Le plan Marshall n’a pas relevé l’Allemagne après-guerre

Le plan Marshall n’a pas reconstruit l’Allemagne après la Seconde Guerre mondiale. C’est la monnaie quis’en est chargée.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3
20 US Dollar - Credit to https://www.semtrio.com/ By: Jack Sem - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le plan Marshall n’a pas relevé l’Allemagne après-guerre

Publié le 12 septembre 2022
- A +

Par Christian Monson.

En 1939, l’Allemagne avait un PIB de près de 400 milliards de dollars, ayant dépassé l’URSS pour en faire la deuxième économie la plus puissante du monde, derrière les États-Unis. En 1946, après des années de guerre, le PIB de l’Allemagne était tombé à seulement 160 milliards de dollars, soit moins que le Royaume-Uni et la France. La production alimentaire avait été réduite de 50 %, le parc immobilier de 20 % et la production industrielle de 33 %.

Pourtant, en 1955, le PIB allemand était revenu à près de 400 milliards de dollars, dépassant à nouveau celui du Royaume-Uni. La production industrielle avait quadruplé en 1958, avec un taux de croissance constant d’environ 8 % par an tout au long des années 1950.

Ce « miracle économique » est communément appelé le Wirtschaftswunder. Mais comment l’Allemagne est-elle passée des décombres à la richesse en l’espace d’une décennie, alors que des pays neutres comme l’Espagne se contentaient de faire du sur place ? Si vous demandez à un étudiant en histoire américain moyen, il vous répondra le plan Marshall, bien sûr !

 

Le plan Marshall en tant que propagande

Malheureusement, l’omniprésence du mythe selon lequel le plan Marshall a reconstruit l’Allemagne est la preuve que l’enseignement contrôlé par l’État favorise la propagande au détriment de la culture économique. Bien que la plupart des historiens modernes n’accordent pas beaucoup de crédit au plan Marshall pour la reconstruction de l’Allemagne et lui attribuent moins de 5 % du revenu national de l’Allemagne pendant sa mise en œuvre, les manuels d’histoire standard le placent toujours au premier plan de la discussion sur la reconstruction d’après-guerre.

Considérez cette section de l’histoire mondiale de McDougal Littell (p. 968), le manuel que j’ai reçu au lycée :

Ce programme d’aide, appelé plan Marshall, devait fournir de la nourriture, des machines et d’autres matériaux pour reconstruire l’Europe occidentale. Alors que le Congrès débattait de ce programme de 12,5 milliards de dollars en 1948, les communistes ont pris le pouvoir en Tchécoslovaquie. Le Congrès a immédiatement voté l’approbation. Le plan est un succès spectaculaire.

Bien entendu, le manuel ne mentionne pas la cause réelle du Wirtschaftwunder : une politique économique saine. C’est parce que, pour l’État, le plan Marshall constitue une excellente mythologie étatiste.

Non seulement il est fréquemment évoqué pour justifier l’implication des États-Unis dans des conflits étrangers, mais il apporte tout simplement un soutien à la planification centrale. Il suffit de regarder le miracle économique que le gouvernement a pu créer grâce au crédit facile, disent-ils.

Et bien sûr, admettre que les milliards de dollars injectés en Allemagne après la Seconde Guerre mondiale n’ont pratiquement rien donné, surtout si on les compare à quelque chose d’aussi simple qu’une monnaie saine, reviendrait à admettre que le gouvernement passe le plus clair de son temps à se rendre utile alors qu’il ne l’est pas, et qu’il ne fait donc rien d’autre que de gêner…

 

La vérité dérangeante de la réforme monétaire

Il est peu probable que vous trouviez la véritable cause du Wirtschaftwunder mentionnée dans un manuel d’histoire de lycée, mais voici ce qu’elle était.

En 1948, l’économiste et futur chancelier d’Allemagne de l’Ouest Ludwig Erhard a été choisi par le Conseil économique professionnel comme directeur de l’économie. Il a ensuite libéralisé l’économie ouest-allemande grâce à un certain nombre de bonnes politiques, la plus importante étant la réforme monétaire.

La monnaie utilisée en Allemagne immédiatement après la Seconde Guerre mondiale était encore le reichsmark, et les nazis, puis les autorités soviétiques d’occupation, avaient considérablement augmenté le montant en circulation. Par conséquent, en 1948, le reichsmark était tellement sans valeur que les gens se sont mis à utiliser des cigarettes et du café comme monnaie.

Pour donner aux gens une véritable réserve de valeur afin qu’ils puissent calculer les coûts économiques avec précision, évaluer les risques et investir dans l’avenir, Erhard crée le deutsche mark, la nouvelle monnaie de l’Allemagne de l’Ouest. Comme on arrache un pansement, il a réduit la masse monétaire de 93 % en une nuit.

Il convient également de noter que si Erhard, suivant son école d’ordolibéralisme, a créé une banque centrale, celle-ci était au moins conçue de manière indépendante du gouvernement et a suivi une politique de monnaie dure (préservant une quantité stable de monnaie) pendant toute la durée du Wirtschaftswunder. En fait, la Bank Deutsche Länder d’origine avait une portée plutôt limitée jusqu’à ce qu’elle soit réorganisée pour devenir la Bundesbank, beaucoup plus centralisée, en 1957, soit au moment où le miracle économique allemand a commencé à s’essouffler.

Parmi les autres politiques libérales notables instaurées par Erhard, citons la suppression de tout contrôle des prix et la réduction des impôts, qui sont passés de l’absurde 85 % des nazis à 18 %. Les autorités professionnelles américaines s’opposent à ces réformes, mais Erhard les met tout de même en œuvre. Cette libéralisation a un effet immédiat. Le marché noir disparaît presque du jour au lendemain et en un an la production industrielle a presque doublé.

Le plus poignant est peut-être que le chômage est passé de plus de 10 % à environ 1 % à la fin des années 1950. Normalement, le gouvernement tente de justifier la manipulation de la monnaie comme un moyen d’éliminer le chômage, mais le Wirtschaftwunder est la preuve qu’une monnaie saine fait bien mieux l’affaire…

 

Que nous apprend l’Histoire sur le plan Marshall

Alors, que peut nous apprendre la vérité du Wirtschaftswunder, sinon que le gouvernement préfère sa propre promotion à une véritable éducation économique ? Alors que les politiciens détruisent de plus en plus nos économies par une politique monétaire inflationniste tout en essayant de nous convaincre que ces mêmes politiques sont le seul moyen de nous sauver, les leçons de l’Allemagne d’après-guerre ne deviennent que plus pertinentes.

Ce que j’ai toujours retenu principalement, c’est la simplicité et la rapidité du Wirtschaftswunder. Pendant que la Réserve fédérale débat sans fin pour savoir s’il faut augmenter les taux et dans quelle mesure, notre économie est de plus en plus alourdie par des investissements mal calculés, des prix en hausse et des salaires qui stagnent. Les riches régulateurs qui ont la main sur l’imprimante à billets peuvent faire passer ces problèmes pour compliqués, mais regardez comment l’économie post-apocalyptique de l’Allemagne d’après-guerre s’est rétablie en quelques mois seulement grâce à la monnaie saine, à la déréglementation et aux faibles impôts.

Nos politiciens et banquiers centraux admettront-ils jamais un remède aussi simple ? Tant qu’ils pourront nous le cacher, j’en doute.

Sur le web

Traduction Justine Colinet pour Contrepoints

Article publié initialement le 28 mars 2022

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Merci pour cette analyse très instructive. Comme beaucoup, j’iamage, j’ai toujours pense que le plan Marshall avait relevé non seulement l’Allemagne mais , d’une certaine façon, l’Europe dans son ensemble.

    • N’oublions pas que, comme d’hab aux USA, ce plan avait comme première utilité de sauver l’économie américaine, lui laissant le temps de passer d’une économie de guerre à une économie de production civile. Le risque d’une crise à la 1929 était donc écarté. Cerise sur le gâteau : ouverture illimitée des marchés européens, cause principale de notre naufrage actuel.

      -1
      • @RX33
        Saiver l’économie américaine en prêtant des millions de $ aux européens ? Il est possible que les dirigeants américains de l’époque y ait cru mais j’en doute. Donner de l’argent à vos clients pour qu’ils achètent votre production, c’est se tirer une balle dans le pied. Le but ultime de tout échange économique c’est l’achat, pas la vente. En fait, le gouvernement américain a juste continué dans ce en quoi lui et ses semblables excellent (et qui est à l’origine de la crise de 29 qu’il a ainsi prolongé pendant 17 ans) : créer de la monnaie.

  • Excellente analyse, merci.

  • On peut ajouter, que le président Franklin Delano Roosevelt (décédé en avril 1945) est arrivé en Europe avec l’idée de démanteler les colonies européennes. Il fallait remonter l’économie américaine en pleine surproduction et affaiblir l’Europe de l’époque considérée comme trop puissante. Heureusement son successeur Harry S. Truman était plus francophile. En plus des billets de « deutsche marks », il y avait aussi une nouvelle « monnaie française » que De Gaule a refusé. La Conférence de Yalta qui a suivi a profondément marqué notre histoire et a encore une forte influence géopolitique de nos jours.

  • Dans le même ordre d’idées. Un miracle s’est produit aussi au Perú. En 1970 le pays était ruiné par une guerre civile et une hyperinflation de 1000%. J’ai payé une nuit d’hôtel avec trois sacs de grand magasin remplis de billets. Ils n’ont pas été comptés. En 4 ans le pays est devenu prospère. Des réformes libérales qui ont conduit ce pays malgré les gouvernement étatistes qui ont suivi vers une prospérité et une diminution de la pauvreté. Ce miracle n’est jamais expliqué nulle part. La gauche s’empresse de le cacher derrière une soit disant dictature du gouvernement de Fujimori. L’auteur de ce miracle fut le ministre de l’économie Bologna.

  • Certes, mais symboliquement.. ça envoyait un message à l’allemagne d’un autre calibre que ce qui s’est passé en 1918!!!

    le plan marshall est un élément de la doctrine américaine.. qui disait le peuple allemand ou japonais n’est pas l’ennemi des usa!!! ce n’est pas rien..

    confiance, crédit..sécurité.. stabilité conditions de la prospérité..

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Reiner Marcowitz.

 

Le chancelier social-démocrate Olaf Scholz a déclaré lors de la session extraordinaire du Bundestag du 27 février 2022, en référence à l’invasion de l’Ukraine par la Russie qui avait commencé trois jours plus tôt : « Nous vivons un changement d’époque. »

Il a répété cette même formule lors du discours de politique générale européenne qu’il a prononcé le 29 août dernier à l’université Charles à Prague.

Ce changement d’époque (zeitenwende) est notamment marqué, pour Berlin, par une nouvel... Poursuivre la lecture

Quand se présente une crise d’envergure, les partis et mouvements politiques bourdonnent d’explications en sens contraire, fonction de leurs intérêts et préjugés. C’est d’autant plus vrai dans des pays tels la Belgique, l’Allemagne et la France dont la presse relaie les thèses les plus fantaisistes des écologistes en politique.

Tentons de démêler le principal de l’accessoire.

La crise énergétique de l’Europe est d’abord la crise, non d’un système, mais d’un pays. Ce pays, c’est l’Allemagne.

 

La transition énergé... Poursuivre la lecture

Après Berlusconi et Salvini, Meloni sera t-il le nouveau nom de la droite en Europe ? L’ancienne ministre de la Jeunesse du dernier gouvernement Berlusconi et présidente de la formation nationaliste Fratelli d’Italia est favorite pour devenir présidente du Conseil à l’issue des élections du 25 septembre grâce à une alliance incluant notamment les mouvements des deux anciens hommes forts de la droite italienne.

En Suède, la victoire du bloc de droite et en particulier des Démocrates de Suède lors des élections générales du 11 septembre ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles