États-Unis : les alliés des démocrates aident à leur élection

Les médias ne rapportent pas de nouvelles, ce sont des porte-voix du parti démocrate qui feront des pieds et des mains pour bien les faire paraitre.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3
Joe Biden BY jlhervas(CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

États-Unis : les alliés des démocrates aident à leur élection

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 4 octobre 2022
- A +

Lors d’une récente entrevue, une ancienne secrétaire à la Maison Blanche a candidement avoué la stratégie des démocrates lors des élections du mois prochain : se concentrer sur « l’extrémisme » républicain. Car si ces mêmes élections sont un référendum sur les deux dernières années au pouvoir des démocrates, particulièrement au sujet de l’augmentation vertigineuse de la violence, il y aura effectivement un raz-de-marée rouge.

 

Les médias et les démocrates

Il semble que les alliés des démocrates dans les médias avaient compris le message depuis belle lurette.

En effet, quand vient le temps de parler de violence et d’extrémisme, on ignore sciemment ce qui ne peut pas être imputé aux républicains. Quelle autre raison peut expliquer pourquoi les médias ont tu l’histoire de Robert Telles? Ce démocrate de la ville de Las Vegas est accusé du meurtre d’un journaliste qui a découvert sa corruption crasse. On aurait même trouvé des traces de son ADN sur la victime ainsi que des preuves vidéo incriminantes.

CNN a sept articles à ce sujet au 2 octobre, MSNBC n’en a aucun, NPR en a six et le New York Times en a un seul. Et si on parle de lui, on omet sciemment son allégeance politique. Pensez-vous que la désinvolture aurait été telle si les couleurs politiques avaient été inversées ?

La même question rhétorique se pose dans le cas de Shannon Brant. Cet homme du Dakota du Nord a volontairement percuté un adolescent de 18 ans avec sa camionnette et l’a laissé pour mort. Pourquoi ? Parce qu’il aurait fait partie d’un « groupe républicain extrémiste », alors qu’aucune preuve à ce sujet n’existe. Mais même si tel était le cas, absolument rien ne justifie un tel meurtre politique prémédité. Fait intéressant : sa caution fut de 50 000 dollars ; celle de Kyle Rittenhouse, qui s’est défendu contre des assaillants sauvages, était de deux millions.

Qu’en disent les médias ? CNN, MSNBC, NPR et le New York Times n’ont à ce jour aucun article traitant d’un acte qui ferait la manchette 24 h/24 h si les couleurs politiques avaient été inversées. On accuserait sans cesse le méchant homme orange d’échauffer les esprits. Mais comme les couleurs politiques de la victime ne s’agencent pas avec la narration des médias, on ignorera donc la rhétorique inflammatoire de Biden – aux couleurs dystopiques.

Car si on suit la même logique que les démocrates appliquaient à Donald Trump, alors Joe Biden est l’inspirateur de nombreuses attaques envers des républicains et des conservateurs ces dernières semaines. Mais les médias cités plus haut mettront ces histoires dans un trou de mémoire.

 

Ignorer la science

Parlant d’ignorance, ils adorent défendre bec et ongles (ou ignorer totalement) quand un des leurs y va d’inepties sans aucune base scientifique. Stacy Abrams, mauvaise perdante de Géorgie adulée des médias, affirme que le battement de cœur fœtal à six semaines est faux, qu’il est utilisé pour contrôler le corps des femmes. La gauche lui a déjà emboité le pas. Un réseau de planning familial a joué à 1984 en changeant son site Internet au sujet du développement des fœtus. Même des supposés experts en la matière jouent avec les mots, faisant fi de la définition du dictionnaire pour « battement de cœur. »

Ça doit expliquer pourquoi les démocrates, de plus en plus, affirment que les hommes peuvent accoucher.

Et toujours au sujet de « la » science, il était prévisible que l’ouragan Ian allait amener son lot de désinformations au sujet du #rechauffementchangementderangementcastastropheclimatique. Certes, il a laissé un sillon de destruction se chiffrant en milliards. Mais affirmer que c’est la nouvelle norme et que voter démocrate est le seul espoir pour éviter ces catastrophes à l’avenir relève d’une démence profonde.

Si cette compilation de données est véridique, alors Ian est à peine dans le top 10 des ouragans les plus forts. Six ouragans plus puissants ont frappé la péninsule avant 1960. Fallait-il blâmer les humains ?

Et que dire de la condescendance et de la certitude de certains alors que des millions de citoyens ont tout perdu. Ou que le président a préféré participer à une campagne de financement.

Bref, les médias prouvent, encore et encore et encore, que les accusations de Donald Trump envers eux sont une vérité objective. Ils ne rapportent pas de nouvelles, ce sont des porte-voix du parti démocrate qui feront des pieds et des mains pour bien les faire paraitre.

Mais si vous pensiez que cet article est choquant, attendez de voir ce que le FBI fait pour, semble-t-il, couvrir les arrières de Biden et son parti.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Etrange, aucun commentaire !

  • Honnêtement, depuis que j’ai lu le livre « la Religion woke » de Jean-François Braunstein, j’ai compris l’idéologie des démocrates qui en effet théorisent l’absurde et la dialectique par l’absurde. Et ça marche !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Donald Trump
0
Sauvegarder cet article

Un article de la rédaction de la Nouvelle Lettre

Il était bien le seul à croire qu’il pouvait encore gagner. Les élections du midterm ont été un total échec pour Donald Trump, ses candidats ont échoué. Les commentateurs en ont conclu à juste titre que Trump candidat républicain en 2024 serait une chance inouïe pour les Démocrates : contre toute logique et contre toute attente Joe Biden serait réélu.

Cette opinion est partagée par la plupart des médias conservateurs, y compris la chaîne Fox qui a soutenu la candidature et la prés... Poursuivre la lecture

Malgré des divergences de ton (agressif à l’égard de Biden lorsqu’il s’exprime devant les seuls représentants de la communauté française aux États-Unis, moins pugnace lors d'évènements officiels avec le président de la première puissance mondiale), Macron a peu ou prou déroulé un discours protectionniste lors de sa visite aux USA : après les années de porte-parole d’un libre échangisme sans limites, le président a redécouvert lors de la crise du covid les vertus de la réindustrialisation, à l’instar de tous nos partenaires commerciaux.

Poursuivre la lecture

La montée en puissance des nationalismes américain et chinois est en train de prendre en étau l’Union européenne et de broyer sur son passage les principes du libre-échange.

Emmanuel Macron, en déplacement aux États-Unis, a critiqué les mesures « super agressives » de Joe Biden en matière de politique industrielle. Dans le collimateur du président français, l’Inflation Reduction Act, qui prévoit de subventionner les entreprises américaines à hauteur de 51 milliards de dollars au détriment de leurs concurrentes, en particulier européenn... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles