Uber files : beaucoup de bruit pour rien ?

La dramatisation de telles « révélations » reconstruit une narration du passé qui stigmatise le seul moment réformiste de l’histoire d’Emmanuel Macron.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3
uber lyft By: Stock Catalog - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Uber files : beaucoup de bruit pour rien ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 12 juillet 2022
- A +

Une nouvelle « affaire » agite le milieu médiatique : de 2014 à 2016 une enquête du Consortium international des journalistes d’investigation publiée dimanche 10 juillet révèle qu’en coopération avec des lobbyistes, le ministre de l’Économie aurait pesé de tout son poids pour qu’Uber s’implante en France. Au cœur du « scandale », un deal entre Emmanuel Macron et Uber autour de la loi Macron 2 : en échange de l’abandon de la mise en place d’Uberpop, Emmanuel Macron a promis de faciliter les conditions d’accès pour devenir chauffeur de VTC. Il s’agissait de calmer la colère des taxis qui voyaient l’arrivée de ce nouveau service, qui proposait aux particuliers de devenir à l’occasion chauffeur privé. Manuel Valls et Bernard Cazeneuve étaient informés de la transaction en cours.

L’« affaire » ne s’arrête pas là.

Dans Le Monde, nous apprenons que des économistes avaient été payés pour « cautionner l’argumentaire des VTC ». En cause, Augustin Landier, professeur à HEC, et Nicolas Bouzou, éditorialiste et directeur du cabinet de conseil Asterès.

Il y a dans cette affaire suffisamment de mots clefs pour susciter l’indignation de la gauche populiste et d’une opinion publique remontée contre un président devenu l’objet de tous les ressentiments. Il n’en fallait pas plus pour qu’Alexis Corbière demande l’ouverture d’une commission d’enquête parlementaire.

Uber files, le nouveau scandale ?

Après Alstom et McKinsey, un nouveau scandale Uber ? Pas si vite.

Qu’Emmanuel Macron manifeste dès 2014 son goût pour l’économie numérique et voit en Uber une opportunité économique pour la France n’est un secret pour personne. Il s’en est même ouvert au journal Le Monde dans un entretien du 6 janvier 2016. Il y défend à l’époque Uber, qu’il voit comme un service donnant accès à l’activité économique à des jeunes « souvent victimes de l’exclusion » :

« On le voit avec l’exemple qu’offre Uber dans la région parisienne : des gens souvent victimes de l’exclusion choisissent l’entrepreneuriat individuel parce que pour beaucoup de jeunes aujourd’hui, c’est plus facile de trouver un client que de trouver un employeur ».

Si manœuvres politiques il y a, elles ne sont pas très discrètes. Ce qui apparait au loin des déclarations publiques du futur président de la République, c’est plutôt un discours libéral engagé en faveur de la mise en concurrence des taxis, ce qui peut tout à fait expliquer l’attitude d’un ministre en charge, après tout, de discuter aussi avec les entreprises et les partenaires économiques qui cherchent à prendre pied en France.

Hier comme aujourd’hui, Uber a mauvaise réputation, et ubérisation est passé dans le vocabulaire courant pour désigner une forme de modèle économique reposant sur le low cost et la dégradation des conditions de travail. Seulement, à l’époque,  Emmanuel Macron semble convaincu de la viabilité du projet et de l’opportunité économique qu’il peut offrir au pays. On aurait apprécié que cette confiance en l’entrepreneuriat pour aider les personnes les plus marginalisées se retrouve dans le Macron 2022.

Quant aux deux « économistes » incriminés pour intelligence avec l’ennemi américain, ils ne cachaient rien du tout. Nicolas Bouzou dirige un cabinet de conseil dont l’objet social est de réaliser des enquêtes économiques rémunérées pour des entreprises et des organismes professionnels.

Dans un communiqué en date du mardi 12, M. Bouzou explique que l’étude d’Uber correspond à une commande, qui respecte par ailleurs les règles déontologiques que le cabinet s’est lui-même fixées.

Augustin Landier expliquait dès 2016 sa participation à l’enquête dans le cadre d’activités de consulting dans un entretien donné au journal Challenges.

Là encore, la position de l’économiste est claire comme du cristal :

« Nous choisissons de proposer nos services à des entreprises dont nous considérons qu’elles proposent des évolutions positives pour la société, avec lesquelles nous sommes d’accord sur le fond. »

Le travail était rémunéré, le tout était public, et les deux auteurs l’ont choisi par conviction, celle libérale d’ouverture à la concurrence contre le monopole des taxis.

Contrepoints n’est pas connu pour sa complaisance avec la Macronie. On peut toutefois s’interroger ici sur la dramatisation de telles « révélations » qui tout en dévoilant méticuleusement les méthodes agressives d’Uber, et la connivence entre lobbyistes et politiques, reconstruit une narration du passé qui stigmatise le seul moment réformiste de l’histoire d’Emmanuel Macron. À croire qu’aujourd’hui, le populisme ayant le vent en poupe, il est devenu criminel de chercher à libéraliser le pays. Cependant, prudence, d’autres informations pourraient compléter celles disponibles pour le moment.

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Un bon petit RSA vaut mieux qu’un entrepreneuriat. Voilà le slogan de la gauche qui veut assujettir la population à l’aumône plutôt que la voir prendre conscience de ce qu’est l’autonomie financière.

  • Ah, Le Monde…
    Le fondateur de Uber a une ascendance juive. Faut-il voir dans ce nouveau combat d’une gauche décomplexée, le retour de l’Immonde ?

    -1
  • Il semblerait que le propriétaire des journaux delateurs n’aime plus leur petit protégé.. Surment un peu de chantage dans l’air..
    Uber, c’est de l’autoentrepenariat en mieux organisé, on ne pouvait pas être contre, c’est l’équivalent de doctolib pour la médecine, indispensable à cause de la pénurie.

    • Les actionnaires du Monde X Niels, M Pigasse, D Kretinsky ….sont des entrepreneurs tout a fait en phase avec les actions menées par E Macron en tant que ministre des finances puis PR….
      De quel chantage s agit il ??? Ou n est ce que du pipotage…….😄😄😄

    • Dire que l’ubérisation est de l’auto-entreprenariat (et, en mieux organisé !), comparer UBER à Doctolib, il faut oser.

  • L’auto-entrepreuraniat peut réussir à condition qu’il concerne des personnes capables de savoir gérer leur création. Malheureusement, ce n’est pas souvent le cas et c’est bien pour cette raison qu’au bout de quelques mois, même pas d’années, ces auto-entreprises périclitent. C’est du rêve qui est vendu, pas de la réalité, malheureureusement, et c’est doublement pénalisant pour ceux qui se sont investis.

    -2
    • tout le monde n’est pas capable de créer ou gérer une entreprise, tout le monde n’a pas les qualités pour être patron.
      Est-ce la faute d’Uber ?
      Faut-il interdire la création d’entreprises au motif que certains échoueront ?
      Mais c’est justement pour cela que l’entreprise privée est plus efficace que le monopole public, et le sera tjrs.
      Des millions d’entrepreneurs cherchant à satisfaire le consommateur y arriveront toujours plus surement qu’un organisme étatique centralisé, pour le plus grand bénéfice de tous le monde, malgré l’échec de quelques uns.

  • Un ministre ne doit pas faire, par principe, de tractations en catimini. Malgré l’intérêt de l’affaire (mais toute relative) on retrouve le goût du « Je sais faire tout seul et n’ai pas besoin de cette société sclérosée qui ne comprend rien à rien » d’un Jupiter naissant. L’inconvénient de schémas tels Uber est d’initier peu à peu notre capacité de travail à ne plus être qu’une population attentiste de travailleurs servants, aux commandes de groupes étrangers surpuissants. On approche aussi, comme on le pensait naguère, du « beau pays du monde » qui ne serait que le jardin des vacanciers et touristes de la planète.

  • Ce qui est choquant ce n’est pas la partie émergée de l’iceberg, mais bien la partie immergée. C’est à dire que le lobbyiste en chef de Uber est impliqué très sérieusement dans le financement de la campagne de Macron. Quand on connait la facilité avec laquelle Macron mélange les « deals » et ses propres intérêts (Alstom entre autre), il est important de voir que Macron n’est en rien préoccupé par l’interet de reformer la France en libéralisant l’économie (il a, a de nombreuses reprises prouvé qu’il était un étatiste a tout crin), mais uniquement intéressé par son propre sort et le financement de celui ci.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
législatives Macron
3
Sauvegarder cet article

Par Franck Arnaud Ndorukwigira.

 

La réalité est là, l’Afrique est la terre convoitée par les grandes puissances. La récente visite sur le continent de Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères, et celle prochaine en août 2022 d’Antony Blinken, chef de la diplomatie américaine, en témoignent. Une convoitise d’ailleurs qui vient de conduire Emmanuel Macron en Afrique, pour combler le vide des relations entre la France et l’Afrique.

Sauf que la France y va par un chemin sinueux. En critiquant la soi-disant... Poursuivre la lecture

Les Jeux Olympiques devaient être une fête, une sorte de Coupe du monde 1998 bis destinée à faire briller la France et ses élites politiques à l’international. En quelques années de crises politique, sanitaire et économique, le projet pharaonique pour Paris s’est transformé en une épée de Damoclès suspendue au-dessus de la tête d’Anne Hidalgo et d’Emmanuel Macron.

Anne Hidalgo se consacre aux Jeux Olympiques avec application après sa déconvenue spectaculaire à l’élection présidentielle. Bien que réélue à la mairie de Paris en juin 2020... Poursuivre la lecture

Conformément à la loi du 6 novembre 1962 modifiée par l’article 2 de la loi organique du 5 avril 2006 relative à l’élection du Président de la république, sont publiés au JO du 19 juillet 2022 les comptes des 12 candidats à l’élection présidentielle du 24 avril 2022.

Comme en 2017, Emmanuel Macron a été le plus dépensier lors de la campagne qui a mené à sa réélection le 24 avril dernier (16,7 millions). Et comme il y a cinq ans, la finaliste Marine Le Pen (11,5 millions) s'est montrée plus économe que certains candidats qui n'ont pas r... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles