Ukraine : la communication remplace la diplomatie et la stratégie

Lors du conflit Ukraine-Russie, nous assistons à un remplacement de la diplomatie par la communication publique. Une tendance qui est problématique dans la bonne conduite stratégique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 6
Emmanuel Macron by Mutualité Française (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ukraine : la communication remplace la diplomatie et la stratégie

Publié le 18 août 2022
- A +

La publication d’une partie d’un entretien entre Macron et Poutine n’a pas plu à Moscou. Sergueï Lavrov, ministre des Affaires étrangères russes, a évoqué un manquement à l’étiquette diplomatique. Cet incident diplomatique met en lumière un problème dans la stratégie des dirigeants européens lors du conflit Ukraine-Russie : le remplacement de la diplomatie par la communication publique.

Une tendance qui est problématique dans la bonne conduite stratégique.

 

De la diplomatie entre dirigeants à la communication au grand public en Ukraine

La diplomatie a longtemps été l’affaire des cabinets politiques, des diplomates et des dirigeants. Elle se pratiquait avec une grande discrétion. Y dominait la dimension quasiment secrète des discussions et d’un certain nombre d’actions.

Des aspects particulièrement vrais en temps de crise. Afin d’éviter l’escalade et l’excitation de l’opinion publique, il était souvent nécessaire d’agir dans l’ombre.

Avec la guerre en Ukraine, nous assistons à une domination de la communication publique chez les dirigeants européens. Si celle-ci est nécessaire dans nos sociétés démocratiques à des fins de transparence, elle a revêtu dans le conflit actuel une posture maladroite.

 

Certaines choses ne doivent pas être révélées

Le meilleur exemple de cette maladresse est le discours sur la livraison d’armes à l’Ukraine. Il est habituel que des pays ne voulant pas entrer en guerre envoient des armes aux camps qu’ils souhaitent aider. Néanmoins, dans le passé, ces actions étaient menées avec la plus grande discrétion et inconnues du public.

En effet, les révéler c’est donner du renseignement à l’adversaire, sans compter que le fournisseur d’armes expose au grand jour ses intentions. C’est malheureusement ce qu’ont fait les Européens en annonçant la livraison d’armes mais aussi en dévoilant quel type d’armes : de l’artillerie Caesar pour la France, des blindés anti-aériens pour l’Allemagne.

Cette communication publique autour de la livraison a même abouti à un cafouillage sur la possible livraison d’avion polonais à l’Ukraine début mars.

En l’espèce, elle permet à la Russie de connaître le type d’armement qui va arriver en Ukraine et donc de s’adapter voire de frapper des zones probables où l’armement de l’OTAN est livré : les frappes à l’ouest de l’Ukraine étaient potentiellement dans ce but. Cette posture européenne est contraire à un certain bon sens stratégique qui implique l’imprévisibilité. Au final, l’Europe n’aide pas l’Ukraine en agissant comme cela. Certes, il s’agit de répondre aux demandes d’aide du président ukrainien Zelenski qui joue sur la médiatisation. Mais le bon sens stratégique doit revenir.

 

Une communication de réaction plutôt qu’une stratégie diplomatique sur le moyen et long terme

La communication des dirigeants européens sur l’Ukraine apparait comme une réaction aux évènements. Il s’agit de donner un discours à l’opinion publique. Le problème est que l’impression donnée est celle d’une Europe qui subit. Alors que pour tendre vers une résolution efficace du conflit, il s’agirait d’établir une stratégie sur le moyen et long terme.

Si les Européens ne veulent pas que le sort du continent soit uniquement décidé par les stratèges de Washington et de Moscou, ils doivent retrouver le goût de la stratégie et de la diplomatie.

Article publié initialement le 8 juillet 2022

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Au chaud dans les palais dorés de la République, les technocrates ne connaissent pas l’action, l’ENA leur a uniquement appris à communiquer, c’est-à-dire à justifier tout et son contraire : c’est le triomphe du en même temps !
    Nous n’avons plus de politiques, seulement de médiocres gestionnaires très intelligents qui ruinent le pays, tout nos indicateurs sont dans le rouge et apparemment la diplomatie vient rejoindre l’éducation, la santé etc.

    12
    • « …très intelligents » ??
      Compte tenu des résultats nous sommes en droit d’en douter sérieusement.

  • De manière plus générale, qu’il s’agisse de politique, d’économie, de justice, d’instruction, de science, de sécurité ou de défense, on voit bien que désormais la compétence a cédé la place au bavardage.

    10
  • Les « dirigeants » européens ont pour mission d’être la courroie de transmission des Américains, la stratégie et la diplomatie ne font pas partie des compétences qui leur sont demandées.
    Les décisions de santé publique se font sous le secret défense, par contre les discussions diplomatiques sont mises sur la place publique et, disons-le, les premières intéressent bien plus la population que les secondes. Cherchez la malveillance ….
    Et si on ne garantit plus la confidentialité à ses contacts étrangers, on ne reçoit plus aucune confidence et on doit décider à l’aveugle ….

  • la Diplomatie demande de l’intelligence…

  • moi je dirais surtout que ce qui est bizarre c’est la demi guerre…

    nous ne sommes PAS en guerre…il faut le rappeler..

  • Macron se comporte comme un ado attardé et perturbé par des poussées de testostérone.
    Il se met en scène en tenue de commando en essayant de gonfler les biceps qu’il n’a pas ou en bras de chemise en plein call international, comme dit son nouvel ami Karl Olive.
    Tout cela est relayé par un service de propagande grossier qui salit l’image de la France.

  • Que penser du départ des forces militaires Françaises du Mali et qui sont remplacés par Wagner. C’est un déficit diplomatique ?, financier ? ou tout simplement un déficit de stratégie du président qui n’a pas vu le long terme, « exemple départ de Pierre De Villiers »

  • Pour un peu, on pourrait se croire dans une série style soap ! C’est dramatique et dangereux !

  • « Au final, l’Europe n’aide pas l’Ukraine en agissant comme cela » : est-ce bien réel que l’UE et les USA veulent aider l’Ukraine, ou bien veulent-elles plutôt défendre leurs propres pré carrés respectifs situés en Ukraine ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un entretien mené par Matthieu Creson pour la la Revue Politique et Parlementaire. 

 

Pascal Salin est économiste, professeur émérite de l’université Paris-Dauphine, et fut président de la société du Mont-Pèlerin de 1994 à 1996.

Parmi les ouvrages qu’il a publiés, citons notamment La Vérité sur la monnaie (Paris, Odile Jacob, 1990), Libéralisme (Paris, Odile Jacob, 2000), Français, n’ayez pas peur du libéralisme (Paris, Odile Jacob, 2007), Revenir au capitalisme pour éviter les crises (Paris, Odile Jacob, 2010), La T... Poursuivre la lecture

Par Ryan McMaken.

 

Au cours des deux dernières semaines, la Pologne et les États baltes ont tous fermé leurs frontières à la plupart des Russes qui cherchent à les franchir, en particulier ceux qui voyagent avec un visa de tourisme. L'interdiction des voyageurs russes (jusqu'à présent) ne restreint pas l'entrée en Pologne et dans les pays baltes des Russes provenant d'autres pays de l'espace Schengen. Cependant, depuis samedi dernier, la Finlande s'oriente également vers une interdiction des voyageurs russes et va plus loi... Poursuivre la lecture

La victoire écrasante de l’union des droites en Italie ce dimanche inquiète autant qu’elle réjouit. La percée de la droite radicale incarnée par Giorgia Meloni suit de près celle des démocrates de Suède (SD) survenue deux semaines auparavant. En France, la gauche hurle au (post)fascisme et l’extrême droite reprend espoir, y voyant une victoire par procuration. Le centre technocratique accuse le coup également mais dissimule mal son malaise.

La semaine dernière, madame Meloni a bénéficié d’un soutien particulièrement inattendu (et invol... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles