Le capitalisme en danger au Chili

Malgré l’incroyable success story du Chili, les Chiliens ont voté pour le candidat socialiste Gabriel Boric lors des élections de l’année dernière et voteront sur une nouvelle Constitution le 4 septembre.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
El Informante Gabriel Boric by Fotos TVN (Creative Commons CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le capitalisme en danger au Chili

Publié le 12 juin 2022
- A +

Par Dr Rainer Zitelmann.
Un article de la Foundation for Economic Education

Le Chili a longtemps été considéré comme un pays capitaliste modèle en Amérique du Sud. Dans l’indice de développement humain 2022, le Chili se classe premier parmi tous les pays d’Amérique latine. Et dans l’indice de liberté économique 2022 de l’Heritage Foundation, il se classe 20e, devant les États-Unis et le Royaume-Uni. En 2018, le taux de pauvreté du Chili capitaliste était de 6,4 %, ce qui contraste fortement avec les 76,6 % du Venezuela socialiste.

Malgré l’incroyable success story du Chili – sur laquelle j’écris plus en détail dans mon livre The Power of Capitalism – les Chiliens ont voté pour le candidat socialiste Gabriel Boric lors des élections de l’année dernière et voteront sur une nouvelle Constitution le 4 septembre.

Comment cela a-t-il pu se produire ?

À Santiago du Chili, j’ai parlé avec Axel Kaiser, titulaire de la chaire Friedrich Hayek à l’université Adolfo Ibáñez, l’une des principales universités du Chili. Il est également le fondateur du think tank libertarien Foundation for Progress au Chili.

Voici notre conversation.

Question : Le 4 septembre 2022, les Chiliens voteront sur une nouvelle Constitution. Vous mettez en garde contre les dangers – quelles sont vos principales critiques ?

Kaiser : Dans son essence, la nouvelle Constitution est façonnée par une profonde méfiance à l’égard du marché et une confiance presque illimitée dans l’État. Avec 499 articles, c’est la plus longue Constitution du monde, mais au lieu de prendre exemple sur de bonnes Constitutions comme la Loi fondamentale allemande, ils ont beaucoup copié sur des Constitutions comme celles du Venezuela et de la Bolivie.

Un gros problème est que les droits de propriété sont en train de s’éroder. Jusqu’à présent, lorsque l’État expropriait des entreprises, il était obligé de leur payer en espèces le prix total du marché. Selon le projet de nouvelle Constitution, l’État ne sera bientôt plus tenu que de payer un « juste prix » non défini, et pas en espèces non plus. En outre, il garantit toutes sortes de « droits sociaux », tels que le droit au travail – ce que l’on connaît mieux de la Constitution de la RDA (République démocratique allemande), où l’article 15 stipulait : « Le droit au travail est garanti ».

Q : Le projet de Constitution consacre également les droits des peuples autochtones du Chili. Cela semble bien au début. Mais vous vous y opposez.

K : Oui, car ce changement mettrait fin à l’application uniforme de la loi au Chili. Il y aurait des zones autonomes, pour ainsi dire, où l’application de la loi chilienne serait limitée. Aujourd’hui déjà, l’État chilien n’est en mesure d’appliquer ses lois que par le biais de règlements d’urgence, car l’anarchie et la violence règnent dans bon nombre de ces zones du sud. Même notre nouveau président Gabriel Boric, qui a vivement critiqué ces règlements d’urgence à l’approche des élections, a dû y recourir lui-même en raison de l’escalade de la violence. Les auteurs de la violence sont des groupes d’extrême gauche, mais ils sont étroitement liés au crime organisé, notamment au trafic de drogue.

Q : Le fait que Boric ait changé d’approche depuis l’élection n’a rien d’inhabituel pour les politiciens – et dans ce cas, il faut également s’en réjouir. Les espoirs de ceux qui pensent qu’il mènera une politique relativement modérée seront-ils comblés ?

K : Comparé aux communistes, qui deviennent de plus en plus influents malgré leur part modeste des voix, Boric est bien sûr modéré. D’un autre côté, il est incontestablement un socialiste convaincu. Avant son discours d’investiture, le 11 mars dernier, il a embrassé de manière démonstrative la statue de Salvador Allende. Pour les socialistes, il s’agit certainement d’un symbole important, mais pour beaucoup d’autres, cela alimente les craintes qu’il s’engage finalement dans une voie radicale.

Q : Boric et ses partisans gagneront-ils le référendum sur la nouvelle Constitution le 4 septembre ?

K : La cote de popularité de Boric est en chute libre. L’année dernière, lorsque les Chiliens se sont prononcés sur l’opportunité d’une nouvelle constitution, 78 % d’entre eux y étaient favorables ! En d’autres termes, une majorité écrasante. Plus récemment, plusieurs sondages ont indiqué qu’une majorité de Chiliens étaient contre la nouvelle Constitution. Mais beaucoup de choses peuvent se passer d’ici le 4 septembre, le résultat est encore très incertain.

Q : Il semble que Boric et son gouvernement se retiennent jusqu’à la fin du vote, quand ils pourraient mettre en œuvre des mesures plus radicales.

K : Boric a déjà montré deux visages pendant la campagne électorale. Au premier tour, il a diffusé des slogans radicaux ; au second tour, il a été modéré. Cela lui a permis de gagner de nombreux électeurs centristes.

Q : Oui, ma copine, qui vient du Chili, n’est certainement pas de gauche, mais elle a aussi voté pour Boric parce qu’elle percevait le candidat adverse, José Antonio Kast, comme extrêmement à droite. Que pensez-vous de lui ?

K : Kast est un conservateur national et est donc à ma droite car je suis libertarien. Mais d’un autre côté, les médias de gauche ont exagéré, le dépeignant comme un nazi. Ils ont également utilisé des arguments injustes, par exemple en soulignant que son père était membre du NSDAP [les nazis]. Mais il ne fait aucun doute que de nombreux Chiliens ont voté de la même manière que votre amie – ils n’étaient pas vraiment pour Boric, mais contre Kast.

Q : Au Venezuela, Hugo Chavéz a également déclaré avant l’élection qu’il n’envisageait en aucun cas de nationaliser des entreprises et s’est même décrit comme le « Tony Blair des Caraïbes », c’est-à-dire comme un social-démocrate orienté vers le marché libre. En réalité, sa politique s’est rapidement radicalisée jusqu’à aboutir à la dictature et au chaos. Le Chili va-t-il devenir un second Venezuela ?

K : Je continue de croire au bon sens du peuple chilien et que nous n’en arriverons pas là. Mais de toute façon, nous sommes confrontés à des années difficiles et amères. Ce qui m’inquiète le plus, c’est la violence croissante dans le pays. Et un retour à la politique de libre-échange, généralement couronnée de succès, qui, soit dit en passant, a également été soutenue par les socialistes au cours des dernières décennies – bien qu’avec quelques réserves – me semble peu probable. Pourquoi les socialistes faciliteraient-ils les nationalisations avec la nouvelle Constitution s’ils n’avaient pas de plans correspondants dans leurs manches ? Et, logiquement, les projets d’introduction d’un impôt sur la fortune vont également effrayer les investisseurs.

Traduction Contrepoints

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Lipton Matthews. Un article du Mises Institute

 

Les intellectuels anticapitalistes ont imprégné le discours dominant de l'idée que la discrimination raciale est inscrite dans l'ADN du capitalisme. Habituellement, les preuves de disparités raciales dans les milieux professionnels sont citées pour étayer le récit selon lequel le capitalisme pénalise les groupes minoritaires. Bien qu'il soit devenu courant d'affirmer que les disparités constituent du racisme, la question est plus complexe.

La discrimination raciale... Poursuivre la lecture

Par Matt Hampton. Un article de la Foundation for Economic Education

 

Depuis des années, certaines personnes qui s'opposent à la censure sur les médias sociaux affirment que c'est à l'État d'y mettre fin. D'autres ont fait valoir que le marché libre est une meilleure solution que l'État, malgré le problème posé par des entreprises qui déforment le discours public.

La semaine dernière, l'achat de Twitter par le PDG de Tesla, Elon Musk, est l'exemple parfait pour illustrer que des acteurs privés peuvent apporter des c... Poursuivre la lecture

Par Timothy G. Nash, Lisa McClain, Thomas Savidge, Ashley Wright.

Pratiquement tous les objets que nous utilisons quotidiennement (voiture, téléphone portable,  nourriture, vêtements, brosse à dents, etc.) ont été produits par des personnes qui recherchent le profit.

Nos emplois et nos salaires sont également basés sur la recherche du profit. Même les États et les organisations à but non lucratif sont rendus possibles par les profits des entreprises privées et les salaires de leurs employés.

Qu'est-ce que le profit ?

Dans... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles