États-Unis : Joe Biden joue au pompier pyromane avec l’inflation

Les actions de l’administration Biden montrent qu’il ne comprend rien à l’inflation.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Joe Biden By: Marc Nozell - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

États-Unis : Joe Biden joue au pompier pyromane avec l’inflation

Publié le 18 novembre 2021
- A +

Depuis des lunes, on se moque des défenseurs de l’École autrichienne d’économie en les traitant de charlatans. Eh bien, comme ce fut le cas en 2008, ils ont facilement pu voir venir la crise économique.

Cette fois-ci – pour le moment – elle n’est qu’inflationniste. Les principaux indicateurs montrent une inflation à 6,2 %, du jamais vu depuis 1990. Évidemment, Joe Biden n’avait d’autre choix que de faire état du problème et promettre de s’y attaquer.

L’inflation aux États-Unis : un problème ancien

Bien que Joe Biden n’aide pas du tout en voulant se fier à la Fed pour soulager le problème, il n’est pas le responsable de cette inflation.

Barack Obama a poursuivi les politiques désastreuses de secours financiers de Bush, et a démarré la planche à billets comme pas un. Sous son règne, la Fed a multiplié son bilan par 2,5 en l’espace de 8 ans.

Sous le gouvernement Trump, dont le niveau de connaissance de l’inflation frôle le zéro absolu, la Fed a presque doublé son bilan en moins de deux ans. Et depuis janvier 2021, la Fed a augmenté son bilan de quelque 16 %.

En somme, la Fed a multiplié par huit la quantité d’argent en circulation depuis la dernière crise. Et comme cet argent a été créé à partir de rien, chaque unité supplémentaire diminue le pouvoir d’achat de la précédente.

Alors n’en déplaise aux dévots de la théorie monétaire dite moderne, l’effet Cantillon est bel et bien réel.

Ignorer les attentes et la réalité 

Mais comme les politiciens n’ont d’intérêt que pour leurs poches et usurper encore plus de pouvoir, ils ne passeront pas de la parole aux actes pour vraiment contrer l’inflation.

C’est particulièrement évident dans le domaine de l’énergie. La secrétaire à l’Énergie trouve hilarant qu’on suggère que le gouvernement puisse aider à soulager les familles d’une hausse de près des 30 % des coûts du carburant. Son conseil (et celui de la Maison Blanche) : serrez-vous la ceinture et absorbez le choc.

Oh, il ne fait pas de doute que l’OPEP a un contrôle sur les prix du pétrole. Mais comme ces derniers dépendent grandement des attentes, réduire l’offre – même potentielle – aura un effet. Et c’est exactement ce que Biden a fait dès son accession au pouvoir – et malgré la promesse du contraire – en mettant fin à toute exploration gazière sur les terres fédérales et la construction du gazoduc Keystone.

Évidemment, les laquais des médias blâmeront ainsi… les compagnies pétrolières de ne pas ouvrir les robinets assez rapidement. Et les vérificateurs de « faits » tairont l’ineptie du siècle : un plan de dépenses de deux billions (12 zéros) n’augmentera ni la dette, ni le déficit.

Bref, le slogan démocrate Build Back Better (mieux reconstruire) est de la novlangue pour « détruire la plèbe. » En effet, l’Américain moyen doit déjà faire face à une hausse vertigineuse du crime dans les grandes villes et à des politiciens qui ont une drôle de perception de la justice.

Maintenant, certains feront face à l’alternative du diable : se nourrir ou se chauffer ? Mais comme l’administration Biden croit encore au mirage vert pour le second point, certains n’auront même pas cette option…

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Elizabeth Nolan Brown.

 

Comment les États réagissent à l'annulation de l'arrêt Roe v. Wade

Depuis l'arrêt de la Cour suprême de vendredi dernier qui a bouleversé la liberté de pratiquer une IVG en Amérique, les États ont pris des mesures pour en restreindre ou en protéger l'accès.

L'adoption de nouvelles interdictions de l'interruption de grossesse prendra au moins un peu de temps. Cependant, un certain nombre d'États ont déjà adopté des dispositifs légaux d'interdictions qui se déclencheraient automatiquement e... Poursuivre la lecture

Je reprends ce que je disais il y a quelques articles à propos de l’inflation qu’on voit repartir gaillardement à la hausse aujourd’hui : s’il ne s’agissait que d’un contretemps purement conjoncturel, résultant uniquement des goulots d’étranglement qui se sont formés dans la chaîne de l’offre consécutivement au redémarrage brutal des activités après la pandémie de covid et maintenant du fait de la guerre russe en Ukraine et des confinements en Chine, les banques centrales n’auraient nullement besoin de s’en préoccuper.

Or elles s’en pr... Poursuivre la lecture

Comme un coup de tonnerre dans un ciel d’été aux États-Unis, l’arrêt emblématique qui faisait de l’avortement un « droit constitutionnel » a été abrogé. Roe v. Wade (1973), confirmé par la suite par l’arrêt Planned Parenthood v. Casey (1992), vient de voir ses conclusions infirmées par l’arrêt Dobbs v. Jackson Women’s Health Organization. Pour les juges, c’est « au peuple et aux représentants élus » d’encadrer la pratique de l’avortement, renvoyant ainsi la balle au Politique.

Affirmer que l’avortement n’est pas protégé par la Constitu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles