Pass sanitaire européen : qui a voté pour ou contre

La prolongation du pass sanitaire européen (appelé Certificat COVID numérique de l’UE) a été acceptée par le Parlement européen ce jeudi 23 juin. Retour sur les résultats du vote.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3
Screenshot 2021-08-10 at 14-15-01 Pour obtenir un pass sanitaire, certains sont prêts à attraper le Covid - YouTube

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pass sanitaire européen : qui a voté pour ou contre

Publié le 25 juin 2022
- A +

La prolongation du pass sanitaire européen (appelé Certificat COVID numérique de l’UE) a été acceptée par le Parlement européen ce jeudi 23 juin avec une large majorité : 453 pour et 119 contre (avant correction des votes). Il est toutefois possible de savoir comment ont voté les députés sur ce document (pages 44 et 45). Celui-ci est riche en enseignement sur leurs positions individuelles, mais aussi sur le positionnement des partis sur la question sanitaire.

 

Le Rassemblement national, la France Insoumise et François-Xavier Bellamy contre le pass sanitaire

L’ensemble des eurodéputés des Républicains (LR), de la majorité présidentielle, du Parti socialiste (PS) et des verts ont voté en faveur du certificat covid européen. À une exception près : le député des LR François-Xavier Bellamy a voté contre. Une position qui s’inscrit dans la continuité de son discours. Celui-ci pointait depuis le début le danger d’un changement de modèle de société.

Outre François-Xavier Bellamy, on constate que seuls les députés du Rassemblement national (RN) et de la France Insoumise (LFI) ont voté contre. Là encore pas de surprise étant donné que les deux partis ont affirmé leur hostilité au pass sanitaire puis vaccinal au niveau national.

 

Les partisans de l’UE votent pour, les eurosceptiques sont divisés

Au niveau européen, les groupes politiques pour une Europe plus intégrée ont voté en faveur du prolongement du pass sanitaire. Les chrétiens-démocrates du Parti Populaire Européen (représenté par les LR en France), les centristes de Renew (la majorité présidentielle en France), les socio-démocrates (PS en France) et les Verts ont voté à la quasi-unanimité en faveur de la mesure. À l’instar de Bellamy, il y a eu quelques voix rebelles, mais elles sont rares (une dizaine en tout).

Seul le groupe européen eurosceptique Identité et Démocratie (celui du RN) a voté entièrement contre. Celui-ci comprend principalement des députés de la Lega italienne et des membres de partis nationalistes européens.

Plus ambiguës sont les positions des groupes de « La gauche » (dans lequel se trouve LFI) et des Conservateurs réformistes européens (ECR, sans représentants en France). Si la France Insoumise a voté contre, le reste de leur groupe semble être plutôt favorable au pass.

Quant à l’ECR, plusieurs partis ont voté contre : la NVA belge, les Néerlandais JA21 et les frères d’Italie italiens. Inversement, les libéraux conservateurs tchèques de l’ODS ont voté pour. Au milieu, les députés polonais du parti au pouvoir se sont divisés en deux sur la question.

Quant aux abstentionnistes, il s’agit principalement des députés fidesz hongrois, le parti dirigeant d’Orban.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Les groupes qui ont voté pour le maintien du pass sanitaire Européen seraient-ils les mêmes qui ont d’importants intérêts financiers dans l’utilisation massive des produits Pfizer, Moderna, il n’est pas prétentieux de croire que certains ont trouvé dans la covid-19 un filon financier sans limite

  • Honneur à François-Xavier Bellamy qui doit se sentir bien seul chez LR !
    Il se passe exactement ce que les « complotistes » pressentaient dès le début de cette mascarade : le pass sanitaire a vocation a ne jamais être aboli.
    Il sera adapté en fonction des circonstances, sanitaires ou non, et surtout en fonction de l’agenda politique et de la nécessité de museler les populations.
    Les 2 années passées ont montré qu’il est en fait très simple d’instaurer un régime post démocratique en agitant les peurs et en distribuant des chèques.
    Les populations, dans leur large majorité, ont parfaitement adhéré à ce tragique canular.
    Il faut se rendre à l’évidence, les amoureux de la liberté sont minoritaires !

    18
  • Et oui, il faut ‘remette’ un covid – virus de type grippal complètement artificiel – en circulation de manière à maintenir le pass vaccinal qui va nous amener au pass digital (alias crédit social en Chine). La réalité terrain c’est que Thales est prêt : les logiciels de pass digital sont opérationnels. Allez, souriez, vous êtes ‘évalués’ !

  • Avatar
    jacques lemiere
    25 juin 2022 at 12 h 38 min

    la curieuse conclusion de débats partisans qui remplacent des débats sur les valeurs.. les partis supposés les moins antilibéraux votent contre … et les autres…en regard..

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Dan Sanchez.

Je ne sais pas ce qu'il en est pour vous, mais je ressens une sérieuse "lassitude de l'apocalypse". Ces deux dernières années, les nouvelles ont été dominées par une série de catastrophes mondiales.

C'est comme si les quatre cavaliers de l'apocalypse faisaient une course de relais.

La Pestilence (covid) n'a relâché son fouet qu'après avoir passé le relais à la Guerre (invasion de l'Ukraine par la Russie). La Mort universelle, avec le risque accru d'une guerre nucléaire entre les États-Unis et la Russie, m... Poursuivre la lecture

Les négociateurs du Parlement européen et des États membres de l'UE (Union européenne) sont récemment parvenus à un accord sur de nouvelles règles européennes visant à lutter contre ce que l'on appelle le "blanchiment écologique", par lequel des entreprises se présentent comme plus respectueuses de l'environnement qu'elles ne le sont réellement. Les nouvelles règles imposent une série de nouvelles exigences en matière de rapports - d'abord aux grandes entreprises, puis également aux PME - dans le but de "mieux informer" les citoyens de "l'imp... Poursuivre la lecture

Les soignants non vaccinés contre le covid ne seront pas réintégrés. Du moins pas avant encore de longs mois et au bout d’un chemin tortueux dépendant du bon vouloir de la Haute Autorité de Santé, qui s’est encore prononcée contre il y a huit jours...

Cette situation réussit la rare performance d’être à la fois logique et scandaleuse. Il faudra pourtant bien trancher le nœud gordien, c’est-à-dire réintégrer un jour ou l’autre ces soignants indispensables à un système de soins en tensions et qui n’ont, eh oui, commis aucune faute.

<... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles