie.

Tant que nous continuons à pointer du doigt toutes les causes au-delà de la philosophie elle-même, nous permettons à la société de poursuivre son idylle avec l’idéologie socialiste et communiste. Nous ne voyons pas où les idées elles-mêmes préparent le terrain pour la rétraction, plutôt que l’expansion, de la liberté et de l’épanouissement humains. Nous ne voyons pas le Venezuela avant que le Venezuela ne se produise.

Traduction Contrepoints.

Sur le web

 

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Contre-sens assez catastrophique dû à une mauvaise traduction : « abolition du droit à l’héritage » et non « abolition des droits de succession ».
    Marx s’attaque aux héritages « bourgeois » des moyens de production et de la richesse associée tout en disant accepter la transmission par héritage de ce qui a été acquis par le travail ouvrier ( le « Manifeste » étant commandité par une association ouvrière )

  • Le marxisme n’est qu’une supercherie : tour de passe passe pour dézinguer une oligarchie existante pour la remplacer par une autre .Noyer le poisson en laissant croire que non non non la nouvelle clique en place n’est pas une oligarchie mais une créature sacrée et bienfaisante et donc agit pour le bien de tous, ce qui justifie le déploiement de moyens -illimités- qui se caractérisent par la transgression systématique de tous les interdits chrétiens : tu pourras tuer , tu pourras convoiter , tu porteras des faux témoignages , tu auras l’Etat pour dieu , etc en fait c’est le décalogue entier qui est retourné . Une telle ruse grossière ne peut fonctionner que sur une société oligarchique déjà bien malade . Compte tenu de notre état de santé moral et spirituel , ça pourrait venir.

    • Oui. Le marxisme est une revanche.
      Preuve, cette citation de Marx :
      – Le peuple sent la punition et pas le crime et parce qu’il ne sent pas le crime craignez-le !
      Cela est audible dans toute société oligarchique ou autocratique. Pas (ou peu) aujourd’hui chez nous.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
tableau de Staline
4
Sauvegarder cet article

Holodomor. Le mot est enfin entré dans l’usage courant en Occident. La question est maintenant : doit-il faire l’objet de la même attention que Shoah ?

Holodomor signifie « la famine ». Il est le nom de la catastrophe survenue en Ukraine en 1932 et 1933. Six millions d’innocents perdent la vie dans des conditions cauchemardesques. Cette catastrophe n’est pas le produit de conditions météorologiques défavorables. Elle n’est pas non plus le simple fruit d’une politique agricole aberrante. Elle est un crime totalitaire parfait. L’assassin... Poursuivre la lecture

Fidel Castro
0
Sauvegarder cet article

L’époque soviétique est le couteau suisse de Vladimir Poutine. D’un coté, elle lui permet d’idolâtrer l’impérialisme russe à travers la victoire sur le nazisme ; de l’autre, l’idéologie communiste lui sert de repoussoir : il se présente comme l’homme qui ne la laissera jamais reprendre le pouvoir au Kremlin. Enfin, elle lui lègue en sous-main toutes sortes de techniques de gouvernement, de manipulation, de corruption, dont il a besoin pour structurer sa tyrannie. Si bien que selon les moments il utilise le passé soviétique soit comme un totem... Poursuivre la lecture

Quand Xi Jinping arriva à la tête du Parti communiste chinois (PCC) en 2012, puis à celle de l’État chinois en 2013, on pouvait facilement penser qu’il allait s’inscrire dans les pas réformistes de son illustre prédécesseur Deng Xiaoping.

Et de fait, c’est à Shenzhen, haut lieu du développement économique de la Chine et de son ouverture sur le monde tels qu’encouragés par Deng dès 1978 qu’il emmena ses collègues du Comité permanent du PCC pour inaugurer symboliquement son premier mandat. À cette époque, on le vit même écumer la scène i... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles