Réforme des retraites ou rafistolage de circonstances ?

Macron pousse si fort sa réforme des retraites, quoi qu’il en coûte, qu’on est en droit de s’interroger sur son acharnement à ce sujet.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 6
old couple source https://fr.irefeurope.org/Publications/Articles/article/Retraites-la-grande-arnaque

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Réforme des retraites ou rafistolage de circonstances ?

Publié le 19 septembre 2022
- A +

Mais puisqu’on vous dit que Macron, c’est Le Grand Réformateur ! Puisqu’on vous dit qu’il n’a pas arrêté de réformer, d’affûter avec habileté la France pour la prochaine décennie ! Les petits dérapages budgétaires n’y changeront rien : les réformes sont sur des rails, elles passeront. Quoi qu’il en coûte.

C’est sans doute dans cet esprit que l’actuel gouvernement planche à nouveau sur la réforme des retraites qui avait été subrepticement mise en pause suite à la déclaration de guerre (non, pas contre Poutine, contre le virus il y a deux ans, suivez un peu) et dont tout indique qu’elle est loin de faire l’unanimité chez les différents partenaires (caisses, syndicats, retraités actuels et à venir…).

Pour le Président, peu importe finalement qu’il n’ait qu’une majorité relative au Parlement, peu importe que sa réforme tombe au moment où grandit une grogne sociale directement corrélée aux températures extérieures et au prix du baril, et peu importe qu’il n’ait pour porter cette réforme que des tromblons ministériels approximatifs et des députés dont l’intelligence moyenne est clairement ouverte à débat : il va falloir faire cette réforme, scrogneugneu, et puis c’est tout.

Et tant pis s’il faut pour cela pousser des quasi-cavaliers législatifs afin de reporter l’âge de départ à la retraite à 64 ou 65 ans par un amendement dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale : comme d’habitude, Macron veut surtout montrer qu’il fait preuve de ce courage en carton qui met directement sa majorité, ses ministres et ses députés en position délicate et lui pas du tout, le déni, le mensonge et la pirouette rhétorique étant devenus son mode opératoire habituel dès son premier quinquennat.

On est en droit de se demander ce que cache cette fermeté, pour ne pas dire cette obstination voire cet acharnement du chef de l’État à vouloir à tout prix passer en force son projet de réforme et ce alors que d’autres pistes n’ont été que peu mentionnées ou explorées (le cumul emploi-retraite pourrait en faire partie, par exemple).

C’est ici que s’impose un petit rappel sur l’état des retraites actuelles, leur mode de fonctionnement et leur financement. Et ça tombe bien, l’Institut Molinari a récemment produit une étude détaillée sur la question qui permet de rappeler quelques éléments essentiels du débat, qui éclairent assez bien les raisons de l’empressement de Macron à pousser ses idées, « quoi qu’il en coûte » ou à peu près.

Premier constat, d’évidence pour ceux qui suivent même vaguement la question : s’il y avait quatre cotisants pour un pensionné dans les années 1960, on peine à trouver un cotisant et demi pour le même pensionné actuellement, et la tendance nous amènera à un unique cotisant par pensionné dans les prochaines années. Entre l’explosion du nombre de pensionnés, l’augmentation bien moins rapide du nombre de cotisants, l’augmentation drastique de l’espérance de vie (10 ans gagnés depuis les années 1970), le constat est sans appel : le mode actuel de financement des retraites ne peut plus fonctionner.

Second constat de l’analyse, nettement plus gênant : on découvre que le Conseil d’Orientation des Retraites (COR) persiste depuis 20 ans à présenter des chiffres beaucoup plus roses qu’ils ne le sont en réalité, oubliant commodément 33 milliards d’euros de déficits. Ces derniers, provenant du mode de financement (particulièrement généreux et assez peu équitable) des retraites de fonctionnaires, ne sont pas intégrés dans les calculs du COR au motif qu’en tenir compte « stigmatiserait » ces cotisants. Il faut dire que les pensions des anciens fonctionnaires représentent aujourd’hui 15 % du budget général et pèsent donc très lourdement sur les ministères ayant une forte masse salariale qui représente, par exemple, 28 % des dépenses de l’Éducation nationale.

Une fois corrigés, le déficit des retraites est en moyenne de 1,5 % du PIB depuis 2002, soit huit fois plus que le déficit calculé par le COR, fort loin du « quasi-équilibre » des retraites mis en avant par certains et qui justifieraient un statu quo.

Autrement dit, dans son impéritie habituelle, l’État n’a pas été capable de provisionner un tant soit peu d’argent pour financer les retraites de ses propres employés, qui ne doivent le versement de leurs pensions qu’aux efforts de plus en plus importants consentis par les salariés du privé, et qui se traduisent notamment par des tensions aux versements de plus en plus visibles.

Tout compte fait, la situation actuelle des retraites ne tient qu’à l’empilement de dettes, et ce alors que l’État, sous la direction fébrile d’un Macron de plus en plus nerveux, n’a pas arrêté d’en générer comme jamais, passant de 98 % avant l’arrivée au pouvoir du Mozart de la Finance à plus de 116 % à présent. En fait de symphonie budgétaire, le Mozart en question nous joue une véritable charge atonale cacophonique avec un emballement très inquiétant, et ces questions de retraites s’y ajoutent donc avec force.

Il apparaît alors clairement que l’acharnement de Macron à pousser cette réforme des retraites et dans ces termes ne tient encore une fois qu’à sa volonté de ménager le personnel de l’État à commencer, probablement, par celui qui gravite autour de lui et qui pourrait, à tout moment, se retourner vertement contre lui avec tout ce que cela peut supposer de mains moites pour l’actuel occupant de l’Élysée.

Macron ne veut pas sauver les retraites : tout comme « la santé des Français » dont les deux dernières années ont prouvé qu’il n’avait absolument rien à carrer, tout comme « la sécurité des Français » dont l’état général d’insécurité dans le pays montre qu’il n’y prête, là aussi, absolument aucune attention, tout comme « le bien-être des Français » dont l’actuelle crise énergétique montre qu’il s’en fiche éperdument, les retraites des Français lui « en touchent une sans bouger l’autre ».

Ce que veut Macron, c’est garantir que l’État et ses agents continueront de travailler encore un peu, quelques années tout au plus, pour lui assurer une fin de mandat pas trop bousculée, ni plus ni moins.

Et s’il faut, pour cela, reculer l’âge de la retraite de ces pourceaux de salariés du privé, qu’il en soit ainsi.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Déjà que les fonctionnaires sont épuisés par leur 32h de présence hebdomadaire devant la machine à café, on ne va pas encore leur imposer de partir plus tard à la retraite. Il faut prendre en compte la pénibilité du travail pour l’âge de départ.

  • Ce qui est le plus gênant, c’est l’usage des « rentrées d’argent escomptées » par cette supposée réforme.
    Il semble que notre président veut affecter les nouvelles recettes à l’école à…. à autre chose que les retraites. (vu dans la presse)
    C’est parfaitement inadmissible, l’argent des retraites ne doit servir qu’aux retraites. Que le système soit par répartition ou par capitalisation, tout « détournement » relève du scandale. La retraite est construite sur une partie des salaires, donc d’une part de son travail. Il y a déjà d’autres prélèvements pour les autres postes budgétaires.
    Le sujet est trop complexe pour nos technocrates qui se font appeler « élite ». Bien se souvenir qu’un de nos académiciens parle de « la bêtise des intelligents » .
    Dans la réforme prévue précédemment, il apparaissait clairement que l’état voulait faire « main basse » sur les réserves de certaines caisses…..

    10
    • … Faire main basse sur les caisses du privée en gros excédentaire ou à peu près à l’équilibre pour compenser les déficits des caisses des fonctionnaires… non pris en compte par l’COR… Une belle affaire en effet.

  • On met en place un CNR pour changer de méthode, pour concerter, et on menace du 49/3 pour passer quoi qu’il en coûte… beau foutage de gueule quand même.
    Bien sûr on évoque pas le déficit chronique des pensions de la fonction publique ou le siphonnage des régimes indépendants excédentaires.
    A titre d’exemple, la caisse autonome des chirurgiens dentistes à de quoi tenir 8 ans sur ses réserves même en stoppant net tous ses appels à cotisation. On pourrait baisser ladite cotisation, meuh non bien sur, mieux vaut l’intégrer au régime général pour la rendre déficitaire et pleurer pour une nouvelle hausse des cotisations!

  • Bravo pour cet article

  • Il va falloir de plus en plus de vaseline. Jusqu’à la rupture du stock.
    Tout va bien se passer, c’est certain.

    • A condition que les stocks stratégiques de vaseline soient au plus haut et que Mme Sibeth Ndiaye nous explique comment bien l’utiliser

  • Le gros problémes des retraites, avec le chomage de masse institutionalisé depuis 50 ans, ce sont les regimes spéciaux.
    Le plus beau spécimen c’est celui des fonctionnaires, c’est 6 Millions de personnes.
    Le préalable a tout est l’arret de tous les regimes spéciaux, Pour les senateurs, les deputés, Anciens présidents, un traitement de choc extremement brutal s’impose.
    ça ouvrirait des perspectives !

  • Démonstration, s’il en était encore besoin, de la stupidité de la retraite à 60 ans. Ce n’est pas la seule stupidité, mais c’est la mère de toutes les autres

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un entretien mené par Matthieu Creson pour la la Revue Politique et Parlementaire. 

 

Pascal Salin est économiste, professeur émérite de l’université Paris-Dauphine, et fut président de la société du Mont-Pèlerin de 1994 à 1996.

Parmi les ouvrages qu’il a publiés, citons notamment La Vérité sur la monnaie (Paris, Odile Jacob, 1990), Libéralisme (Paris, Odile Jacob, 2000), Français, n’ayez pas peur du libéralisme (Paris, Odile Jacob, 2007), Revenir au capitalisme pour éviter les crises (Paris, Odile Jacob, 2010), La T... Poursuivre la lecture

Suisse
3
Sauvegarder cet article
La réforme de l'AVS (assurance-vieillesse et survivants) passe de justesse

Alors qu'en France on s'interroge sur la procédure à suivre au Parlement – consultations ou passage en force, l'un n'excluant pas l'autre – pour réformer notre système de retraites qui en aurait grand besoin, et qu'on s'achemine vers une confrontation de muscles plutôt que de cerveaux, l'ensemble des Suisses en âge de voter s'est vu conférer le pouvoir de décision en vertu de la Constitution pour un objet et d'une demande de référendum pour l'autre.

(Sou... Poursuivre la lecture

L’âge de la retraite semble avoir beaucoup d’intérêt pour les candidats, il n’en a pratiquement pas pour les retraités actuels et futurs.

Certes l’âge de la retraite est désormais au cœur de la campagne électorale. Dans son allocution de lundi soir le Premier ministre a annoncé non seulement son soutien inconditionnel au candidat Macron (ce qui était surprenant et courageux) mais aussi sa certitude que les tout premiers jours du nouveau président (« reconduit » a-t-il dit avant de corriger pour « réélu ») seraient consacrés à la réform... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles