États-Unis : la novlangue continue de détruire le pays

Pendant qu’on torture le langage économique avec de la novlangue aux États-Unis, le FBI montre ses étranges priorités.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 4
Joe Biden at McKinley Elementary School By: Phil Roeder - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

États-Unis : la novlangue continue de détruire le pays

Publié le 7 août 2022
- A +

Aux États-Unis comme ailleurs, la novlangue corrompt de plus en plus le langage. Sous l’impulsion de la mouvance woke, on s’efforce de complètement redéfinir des mots afin d’excuser leurs pires exactions.

On croyait le secteur de l’économie protégé de ces inepties. C’est grandement sous-estimer la stupidité des politiciens…

En effet, selon les définitions classiques, les États-Unis sont entrés en récession après un second trimestre de croissance négative du PIB. Ce fut le cas depuis des décennies, y compris sous la présidence de Trump.

Mais comme les démocrates sont au pouvoir, les laquais des médias s’efforcent de redéfinir ce mot aussi. Non seulement les « vérificateurs » de « faits » censurent toute personne osant parler de la vraie définition du mot – y compris Siri – mais les supposés journalistes interviewent des démocrates radotant leur discours que la situation présente est consistante avec une « période de transition. »

 

Blâmer les autres

En d’autres termes, l’administration Biden continue de se laver les mains de toute responsabilité pour le saccage de l’économie du pays, elle qui avait constamment promis le contraire pour se distinguer supposément de Trump.

Regardez simplement l’inflation. C’est certes un problème ancien, mais son explosion précède largement la guerre en Ukraine. Et si l’inflation avait sa définition classique sous Jim Carter, l’inflation serait près du double de ce qu’elle est.

Mais à aucun moment l’administration Biden n’a accepté ne serait-ce qu’un gramme de responsabilité de ce désastre en cours, passant de la négation au positivisme aux questions de contrôle des prix. Et à chaque fois qu’il y a une baisse des prix de l’essence ou de prix tout court, on se pète les bretelles. On négligera évidemment de parler des hausses subséquentes ou que les baisses sont minuscules par rapport à la hausse initiale…

Comble du comble : on a maintenant l’extrême audace de prétendre qu’un projet de loi intitulé « loi sur la réduction de l’inflation » fera ce qu’il annonce. Mais les vétérans de la politique aux États-Unis savent que le nom d’un projet de loi annonce le contraire de ce qu’il fera – pensez au Patriot Act, qui a établi la TSA et augmenté Big Brother de façon exponentielle. La loi « contre » l’inflation n’y échappe pas, prédisent déjà certains experts.

Non seulement les impôts de la classe moyenne vont augmenter, les entreprises auront un taux minimum d’imposition, mais on doublera les employés à l’agence fiscale fédérale (IRS) pour récolter cette cagnotte qui pourrait couter 30 000 emplois à temps plein. Sans compter tous ces bonbons pour les partisans démocrates qui ne feront que distordre un peu plus l’économie.

 

Taire les vrais problèmes

Mais pendant que l’administration Biden ignore l’inflation et ses effets durables, le FBI, si les commentaires recueillis sont vrais, montre sa politisation pourrie.

Dans un premier temps, des infos « très crédibles » affirment que l’agence fédérale a derechef rejeté toute information au sujet de Hunter Biden, la classant comme désinformation russe. Évident, le tout s’est révélé vrai, ce qui signifie que les médias n’en parleront pas. Au 5 août, CNN, NPR, MSNBC et le New York Times n’ont absolument aucun résultat pour « fbi whistleblower Biden. »

Dans un second temps, un groupe d’enquête conservateur a obtenu des documents internes du FBI montrant comment l’organisation cherche des terroristes domestiques potentiels. Il peut y avoir un fond de vérité dans la documentation ; les gens à tendance d’extrême droite utilisent des symboles comme le casque spartiate (quoique la phrase a une signification historique) ou III %.

Par contre, associer à l’extrémisme les drapeaux anarcho-capitalistes, Gadsden ou Besty Ross (le premier après la déclaration d’indépendance) relève du fascisme et de l’opposition à la dissidence contre le Dieu État. Idem pour les mentions du Second amendement (le droit au port d’arme) ou de massacres perpétrés par le FBI et/ou le gouvernement comme Waco et Ruby Ridge ainsi que les personnes qui y sont mortes.

Bref, les États-Unis continuent leur chute. Non seulement les politiciens refusent de reconnaitre – et encore moins agir pour contrer – l’inflation, mais les organismes fédéraux manigancent pour englober toute personne questionnant la taille du gouvernement avec celles ayant vraiment des desseins destructeurs.

Reste à espérer que l’élection de novembre permettra de mettre un peu d’ordre afin de mener des enquêtes là où les besoins sont criants.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Avatar
    jacques lemiere
    7 août 2022 at 7 h 25 min

    Je crois que ce qui est pire avec le débat sur la recession ou l’inflation, mais surtout it la baisse du pouvoir d’achat … est d’oublier de parler que c’est bel et bien le projet..
    la décroissante est vantée, la sobriété est souhaitée, le bonheur aussi…

    la conversation devrait ëtre :
    « vous avez le projet que nous nous passions de fossiles la hausse devrait vous satisfaire idéologiquement »..
     » pas tout à fait, le projet est la taxation des fossiles et leur utilisation par l’etat pour « investir, car les fossiles sont à la base de toute politique voulant s’en passer »..
    « donc vous nous avez menti les fossiles ne sont pas horribles, ce qui est horrible est que ce soient les simples individus qui les utilisent »
     » on peut voir les choses comme ça »
    « mais…la hausse du prix des fossiles est du coté des consommateurs extrêmement efficace pour baisser leur consommation, sinon investir intelligemment, ce qui est votre objectif , non? »
     » certes »

    « donc si problème il y a c’ets du coté des producteurs et des prospecteurs »..
    « en effet, d’ailleurs nous les incitons à pomper plus »….
     » a vrai dire je ne comprends pas bien ,il me semble que j’en arrive à deux conclusions,
    la premiere, vous avez toujours raison,
    la seconde , ce n’est pas les fossiles l’objectif mais la liberté économique »..
     » comprenez bien que nous y sommes obligés compte tenu du manque d’éducation de nombreuses personnes »
     » mais comment se fai t il que je ne vois pas de personnes éduquées ,vous le premier, qui ne prennent pas les décisions que vous nous forcez à prendre sans leur donner de l’argent pour les aider à devenir pauvres? »
     » oui, il faut comprendre qu’ils sont forcés par la société de pas le faire sans aide »..
    « comment ça? »
    « a cause du prix.. les voitures électriques coutent cher par exemple, l’isolation aussi »
     » ca ne coute pas moins cher si c’est moi qui le paie pour les autres!! et peut être plus car l’argent des autres est plus facile à dépenser.. »
     » c’est caricatural »
    « si vous le dites mais je ne vois pas en quoi ça l’est »..

     » vous en tirez un bénéfice aussi via la consommation de fossiles »
    « comment ça »
    « sa maison isolée consommera moins de fossile il consommera moins »

    « mais moi aussi je consommerai moins!! je ne pourrai pas acheter le fossile vu que j’ai donné mon argent »..
     » tout le monde est content alors!! »
    « pas vraiment lui aura plus d’argent paiera moins pour son chauffage et donc pourra acheter plus de fossiles pour ce qu’il veut; mois j’aurai moins d’argent donc… je suis contraint.. »
    « non les fossiles couteront plus chers donc le subventionné ne consommera pas plus de fossiles »
     » vous avez une boule de cristal? et vous oubliez de dire que moi j’aurai encore moins de moyens pour me chauffer!!! tout ce que je vois est que vous lui avez donné mon argent pour qu’il m »explique qu’il est plus sobre, car en plus il s’en vante!!! « …

    « écoutez on va arrêtez là vous ne voulez pas comprendre, peut être quand vous serez plus éduqué pourrone nous reprendre cette conversation »..

  • La Novlangue ou les Vérités Alternatives – la peste ou le choléra ?

  • Dans le genre bien idiot de la novlangue, il y a le négation de ce qu’est un héros.
    Bien qu’il ait mis fin à une tuerie de masse en cours avec son pistolet (10 coups tirés dont 8 ont fait mouche, à environ 35 mètres !), Elisjshah Dicken n’est pas un héros… et le 2 Amendement n’a pas servi à stopper un crime en cours. (dixit Shannon Watts et les animateurs de « the view ».)
    Bien qu’il ait mis fin au braquage à main armée commis avec un AR15, très illégal dans l’état de New-York, dans sa boutique ouverte du nuit à NYC, avec son fusil (un seul tir) puis après avoir subi un infarctus, l’octogénaire n’est pas un héros pour la gauche.

  • Ce n’est pas de la novlangue, les dirigeants qui redéfinissent les mots et les situations pour embellir leurs bilans, c’est vieux comme le monde

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Lors d’une récente entrevue, une ancienne secrétaire à la Maison Blanche a candidement avoué la stratégie des démocrates lors des élections du mois prochain : se concentrer sur « l’extrémisme » républicain. Car si ces mêmes élections sont un référendum sur les deux dernières années au pouvoir des démocrates, particulièrement au sujet de l’augmentation vertigineuse de la violence, il y aura effectivement un raz-de-marée rouge.

 

Les médias et les démocrates

Il semble que les alliés des démocrates dans les médias avaient comp... Poursuivre la lecture

Outre la santé, l’immigration est sans doute le sujet politique le plus polémique aux États-Unis. Les deux principaux partis se renvoient constamment la balle sans apporter de solution constructive à ce problème criant.

Car n’en déplaise à la vice-présidente, à qui incombe le problème, la frontière est très poreuse. Selon les dernières estimations, deux millions de personnes pourraient avoir traversé la frontière d’ici la fin septembre. On vient même de nuit pour tenter sa chance, et depuis le Pakistan parfois.

Et ce ne sont pas... Poursuivre la lecture

Les propos tenus par Joe Biden lors de l’émission 60 minutes sur CBS dimanche dernier ont provoqué quelques remous au sein du monde des médias comme de la santé.

 

“The pandemic is over. We still have a problem with COVID. We’re still doing a lot of work on it. But the pandemic is over,” President Biden tells 60 Minutes in an interview in Detroit. https://t.co/7SixTE3OMT pic.twitter.com/s5fyjRpYuX

— 60 Minutes (@60Minutes) September 19, 2022

« La pandémie est terminée. Nous avons t... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles