Le communisme a laissé des traces en France

Le communisme, même s’il n’existe pratiquement plus en tant qu’organisations officielles, inspire les mentalités d’un grand nombre de français.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
Photo by Steve Harvey on Unsplash https://unsplash.com/photos/fZAyIk-51Es

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le communisme a laissé des traces en France

Publié le 31 décembre 2021
- A +

Le parti communiste français (PCF) a été créé en 1920 et a eu un rôle politique important après la Seconde Guerre mondiale. Mais il a perdu ce rôle depuis beaucoup d’années. Certes, en principe, le parti communiste français existe encore, mais on n’en entend jamais parler car il ne joue aucun rôle public important.

Ainsi en 2021 ce parti a perdu sa dernière présidence de conseil départemental. Il dispose encore un nombre limité d’adhérents et son journal, L’Humanité, existe encore (mais est fort rarement évoqué).

On a donc le sentiment que le communisme n’existe plus. Mais s’il n’a plus de rôle politique précis on peut tout de même se demander si le mode de pensée communiste subsiste malgré tout. De ce point de vue on peut donc considérer comme utile de pouvoir définir ce qu’est un mode de pensée communiste.

Le marxisme est toujours là

On peut penser à juste titre que le marxisme est la pensée qui a inspiré les communistes. Le marxisme est opposé au capitalisme car les marxistes considèrent que les entrepreneurs capitalistes exploitent les salariés et qu’ils leur sont nuisibles.

On en tire la conséquence qu’il convient que l’État puisse limiter ou empêcher ce pouvoir de domination arbitraire. Pour cela il conviendrait que l’État impose des règlementations en faveur des salariés ou bien que les entreprises privées soient remplacées par des entreprises publiques.

Ces dernières sont considérées par les communistes comme non critiquables car on suppose que les politiciens agissent en fonction du bien commun et pas pour obtenir des gains individuels (contrairement à ce qui est supposé pour les entrepreneurs capitalistes).

Ceci est absurde car les entreprises capitalistes ne constituent pas des systèmes de domination des entrepreneurs sur les salariés, mais des ensembles de contrats volontaires, en particulier entre entrepreneurs et salariés.

Cependant la liberté des individus dans les décisions concernant les contrats est en grande partie limitée par les actions étatiques. Ainsi la règlementation concernant la durée du travail (par exemple hebdomadaire) constitue une contrainte sur les salariés mais aussi évidemment sur les entrepreneurs.

Méfiance française du capitalisme

Si, contrairement à l’idéologie communiste, la liberté des salariés n’est pas détruite par les entrepreneurs, elle est maintenant détruite par l’État.  Comme on le sait la France constitue l’un des pays du monde où la fiscalité est la plus importante, ainsi que la règlementation. On peut l’interpréter comme la conséquence d’une mentalité hostile à la liberté des entreprises capitalistes, comme cela résulte des conceptions communistes.

Il est par ailleurs caractéristique des mentalités françaises que le capitalisme soit souvent critiqué en France. On prétend que les crises économiques sont dues au capitalisme ou à ce qui est bizarrement désigné par néocapitalisme en France.

Et nombreux sont ceux qui reprochent au capitalisme d’être à l’origine de problèmes économiques, par exemple une faible croissance économique ou un taux de chômage élevé. Mais on peut démontrer qu’en réalité toutes ces difficultés économiques sont dues aux politiques publiques et aux politiques monétaires.

À titre d’exemple de cette situation française dans laquelle beaucoup peuvent être considérés comme communistes en tant que critiques du capitalisme, on peut citer une déclaration récente d’Emmanuel Macron.

En effet en 2019 il a dénoncé devant l’Organisation internationale du travail à Genève les dérives d’un « capitalisme devenu fou ». On peut certes considérer que ces déclarations faites par des politiciens contre le capitalisme français consistent essentiellement pour eux à justifier les politiques économiques publiques.

Mais les critiques du capitalisme sont souvent faites par beaucoup d’autres personnes et c’est pourquoi l’on peut considérer que même s’il n’existe pratiquement plus en tant qu’organisations officielles, le communisme inspire beaucoup les mentalités d’un grand nombre de Français.

 

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Ce qu’on a aussi est pas mal d’étatisme.. avec la conviction chez beaucoup qu’il va de soi que l’etat se mêle de tout, au point que ombre d’opposants au communisme en appelle à l’état pour l’interdire..

    Le français moyen est loi d’etre convaincu des idées libérales qui pourtant constitue le fondement supposé de la république. La liberté des autres est ce qu’il sacrifie en premier.

    Je ne peux pas m’emepecher de faire le rapprochement avec la défense de la liberté d’expression par la gauche naguère…et la défense de la liberté économique par la droite ou ce qu’il en reste.

    circonstanciel..

    le français moyen ne connait pas l’opinionde Bastiat ( je crois) sur état, mais il a parfaitement compris son fonctionnement.

  • Pour « L’humanité », j’ai eu la curiosité de regarder les aides à la presse 2017 et j’ai constaté avec surprise le fort biais de ces subsides ( en € / numéro ) :
    – 0,462 pour l’Humanité ( le plus subsidié de tous )
    – 0,242 pour Libération ( le deuxième plus subsidié )
    – 0,058 pour Le Figaro
    – 0,056 pour Le Monde
    – 0,022 pour Le Point

  • Emmanuel Macron, qui en tant que ministre de l’Economie a présidé à la vente à la découpe d’Alcatel dans des conditions plus que douteuses, qui lui ont valu le soutien de tous les acteurs du capitalisme français de connivence (cf. rapport de la commission Marleix), est très bien placé pour parler du « capitalisme devenu fou »…

  • Le communisme est comme « l’alien » du film : l’héroïne le tue à la fin, mais… il a pondu ses oeufs partout ! Surtout dans l’éducation et la culture, comme convenu entre de Gaulle et le PCF au sortir de la guerre. Cela mena à mai 68, et l’épidémie gagna la plupart des médias. Comment avec tout cela, une majorité des Français pourrait-elle échapper à l’influence idéologique du communisme ?

  • Il y a chez beaucoup de français de l idolâtrie pour l etat . Ils sont convaincus que l etat est une entité incarnée qui veut le bien du peuple et le leur. Et de fait cet état a permis à bcp de vivre au-dessus de leur moyens : école , santé, garderies, retraites . Mais comme dans tout pays communiste il y aura la fin de la récré : la fin de l argent des autres, la fin du quoi qu il en coûte , le réveil sera brutal et terrible.

  • L’économie me laisse perplexe, et je pose quelques questions : depuis que le troc a été remplacé par « l’argent », peut-on dire que les redistributions correspondent à du travail ? (idem pour les emprunts d’état ? (sauf planche à billets). Autre question : si un organisme vivant a besoin de régulation pour éviter un cancer, l’économie a-t-elle besoin de régulation, pour éviter des monstres financiers ? Le libéralisme paraît être le plus adapté, mais avec des règles d’éthique. Quel est le bon modèle ? sans tomber dans les extrêmes. Alors oui le marxisme a laissé des traces, car c’est un excès. Et les redistributions sans contrepartie me paraissent sans fondement.

    • « l’économie a-t-elle besoin de régulation, pour éviter des monstres financiers ?  »
      La bonne question serait plutôt: qu’est ce qui dans l’économie favorise l’apparition de « monstres financiers »?
      Si un monstre financier apparaît ( exemple les Gafam, prenons Amazon par exemple), je serais tenté de répondre qu’Amazon répond à un besoin de plus en plus de consommateurs, mais aussi de commerçants qui utilisent ses services, parce qu’Amazon bénéficie d’une position dominante sur le marché. Mais cette position dominante d’Amazon n’existe que parce qu’il n’existe pas en face un ou des services concurrents suffisamment puissants. Et pourquoi? Parce que en France ( et en Europe aussi) les réglementations tatillonnes imposées par les Etats tuent dans l’œuf toute velléité de développement de services analogues!

    • « l’économie a-t-elle besoin de régulation, pour éviter des monstres financiers ?  »
      La bonne question serait plutôt: qu’est ce qui dans l’économie favorise l’apparition de « monstres financiers »?
      Si un monstre financier apparaît ( exemple les Gafam, prenons Amazon par exemple), je serais tenté de répondre qu’Amazon répond à un besoin de plus en plus de consommateurs, mais aussi de commerçants qui utilisent ses services, parce qu’Amazon bénéficie d’une position dominante sur le marché. Mais cette position dominante d’Amazon n’existe que parce qu’il n’existe pas en face un ou des services concurrents suffisamment puissants. Et pourquoi? Parce que en France ( et en Europe aussi) les réglementations tatillonnes imposées par les Etats tuent dans l’œuf toute velléité de développement de services analogues!

  • Mais, le. Communisme n’est pas mort, ils sont tous communistes mais ont choisi d’autres noms pour nous tromper…. La France politique est communiste, les français… Allez savoir, leur éducation laisse à désirer et pour cause….. La caractéristique principale d’un monde communiste est… La corruption dans tous les domaines de la vie…

  • Un ami communiste me disait: « Gali, si vous êtes 10 naufragés qui débarquent sur une île déserte, vous allez bien sûr partager, non?? » Or si l’île est déserte, c’est qu’il ne doit pas y avoir grand chose à parrtager. Et si sur les 10 se trouvent 1 audacieux capable de ramener un marcassin et 1 industrieux capable de construire un foyer pour le cuire… nous serons sauvés. 2 sur 10 me semble la proportion d’individus capables de générer des richesses sur cette planète, et c’est là tout le problème du partage équitable…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Albin Wagener. Un article de The Conversation.

Considéré avant tout comme un emblème très actuel de la (contre-) culture web, les mèmes pullulent désormais sur les boards (ces plates-formes collaboratives alternatives comme 4chan, Reddit ou 9gag) ou les réseaux sociaux – et ont même permis l’émergence de groupes de chineurs de mèmes (ou neurchi), dédiés au rassemblement de consommateurs et de producteurs de mèmes, attirant ainsi à nouveau une population plus jeune sur Facebook. Mais les mèmes ne sont pas que de simples objets humor... Poursuivre la lecture

Un article de l'IREF Europe.

La campagne électorale pour l’élection présidentielle part mal. Comme les précédentes au demeurant. La pauvreté des débats, le flou des programmes, le pragmatisme revendiqué à l’envi par la plupart des candidats n’augurent rien de bon. La médiocrité de beaucoup de nos hommes politiques les plus connus, obnubilés par la pandémie, ne peut que produire un débat atone, réduit aux petites phrases et aux coups tordus, loin des grands principes. Parmi ceux-ci, la subsidiarité fait une nouvelle fois figure de paren... Poursuivre la lecture

À l’occasion du 400ème anniversaire de la naissance de Molière le 15 janvier 1622, j’ai le plaisir de vous proposer la relecture de cet article écrit en avril 2015 :

Les réseaux sociaux, et même la presse la plus conventionnelle, s'étaient bien amusés en découvrant les  programmes scolaires prévus pour la rentrée 2016. Ces derniers étaient en effet truffés d’expressions compliquées d’apparence ultra-savante qui donnent à la moindre activité scolaire un vernis hautement intellectuel, et surtout prétentieux, à défaut de proposer un conte... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles