Transition énergétique : et si la liberté économique était la solution ?

La liberté économique, la transparence des prix et la concurrence loyale sont les meilleurs atouts de la transition énergétique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Croissance entrepreneurs écologie (Crédits davetoaster, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Transition énergétique : et si la liberté économique était la solution ?

Publié le 1 septembre 2022
- A +

Les déboires subis actuellement par la filière nucléaire mettent en danger la sûreté de l’approvisionnement en électricité à un coût raisonnable pour les particuliers comme pour les entreprises. La promesse de l’État stratège d’être en capacité de fournir une énergie abondante, sûre et abordable est battue en brèche… Cette situation doit être considérée comme une occasion de diversifier et de décentraliser la production d’électricité.

Comment arbitrer de la manière la plus efficace possible pour nous adapter à la raréfaction des ressources, faire face aux besoins croissants en énergie, renforcer notre indépendance énergétique et préserver la compétitivité de nos entreprises ?

Nous pensons que les prix libres et la liberté économique sont la solution.

Seuls des prix libres et la possibilité offerte aux entreprises productrices d’électricité ou aux particuliers de vendre leur production aux prix du marché peuvent fournir les incitations qui nous permettrons de  nous adapter… Sans constructivisme ni planification centralisée.

Pour permettre au marché libre de stimuler la création de solutions innovantes de production d’énergie et pour laisser l’ordre spontané arbitrer entre les différentes options, les informations capitales dont ont besoin les intervenants sont les prix réels. Les subventions doivent donc être bannies pour la filière nucléaire comme pour les ENR, car elles constituent une distorsion de la concurrence et des prix.

La transparence des coûts doit prendre en compte l’ensemble du cycle de vie des produits et des formes d’énergie… Dans le cas du nucléaire par exemple, le prix du KWH doit tenir compte du démantèlement des centrales, de la dépollution des sites, du coût de la gestion des déchets à très long terme ainsi que d’une prime d’assurance pour faire face à une éventuelle catastrophe.

Avec cette manière rationnelle, transparente et équilibrée de calculer le prix du KwH d’électricité nucléaire, il est probable que de nombreux futurs projets de production d’énergie à base de technologies propres et innovantes puissent être rapidement rentables et compétitifs.

La politique suivie par le gouvernement français est une sorte de double pensée qui d’une part sous-estime le coût réel de l’électricité provenant de la fission nucléaire, une technologie parvenue à maturité, gênant ainsi l’émergence de solutions alternatives et d’autre part subventionne lourdement des ENR qui ne correspondent probablement pas aux solutions qu’un véritable marché libre ferait émerger.

La diversification des productions d’énergie électrique est une nécessité pour garantir  l’approvisionnement des consommateurs comme le démontre l’incroyable épisode actuel de la filière nucléaire en quasi monopole en France avec 28 des 56 réacteurs que compte notre pays à l’arrêt. La volatilité actuelle des prix n’est pas le résultat du marché libre mais bien du monopole de gros intervenants soutenus par l’État. Il est peu probable qu’un acteur privé se débrouille pour avoir la moitié de son outil de production en maintenance en pleine envolée des prix.

Un véritable marché libre européen constitué de très nombreux intervenants parfaitement interconnectés doit aboutir à des prix stables et en baisse comme cela s’est toujours vérifié lors de l’ouverture de marchés à la concurrence (téléphonie, internet).

 

Contre la planification étatique

La planification étatique et centralisée de la production électrique n’est pas adaptée à la période de destruction créatrice shumpétérienne que nous vivons dans ce domaine.

Les ENR ne sont certes pas matures actuellement mais des découvertes et des innovations prometteuses voient le jour régulièrement comme les panneaux solaires à haut rendements, le stockage des pics d’électricité solaire sous forme de chaleur ou sous forme solide. Personne actuellement n’est capable d’imaginer les technologies qui seront pertinentes dans quelques années. La seule certitude est que le prix de la production d’énergie nucléaire ne devrait pas baisser car c’est une technologie mature basée sur une ressource non renouvelable tandis que le prix du KWH solaire par exemple ne cesse de décroître. Pour profiter à plein de cette destruction créatrice et offrir à notre pays l’opportunité de devenir un leader de ces technologies d’avenir, la seule solution est le laissez faire, c’est à dire un État garant des prix libres et d’une concurrence loyale qui laisse l’initiative privée se déployer localement sans lui opposer d’entraves bureaucratiques excessives.

Pour que ce système puisse fonctionner convenablement, une refonte du marché européen de l’énergie doit être mise sur la table afin d’améliorer l’interconnexion des différents réseaux, cette interconnexion permettant un lissage des prix et une intégration optimale des ENR existantes au réseau. Les prix fixés arbitrairement par l’État ne sont bien entendu pas compatibles avec un marché libre et pénalisent les consommateurs qui payent en réalité une partie de leurs factures d’énergie sous forme de taxes et d’impôts qui seront ensuite distribués de façon plus ou moins opaque aux producteurs d’énergie.

Ces prix artificiellement bas diminuent les incitations économiques qui devraient être le moteur de la transition énergétique.

Les dispositifs actuels tels que la loi NOME adoptée en 2010, (nouvelle organisation du marché de l’énergie) et l’ARENH (accès régulé à l’électricité nucléaire historique) qui obligent EDF à vendre une proportion importante de sa production à un prix dérisoire à ses concurrents sont bien évidemment le contraire d’un marché libre, dynamique et interconnecté, nous pensons qu’ils devraient être supprimés.

Pour nos industriels qui ont besoin de stabilité des prix de l’énergie, les solutions existent et sont déjà appliquées, ce sont les contrats de fourniture long terme.

Par exemple, le consortium Exeltium, constitué de 27 industriels gros consommateurs d’électricité a signé en 2010 un contrat d’approvisionnement sur 24 ans afin de s’assurer une fourniture d’une quantité d’électricité à un prix compétitif fixe sur cette période.

Nous pensons que le marché européen des droits d’émission de carbone, qui est une taxe d’incitation (100 euros la tonne de CO2 émise), n’est pas un problème pour la compétitivité de nos entreprises à condition qu’elle soit complétée par un mécanisme d’ajustement aux frontières de l’Union européenne, faisant payer cette taxe aux pays étrangers qui souhaitent vendre leurs produits en Europe afin de rétablir une concurrence loyale.

Ces taxes écologiques peuvent permettre de faciliter la transition énergétique et la relocalisation de l’économie, gage d’une baisse substantielle de la pollution liée aux transports, de plein emploi et de résilience pour l’Europe.

Le gouvernement insiste lourdement sur la nécessité d’efforts très importants de baisse de la consommation d’énergie à réaliser pour les particuliers et les entreprises.

Comment faire respecter ce type d’injonctions gouvernementales sans tomber dans la société de surveillance ? Sans tomber dans l’écologie punitive que nous rejetons ?

Là encore, nous pensons que seuls les prix libres de l’énergie sont à même de fournir les incitations requises : la rénovation énergétique des bâtiments et la sobriété énergétique des entreprises se feront naturellement car ce sera rentable, tout simplement.

La liberté économique, la transparence des prix et la concurrence loyale sont les meilleurs atouts de la transition énergétique.

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • J’ai bien peur que l’adhesion des collectivistes au narratif climatique ait pour but de supprimer la liberté économique..

    quant au concept de transition énergétique.. ces « nous » devons faire des « renouvelables »..

    le nous et la liberté économique ne font pas bon ménage;

    • l’ interconnexion a un cout… certes elle conduit à des économies mais aussi la possibilité de crise systémique plus large..et autres problèmes!!! par exemple le traitreux « droit » au réseau..

      le sujet est QUI LA PAIE!!! et ce qu’on a pour ce prix..

      le collectivisme explique toujours qu’il permet de réduire les couts..collectifs..via la perte de liberté du consommateur..

      vous ne semblez pas vouloir comprendre que la recherche du cout minimum n’est jamais ce qui détermine un consommateur.. il faut ajouter à qualité donnée;
      alors certes en terme des qualité du courant en 50hz…
      mais le consommateur a le droit de pouvoir boycotter…
      qui le gaz qui le charbon qui le nucleaire..

      l’interconnexion ne va pas de soi…

      sympatoche de savoir que je paie pour le réseau du gars perdu au fond de la cambrousse pour qu’il puisse vendre de façon forcée son électricité solaire parasite à edf ….

      la production électrique a une forte force qui tend à créer des monopoles locaux ..à cause du prix de revient justement …pas besoin de forcer.. sinon…

      • Jaques je vous rappelle que vous n’êtes pas obligé de vous interconnecter.
        C’est très simple: il suffit de résilier votre Abonnement électrique, votre abonnement au gaz si vous en avez un et vous vous sentirez LIBRE… Enfin démerdez vous comme vous pouvez après… Sauf cas particulier, vous allez très vite regretter le confort de l’interconnexion!

        Pour rappel, le gars au fond de sa cambrouse est peut être celui qui a produit ce que vous avez mangé a midi, je ne crois pas que lui interdire l’accès au courant soit une bonne chose. Et quelle limite de distance vous placez dans ce cas?

        De plus essayez de raccorder une maison éloignée actuellement, vous allez voir combien ça vous coute! C’est plus « la bonne époque », Enedis vous fait largement participer aux frais, ça chiffre très vite.

  • Il faudrait que les medias et à la classe politique
    se débarrassent de leurs idéologies stupides et ruineuses, et acquièrent le niveau de la 1 ère année de licence en économie. Apprendre par exemple la loi de l’offre et de la demande, ce qui serait un premier pas.
    Autant dire rêver.

  • Article intéressant sur le plan économique, mais il nous révèle la faiblesse scientifique de nos décideurs. D’abord pourquoi une transition énergétique ? de toute évidence, toutes les solutions écologiques proposées sont plus énergivores. Les calculs d’enthalpie sont systématiquement ignorés en amont et aval des process avancés, donc les énergies mises en jeu. (au passage on peut se demander si l’apprentissage des ces calculs étaient bien compris….). Alors bien évidement, il faut « compenser » le(s) « déficit(s) » par des subventions et « forcer » les réalités. L’auteur suggère que l’on ne peut pas prévoir les découvertes technologiques, en fait certaines idées ne résistent pas à l’analyse d’un bilan thermodynamique, alors éliminons celles-ci et concentrons nous sur d’autres pistes. J’oubliais, si c’est pour le climat l’effet de l’homme est plutôt réduit : https://www.nasa.gov/feature/goddard/2021/direct-observations-confirm-that-humans-are-throwing-earth-s-energy-budget-off-balance. Alors 0.5W/m2 quand on ne sait pas déterminer au watt/m2 prés l’énergie reçue par le soleil, qu’elle fluctue…, on est dans l’épaisseur du trait. Enfin l’épisode de sècheresse actuel est la conjugaison du phénomène « La Nina » (qui dure depuis plus de deux ans), avec la trajectoire de la terre qui traverse actuellement des bouffées d’énergie envoyées par le soleil (voir activité solaire).

  • Mais, notre transition énergétique a été faite il y a longtemps… Charbon vers nucléaire…. Actuellement il s’agit de régression énergétique.

  • Le marché actuel de l’électricité me fait penser à Coluche :
    – Tout le monde est capable d’inventer un système incapable de marcher !

  • « Avec cette manière rationnelle, transparente et équilibrée de calculer le prix du KwH d’électricité nucléaire, il est probable que de nombreux futurs projets de production d’énergie à base de technologies propres et innovantes puissent être rapidement rentables et compétitifs. »

    B’en NON! Les couts de déconstruction, gestion des déchets sont déjà inclus dans les couts calculés et représentent relativement peanuts .

    Quant à l’assurance, de mémoire, c’est de l’ordre de 20€ du MWH (Cout des catastrophes divisé par la production totale). Ce qui ramène le nucléaire (bien géré) à qq chose comme 50€ le MWh pour les installations amorties et autour de 80 pour les autres… Comme le risque est très faible, mais la catastrophe gigantesque, en pratique, aucun assureur privé n’assure ce type de risque qui reviens a l’état ( sur son existence, le parc francais aurait déja couté environ 300 milliards d’euros économisés car il ne s’est rien passé…)

    Actuellement, le manque d’énergie fait monter le prix spot a du 1K€ le MWh… C’est sans commune mesure…

    Certes l’offre demande non faussée dans ce secteur aurait un effet bénéfique sur l’adaptation des façons de consommer au specificitées du parc de production et vice versa, mais la nature des diverses sources rends l’équation compliquée et très imprévisible:
    Certains système de production comme les ENR ou le nucléaire ont un cout marginal proche de 0, ce qui fait qu’en phase de surproduction, le cout du MWH tend vers 0. Inversement une situation de sous production fait tendre le prix spot vers des sommets. L’ennui pour les ENR, c’est que le prix de vente est null quand ça produit beaucoup et élevé quand vous produisez pas!
    Vu que c’est des investissements trés capitalistiques aux résultats incertains, les opérateurs libres vont se rabattre sur du plus prévisible, soit les combustibles fossiles (faible investissement, fort cout de fonctionnement) qui au final sera pas brillant.

  • Si je comprends bien, il y aurait des taxes incitatives, à ne pas confondre avec des taxes punitives, et pourvu qu’on taxe suffisamment et équitablement tout ce qui bouge, on pourrait quand même parler de liberté économique, de transparence des prix et de concurrence loyale, donc tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Ben non.
    Cet article fourmille de bonnes idées, mais se retient, on ne sait pourquoi, de les mener à leur terme. Et leur terme, c’est de faire confiance à ces bonnes idées pour définir sans directives le résultat. On ne doit pas se préoccuper de la rénovation énergétique des bâtiments ou de la sobriété énergétique des entreprises, ce ne sont pas des objectifs. Les objectifs sont de mieux vivre, et c’est au libre marché de dire si ça passe par la rénovation énergétique des bâtiments, par la construction de nouveaux types de bâtiments, par des modes de vie différents dans les bâtiments tels qu’ils sont, ou par la confiance dans le changement climatique pour avoir chaud l’hiver.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La presque totalité de ce qu’on nomme « énergies renouvelables » sont intermittentes et subies. L’éolien et le solaire dépendent de la météo, l’hydraulique au fil de l’eau dépend du débit des fleuves, les hydroliennes des courants et des marées. On dit qu’elles ne sont pas pilotables à la demande comme le sont les centrales thermiques, nucléaires ou à combustibles fossiles. Mais elles ont d’autres caractéristiques qui les rendent difficilement utilisables sur un réseau électrique interconnecté de haute densité.

 

L’intermitten... Poursuivre la lecture
Écologisme
12
Sauvegarder cet article

Le silence épais des écolos

Tiens, voilà qui est remarquable : alors que tous les feux sont au vert pour les écolos, on ne les entend point. Oui oui, regardez la situation : elle devrait leur être favorable et on devrait les voir monter sur leurs ergots à chaque page de journal, sur chaque plateau télé, sur tous les réseaux sociaux...

Après tout, voilà qu'on crame du charbon comme jamais : 45 % de l'électricité allemande provient des centrales à charbon dont certaines ont été réouvertes récemment. En France, elles n'ont pas redémarré mais les lois qui les y autor... Poursuivre la lecture

Quand se présente une crise d’envergure, les partis et mouvements politiques bourdonnent d’explications en sens contraire, fonction de leurs intérêts et préjugés. C’est d’autant plus vrai dans des pays tels la Belgique, l’Allemagne et la France dont la presse relaie les thèses les plus fantaisistes des écologistes en politique.

Tentons de démêler le principal de l’accessoire.

La crise énergétique de l’Europe est d’abord la crise, non d’un système, mais d’un pays. Ce pays, c’est l’Allemagne.

 

La transition énergé... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles