Le Président Macron ne pourra plus décider seul de tout

Emmanuel Macron restera quoi qu’il en coûte et quoi qu’il arrive, mais au moins il ne pourra plus décider seul de tout, pendant un temps, ce qui est une bonne chose.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Emmanuel Macron (2019-10-09) 03.jpg

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le Président Macron ne pourra plus décider seul de tout

Publié le 24 juin 2022
- A +

Pendant cinq ans le Président Emmanuel Macron a décidé seul de tout, avec une majorité de députés dociles. Il a été le Président Absolu de la République pour reprendre l’expression et le titre du dernier livre de Philippe Fabry.

Emmanuel Macron est donc le responsable au premier chef de la situation catastrophique dans laquelle se trouve le pays et qui a été occultée par les épouvantails Zemmour puis Le Pen pendant la campagne des présidentielles.

Après cinq ans de surdité, il a prétendu mercredi soir avoir entendu les Français. Peut-être, mais il n’a toujours pas compris quel désaveu cinglant ils lui ont infligé et la confiance toute relative qu’ils lui ont accordée et dont il se targue.

En effet, après tout, il n’a obtenu le vote que de 20 % des inscrits au premier tour et de seulement 38,5% au second. Maintenant, à l’Assemblée nationale, il ne dispose plus d’une majorité de députés obéissant à son bon plaisir.

Mercredi soir il a donné le spectacle de celui qui rejettera la responsabilité d’un éventuel chaos aux députés de l’opposition qui pratiqueraient l’obstruction à ses moindres volontés : il observera jusqu’où ils sont prêts à aller… avec lui.

Après cette période d’observation, qui durera le temps qu’il faudra, il dissoudra éventuellement l’Assemblée au moment opportun, c’est-à-dire quand ses conseillers en communication lui diront qu’il a des chances de l’emporter.

Éternel stagiaire, il faut comprendre que quand il dit « Nous devons collectivement apprendre à gouverner et légiférer différemment », il parle en fait de lui-même et que le nous collectif est un pluriel de majesté très personnel.

Emmanuel Macron a dit mercredi soir qu’il y avait des dossiers urgents à traiter, qu’il ne fallait plus augmenter la dette publique, ni les impôts, c’est-à-dire qu’il fallait faire au fond tout le contraire de ce qu’il a fait pendant cinq années.

La vision optimiste est de penser qu’Emmanuel Macron sera stoppé dans son élan de marche vers nulle part et qu’il ne pourra plus exercer la totalité de son pouvoir de nuisance. Il devra composer avec le Parlement qu’il méprisait :

La responsabilité de la majorité présidentielle est de s’élargir.

La vision pessimiste n’est pas de penser que le pays sera ingouvernable. Le Parlement débattra, mais il ne votera jamais la diminution conjointe des prélèvements obligatoires et des dépenses publiques, pourtant seule issue à la crise.

Le problème qui se pose n’est donc pas celui de la gouvernabilité. Emmanuel Macron restera quoi qu’il en coûte et quoi qu’il arrive, mais au moins il ne pourra plus décider seul de tout, pendant un temps, ce qui est une bonne chose.

Sur le web

Voir les commentaires (18)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (18)
  • Il est le responsable de tous les échecs, les réussites, rappelez- vous de l’affaire Benalla, il a déclaré si « il y a un responsable, c’est moi et venez me chercher », je suppose que c’est la même chose pour toutes les affaires.
    J’espère, qu’il n’a pas dit cela à V Poutine, Zemlinsky pour moins que ça il a vu arriver les chars Russes

  • Il a tout de même présenté le cadre principal de cette nouvelle manière de gouverner et légiférer, qui est de ne plus augmenter ni la dette publique ni les impôts, dans un contexte où les 2 plus grandes forces d’opposition au parlement sont hyper-collectivistes.
    Dans ces conditions il me paraît contradictoire de se réjouir de sa perte de pouvoir au profit du parlement.

    -2
    • Il y a une contradiction apparente en effet. Cependant la réponse d’un groupe dépend de l’action de l’autre. La macronie seule n’était pas contrainte et se ramolissait. Dans ce nouveau contexte parlementaire nous pourrions avoir un raidissement de la macronie vers, curieusement, plus de responsabilité, dans la mesure où elle fait face à une opposition plus forte, collectiviste et dépensière. Bref il faut marquer une différence, et avec une majorité relative, être plus sérieux que ses opposants même si auparavant on pratiquait les mêmes mauvaises actions.

      • Merci de préciser mon propos, c’est en effet de cette nouvelle stature du président dont il faut se réjouir, associée au rôle essentiel que LR peut jouer pour l’aider dans ce but, mais aussi pour le contrôler et assurer son propre futur en restant dans l’opposition.

        • Si LR, qui est arrivé bon dernier, se retrouve, nolens volens, à jouer au faiseur de roi, je sens que ça va pas le faire.
          Si les Français n’ont pas voulu d’un Macron puissant, ils ont encore moins voulu d’un LR victorieux.

    • Dire n’est pas faire, surtout chez un politicien.

      Il faut se réjouir de cette paralysie: trop d’années ont passées sans que ne soient abordées les problèmes du pays. Il n’est plus temps d’espérer des solutions de la part de cette classe politique. On peut juste souhaiter « qu’ils arrêtent d’emmerder » les gens… Et on y est.

  • Je ne suis pas inquiet pour Macron. Il n’aura aucune difficulté à trouver une majorité à l’AN lorsqu’il s’agira de faire voter des dépenses ( loi sur le pouvoir d’achat par exemple) et les français applaudiront.
    CPEF

    .

  • D’accord avec Cachou 42 mais pas avec Francis Richard quand il écrit ce qui suit:
    Emmanuel Macron a dit mercredi soir qu’il y avait des dossiers urgents à traiter, qu’il ne fallait plus augmenter la dette publique, ni les impôts, c’est-à-dire qu’il fallait faire au fond tout le contraire de ce qu’il a fait pendant cinq années.
    Je n’ai pas vu mes impôts augmenter, et j’ai l’exemple d’une retraitée avec 2000 € par mois qui a gagné entre 2017 et 2018 un 13 ème mois entre le nouveau barême (-1100 €) et la suppression de la taxe d’habitation (- 900 €)

    -6
    • Bah c’est certain qu’en regardant le bout de son nez…on peut tout à fait trouver la situation sympa. Regardez, moi par exemple, je ne paye pas d’impôt sur le revenu, c’est bien la preuve que tout va bien et que le gouvernement gère bien les deniers publics.
      Vous n’avez pas vu le chômage de masse, la dette, les déficits qui se succèdent depuis 40 ans, les services régaliens exsangues ?
      Bah quelle importance tout cela si vous ne payez plus pour le ramassage de vos ordures et que certains de vos amis retraités ont vu leurs revenus augmenter.
      Et c’est nous les égoïstes, mdr.

    • Certains ont vu leurs impôts méchamment augmenter, et leur taxe d’habitation subsister tout en étant prétendument remplacée par l’augmentation de la taxe foncière. Mais ok, ça c’est du cas particulier, pour les électeurs choisis (si l’on peut dire). En revanche, la dette publique est passée de 2315 à 2834Mds, soit en gros 10000€ de plus à 56000€ par Français majeur. Il faut de sacrées oeillères pour ne pas le voir ni s’en inquiéter.

    • @JBer
      Les avantages apparents de vos exemples sont plus qu’annulés par d’autres iimpôts, la hausse des prix, l’allongement des files d’attente, la détérioration des services fournis ou non par les monopoles d’État, l’inflation réglementaire et j’en passe. Il est impossible de baisser les impôts sans baisser les dépenses, encore moins si ces dépenses servent à payer des gens à qui on interdit de produire. L’inflation est un impôt comme les autres et il touche en premier les plus pauvres et les plus faibles.

  • Cette majorité relative va ralentir la marche dans le mauvais sens, mais sûrement pas l’inverser. Dans notre pays, il faut essayer de rester optimiste, c’est déjà ça. Peut être que ce sera l’occasion de parler de politique différemment.

  • La solution est d’arrêter d’emmerder les gens et pour se faire il n’y a besoin de personne. J’avoue que je me réjouis du résultat de ses élections auxquelles je n’ai pas participé, et rien ne me ferait plus plaisir que de ne pas être gouverné et que le parlement ne légifère pas.
    Il y a quelque chose qui m’échappe dans tout ça, ça m’échappe tellement que je vous demande de ne pas trop m’en vouloir si je dis une ânerie, je ne suis pas expert en démocratie.
    Le gouvernement est censé gouverner et le parlement légiférer et contrôler le gouvernement. Comment en sommes nous arrives à confondre « gouverner » et «légiférer », comment pouvons nous imaginer qu’un gouvernement ne peut pas gouverner si il ne peut pas faire de lois à sa convenance tous les matins ? La 5ieme ne peut fonctionner que si le législatif est à la botte de l’exécutif ? Le gouvernement a besoin de faire pondre des interdictions et des subventions chaque jour que Dieu fait pour gouverner ? Est-ce cela gouverner ?
    Ok il y a la loi de finance. Bah une majorité doit se dégager sinon elle n’est pas voté. Ça oblige non ?
    Je ne comprends rien, je pensais sérieusement que l’exécutif était chargé de gérer la politique courante de l’État et d’assurer l’application de la loi élaborée par le pouvoir législatif. Je pensais que les députés étaient des représentants de la nation (et non pas les représentants de commerce de leur parti politique ou de leur circonscription ). En fait je ne vois pas quel est le problème pour le pays (à part ce qui est entre parenthèse), forcément, je me réjouis, et comme j’aime mon pays on ne pourra pas me reprocher d’être contradictoire.
    Macron a un problème. En Narcisse habilement pervers, il tente de le refiler et d’en accabler les autres. Ses ficelles sont tellement voyantes.
    Il doit former un gouvernement. Que dit la constitution ? Qu’il doit le former avec comme premier ministre un représentant du parti majoritaire, donc avec un LREM ici. Rien ne dit que l’assemblée nationale doit être en capacité de voter les lois proposés par le gouvernement.

  • C’est LREM qui a la majorité à l’ AN. Certes pas absolue mais relative. Donc le premier ministre, le second chef de l’exécutif, doit être issu de ses rangs. Y’a pas d’autre possibilité. Un autre choix faudrait me l’expliquer longtemps pour que je comprenne.
    L’exécutif gère les affaires courantes de l’Etat, ce qu’on appelle gouverner.
    Le premier ministre gouverne et est responsable de ses actions devant le parlement, et le parlement légifère. Je ne comprends pas où est la crise politique. Tout va bien. On revient aux fondamentaux. Oui ça ne va pas être simple pour LREM de gouverner, il va y avoir une opposition à l’AN pour légifèrer sur tout et n’importe quoi, la vie ordinaire d’une démocratie; tout ne passera pas crème, va falloir accepter des amendements, voire même renoncer à certaines lois, fonctionnement ordinaire d’une démocratie saine où c’est le parlement qui légifère, les députés amendent, votent ou pas. Voilà. Y’a rien de prévu dans la 5ieme en cas de majorité relative ? Nan mais sérieux. La plupart des lois passent à la majorité relative, vous ne regardez jamais LCP? 🤔
    Et puis où est-ce écrit dans la Constitution que cela doit être facile de gouverner et que les députés doivent voter favorablement aux lois proposées par le gouvernement sinon c’est trop difficile ouin-ouin. Il est où le lien de subordination entre les députés de la nation et l’exécutif ? Le peuple est souverain paraît-il, le monarque va devoir faire avec, je fais comment moi ! que cela l’arrange comme ces 5 dernières année où il a fait ce qu’il voulait avec sa majorité absolue ou que cela ne l’arrange pas comme aujourd’hui. C’est son purain de problème et pas du tout celui des députés de l’opposition et encore moins de leur responsabilité. Il va falloir qu’il cohabite non pas avec son premier ministre pour gérer l’exécutif, mais avec les représentants du peuple qui légifèrent. Je ne vais me mettre à crier à la démocratie en danger quand enfin on peut espérer avoir une réelle séparation des pouvoirs et non pas la façade affichée pour masquer la complicité entre exécutif et législatif grâce aux jeux de pouvoirs des partis. C’est un coup de bol extraordinaire ces résultats, ça me donnerait presque envie de redevenir démocrates si on supprimait les partis politiques et que les députés avaient leur liberté de conscience . Coup de bol car à aucun moment les français se sont consultés entre eux pour arriver à ce résultat. Bref, je suis content, c’est une bonne surprise. Bravo les français , même si vous n’avez pas fait exprès.
    Peut être je me gourre totalement, je ne vous cache pas mon gros biais anarchiste (je ne crois pas en la démocratie) et un pouvoir exécutif -même libérale, désolé pour le cas extrême et imaginaire – empêché de faire tout qu’il veut par une opposition élue de gauche serait encore de la démocratie pour moi, je me trompe ?
    Je suis à anarchiste mais je crois que je me trompe sur ma personne, je suis bien plus démocrate que les démocrates. Je vais vraiment finir par penser que j’ai une case en moins ( ou en plus 😁).

  • Le désastre économique, on peut s’en relever. Le grand remplacement, lui, est irréversible…

  • Le titre de l’ article m’ évoque ce que nombreux d’ entre nous pensons, je crois, sans n’ avoir jamais voté pour Macron Ce type aura loupé le coche du siècle pour remettre le train France sur les bon rails il y a 5 ans, il avait un boulevard devant lui. Quel gâchis total.

    • Je me répète, mais quand un énarque a un boulevard devant lui, il va y construire des chicanes et des ralentisseurs, et éventuellement un tramway pour que l’investissement soit suffisamment conséquent et les syndicats satisfaits que leurs grèves aient de l’effet.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
gouvernement remaniement
0
Sauvegarder cet article

Ce lundi à 16 heures Emmanuel Macron a convoqué un Conseil des ministres à l'Élysée, quelques heures après la nomination du nouveau gouvernement. Il pourrait notamment y être évoquée la question de confiance que la Première ministre Élisabeth Borne peut poser à l'Assemblée à l'issue de sa déclaration de politique générale prévue mercredi. La cheffe du gouvernement n'a pas encore dit si elle engageait ou non sa responsabilité.

L'Élysée annonce que la p... Poursuivre la lecture

J’ai découvert Mme Braun-Pivet, ou du moins j’ai fait le lien entre le nom et la personne, lors de la soirée électorale du second tour des élections législatives. Le moins que j’en puisse dire, c’est que l’épisode en question (vidéo, à partir de 3 h 41′ 50″) ne fait honneur ni aux femmes en politique ni à la politique elle-même. Attention, mesdames et messieurs, la petite scène que je m’apprête à vous rapporter est absolument insoutenable… de médiocrité :

Nous sommes au soir du 19 juin 2022, sur le plateau spécial de BFM TV pour les él... Poursuivre la lecture

« Le port du masque est fortement recommandé ». La période électorale terminée, la vie hexagonale reprend son cours, et en particulier s’agissant des restrictions liées au covid.

En témoignent les messages reçus depuis quelques jours par de nombreux Français, dans leurs transports, leur travail ou leur supermarché.

Ce mardi, ce sont les Niçois qui ont été rappelés à la réalité. Chez nos confrères de CNews, le maire de Nice Christian Estrosi a déclaré envisager le rétablissement de l’obligation du port du masque dans les transpor... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles