Droit de grève contre droit de vivre démocratiquement

La CGT est coutumière de blocages en tout genre afin de conserver ses privilèges ou dans le simple but de semer la zizanie dans le pays.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 10

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Droit de grève contre droit de vivre démocratiquement

Publié le 14 octobre 2022
- A +

Rappelons tout d’abord les limites au droit de grève.

Elles sont au nombre de trois :

  1. En cas d’atteinte à l’ordre public.
  2. En cas de nécessité absolue d’assurer le respect du service minimum.
  3. En cas de nécessité absolue d’assurer la sécurité.

La grève CGT qui bloque le pays n’en respecte aucune.

 

Atteinte à l’ordre public

La CGT est coutumière de blocages en tout genre afin de conserver ses privilèges ou dans le simple but de semer la zizanie dans le pays. Elle le fait en connaissance de cause.

En effet, le trouble à l’ordre public est constaté s’il provoque un danger ou une restriction des libertés des autres citoyens.

Oui il y a bien danger lorsque l’ensemble du territoire est en passe de pénurie importante de carburant, le principal étant l’incapacité des services de sécurité (police, pompiers ambulances) de faire correctement leur travail, et de mettre la population en danger potentiel.

L’ordre public est également menacé par la réaction d’automobilistes qui s’échauffent après avoir attendu des heures pour faire le plein… et pour constater que les cuves sont vides.

La CGT ne respecte donc pas cette limite !

 

Respect du service minimum

Le service minimum est l’obligation faite aux salariés et entreprises, en particulier de services publics et notamment de transport en commun, d’assurer un service minimum, en toute circonstance et en particulier en temps de grève. Cette disposition limite le droit de grève !

Le service minimum, qui consiste tout simplement à ouvrir une vanne (travail qui sera demandé aux employés réquisitionnés) n’est donc pas une opposition au droit de grève du reste de l’équipe.

La CGT ne respecte pas non plus cette limite !

 

Nécessité absolue d’assurer la sécurité

Beaucoup de groupes électrogènes de sécurité s’approvisionnent en carburant provenant des raffineries, directement pour les gros groupes, auprès des stations-services pour les plus petits.

Une rupture d’approvisionnement, surtout en cette période de pénurie énergétique, peut donc avoir des conséquences graves dans les hôpitaux, certaines entreprises et jusqu’aux groupes de secours en centrale nucléaire.

Seul donc un réseau national de stations-service pourra garantir un approvisionnement dans tout le pays.

Là encore la CGT ne respecte pas cette limite !

 

Réquisition légale

L’État est donc en droit de réquisitionner du personnel pour rouvrir les vannes et il l’a déjà fait sous la gouvernance de Nicolas Sarkozy en 2010. Ce n’est pas une atteinte au droit de grève.

Le problème ne semble se poser qu’en France où une minorité de syndicalistes s’octroient le droit de bloquer un pays pour leur seul intérêt pécunier, non pertinent dans ces entreprises.

Utiliser cette prise en otage des Français par la CGT, principalement dans le but de mobiliser leurs troupes pour les prochaines élections, doit être considéré comme un détournement du droit de grève.

Il est inadmissible et irresponsable que dans la difficile période traversée avec la crise liée au covid, la guerre en Ukraine et l’inflation, la CGT se désintéresse de l’intérêt général, de ceux qui triment pour gagner leur vie et qu’elle prend en otage.

 

Une aberration économique

Hormis l’entrave occasionnée au détriment d’une majorité de Français, il faut dénoncer également les exigences anti-économiques de la CGT.

Certes, Total a engrangé cette année de gros bénéfices. Mais avec 5,7 milliards de dollars au deuxième trimestre 2022 l’entreprise est loin de ses concurrents directs : 11,5 milliards de dollars pour Schell, 11,6 milliards de dollars pour Chevron et 17,9 milliards de dollars pour Exxon.

Réclamer une augmentation de salaire nettement supérieure à l’inflation entrainera non seulement automatiquement une boucle salaire/inflation, mais pourrait aussi placer Total en mauvaise posture lorsque le marché se retournera. L’entreprise serait ainsi une proie pour un de ses concurrents étrangers…Vous aurez tout gagné monsieur Martinez.

La solution passe donc par une augmentation des dividendes, directement liée au résultat de l’entreprise.

Sur les 15 % d’actionnaires français de Total les salariés en possèdent plus de la moitié, soit 8 %.

Par ailleurs, Total a fait un effort considérable en réduisant de 20 centimes supplémentaires le litre de carburant dans ses stations Total. Les grévistes voudraient donc se les attribuer à eux seuls, belle démonstration de solidarité !

 

La CGT c’est le parti communiste

Ce même parti communiste, longtemps à la botte des Soviétiques, n’aurait-il pas conservé ses mauvaises habitudes et en voulant organiser le chaos en France, faire en même temps le jeu de Poutine ? On est en droit de se poser la question.

La CGT des centrales nucléaires se joint solidairement au mouvement en ralentissant l’entretien de certaines centrales, dans le but presque avoué de déclencher une augmentation de la pénurie et donc un mouvement syndical national qui ne peut que nuire à une France déjà au bord du gouffre.

 

La solution

La CGT s’est mise en dehors de la légalité. L’État a le droit de réquisitionner des salariés pour seulement ouvrir des vannes.

En même temps, il serait en droit de supprimer purement et simplement le financement à tout syndicat non respectueux de la loi. J’applaudirais des deux mains car je ne supporte pas de financer par mes impôts ce genre de dérive syndicaliste.

Voir les commentaires (45)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (45)
  • Vous devriez écouter de nouveau un sketch célèbre de Coluche. Les syndicats sont les idiots utiles du patronat et des politiques. Voyez bien comme ils détournent un sentiment légitime de colère générale.

  • La grève est une affaire privée entre une entreprise et ses employés. Tant que cela reste dans le cadre strict de l’entreprise, on n’a pas à s’en mêler, ni le gouvernement, ni le public en général. Est-ce que les employés de Total ont le salaire qu’ils méritent? Je ne sais pas, et cette question ne me concerne pas, dans la mesure où je n’ai aucun lien avec cette entreprise.

    Par contre, et c’est là où je vous rejoins Monsieur Goudron, les personnes extérieures à l’entreprise n’ont pas à subir les conséquences d’une action interne à l’entreprise, grève ou autre. C’est là que se trouve une mission régalienne du gouvernement, qui est de protéger la sécurité et l’ordre public. Dans ma région, il y a un petit hôpital local qui soigne les petits bobos, les cas plus graves sont emmenés à Dijon, à 150 km d’ici. On voit déjà des ambulanciers qui renoncent à emmener des patients suivre leur traitement, faute de carburant. Ce n’est pas mettre les gens en danger ça? Non, le gouvernement préfère ne pas se fâcher avec la CGT. On voit qui gouverne ce pays!

    12
    • Depuis le temps que la CGT répand ses nuisances et contribue activement à la désindustrialisation de la France et à l’aggravation du chômage, il devient urgent de dissoudre ce syndicat qui fait honte au syndicalisme ( le vrai) et qui ne représente que lui-même et les intérêts des salariés du public, et ne défend au final PERSONNE!

      • Très juste. Maintenant, si vous savez pourquoi les gouvernements successifs de ce pays ont tous renoncé à s’opposer frontalement à la CGT, je suis preneur d’une explication. Comme vous le dites, ce petit groupe ne représente pas grand monde, ça ne devrait pas être si compliqué de s’en débarrasser.

        • C’est le plus ancien syndicat de France. Je vous souhaite bien du courage pour y mettre fin.

          • Le plus ancien syndicat de France, peut-être, mais s’il a eu la moindre utilité lors de sa création, le moins que l’on puisse en dire, c’est qu’il a très mal vieilli. Si au départ et comme son sigle voudrait le faire croire, il avait pour mission de défendre les droits des « travailleurs en général », il défend surtout aujourd’hui les privilèges de ceux qui sont planqués dans certains services publics et plus du tout les salariés du privé même si certains d’entre eux, bien naïfs, sont encore assez aveugles pour croire à ses belles promesses de lendemains qui chantent ! Les services publics qui auraient bien besoin d’être soutenus ( police, justice, hôpital/santé, armée) ne semblent pas faire partie des préoccupations essentielles de ce prétendu syndicat dont le seul résultat tangible est la création du b**del français.

          • Un référendum en prenant bien soin de présenter la note aux Français, avec publication des comptes de la CGT, etc…
            Bref, d’habitude on sait expliquer aux Français comment voter

    • Grève, dites-vous, affaire privée entre une entreprise et ses employés. Entre une direction et ses syndicats.
      Soit.
      La question ne vous concerne pas. Vous la jouez suisse, neutre. Position honorable.
      Soit.
      Il y a blocage impactant le reste du pays.
      Pourquoi dès lors, rompant votre neutralité initiale, accuser uniquement les syndicats, ou l’un d’entre eux ? La direction de Total serait totalement dédouanable ?
      Notez que je ne prends pas parti. Je questionne votre cohérence. Et votre neutralité fondant au milieu du gué.

      -1
      • sa position initiale est de principe..
        les impacts sur autrui « excessifs » justifient demettre fin à sa neutralité.. de ce que moi j’ai saisi.

      • Vous soulevez un point intéressant, mais je ne pense pas que ma neutralité ait fondu, je vais tenter de m’expliquer. Vous êtes embauché dans une entreprise X. Entre le moment de votre embauche et l’instant présent, vous vivez sous les règles du contrat que vous avez librement signé avec votre employeur. Notez bien que personne ne vous a forcé à signer. Si l’entreprise X ne vous convenait pas, vous pouviez chercher du boulot ailleurs.

        A l’instant t+1, vous décidez soudainement que les conditions du contrat ne vous conviennent plus, et vous fo***z un b****l monstre dans tout le pays pour obtenir une modification du contrat. Pendant ce temps, l’employeur continue à respecter ses obligations contractuelles. Alors, qui est responsable du b****l en question?

  • C’est le moment ou jamais de couper toutes les subventions et tous les avantages fiscaux aux syndicats : ils ne peuvent pas avoir de pire réaction que ce qu’ils font déjà. Pourquoi aucune association ou aucun parti ne lance-t-il de pétition, faute de référendum populaire, en ce sens ?

    10
  • Il n’est pas question de gréve, ce sont une poignée de personnes bien choisies qui paralisent la raffinerie. Ils sont indemnisés indirectement par la CGT et les autres salariés qui eux sont en chomage techniques.
    C’est comme les aiguilleurs du ciel qutre pingouins surpayés qui s’arrétent de travailler pour emmerder des millions de personnes.
    Le mot gréve est devennu totalement inaproprié pour parler de ces manipulations.
    Parenthèse, tout cela tombe a pic, pour faire passer une hausse effective pour le quidam d’environ .50 centimes du litre sur le mois d’octobre, en attendant la prochaine.
    Avant la decision de Poutine d’arreter les massacres dans le Dombas, Nous achetions plus de 60 % des carburants consommés en france, des produits pret a l’emploi, directement au russes. Nos raffineries et celles des autres pays sont incapables d’asurer le remplacement au pied levé. Macron, Le maire et d’autes sont parfaitement inconscients des réalités economiques de la planéte.

    • Je suis agriculteur, et me fait livrer du fioul (GNR) régulièrement, et mon petit revendeur qui va s’approvisionner directement à Port la nouvelle ou Bordeaux, me parle de ses difficultés pour avoir du carburant et surtout pour diesel depuis le mois de mai, avec parfois des livraisons partielles par rapport à mes commandes.

  • Un contrat de travail conclu en bonne intelligence entre l employé et le patron est sacré et ni l état , ni syndicat ou autre association Théodule ne doit intervenir.
    Ceux qui entravent la bonne marche d une entreprise par des actions belliqueuse doivent être sanctionnés Manu militari sans état d âme.

    • Manu militari pas forcément, quoique que cela ne me gênerait pas mais il suffit déjà de les licencier pour faute et basta.
      J’ai déjà fait, dans de brosses boîtes, qu’on ne vienne pas m’expliquer que c’est compliqué de virer 50 types qui empêchent illégalement leurs collègues de travailler et qui font suer 65 millions de français. Faut juste des burnes.

      • « Faut juste des burnes »
        comme Thatcher.

      • Ces « syndicalistes » sont protégés par la loi. Invirables, intouchables, et souvent bons à rien patentés.
        J’ai connu, dans mon ex-boite, un syndicaliste CGT, qui avec les réunions, les formations, les délégations et tous les trucs de syndicats, n’a JAMAIS travaillé dans son poste.
        Quand la CGT à perdue les élections syndicales, et lui , tous ses mandats syndicaux, il a dû retourner au boulot, comme tous ses collègues. Il n’a pas supporté la charge de travail et à fait une dépression !

  • «  » » » » » »La CGT est coutumière de blocages en tout genre afin de conserver ses privilèges ou dans le simple but de semer la zizanie dans le pays. » » » » » » » » » »
    Pas du tout ; la CGT est la nouvelle arme de notre sadique qui n’a plus qu’un dessein dans les années à venir c’est de faire souffrir le peuple français
    Ainsi Pouyané a été contacté par le gouvernement pour ne rien faire progresser dans les discussions salariales et donc continuer à bloquer le pays par la grève des raffineurs qui s’étend à celle des producteurs électriques; tout cela pour que le peuple français reste chez lui pendant les vacances de la Toussaint et arrête de polluer l’atmosphère avec le CO2 quand il faut garder les petits enfants à l’autre bout de la France
    Ainsi les écologistes cégétistes font un geste pour la planète qui va se refroidir bien plus que prévu cet hiver; en invitant les cégétistes de EDF et ceux qui réparent nos réacteurs nous allons vraiment nous geler à Noël ; cela sera un sapin illuminé ou un petit radiateur dans le séjour

  • L’argumentation de l’auteur est un peu tirée par les cheveux. Les grèves traduisant un rapport de force prenant à témoin – ou en otage – le peuple sont rarement des chemins pavés de roses, bordés de garde-fous juridiques en béton armé.
    Le chemin de la réquisition, vanté par le même, n’est pas plus tranquille. Lors du précédent de 2010, plusieurs arrêtés préfectoraux avaient été cassés par la Justice.
    Je ne serais pas honnête avec moi-même, qui a applaudi la jacquerie des Gilets jaunes, et qui espère son retour, dans la lutte contre les ZFE, si dans le même temps je jugeais insupportable celles de salariés, même bien chargés d’un syndicalisme détestable.
    Tout ça pourrait finir assez vite.
    Mais.
    Inquiétante, très inquiétante, est, hélas comme toujours, la position de la Nupes, celle du troisième tour social, celle du coup d’Etat en puissance.
    Plongée dans l’inconnu. Verdict mardi.

  • La CGT est une émanation du regrettable PCF. Il faut dissoudre cette association de bandits, payée par Poutine pour mettre la mettre en France.
    En plus , sous perfusion d’argent, payé par mes impôts.
    Pendons quelques syndicalistes au fronton des entreprises, et virons les autres .

    • Contentons nous de leur couper les vivres. Parce que pour les choses, cf. Brassens au marché de Brive-la-Gaillarde…

  • Je vois ici des gens qui détestent la grève de la CGT. Mais qui ont a-do-ré La Grève de Ayn Rand. Pourtant même sujet, en miroir : que devient le monde quand certains s’en retirent ?
    Il faut croire que selon que l’on tienne le pistolet ou le manche de pelle, on ne voit pas la vie de la même façon.

    -2
    • Manifestement vous n’avez pas saisi le sens véritable du bouquin! je sais, c’est très long à lire et le discours de John Galt devient assez soporifique, mais bon, RAND n’oppose pas les patrons (Hank Rearden par exemple) à ses ouvriers qui défendent leur entreprise et leurs emplois lors de l’attaque de l’usine, car ils sont motivés ( salaires corrects, reconnaissance de leurs compétences etc…). Sans nier que l’industrie française emploie des gens compétents, il semble que la CGT défende plutôt le droit à la paresse de M’ame Rousseau, et les salariés adhérents à sa ligne politique!

      • une entreprise qui n’emploie pas des gens compétents ne va pas durer longtemps. Seul les services publics peuvent (sauf l’Hôpital…) se permettre d’employer des incompétents, parmi lesquels les cégétistes doivent être nombreux

    • la CGT ne se retire pas du monde (cela nous ferait des vacances), elle le bloque par la force…

  • Je n’aime pas du tout l’esprit de cet article qui me rappelle la loi le Chapelier et le délit de coalition. Cette interprétation de la grève avait alors lieu. Les grévistes étaient réquisitionnés ou jetés en prison. Et Sachez que l’agressivité de la CGT a ses origines là!
    Chacun a le droit de cesser le travail quand il le souhaite, et de fomenter une organisation avec ses collègues pour le faire simultanément. Mais le patron est libre de virer tout le monde et de les remplacer sur le champ.
    La solution n’est pas de réquisitionner les grévistes. C’est de les licencier. Mais ça personne n’osera le faire…

    • La loi le Chapelier ne concernait-elle pas le secteur privé ? Or ici, derrière de fausses apparences, on ne parle que du secteur public. Le raffinage en France est déficitaire, n’est-ce pas ? Total, qui fait de superprofits partout ailleurs dans le monde, fait de lourdes pertes en France mais n’est pas libre d’y fermer ses raffineries… Total, SNCF, EDF, RATP, enseignants, la patron n’est pas libre de virer qui que ce soit, quand bien même il en aurait le cran. Réquisitionner un fonctionnaire n’a pas de sens, mais dans de nombreux pays, les fonctionnaires n’ont logiquement pas le droit de grève.

    • Bon début. Mauvaise chute.
      Licencier les grévistes. En bref, vous aspirez à une loi Le Chapelier soft. Ou à casser le code du travail.
      Bon courage.

      -2
  • la grève ce n’ets pas le patron contre les employés..

    c’est les employés contre les employables aussi..!!!!
    la grève pour forcer à augmenter les salaires sans en meme temps mettre en jeu son emploi pose un gros problème… c’est une rupture d’un accord volontaire qui est la règle pour tous les autres..

    dans le privé vous coulez une boite dans le public..cela peut être ruineux..

    non la grève est une aberration..

    • « la grève pour forcer à augmenter les salaires sans en meme temps mettre en jeu son emploi »
      Le seul moyen légal d’inciter votre employeur à augmenter les salaires ( au-delà du taux de l’inflation ( et donc amender votre contrat de travail, serait d’apporter une plu-value à votre travail, bénéfique à l’entreprise et donc chiffrable en termes monétaires. Les chiffres de l’inflation sont calculés « au doigt mouillé » et les augmentations de salaires revendiquées le sont aussi. Comment voulez vous que ça colle sans un regrettable rapport de force ( et surtout de nuisance généralisée)?

      • mais surtout le patron n’ets pas n’ennemi du salarié!!!!!! il ne l’exploite pas!!!!
        un salarié a accepté le salaire , c’est la condition du contrat…
        imaginez donc qe vous laissez votre voiture dans les mains d’ungaragiste qui a donné un devis…et qui ne vous rend pas la voiture tout en demandant un prix qui n’a rien à voir avec le devis!!!!!

        refuser le salaire sans mettre en jeu l’emploi est une escroquerie..

        pas content de ton salaire, tu menaces de partir…

        la grève est inacceptable ..simplement..et point barre.. la grève est le pendant du concept de salarié exploité.. c’ets aussi simple que cela. alors si le salarié est contraint par le patron en gros si c’ets un esclave;.la révolte est légitime..

        la grève tape aussi et sournoisement sur les chômeurs qui veulent bosser pour ls niveaux de salaires , conditions de travail existantes !!!!

        une grève est une demande de privilège par rapport aux autres éléments du marché de l’emploi. Certes on peut discuter des problèmes du marche de l’emploi divers et variés..MAIS..la grève est inacceptable d’un point de vue « libéral »….

        • et je vais ajouter que si on dit ça devant les grévistes on se fait casser la gueule..littéralement.. on n’est pas prouvé dans l’erreur..

          c’est une menace d’usage de la violence..

        • Oui, vous avez raison, et j’approuve tout à fait que si l’on est mécontent des termes du contrat que nous avons signé, la seule voie honnête est la négociation soit d’un avenant améliorant le contrat initial, soit d’une rupture du contrat à l’amiable respectant les libertés de l’employeur et du salarié. Personnellement, je suis un homme  » de contrat » et je trouve particulièrement malhonnête de contester les termes et dispositions d’un contrat que j’aurais librement signé.
          Par contre, est-ce que dans un marché du travail qui n’est pas libre, les parties ( employeur et salarié) ont-elles encore la liberté de négocier quoi que ce soit sans que l’Etat vienne y mettre ses gros doigts visqueux?

          • vraie question..
            mais rappeler que l’etat n’est pas utile est un commencement….à la sortie de cet imbroglio.

  • Greve et blocage organiser en collaboration avec le président qui doit maintenir la pression sur la population après la Covid19, la guerre en Ukraine et maintenant la grève des carburants, un certain président manipule les Français. Il a essayé avec Poutine et donc plus de gaz Russe, il a essayé en Algérie mais le premier Italien a été plus rapide mais pas soucis par solidarité Européenne ils nous envoient du gaz

  • Les manifestants contre le mariage pour tous ont été gazés pour beaucoup moins que ça (genre porter un tee-shirt avec le logo du mouvement)…

    • Au prix qu’est le gaz, de quoi se plaignent-ils ?
      Plus sérieusement, je n’ai jamais vu qu’en France, porter un T-shirt sans gêner l’ordre public et la fluidité de la circulation vaille d’être gazé. En revanche, ceux qui bloquent méritent d’être repoussés manu militari, peu importe les slogans qu’ils défendent.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
travail chomage
4
Sauvegarder cet article

Par Jacques Garello

Même si le mois de septembre a enregistré une baisse importante du taux de chômage, ce qui a enthousiasmé les médias et le gouvernement, le chômage reste un problème endémique pour la France et un échec de la politique menée par François Hollande : depuis son élection en mai 2012, le ministère du Travail a recensé 617 000 chômeurs supplémentaires en catégorie A.

Alors qu'approche l'année électorale 2017, la question du chômage, qu'il monte ou qu'il baisse selon les catégories dont on parle ou qu'on ignore, se... Poursuivre la lecture

CGT
1
Sauvegarder cet article

Une grappe de grévistes a pris la France en otage.

Ont-ils mesuré les conséquences de leurs actes ? Oui, selon une thèse provoquante qui propose que les grévistes n’ont pas (d’état) d’âme. Non, selon une thèse accommodante qui propose que les grévistes ont une âme mais limitée. Cet article spéculatif tente de trancher.

Les grévistes ont-ils une âme ? La question est piquante, clivante, mais on s’en moque. Maintenant que la pression semble retomber un peu, et que les stations services ne sont plus des salles de combat, peut-être ... Poursuivre la lecture

réforme syndicats
0
Sauvegarder cet article

En pleine crise sanitaire et économique, après une année 2020 terrible dont les conséquences sur l’emploi se profilent dans les prochains mois, une mobilisation de tous les Français est indispensable… Pendant ce temps-là, la CGT lance plusieurs préavis de grève.

 

Un syndicalisme politisé

Il y a longtemps que le syndicalisme français n’a plus comme priorité la défense des intérêts des salariés mais celle de sa propre organisation.

Si ce n’est pas encore devenu un parti politique le Syndicat français, dans sa grande m... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles