4 caractéristiques ont fait de Milton Friedman un vrai défenseur de la liberté

Vous ne saurez peut-être jamais quel impact vous avez eu, mais cela ne veut pas dire que vous n’en avez pas eu.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
friedman

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

4 caractéristiques ont fait de Milton Friedman un vrai défenseur de la liberté

Publié le 8 août 2022
- A +

Par Paul Cwik.

Ordres exécutifs ! Masques obligatoires ! Confinement ! Allons-nous perdre notre pays ? Dans quelques années, le reconnaîtrons-nous ? Beaucoup de gens sont inquiets que la gauche soit en mouvement et qu’elle prenne le pouvoir.

Que pouvons-nous faire ?

C’est cette dernière question que l’on me pose le plus souvent et, honnêtement, je me la pose aussi assez souvent. Que pouvons-nous faire ? Parfois, en replaçant un problème plus important dans le contexte d’une situation plus petite, je peux trouver un peu de clarté.

Dans ma ville, une voisine a décidé qu’elle allait agir parce qu’elle n’aimait pas les arbres. Sa stratégie consistait à lancer une pétition, recueillir des signatures, puis la présenter au conseil municipal. Il y a quelques semaines, elle a publié sa pétition sur les médias sociaux et a obtenu près de 200 signatures en quelques jours seulement. Cela a attiré l’attention de l’un des membres du conseil, qui défend désormais sa cause.

Alors, quel était le problème ? Dans ma ville, lorsqu’un promoteur défriche un terrain pour un projet immobilier, une ordonnance édicte que 10 % des arbres doivent être conservés. Dans les villes voisines, l’ordonnance précise 30 %. Ainsi, les cris ont jailli, « Pourquoi devrions-nous être moins verts que nos voisins ? Ne méritons-nous pas tous de vivre dans des villes agréables aussi ? »

Bien sûr, cette proposition me pose de graves problèmes. Le plus gênant est qu’il viole les droits de propriété privée de quelqu’un. Dans un véritable marché libre, que devrait-il se passer si une personne veut préserver des arbres ? La réponse est simple : laissez la acheter la propriété et préserver les arbres. Évidemment, cette approche peut devenir assez coûteuse pour une seule personne.

Une alternative proche consiste à former un groupe (à but non lucratif), mettre en commun des fonds et demander au groupe d’acheter la propriété ; ou peut-être simplement acheter les droits sur les arbres.

En d’autres termes, le groupe pourrait négocier avec le propriétaire une rémunération pour la préservation des arbres. Canards Illimités Canada procède ainsi avec les agriculteurs pour préserver les habitats des canards. Quels que soient les détails spécifiques, l’essentiel est que le propriétaire ait le contrôle de la propriété. Avoir le droit de décider, voilà ce que signifie la propriété. La pétition présentée par mon voisin enlève au propriétaire une partie (plus importante) du contrôle et la transfère au gouvernement. En réduisant ce que le propriétaire peut faire avec son bien, la valeur de ce dernier diminue. Cette activité est un taking, un vol par l’État, ou ce que Frédéric Bastiat appellerait un pillage légal.

Maintenant, appliquons notre question à cette situation : « Que pouvons-nous faire ? »

Je suppose que je pourrais l’attaquer physiquement, la confronter verbalement ou utiliser les médias sociaux pour l’interpeller, mais ce sont des options terribles et les moins prudentes. La violence ne fait que détourner les gens de votre cause.

Devenir son adversaire est une approche perdante à long terme. Et surtout, les insultes font-elles jamais changer d’avis les gens ? Non, aucune de ces approches ne fonctionnera. De plus, je veux que mes voisins m’apprécient, et réciproquement. Je veux m’entendre avec tout le monde. La difficulté, c’est que je dois persuader non seulement mon voisin, mais aussi un grand nombre de personnes.

Il faut que je parvienne à les faire changer d’avis. Que puis-je faire ?

Pour persuader quelqu’un, vous devez d’abord découvrir pourquoi il n’est pas d’accord avec vous. Il existe de nombreuses possibilités. Sa vision du monde est-elle différente parce qu’il a simplement regardé les mauvais chiffres ? Si les chiffres ne sont pas à la base de ses conclusions, tous les chiffres du monde ne sont pas susceptibles de le faire changer d’avis.

Sa vision du monde repose-t-elle sur une théorie erronée, comme le keynésianisme ou la théorie marxiste de la valeur du travail ? Si vous pouvez le découvrir, vous pourrez alors raisonner ensemble et trouver une solution.

Le plus souvent, il ne s’agit pas simplement de trouver les bonnes données ou de corriger un élément de logique défectueuse. Les gens se comportent rarement de cette manière. Lorsque je lis les arguments présentés dans les médias sociaux, ils sont généralement centrés sur les données ou la théorie. « Regardez mes chiffres ! » « Votre théorie est défectueuse car il lui manque... » Combien de fois avez-vous vu un point de vue fermement engagé être modifié par un chiffre ou un argument logique ?

Habituellement, lorsqu’on nous présente des données ou une théorie avec lesquelles nous sommes en désaccord, nous cherchons des chiffres et des théories qui soutiennent nos conclusions. Il n’est pas facile de modifier une conclusion profondément ancrée. Je peux dire par expérience que lorsque j’ai changé d’avis sur la légalisation des drogues, il m’a fallu des années d’arguments, beaucoup de données et une prédisposition au libertarisme pour y parvenir. Ce que je veux dire, c’est que ce n’est pas une tâche facile qui peut être accomplie en quelques tweets.

Je constate qu’en discutant de sujets d’économie politique avec mes voisins, ils arrivent souvent à leurs conclusions à partir de l’un des trois points suivants : une position émotionnelle, un point de vue moral, ou rien du tout – une sorte d’indifférence. Très souvent, c’est un mélange des trois.

Une réaction typique paraphrasée pourrait être la suivante : « J’ai l’impression que c’est juste parce que cela semble équitable, mais je ne veux pas y réfléchir trop profondément. » Le résultat de cet état d’esprit conduit mon voisin à recueillir très rapidement 200 signatures pour sauver quelques arbres anonymes et théoriques. Quel est le coût de la signature de la pétition ? Cela ne prend que quelques instants. Alors que l’avantage est que le signataire est satisfait d’être du côté d’une bonne cause. Qui peut être contre le fait de sauver des arbres ?

Ce que nous avons ici est un microcosme des problèmes nationaux. Pour résoudre les problèmes plus importants que nous observons au niveau national, nous devons commencer au niveau local. La clé, c’est de commencer. Ne vous contentez pas de vous plaindre. Rester silencieux sur la touche ne sert à rien. Pour améliorer la société, nous devons agir. Nous devons donc nous exprimer.

Mais comment ?

Récemment, j’ai regardé la série télévisée Free to Choose de Milton Friedman (1980). Je dois admettre que je n’avais jamais regardé plus que de simples extraits auparavant. Et même si je ne suis pas d’accord avec son monétarisme, je peux affirmer qu’il était un débatteur et un exposant magistral des marchés libres. Qu’est-ce qui rendait Milton Friedman si bon ?

Je pense que quatre points clés le rendaient si efficace.

 

1. Friedman connaissait son sujet

Il est vrai qu’être super intelligent aide ainsi qu’avoir la capacité de se rappeler des faits et des chiffres aussi facilement que de respirer. Néanmoins, nous pouvons tous améliorer notre compréhension.

Le créateur de la Foundation For Economic Education (FEE), Leonard Read, avait quelque chose à dire sur la connaissance.

Lors d’une conférence, Read a fait éteindre les lumières. Il a ensuite allumé une bougie électrique sur le réglage le plus bas.

Nous sommes tous des bougies. Lorsque nous commençons, nous sommes sur le réglage le plus faible. Au fur et à mesure que nous acquérons des connaissances, notre luminosité augmente. Cela attire l’œil. Les gens commencent à nous remarquer.

Nous avons tous le potentiel d’augmenter notre luminosité et de devenir des lumières pour le monde.

 

2. Friedman avait toujours le sourire

La règle d’or consistant à traiter les gens comme vous aimeriez être traité, peut faire ou défaire votre argument.

En d’autres termes, la façon dont vous présentez votre point est généralement plus persuasive que son contenu. Comment réagiriez-vous si quelqu’un vous criait au visage ? Si vous êtes agréable et que vous traitez les gens comme vos amis et vos voisins, ils vous sont acquis.

 

3. Friedman a demandé aux gens de réfléchir à la situation dans son ensemble

Réfléchir à un problème dans un contexte plus large est l’objectif de l’ouvrage Economics in One Lesson de Henry Hazlitt.

La leçon d’Hazlitt est que nous devons toujours tenir compte des conséquences intentionnelles et non intentionnelles d’une action. Les effets directs et immédiats sur un individu ou un petit groupe sont importants. Cependant, nous devons également tenir compte des effets indirects et à long terme sur tous les groupes.

En omettant cette perspective plus large, nous ne considérons que des demi-vérités.

 

4. Friedman a toujours écouté l’autre partie

C’est peut-être la compétence la plus difficile à maîtriser.

Lorsque l’autre personne parle, est-ce que nous écoutons ce qu’elle dit ou est-ce que nous attendons simplement notre tour pour faire valoir notre point de vue ? En écoutant les préoccupations de notre interlocuteur, nous pouvons faire preuve d’empathie. Nous pouvons montrer que nous partageons, nous aussi, un objectif ou une préoccupation commune. En trouvant ce point commun, nous pouvons créer un pont et une connexion, ce qui peut nous rapprocher et non nous éloigner.

 

Revenons à mon problème local. En utilisant les techniques ci-dessus, quelle est la bonne stratégie à adopter ici ? En écoutant, je peux comprendre que mon voisin se soucie de l’environnement. Je m’en soucie aussi. Je ne pense pas non plus que mon voisin veuille porter atteinte à la valeur de la propriété d’autrui. Nos objectifs sont les mêmes, ce sont nos approches qui sont différentes. En établissant un lien, en proposant une alternative positive, qui évite l’impact négatif d’un prélèvement gouvernemental effectif, nous pouvons raisonner ensemble.

De plus, en étant attentif, je peux découvrir une valeur qui pourrait plaire à mon voisin de gauche. Par exemple, dans ce cas, la question du logement abordable. En utilisant la compétence n° 3, qui consiste à observer la situation dans son ensemble, je pourrais faire remarquer que l’augmentation des coûts pour les promoteurs entraîne une hausse des prix des logements, ce qui va à l’encontre du logement abordable. Une fois le lien établi, nous pouvons envisager d’autres points, comme l’équité. Par exemple, « Est-il juste de prendre, sans compensation, l’usage et la valeur de cette propriété ? »

Enfin, nous avons besoin d’un substitut pour rediriger son impulsion pour les arbres. Répondre « ne rien faire » n’est généralement pas attrayant, du moins pas sur le plan émotionnel. Nous devons donc rediriger et canaliser cette énergie vers un résultat alternatif qui favorise le même objectif, à savoir davantage d’arbres. Bien sûr, cette étape est la plus difficile. Les réponses du marché libre aux problèmes sont rarement simples. Souvent, elles impliquent de réfléchir en plusieurs étapes. Thomas Sowell appelle cela « penser au-delà de la première étape« .

Au fil des années, j’ai débattu avec de nombreuses personnes. Certains débats se sont révélés positifs, d’autres négatifs, on ne peut pas tous les gagner. Cela demande patience et bonne humeur. Et avec le temps, comme l’eau qui érode la roche, vous constaterez vous aussi que vous faites une brèche dans l’édifice inébranlable qui se dresse devant vous.

En quoi cela change-t-il le tableau d’ensemble ?

Soyons réalistes, nous devons admettre que cela ne change peut-être rien. Cependant, nous pouvons être certains que rien ne changera si nous n’essayons pas au moins. En commençant localement, nous avons plus d’influence. Avez-vous déjà assisté à une réunion du conseil municipal ? Ces réunions sont généralement vides, même avant le covid, et votre voix aura une résonance beaucoup plus grande lorsque vous vous exprimerez.

Lawrence W. Reed nous rappelle également que le courage est contagieux. Nous devons donner le bon exemple. Lorsque les gens voient d’autres personnes adopter une position fondée sur des principes, ils sont encouragés à les rejoindre.

En outre, vous ne saurez peut-être jamais quel impact à long terme vous avez sur les autres. Néanmoins, lorsqu’ils sont présentés avec bonne humeur, les bons arguments réfléchis font mouche. Vous ne saurez peut-être jamais quel impact vous avez, mais cela ne signifie pas que vous n’en avez pas eu.

Je pense que nos arguments sont les bons. Je pense que chacun devrait être libre. Je pense que les marchés libres sont plus à même de générer des richesses pour tous, riches et pauvres, et je sais que les marchés libres sont plus moraux que leurs alternatives. Si vous et moi travaillons ensemble sur ce sujet, si nous ne perdons pas courage, si nous persistons, je crois que nous pourrons finalement rallumer la lumière de la liberté et changer la direction de nos communautés et de notre nation.

 

Traduction Contrepoints

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un entretien mené par Matthieu Creson pour la la Revue Politique et Parlementaire. 

 

Pascal Salin est économiste, professeur émérite de l’université Paris-Dauphine, et fut président de la société du Mont-Pèlerin de 1994 à 1996.

Parmi les ouvrages qu’il a publiés, citons notamment La Vérité sur la monnaie (Paris, Odile Jacob, 1990), Libéralisme (Paris, Odile Jacob, 2000), Français, n’ayez pas peur du libéralisme (Paris, Odile Jacob, 2007), Revenir au capitalisme pour éviter les crises (Paris, Odile Jacob, 2010), La T... Poursuivre la lecture

Je suis souvent interrogé sur la façon dont la doctrine libérale traite du chômage et de la couverture de cet accident financièrement et humainement dramatique. Après le rejet par le Conseil d’État du projet de réforme de l'assurance chômage, la réponse libérale prend toute sa valeur, même si elle est a priori surprenante.

Telle que je la professe, après tant d’autres, la doctrine libérale dit à peu près ceci :

Le chômage est un accident inévitable mais mineur quand le marché du travail est libre et concurrentiel. La couverture de... Poursuivre la lecture
Bastiat
2
Sauvegarder cet article

Par Dan Sanchez.

 

Que faudrait-il pour que la liberté redevienne "une idée dont le temps est venu" ?

Ou, comme l'a dit Leonard Read, "De quoi la philosophie de la liberté a-t-elle le plus besoin ? ».

Sa réponse était : "de plusieurs milliers de penseurs créatifs, d'écrivains, de bavards, comme Frédéric Bastiat l'a été pour la philosophie de la liberté...".

Read estimait que dix mille pourraient faire l'affaire.

"Dix mille Bastiat ?" écrit-il, sachant que c'est un défi de taille. "Eh bien, diffic... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles