5 choses que Marx voulait abolir (outre la propriété privée)

Nous savons tous que Marx voulait la disparition de la propriété privée, mais il était remarquablement franc quant à sa volonté d’abolir d’autres choses également.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
Statue of Karl Marx : David Merrett - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

5 choses que Marx voulait abolir (outre la propriété privée)

Publié le 10 août 2022
- A +

Par Jon Miltimore.

 

L’une des choses remarquables du Manifeste communiste est son honnêteté.

Karl Marx n’était peut-être pas un type très bien, mais il était d’une franchise rafraîchissante sur les objectifs du communisme. Cette franchise, pourrait-on dire, fait partie intégrante de la psyché communiste.

Il déclare dans son célèbre manifeste :

« Les communistes dédaignent de dissimuler leurs vues et leurs objectifs. Ils déclarent ouvertement que leurs fins ne peuvent être atteintes que par le renversement forcé de toutes les conditions sociales existantes. Que les classes dirigeantes tremblent devant une révolution communiste. »

À l’instar de Mein Kampf, le lecteur se voit présenter une vision pure et non diluée de l’idéologie de l’auteur (aussi sombre soit-elle).

Le manifeste de Marx est célèbre pour avoir résumé sa théorie du communisme en une seule phrase : « Abolition de la propriété privée. »

Mais ce n’était guère la seule chose que le philosophe croyait devoir abolir de la société bourgeoise dans la marche du prolétariat vers l’utopie. Dans son manifeste, Marx a mis en évidence cinq autres idées et institutions à éradiquer.

 

1. La famille

Marx admet que la destruction de la famille est un sujet épineux, même pour les révolutionnaires.

« L’abolition de la famille ! Même les plus radicaux s’enflamment devant cette proposition infâme des communistes ».

Mais selon lui, les opposants à cette idée ne comprennent pas un fait essentiel concernant la famille.

« Sur quelle base la famille actuelle, la famille bourgeoise, repose-t-elle ? Sur le capital, sur le gain privé. Dans sa forme complètement développée, cette famille n’existe que chez les bourgeois« .

Mieux encore, l’abolition de la famille serait relativement facile une fois la propriété bourgeoise abolie.

« La famille bourgeoise disparaîtra comme une évidence lorsque son complément disparaîtra, et les deux disparaîtront avec la disparition du capital. »

 

2. L’individualité

Marx pensait que l’individualité était contraire à l’égalitarisme qu’il envisageait. Par conséquent, l' »individu » doit « être écarté et rendu impossible« .

L’individualité était une construction sociale d’une société capitaliste et était profondément imbriquée avec le capital lui-même.

« Dans la société bourgeoise, le capital est indépendant et a une individualité, tandis que la personne vivante est dépendante et n’a pas d’individualité. Et l’abolition de cet état de choses est appelée par les bourgeois, abolition de l’individualité et de la liberté ! Et à juste titre. C’est sans aucun doute l’abolition de l’individualité bourgeoise, de l’indépendance bourgeoise et de la liberté bourgeoise qui est visée. »

 

3. Les vérités éternelles

Marx ne semblait pas croire qu’une quelconque vérité existait au-delà de la lutte des classes.

« Les idées dominantes de chaque époque ont toujours été les idées de sa classe dominante. Lorsque le monde antique était à son dernier souffle, les anciennes religions ont été vaincues par le christianisme. Lorsque les idées chrétiennes ont succombé au XVIIIe siècle aux idées rationalistes, la société féodale a livré son combat à mort contre la bourgeoisie alors révolutionnaire. »

Il reconnaissait combien cette idée semblerait radicale à ses lecteurs, d’autant plus que le communisme ne cherche pas à modifier la vérité, mais à la renverser. Mais il soutenait que ces personnes ne voyaient pas le tableau d’ensemble.

« ‘Sans aucun doute, dira-t-on, les idées religieuses, morales, philosophiques et juridiques ont été modifiées au cours du développement historique. Mais la religion, la morale, la philosophie, la science politique, le droit, ont constamment survécu à ce changement.

Il existe, en outre, des vérités éternelles, telles que la liberté, la justice, etc. qui sont communes à tous les états de la société. Mais le communisme abolit les vérités éternelles, il abolit toute religion, et toute morale, au lieu de les constituer sur une base nouvelle ; il agit donc en contradiction avec toute l’expérience historique passée.

A quoi se réduit cette accusation ? L’histoire de toutes les sociétés passées a consisté dans le développement des antagonismes de classe, antagonismes qui ont pris des formes différentes selon les époques. »

 

4. Les nations

Marx énonce qu’on reproche aux communistes de vouloir abolir les pays. Selon lui, ces gens ne comprennent pas la nature du prolétariat.

« Les travailleurs n’ont pas de pays. Nous ne pouvons pas leur prendre ce qu’ils n’ont pas. Puisque le prolétariat doit d’abord acquérir la suprématie politique, qu’il doit s’élever au rang de classe dirigeante de la nation, qu’il doit se constituer lui-même la nation, il est jusqu’ici, lui-même national, quoique pas dans le sens bourgeois du mot. »

En outre, en grande partie grâce au capitalisme, il a vu reculer les hostilités entre personnes d’origines différentes. Selon lui, avec la montée en puissance du prolétariat, il n’y aurait bientôt plus besoin de nations.

« Les différences nationales et l’antagonisme entre les peuples disparaissent chaque jour davantage, en raison du développement de la bourgeoisie, de la liberté du commerce, du marché mondial, de l’uniformité du mode de production et des conditions de vie qui lui correspondent. »

 

5. Le passé

Marx considérait la tradition comme un outil de la bourgeoisie. L’adhésion au passé servait de simple distraction dans la quête d’émancipation et de suprématie du prolétariat.

« Dans la société bourgeoise le passé domine le présent ; dans la société communiste, le présent domine le passé. »

 

 

Traduction Contrepoints

Sur le web

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • La monstruosité de ce programme, à l’instar de ses conséquences, interroge sur la clémence du traitement réservé aux partis marxistes par rapport aux autres partis similaires, nazis, fascistes, etc …

    11
    • Avatar
      jacques lemiere
      10 août 2022 at 7 h 23 min

      oui.. je dirais avant .l’absurdité de ce programme, son inhumanité profonde et assumée

      on retrouve cela chez les militants écolos dans le concept de surpopulation..

    • Je connais des libéraux qui sont contre la famiille et contre les nations. Quand on est pour la libre circulations des personnes on veut abolir les nations.

    • La réponse se trouve au plus profond de la nature humaine : notre capacité à privilégier les objectifs au détriment des moyens.
      D’où : – On ne fait pas d’omelette sans casser des oeufs.
      Plus le but affiché est noble, plus l’on s’aveugle sur le chemin qui y mène (ou pas).

      • @abon c est exactement ça. On désigne l l’ennemi à abattre : ici le bourgeois , on batit une théorie fumeuse et hop on peut massacrer et surtout faire la curée (objectif reel) . Rien de nouveau sous le soleil, c est toujours la même histoire, il n y a qu à changer les protagonistes et de théorie fumeuse. Aujourd’hui le méchant est l hetero blanc occidental de + de 50 ans et la théorie fumeuse l ecologie wokiste.

  • Avatar
    jacques lemiere
    10 août 2022 at 7 h 20 min

    un simple tyran..qui en appellent aux aspirants tyrans..

    le point central est la négation de l’individualisme… qui conduit à casser des œufs pour faire une omelette et au crime de pensée..

    le communisme est avant tout un mystère.. ce n’est pas un hasard si le concept d’homme nouveau devient i une nécessité quand on décrit où la révolution communiste mène;. ce n’est pas un hasard non plus si ça tourne en boucherie.. tous contre révolutionnaire.. et donc l’important est d’etre du coté du manche…à tout prix…

  • On ne peut pas se tromper tout le temps.
    Eh si, Marx y est arrivé !

  • Pourquoi de pas abolir tout simplement le genre humain?

  • Lisez plutôt les 4 livres du Capital, les manuscrits de 1844, la critique du programme de Gotha.
    Le Manifeste est une oeuvre de commande des partis sociaux-démocrates,
    que Marx a renié par la suite (On le sait par les correspondances qu’il a eu avec Engels).
    il est bizarre que ce Manifeste soit quasiment la seule référence des communistes, comme
    des adversaires du communisme.

  • En un Mot : Macron, LFI, Les socialos, les Wokes, … sont marxiste.

    -1
  • Dans certaines démocraties l idéologie communiste c est réduite comme une peau chagrin .Regardez les résultats du pc aux dernières élections en France.
    Par contre cette idéologie est bien encrée en Chine par exemple que nous soutenons par notre relation commerciale.
    Certains pensaient que le régime communiste disparaîtrait avec l ouverture sur le monde.
    Échec total
    Bien sûr beaucoup de citoyens des pays communistes aimeraient changer de régime
    Espérons qu un jour ils pourront briser ce carcan.
    Le chemin sera long et semé d embûches mais cela est possible.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La façon dont le droit de propriété est interprété par les différentes cours de justice de la République française ne cesse d'amuser la galerie et c'est sans surprise que des affaires défrayent régulièrement la chronique. Ainsi, dernièrement, on apprend que même s'il est occupé illégalement, vous devez entretenir votre logement.

Eh oui m'ame Ginette, même lorsque votre bien est squatté, vous avez obligation d'en assurer le bon entretien et de tout faire pour éviter que l'occupant ne subisse un quelconque préjudice provoqué par un défau... Poursuivre la lecture

Sandrine Rousseau
9
Sauvegarder cet article

Il existe des personnes que l’on n’interrompt jamais. Non pas par respect ou par politesse, mais par sidération ; parce que ce qu’elles disent nous paraît tellement hallucinant, tellement sidérant, tellement idiot, que ça nous laisse comme deux ronds de flan et que l’on ne sait simplement pas quoi répondre. Sandrine Rousseau en est l’archétype politique, tout comme Nabila en est l’archétype cosmétique.

Autant en rire et les prendre à la rigolade. Autant s’amuser de ce fabuleux cocktail de bêtises et de sans gêne. Autant applaudir à ce ... Poursuivre la lecture

2
Sauvegarder cet article

En France, le capitalisme n’a pas bonne presse. S’il est aisé de trouver des dizaines d’articles expliquant comment il détruit l’environnement ou comment il enrichit sans cesse les plus riches, il est plus difficile d’en trouver qui expliquent comment il a sorti l’Occident (et maintenant une partie de l’Orient) de la misère agricole et permis une progression des niveaux de vie absolument inédite dans l’histoire de l’humanité.

Une partie de ces critiques provient d’une mauvaise compréhension de ce qu’est le capitalisme, qui est assimilé... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles