Vaccin Covid-19 obligatoire ou déconseillé pour les enfants : qui a raison ?

La question n’est pas de savoir si les enfants ou les adultes doivent recevoir les vaccins covid. La question est de savoir qui doit choisir.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Photo by CDC on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Vaccin Covid-19 obligatoire ou déconseillé pour les enfants : qui a raison ?

Publié le 23 septembre 2022
- A +

Par Jon Miltimore.

L’Agence britannique de sécurité sanitaire (UKHSA) a annoncé la semaine dernière que les enfants de moins de 12 ans ne se verront plus proposer les vaccins Covid-19, à moins d’être estimés à haut risque.

La décision semble avoir irrité The Guardian, qui a cité plusieurs médecins l’ayant critiqué.

Tout en soulignant que les décès dus aux injections de vaccin covid sont rares, le professeur Christina Pagel, de l’University College London a déclaré au journal :

« Quand on sait qu’il existe un vaccin sûr et efficace, cela me semble injustifiable. »

La raison précise pour laquelle les jeunes enfants se voient refuser les vaccins covid n’a pas été partagée par le Guardian – à part admettre qu’ils peuvent parfois entraîner la mort – peut-être parce que le livre vert de l’UKHSA offre peu de détails.

Cette décision s’explique probablement par le fait que les jeunes enfants sont de loin les moins susceptibles de tomber gravement malades à cause du covid, et par les données gouvernementales qui montrent que la myocardite est un effet secondaire grave (bien que rare), en particulier chez les petits garçons.

Quoi qu’il en soit, la décision de l’UKHSA aligne l’Angleterre sur plusieurs autres pays européens – dont la Suède, la Finlande, la Norvège et le Danemark – qui ne proposent ni ne recommandent les vaccins à ARNm aux jeunes enfants en bonne santé.

Aux États-Unis, en revanche, certaines villes poussent dans une direction différente.

À Washington, D.C., la maire Muriel Bowser s’est engagée dans une bataille acharnée pour défendre l’obligation du vaccin de tous les élèves pour pouvoir être scolarisés. Cette politique pourrait avoir de graves conséquences si l’on considère qu’environ 40 % des adolescents noirs ne sont pas vaccinés.

Dans Newsweek, Janaiha Bennett, directrice exécutive de la Youth Leadership Foundation a écrit :

« L’un des impacts de cette politique est qu’elle élargira presque certainement les écarts éducatifs raciaux, étant donné que le taux de vaccination des élèves noirs de 12 à 17 ans est inférieur à 60 %. Et ce serait un désastre absolu ».

Washington, D.C. est l’une des rares régions du pays à exiger la vaccination contre le coronavirus pour fréquenter les écoles de la maternelle à la douzième année (les universités sont une autre affaire), mais d’autres exemples existent.

En février, la Nouvelle-Orléans a ajouté le vaccin contre le coronavirus à sa liste de vaccins obligatoires pour les enfants de 5 ans et plus, note le Washington Post, tandis que la ville de New York exige que les élèves soient vaccinés s’ils souhaitent faire du sport ou participer à d’autres activités extrascolaires.

 

Qui doit décider ?

C’est étrange. D’un côté, des nations européennes refusent d’administrer les vaccins covid aux jeunes enfants, même si les parents le veulent. De l’autre, des villes américaines obligent les enfants à recevoir un vaccin pour pouvoir aller à l’école (ou faire du sport) alors que leurs parents n’en veulent peut-être pas.

Le dénominateur commun n’est pas difficile à repérer : dans les deux cas, ce sont des fonctionnaires qui choisissent ce qui est le mieux pour l’enfant.

Il existe des parallèles intéressants à ce sujet.

En mai, j’ai écrit sur la pénurie de lait maternisé et j’ai noté que le New York Times a souligné que le lait maternisé est l’un des produits alimentaires les plus réglementés aux États-Unis, qui ne sont toutefois pas les seuls. Les pays européens ont également des marchés du lait maternisé très réglementés. Le résultat, quelque peu comique, est que presque toutes les préparations américaines pour nourrissons ne répondent pas aux normes européennes, et que pratiquement toutes les marques européennes ne répondent pas aux normes américaines.

Qui, de l’Union européenne ou des États-Unis, a raison à propos du lait maternisé ? Comme je l’ai fait remarquer à l’époque, ce n’est pas la bonne question.

Comme nous rappelle l’économiste Thomas Sowell :

« La question la plus fondamentale n’est pas de savoir ce qui est le mieux, mais qui doit décider de ce qui est le mieux. »

On peut dire la même chose des vaccins. La question n’est pas de savoir si les enfants ou les adultes doivent recevoir des vaccins covid, la question est de savoir qui doit choisir. Où que l’on regarde, les États et les bureaucrates tentent de prendre cette décision pour les autres. Certains disent que les enfants ne peuvent pas recevoir de vaccins à ARNm ; d’autres disent que les enfants doivent recevoir des vaccins à ARNm.

C’est déjà assez grave lorsque les États décident du type de lait maternisé que l’on doit acheter, mais c’est encore pire lorsqu’ils choisissent qui doit ou ne peut pas prendre un vaccin qui a le pouvoir de sauver ou de détruire des vies. Le consentement éclairé repose entièrement sur le fait que les êtres humains reçoivent des informations et sont ensuite autorisés à choisir ou à refuser un traitement. C’est l’un des fondements de l’éthique médicale, mais il semble avoir été balayé par la fenêtre proverbiale pendant la pandémie.

 

Pourquoi ?

L’une des raisons est sans doute que la pandémie a créé un climat de peur pouvant susciter une demande de coercition. Mais je soupçonne que le recul du choix découle également d’un recul culturel plus large vis-à-vis du capitalisme, un système qui rend les consommateurs souverains au lieu des bureaucrates.

Dans Bureaucraty, l’économiste Ludwig von Mises écrivait :

« Les véritables patrons, dans le système capitaliste d’économie de marché, sont les consommateurs.  Ils décident, par leurs achats et par leur abstention d’acheter, qui doit posséder le capital et diriger les usines. Ils déterminent ce qui doit être produit et en quelle quantité et qualité. Leurs attitudes se traduisent soit par des profits, soit par des pertes pour l’entrepreneur. »

Depuis des décennies, les Américains ont lentement et tranquillement, peut-être sans le savoir, adopté un système différent. Dans ce système, les fonctionnaires du gouvernement décident quel beurre est sûr. Quel lait peut être acheté et consommé. Quel type de voiture est bon pour l’environnement et donc disponible à l’achat.

Au lieu d’un système basé sur le choix individuel et l’échange mutuel, les Américains ont tacitement adopté un système qui permet aux bureaucrates de décider pour eux – y compris qui peut ou ne peut pas (ou doit) prendre un vaccin qui peut changer la vie. (Il convient également de noter que nous disposions de vaccins dès le début de la pandémie de covid, mais que la FDA a interdit les essais qui auraient pu démontrer leur sécurité et leur efficacité en quelques semaines).

Dans le monde entier, les gens continuent de se chamailler pour savoir si les vaccins sont sûrs et efficaces. Ils devraient chercher à répondre à une autre question : qui doit décider ?

 

Traduction Contrepoints.

Sur le web

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • « La question n’est pas de savoir si les enfants ou les adultes doivent recevoir les vaccins covid. La question est de savoir qui doit choisir. »

    En effet..
    Pat ailleurs..
    La médecine moderne et son succès en terme de santé globale reposent sur l’acceptation du malade qu’il est tenu de croire que le bénéfice risque d’un groupe auquel il est arbitrairement associé est son bénéfice risque individuel..or non… ce n’est pas un hasard si les accusations des opposants portent sur la dissimulation de certains faits..et que certains effets secondaires étaient connus et que c’est la cupidité qui a déterminé leur dissimulation.
    il ya bel et bien un choix fait ..et des conséquences pour le patient…

    et il ya bel et bien des changements de recommandations quand les mécanismes causals sont mieux connus ou que le temps passe…

    donc il il y a bien  » SI ON AVAIT SU..ON NE VOUS AURAIT PAS DONNE CE TRAITEMENT …  »

    la confiance dans le traitant est ESSENTIELLE!!!!

    • Raison de plus pour laisser l’individu choisir en fonction des éléments qu’il a. Est-ce qu’il y aurait eu plus de morts si seuls les personnes les plus à risque avaient décidé par eux-même de se faire vacciner (et j’en connais personnellement qui voulaient absolument alors qu’ils n’avaient pas accès car pas dans la « tranche d’age » décidé par le gouvernement…) ? J’en doute, mais on ne le saura jamais et désormais, ce qui est sûr et ancré dans la tête des gens, c’est que si tu es contre un traitement contre un virus, tu es antivax. Ca promet lors de la prochaine grippe non appelée « grippe »…

      • pas la raison.. pas besoin de raison..les gens sontlibres et zut..

        ça c’est la raison pour laquelle une confiance critique dans son médecin est le importante..

  • La question aurait un sens pour un vaccin qui immuniserait contre une épidémie dévastatrice.
    Les vaccins contre la grippe de Wuhan n’immunisent manifestement pas, donc la question ne se pose pas.

  • Les vaccins à ARNm sont tout sauf sûr et efficace. Il s’agit toujours d’un produit expérimental, souvenez-vous du Distilbène et maintenant imaginez un effet similaire à long terme dont on ne se rendra compte que dans une dizaine ou une quinzaine d’années où les enfants vaccinés seront stériles ou alors ils auront induit on ne sait quelle maladie ou bien les enfants vaccinés seront moins apte à résister à d’autres maladies du fait de leur système immunitaire altéré par les ARNm. Dans le cas des États-Unis que vous citez avec les enfants noirs non vaccinés ça serait assez rigolo… nous sommes à l’aube de la génétique et certaines personnes pensent tout maîtriser, si elles étaient si bonnes elles pourraient soigner tous les cancers…

  • Néanmoins.
    Je reste persuadé que la bonne question est « pourquoi » et non pas « qui ».
    Il est aberrant de vacciner contre une maladie un public qui ne craint rien avec un vaccin non stérilisant (euphémisme).
    A partir de là il est facile de repérer les imbéciles à mettre sur la touche.

  • L’inventeur de « L’Arn Méssagé » a toujours explicitement et jusqu’a la fin de sa vie repeté qu’il ne fallait pas l’utiliser sur les enfants !!!!!
    Le Pseudo vaccin COVID s’est revelé parfaitement ineficace, premierement : avec des centaines voir le million de contagion par jour avec une population « Traitée » a 80 %, Deuxiémement avec des mortalités infiniment plus faibles dans les pays qui ont soignnés tres tot au lieu de Piquer a tout va. Les faits sont déja etabli, meme si des coupables d’erreurs monumentales, pour le moins, continuent de nous mentir.

    • On peut se déclarer esprit critique ou inventeur de l’ARN messager, mais ensuite, c’est à chacun de juger ce qu’il en est à partir des informations qu’il peut recueillir. C’est ce que dit l’article, et c’est une bonne méthode.

      -1
  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Elle est revenue. Avec une vengeance.

L'inflation est remontée à des niveaux inconnus depuis quarante ans un peu partout dans le monde. À plus de 9 % en rythme annuel en juin au Royaume-Uni et aux États-Unis, presque 8 % en Allemagne. En France, elle ne dépasse pas encore 6 %, au plus haut depuis quand même trente-sept ans, mais sa dynamique peut la porter vers 10 % d’ici la fin de l’année.

 

Inflation : le rôle marginal de la guerre en Ukraine

Quelles sont les causes, et donc sans doute les responsabilités de cette... Poursuivre la lecture

Il y a quelques jours, on apprenait que l'université de Strasbourg décidait de fermer ses portes aux étudiants pendant deux semaines supplémentaires cet hiver, par souci d'économie. Le président de l'université à en effet précisé qu'il s'agirait d'« une troisième semaine de congés de Noël début janvier et [d']une semaine complète de cours en distanciel en février ».

Pendant que l'éducation est une fois encore reléguée au second plan, Élisabeth Borne nous apprend à gérer notre consommation énergétique : « La règle, c’est de chauffer à ... Poursuivre la lecture

Les propos tenus par Joe Biden lors de l’émission 60 minutes sur CBS dimanche dernier ont provoqué quelques remous au sein du monde des médias comme de la santé.

 

“The pandemic is over. We still have a problem with COVID. We’re still doing a lot of work on it. But the pandemic is over,” President Biden tells 60 Minutes in an interview in Detroit. https://t.co/7SixTE3OMT pic.twitter.com/s5fyjRpYuX

— 60 Minutes (@60Minutes) September 19, 2022

« La pandémie est terminée. Nous avons t... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles