Les droits de propriété sont des droits humains

Il n’y a pas de droits de l’Homme qui soient séparables des droits de propriété.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 4

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les droits de propriété sont des droits humains

Publié le 27 mai 2022
- A +

Par Murray Rothbard.

On entend beaucoup parler aujourd’hui de la distinction entre les droits de l’Homme et les droits de propriété, et beaucoup de ceux qui prétendent défendre les premiers se tournent avec mépris vers les défenseurs des seconds. Ils ne voient pas que les droits de propriété, loin d’être en conflit, sont en fait les plus fondamentaux de tous les droits de l’Homme.

Le droit de tout homme à sa propre vie implique le droit de trouver et de transformer des ressources : de produire ce qui maintient et fait progresser la vie. Ce produit est la propriété de l’homme. C’est pourquoi les droits de propriété sont au premier rang des droits de l’Homme et que toute perte de l’un d’eux met en danger les autres. Par exemple, comment préserver le droit humain de la liberté de la presse si le gouvernement possède tout le papier journal et a le pouvoir de décider qui peut l’utiliser et en quelle quantité ? Le droit de l’Homme à une presse libre dépend du droit de l’Homme à la propriété privée du papier journal et des autres éléments essentiels à la production de journaux.

En bref, il n’y a pas de conflit de droits ici, car les droits de propriété sont eux-mêmes des droits de l’Homme. Qui plus est, ceux-ci sont aussi des droits de propriété ! Cette vérité importante revêt plusieurs aspects.

En premier lieu, chaque individu, selon notre conception de l’ordre naturel des choses, est propriétaire de lui-même, maître de sa propre personne. La préservation de cette propriété de soi est essentielle pour le bon développement et le bien-être de l’homme. Les droits de la personne sont, en fait, une reconnaissance du droit de propriété inaliénable de chaque homme sur son propre être ; et de ce droit de propriété découle son droit aux biens matériels qu’il a produits. Le droit de l’homme à la liberté individuelle est donc son droit de propriété sur lui-même.

Mais il existe un autre sens dans lequel les droits de l’Homme sont en réalité des droits de propriété, un sens qui est très méconnu à notre époque. Prenons, par exemple, le droit humain de la liberté de réunion. Supposons qu’un certain groupe veuille manifester pour une idée ou un projet de loi particulier dans une réunion de rue. C’est l’expression du droit de réunion. D’un autre côté, supposons que la police interrompe la réunion au motif que la circulation est perturbée. Il ne suffit pas de dire que le droit de réunion a été restreint par la police pour des raisons politiques. Il est possible que ce soit le cas. Mais il y a là un vrai problème, car la circulation a peut-être été perturbée. Dans ce cas, comment décider entre le droit humain de libre réunion et l’ordre public ou le bien public d’une circulation claire et sans entrave ? Face à ce conflit apparent, de nombreuses personnes concluent que les droits doivent être relatifs plutôt qu’absolus et qu’ils doivent parfois être restreints pour le bien commun.

 

Une question de propriété

Mais le vrai problème ici est que l’État est propriétaire des rues, ce qui signifie qu’elles sont dans un état virtuel de non-propriété. Cela provoque non seulement des embouteillages, mais aussi de la confusion et des conflits quant à savoir qui doit utiliser les rues à un moment donné. Les contribuables ? En dernière analyse, nous sommes tous des contribuables. Les contribuables qui veulent manifester doivent-ils être autorisés à utiliser la rue à cette fin au moment de leur choix, ou doit-elle être réservée à l’usage d’autres groupes de contribuables comme les automobilistes ou les piétons ? Qui doit décider ? Seul l’État peut le faire ; et quoi qu’il fasse, sa décision sera forcément totalement arbitraire et ne pourra qu’aggraver, sans jamais le résoudre, le conflit entre les forces opposées.

Considérons, cependant, une situation où les rues sont la propriété de particuliers. Dans ce cas, nous voyons clairement que toute la question est celle des droits de propriété. Si Jones est propriétaire d’une rue et que les « Citoyens Unis » veulent l’utiliser pour une manifestation, ils peuvent proposer de louer la rue à cette fin. C’est alors à Jones de décider s’il la louera et à quel prix il acceptera le marché. Nous voyons que ce n’est pas vraiment une question de droit humain des « Citoyens Unis » à la liberté de réunion ; ce qui est impliqué est leur droit de propriété d’utiliser leur argent pour offrir de louer la rue pour la manifestation. Mais dans une société libre ils ne peuvent pas forcer Jones à accepter ; la décision finale appartient à Jones, conformément à son droit de propriété de disposer de la rue comme il l’entend.

Ainsi, nous voyons comment la propriété étatique masque le véritable problème – comment elle crée des « droits de l’Homme » vagues et fallacieux qui semblent entrer en conflit les uns avec les autres et avec le bien public. Dans les situations où tous les facteurs impliqués sont la propriété privée, il est clair qu’il n’y a pas de problème ou de conflit de droits de l’Homme ; au contraire, seuls les droits de propriété sont impliqués, et il n’y a pas de flou ou de conflit pour décider qui possède quoi ou ce qui est permis dans un cas particulier.

 

Les droits de propriété sont clairs

En bref, il n’y a pas de droits de l’Homme qui soient séparables des droits de propriété. Le droit humain à la liberté d’expression n’est que le droit de propriété qui permet de louer une salle de réunion auprès des propriétaires, de parler à ceux qui sont prêts à écouter, d’acheter du matériel, puis d’imprimer des tracts ou des livres et de les vendre à ceux qui sont prêts à acheter. Il n’y a pas de droit supplémentaire à la liberté d’expression au-delà des droits de propriété que nous pouvons énumérer dans un cas donné. Dans tous les cas apparents de droits de l’Homme, il convient donc de trouver et d’identifier les droits de propriété concernés. Et cette procédure résoudra tout conflit apparent de droits, car les droits de propriété sont toujours précis et légalement reconnaissables.

Considérons le cas classique où la « liberté d’expression » est censée être restreinte dans « l’intérêt public » : le célèbre dicton du juge Holmes selon lequel il n’y a pas de droit de crier « au feu » dans un théâtre bondé. Holmes et ses disciples n’ont cessé d’utiliser cette illustration pour proclamer la prétendue nécessité que les droits soient relatifs et provisoires plutôt qu’absolus et éternels.

Mais analysons plus avant ce problème. L’homme qui provoque une émeute en criant faussement « au feu » dans un théâtre bondé est, nécessairement, soit le propriétaire du théâtre, soit un client payant. S’il est le propriétaire, il a commis une fraude envers ses clients. Il a pris leur argent en échange d’une promesse de projection d’un film, et maintenant, au lieu de cela, il perturbe le film en criant faussement « au feu » et en interrompant la représentation. Il s’est donc déchargé de cette obligation contractuelle, en violation des droits de propriété de ses clients.

Supposons, d’autre part, que le crieur soit un client et non le propriétaire. Dans ce cas, il viole le droit de propriété du propriétaire. En tant qu’invité, il a accès à la propriété sous certaines conditions, notamment l’obligation de ne pas violer la propriété du propriétaire ou de ne pas perturber le spectacle que le propriétaire organise pour ses invités. Son acte malveillant viole donc le droit de propriété du propriétaire du théâtre et de tous les autres clients.

Si nous considérons le problème en termes de droits de propriété plutôt qu’en termes du vague droit humain de la liberté d’expression, nous voyons qu’il n’y a pas de conflit et qu’il n’est pas nécessaire de limiter ou de restreindre les droits de quelque manière que ce soit. Les droits de l’individu sont toujours éternels et absolus, mais ce sont des droits de propriété. L’individu qui crie malicieusement « au feu » dans un théâtre bondé est un criminel, non pas parce que son soi-disant droit à la liberté d’expression doit être restreint de façon pragmatique au nom du « bien public » ; il est un criminel parce qu’il a clairement et manifestement violé le droit de propriété d’une autre personne.

Traduction Contrepoints.

Sur le web

 

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Karel Beckman Traduit par Mathieu Chauliac, Institut Coppet.

Avant la publication par Hans-Hermann Hoppe de sa critique sans précédent de la démocratie dans Democracy The God That Failed en 2001, les libertariens ne considéraient pas l’analyse de l’idée de démocratie comme prioritaire. Il est probablement juste de dire qu’ils avaient tendance à la concevoir comme un système politique neutre, susceptible d’orienter une société dans la direction soit individualiste soit collectiviste. Les menaces représentées par le socialisme et le ... Poursuivre la lecture

Comme un coup de tonnerre dans un ciel d’été aux États-Unis, l’arrêt emblématique qui faisait de l’avortement un « droit constitutionnel » a été abrogé. Roe v. Wade (1973), confirmé par la suite par l’arrêt Planned Parenthood v. Casey (1992), vient de voir ses conclusions infirmées par l’arrêt Dobbs v. Jackson Women’s Health Organization. Pour les juges, c’est « au peuple et aux représentants élus » d’encadrer la pratique de l’avortement, renvoyant ainsi la balle au Politique.

Affirmer que l’avortement n’est pas protégé par la Constitu... Poursuivre la lecture

Le droit naturel ou jusnaturalisme est un mode de pensée juridique qui s’oppose au droit positif, au positivisme. Dès lors ici, le droit n’est pas ce qui est posé par l’autorité habilité à le faire, mais le droit naturel se trouve être, selon Serge Braudo :

« L’ensemble des droits que chaque individu possède du fait de son appartenance à l’humanité et non du fait de la société dans laquelle il vit. Le droit naturel, qui comprend notamment, le droit à la vie, et à la santé, le droit à la liberté, comme le droit de propriété ; il est inh... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles