L’aide à l’Ukraine face au défi de la corruption

Un problème persiste en Ukraine comme en Russie : la corruption endémique des pays.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’aide à l’Ukraine face au défi de la corruption

Publié le 10 août 2022
- A +

La banque mondiale a débloqué 4,5 milliards de dollars pour l’Ukraine afin de l’aider à faire face aux conséquences économiques de la guerre. Ces fonds sont fournis par les États-Unis. Le gouvernement ukrainien recevra le financement par tranches, en commençant par un décaissement de 3 milliards de dollars en août. Un problème persiste néanmoins : la corruption endémique du pays. Un défi de taille pour la bonne utilisation de l’aide à l’Ukraine.

 

Le problème de la corruption en Europe de l’Est

La corruption reste très importante dans l’ex-bloc soviétique et tout particulièrement dans les pays qui ne sont pas dans l’UE. L’index de transparency international, une Organisation non gouvernementale dédiée à la lutte contre la corruption, donne des éléments intéressants.

En matière de perception de la corruption, l’Ukraine est classée 122e sur 180 pour le Soudan du sud, pays à la dernière place. Son classement est meilleur que celui de la Russie (136e) mais inférieur à celui de la Biélorussie (82e) pourtant réputée comme un régime autoritaire.

En comparaison, la Bulgarie, le pays considéré le plus corrompu de l’UE, est classée 78e.

Une situation qui tranche avec l’autre point chaud géopolitique : Taïwan est classée 25e en matière de corruption. Un résultat digne des pays occidentaux qu’elle dépasse pour certains (comme les États-Unis ou l’Italie).

La Géorgie est quant à elle classée 45e.  Ce pays est dans une situation proche de l’Ukraine d’avant-guerre : il se trouve aux frontières de la Russie et connait des problèmes de régions indépendantistes contrôlées par la Russie.

Ce problème de corruption est de nouveau mis en avant par la presse occidentale.

 

L’oligarchie postsoviétique : un problème commun à la Russie et à l’Ukraine

Comme le rappelle le Woodrow Wilson International Center :

« L’oligarchie postsoviétique reposait sur l’inséparabilité de la richesse économique, de l’influence politique et des réseaux personnels. Elle réunissait les administrateurs publics, la police, les juges, les parlementaires et les politiciens dans des clans stables et des pyramides patronales, chaînes verticales de relations personnelles qui reliaient un clan à de nombreux groupes sociaux subordonnés. »

L’absence de séparation entre le secteur public et le secteur privé fut vecteur d’un capitalisme de connivence qui a empêché le développement d’une économie saine. Cette situation a touché aussi bien l’Ukraine et la Russie.

Comme le rappelle le Wilson center, le problème des oligarques est que cette situation ne présentait pas que des inconvénients. La corruption engendrée par les oligarques a empêché l’émergence d’une démocratie libérale basée sur le respect du droit de propriété. Mais les oligarques étant divisés en clans, ce système a empêché une concentration des pouvoirs autour d’une personnalité autoritaire. L’affrontement entre clans a ainsi permis d’assurer une certaine liberté pour les citoyens, les oligarques étant occupés à s’affronter.

Ainsi en Russie, la lutte de Poutine contre les oligarques a eu pour conséquence un retour en force de l’État et une consolidation du pouvoir du dirigeant russe. Zelensky a eu cette volonté de s’attaquer à l’oligarchie et a, dès avant la guerre, mis en place un système anti-oligarchie.

Dès lors, le dilemme de ses pays reste de choisir entre la corruption et l’autoritarisme. Dans les faits les deux sont présents.

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • J’ai de rares amis un peu filous. Mais aucun violent. Je laisse ça à d’autres, que je ne fréquente pas.

    • La violence préserve donc de la filouterie 🙂

      • Que non !
        J’évite les polyvalents du vice.

        • Vous évitez qui vous voulez, mais les vices ne sont pas des crimes. Et les filous sont des criminels. Faut pas confondre.

          • 1. La filouterie est un délit, ign.re.
            2. L’acte violent est vite et souvent un crime.
            3. Les vices sont l’un, l’autre ou rien.
            4. Vous ne semblez pas avoir compris que je ne parlais pas de moi.
            Dois-je vous rappeler que de tous ceux qui n’ont rien (d’intelligent) à dire, les plus intéressants sont ceux qui se taisent ?

  • La corruption n’est pas le seul problème, beaucoup plus dangereuse est la mafia de trafic d’armes qui se sert largement dans les livraisons occidentales

  • Il serait intéressant que vous argumentiez… Quel est ce système anti-oligarchique mis en place par Zelensky … autrement que dans la fiction dans laquelle il jouait le rôle principal ?
    Ce que l’on semble savoir en recoupant les sources çà et là, et c’est bien entendu sujet à vérifications, c’est que Zelensky est fortement lié au milliardaire Kolomoïsky, propriétaire de la chaine de télé sur laquelle il officiait, également actionnaire majoritaire de Burisma Holdings, dont la société gazière payait assez bien (50 k$ / mois) le fils Biden pour être membre de son conseil d’administration, et selon, les Pandora papers (toujours à vérifier…), Zelensky dispose de biens immobiliers à Londres ainsi que de quelques économies…
    Zelensky est automatiquement devenu un saint, et l’Ukraine un modèle de démocratie, le 24 février, et peut-être est-ce le cas, mais ses éventuels efforts pour mettre au pas les oligarques de son pays méritent d’être plus amplement détaillés.

    • Il y aurait comme des rumeurs qu’il toucherait du backchiche sur le flux de gaz qui travaerse l’ukraine. Il est vrai que curieusement alors que zelensky demande la fermeture des sociétées européennes en russie, il ne ferme pas le robinet… Curieux… Ou pas…

    • En ce qui concerne la démocratie, le 24 février est le tombeau de sa version ukrainienne car tous les partis d’opposition ont été interdits. Churchill et Roosevelt n’ont pas fait cela à la déclaration de guerre

  • Pas grave, entre pays corrompus l’argent circule très bien, d’ailleurs l’argent donne à l’Ukraine retourne rapidement avec un bonus entre les mains du corrupteur

  • Fortune estimée de Zelensky : entre 1 et 2 milliards de dollars.
    Fortune estimée de Klitschko (Maire de Kiev) : entre 200 et 300 millions de dollars.
    Dans un pays où le revenu mensuel moyen est de 200 dollars.
    Amusant non ?

    • D’autant qu’il semble que la majeure partie de la fortune de Zelensky, élu sur la promesse de combattre la corruption, ait été acquise après cette élection.

    • Pour Klitschko on va dire que le revenu moyen ukrainien n’a jamais été pour lui… Devenir champion du monde de boxe poids lourds puis défendre ce titre plusieurs fois victorieusement doit rapporter un peu plus. Sa fortune ne me choque donc pas, au contraire de celle de Zelensky

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Ryan McMaken.

 

Au cours des deux dernières semaines, la Pologne et les États baltes ont tous fermé leurs frontières à la plupart des Russes qui cherchent à les franchir, en particulier ceux qui voyagent avec un visa de tourisme. L'interdiction des voyageurs russes (jusqu'à présent) ne restreint pas l'entrée en Pologne et dans les pays baltes des Russes provenant d'autres pays de l'espace Schengen. Cependant, depuis samedi dernier, la Finlande s'oriente également vers une interdiction des voyageurs russes et va plus loi... Poursuivre la lecture

Vladimir Poutine a donc annoncé la mobilisation. Il n’avait pas le choix. L’armée russe est sur le point d’être désintégrée, s’il n’est d’ailleurs pas déjà trop tard. La situation en Ukraine est un réel cauchemar pour ses troupes qui subissent revers après revers depuis 7 mois que dure l’expédition spéciale. Une opération qui peut d’ailleurs être qualifiée de spéciale surtout parce que spécialement mal préparée par excès de confiance et spécialement mal servie par une succession d’erreurs et de retards sur les événements.

Les meilleure... Poursuivre la lecture

Vendredi, Contrepoints proposait un article intitulé « Les sanctions contre le Kremlin sont justifiées d’un point de vue libéral ».

Curieux, je me suis demandé comment ces sanctions pourraient trouver une quelconque justification libérale. Et malheureusement, je dois dire que la lecture de l’article n'a pas apporté de réponse à ma question. Bien au contraire, les arguments que j’y ai lu sont à mon avis symptomatiques d’un profond désaccord sur la nature du libéralisme. En ne s’intéressant qu’aux conséquences collectives et hypothétique... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles