Les Centres de Progrès (14) : Benin City (Sécurité)

Les murs de la ville de Benin City ont surpassé tous les autres par leur ampleur et ont représenté une réalisation importante en matière de sécurité.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
Screenshot 2022-10-07 at 16-27-42 Discover Benin City The Oldest City in Nigeria - YouTube

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les Centres de Progrès (14) : Benin City (Sécurité)

Publié le 10 octobre 2022
- A +

Par Chelsea Follett
Un article de HumanProgress

Notre quatorzième Centre du progrès est Benin City, dont les murs étaient autrefois la plus grande structure artificielle de la planète. Le réseau de murs de Benin City était collectivement quatre fois plus long que la Grande Muraille de Chine et sa construction a nécessité environ cent fois plus de matériaux que celle de la Grande Pyramide de Gizeh en Égypte, selon certaines estimations. Benin City était la capitale de l’Empire du Bénin (1180-1897 après J.-C.), qui comptait parmi les États les plus développés d’Afrique subsaharienne avant la période coloniale européenne. À son apogée, Benin City était également connue pour ses œuvres d’art en bronze et son haut degré d’ordre public. La prospérité exige la sécurité physique contre la violence et la protection des biens contre le vol ou la conquête, et l’échelle sans précédent des murs de protection de Benin City représentait une réalisation importante en matière de sécurité.

Bien que les murs de Benin City soient finalement tombés lors d’une attaque militaire, cette structure record a réussi à protéger les vies et les biens de ceux qui ont vécu dans la ville pendant des siècles.

Aujourd’hui, Benin City est la capitale et la ville la plus peuplée de l’État d’Edo, dans le sud du Nigeria, à environ 320 km à l’est du centre économique et culturel de Lagos. Il ne faut pas confondre Benin City avec le pays du Bénin, voisin du Nigeria à l’ouest. Centre urbain majeur de l’Afrique occidentale côtière, Benin City compte plus de 12 millions d’habitants. Les industries locales les plus importantes sont la production de caoutchouc et de pétrole. Benin City est connue pour ses festivals, sa riche culture vestimentaire et pour être le site du palais royal de l’une des plus anciennes monarchies du monde, bien qu’aujourd’hui, la monarchie soit essentiellement cérémoniale. L’actuel Oba, ou chef traditionnel, de la population locale, a été couronné en 2016 et est considéré comme le 40e Oba du Bénin. Son palais est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO.

L’empire ou le royaume du Bénin, aussi parfois appelé royaume d’Edo, est né aux alentours du Xe siècle de notre ère, lorsque le peuple Edo s’est installé dans les forêts tropicales de l’Afrique de l’Ouest. L’année traditionnelle du début de l’empire est donnée comme étant 1180 AD. Au XVe siècle, l’empire du Bénin était une puissance régionale établie. L’empire s’est enrichi à la fois en conquérant les territoires voisins et en pratiquant un commerce robuste avec les Européens – d’abord les Portugais, puis les Britanniques. Le mot Bénin provient d’une erreur d’interprétation d’un mot de la langue ouest-africaine Yoruba par des commerçants portugais au XVe ou XVIe siècle de notre ère. L’histoire raconte qu’au cours d’un conflit de succession royale, des pressions politiques ont conduit un Oba (roi) à renoncer à sa fonction. En renonçant à son titre, l’Oba, frustré, a publiquement appelé le royaume qu’il abandonnait la terre de Ibinu, ce qui signifie vexation ou colère. Sous la forme Bénin, le nom est resté.

La capitale de l’Empire du Bénin était Benin City. Si vous pouviez visiter la ville à son âge d’or, au XVIIe siècle, vous observeriez une ville si ordonnée que le vol était pratiquement impensable dans ses murs.

Lourenco Pinto, le capitaine portugais d’un navire missionnaire, a écrit en 1691 :

« Le Grand Bénin [Benin City], où réside le roi, est plus grand que Lisbonne. Toutes les rues sont droites et aussi loin que l’on puisse voir. Les maisons sont grandes, surtout celle du roi, qui est richement décorée et possède de belles colonnes. La ville est riche et industrieuse. Elle est si bien gouvernée que le vol est inconnu, et les habitants vivent dans une telle sécurité qu’ils n’ont pas de portes à leurs maisons. »

La sécurité de la ville permet aux habitants d’être très productifs. Pinto écrit également :

« Les artisans ont leurs emplacements soigneusement répartis sur les places qui sont divisées de telle manière que dans l’une d’entre elles, j’ai compté en tout cent vingt ateliers d’orfèvrerie, tous travaillant sans interruption. »

Bien que Pinto ait écrit orfèvres, ce qu’il a observé était presque certainement des bronziers. La ville a produit des milliers de plaques et de sculptures en bronze créées à l’aide d’une technique appelée coulage à basse cire. Les œuvres d’art historiques de la ville sont largement considérées comme faisant partie des meilleures gravures réalisées à l’aide de cette technique. Certains des bronzes représentent des exploits militaires de la période d’expansionnisme rapide de l’Empire du Bénin au XVIe siècle. D’autres représentent le commerce et les échanges, la diplomatie et l’histoire dynastique. Cependant, la plupart des œuvres d’art étaient simplement des portraits de la noblesse béninoise vêtue de vêtements de cérémonie élaborés.

Les habitants de Benin City produisaient également une grande quantité de tissus, qui jouaient un rôle important dans le commerce avec les marchands européens. Parmi les autres biens commerciaux produits localement, citons le poivre, l’huile de palme, l’ivoire sculpté et les perles fabriquées à partir de cauris et d’autres matériaux. Les habitants de Benin City vendaient également aux Européens des esclaves, souvent des Africains voisins capturés au combat. Car, chose affligeante, comme presque toutes les sociétés anciennes, le royaume du Bénin pratiquait l’esclavage.

Malgré ses réalisations en matière de sécurité et de défense contre les menaces extérieures, une personne moderne ne souhaiterait pas vivre dans l’ancienne ville de Benin City. Les habitants de Benin City pratiquaient le sacrifice humain rituel pour diverses raisons, notamment pour honorer un dieu du fer et demander aux dieux un commerce profitable. Les victimes étaient souvent des prisonniers aux antécédents criminels. À la fin du XVIIIe siècle de notre ère, trois ou quatre sacrifices humains avaient lieu chaque année à l’embouchure de la rivière de Benin City, apparemment pour assurer un bon commerce avec les marchands européens.

Parmi les importations les plus importantes de la ville figuraient les lingots de laiton et de cuivre des Européens. L’Empire du Bénin ne produisait pas assez de métal localement pour alimenter pleinement les industries prolifiques de gravure et de sculpture de Benin City. Bon nombre des célèbres œuvres d’art en bronze de la ville n’auraient pas été possibles sans les avantages du commerce extérieur. Les Portugais vendaient souvent du bronze et du cuivre aux habitants de Benin City sous forme de bracelets métalliques appelés manillas. Au XVIe siècle de notre ère, les manillas et autres objets métalliques (tels que les casseroles et les poêles en bronze) constituaient une monnaie d’échange standard utilisée par les Européens en Afrique occidentale.

Au fur et à mesure que le commerce devenait plus sophistiqué, les premières usines ou centres de production de marchandises locales, comme le tissu, sont apparus le long de la rivière principale de Benin City. Toujours soucieux de la sécurité, le royaume du Bénin a conclu diverses alliances pour empêcher la piraterie des marchandises commerciales.

Étant donné l’importance du commerce pour le succès de Benin City, il est logique que l’une des figures historiques les plus appréciées de la ville soit une marchande. Sa statue occupe désormais une place de choix à Benin City. Emotan était une marchande du XVe siècle qui, selon la tradition orale, vendait ses marchandises à l’endroit où se trouve aujourd’hui sa statue. Elle a fondé le premier centre de soins pour enfants de Benin City, ouvrant une crèche pour les enfants des familles fréquentant le marché de Benin City. Un jour, elle a averti un prince de Benin d’un complot contre sa vie et l’a aidé à reprendre le trône à son frère. Le nouveau roi l’a ensuite récompensée en la nommant à un poste élevé chargé d’assurer la sécurité sur la place du marché. Emotan est désormais vénérée et déifiée localement comme la « conscience de la justice ».

La richesse de la ville s’est accrue grâce à ses marchés florissants et au commerce international, ainsi qu’en raison de l’impérialisme réussi du royaume du Bénin. Au fur et à mesure que la ville s’enrichissait, cette richesse améliorait ses infrastructures et la vie de ses habitants.

L’écrivain néerlandais du XVIIe siècle Olfert Dapper note :

« Les maisons sont construites le long des rues en bon ordre, les unes près des autres. Ornées de pignons, de marches et de toits en feuilles de palmier ou de bananier, ou en feuilles d’autres arbres… elles sont… généralement larges avec de longues galeries à l’intérieur, surtout dans le cas des maisons de la noblesse, et divisées en de nombreuses pièces qui sont séparées par des murs en argile rouge, très bien érigés. »

Dapper note également que les habitants gardent ces murs « aussi brillants et lisses par le lavage et le frottement que n’importe quel mur en Hollande peut l’être avec de la craie, et ils sont comme des miroirs. Les étages supérieurs sont faits de la même sorte d’argile. De plus, chaque maison est pourvue d’un puits pour l’approvisionnement en eau fraîche. »

Benin City était aussi notamment parmi les premiers centres urbains à avoir un semblant d’éclairage public. De grandes lampes métalliques brûlant de l’huile de palme, hautes de plusieurs pieds, étaient placées tout autour de la ville.

La cour du roi était carrée et se trouvait sur le côté droit lorsqu’on entrait dans la ville par sa porte principale. Un mur comme celui qui entourait la ville entourait la cour. La cour abritait divers palais, maisons et appartements pour les courtisans et possédait de belles galeries longues et carrées. Ces galeries étaient « à peu près aussi grandes que la Bourse d’Amsterdam », selon Dapper. La plus grande galerie abritait un grand nombre des célèbres sculptures en bronze de la ville. Tout au long de la galerie des scènes gravées dans des plaques de bronze étaient soutenues par des piliers en bois.

Cependant, le réseau de murs de Benin City aurait été le spectacle le plus impressionnant de la ville. La datation au radiocarbone des vestiges des murs suggère que les habitants d’Edo ont construit les murs de Benin City progressivement pendant de nombreuses années. La plus grande partie de la construction s’est probablement déroulée entre 800 et 1500 après J-C.

L’auteur et journaliste anglais Fred Pearce écrit :

« Le réseau [de murs] de Benin s’étend sur quelque 16 000 kilomètres au total, en une mosaïque de plus de 500 limites de colonies interconnectées. Ils couvrent 6500 kilomètres carrés et ont tous été creusés par le peuple Edo. Au total, ils sont quatre fois plus longs que la Grande Muraille de Chine et ont consommé cent fois plus de matériaux que la Grande Pyramide de Khéops. On estime que leur construction a nécessité 150 millions d’heures de travail et qu’ils constituent peut-être le plus grand phénomène archéologique de la planète. »

En d’autres termes, les murs s’étendaient sur environ 10 000 miles et couvraient quelque 2500 miles carrés. Ce nombre de kilomètres carrés est comparable à la zone urbaine de Los Angeles-Riverside en Californie aujourd’hui. Depuis que Peace a écrit ces mots, la longueur officielle de la Grande Muraille de Chine, définie de manière à inclure les différents murs frontaliers construits au cours de toutes les dynasties de l’histoire chinoise, a été actualisée et s’élève à environ 13 000 miles. Toutefois, ce chiffre, calculé par l’administration nationale du patrimoine culturel, a été qualifié de trompeur. Il inclut de nombreux murs isolés et déconnectés qui défendent les frontières de divers États chinois, et pas seulement le célèbre mur de la frontière nord de la Chine. Les estimations de la longueur du mur de la frontière nord varient de 1500 à 5000 miles, selon les sections du mur qui sont comptées. En tout cas, les murs de Benin City étaient certainement plus longs que le fameux mur de la frontière nord de la Chine.

Par endroits, les tours des murs de Benin City atteignaient sept étages. Les murs étaient également dotés de postes de garde, de fossés, de douves et de casernes de garnison. Après avoir gardé la ville pendant des siècles, les murs du Bénin sont tombés aux mains des troupes britanniques en 1897 lors d’une expédition punitive motivée par la vengeance britannique d’une attaque militaire antérieure de l’Empire du Bénin. Cependant, des différends commerciaux ont également motivé l’attaque. De nombreuses œuvres d’art en bronze du palais royal ont été dérobées lors de la bataille et sont aujourd’hui exposées au British Museum et dans divers autres musées.

Après la chute de ses murs, Benin City – et l’Empire du Bénin – a fait partie de l’Empire britannique. Benin City a ensuite fait partie du Nigeria en 1960.

Les protections contre ceux qui veulent voler ou piller se sont souvent révélées indispensables pour garantir les droits de propriété. Bien que les murs de Benin City aient fini par tomber, pendant des siècles, cet élément de sécurité record a protégé la ville. Les êtres humains ont créé des murs et d’autres structures de protection depuis qu’ils sont passés du nomadisme aux établissements agricoles permanents. Bon nombre des plus anciennes communautés stationnaires du monde ont pris la forme de villes fortifiées, comme notre premier Centre du progrès, Jéricho, à l’époque néolithique. Cependant, les murailles de Benin City ont surpassé toutes les autres par leur ampleur. Pour la réalisation significative en matière de sécurité de ses murs qui ont battu tous les records de résistance pendant des centaines d’années, Benin City est notre quatorzième Centre du progrès.

Traduction Contrepoints

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Une petite question de traduction : « bronze à basse cire » devrait être remplacé par « bronze à la cire perdue »

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un article de Human Progress

 

Notre vingt-deuxième Centre du progrès est Manchester pendant la première révolution industrielle (1760-1850). Parfois appelée "la première ville industrielle", Manchester a incarné les changements rapides d'une époque qui a transformé l'existence humaine plus que toute autre période de l'histoire. Manchester a été l'une des premières villes à connaître l'industrialisation. Sa métamorphose n'a pas été facile car elle impliquait des conditions de travail et de vie bien inférieures à celles auxq... Poursuivre la lecture

Des trois grandes passions humaines, le pouvoir, l’argent et l’amour, c’est la passion du pouvoir et de la puissance qui provoque le plus de ravages : conflits sociaux, révolutions, guerres, génocides.

La politique apparaît ainsi comme le mal nécessaire permettant de cantonner cette passion, de l’empêcher de virer à la folie. Elle y parvient médiocrement puisque les autocraties prolifèrent, les démocraties doutent d’elles-mêmes et la guerre est une constante. La paix n’a jamais régné sur l’humanité entière. Ici ou là, les hommes se son... Poursuivre la lecture

Par Chelsea Follett

Notre vingt-et-unième Centre de progrès est Bologne, où est situé la première université (telle qu'elle est communément reconnue) qui se trouve être aussi la plus ancienne en activité dans le monde aujourd'hui. L'université de Bologne, dont on dit traditionnellement qu'elle a été fondée en 1088, a été la première institution à décerner des diplômes et à promouvoir l'enseignement supérieur à la manière d'un collège ou d'une université moderne.

Aujourd'hui, Bologne est la septième ville la plus peuplée d'Italie... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles