États-Unis : les démocrates ferment les yeux sur le terrorisme

Les démocrates d’aujourd’hui adorent pointer du doigt la moindre faute de leurs adversaires – le raisonnement fût-il fautif – mais esquivent plus vite que le Flash quand on tente de leur appliquer la formule.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
CNN by Josh Hallett (Creative Commons CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

États-Unis : les démocrates ferment les yeux sur le terrorisme

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 22 juin 2022
- A +

En 1974, Valéry Giscard d’Estaing avait affirmé que son adversaire n’avait pas « le monopole du cœur. » Les démocrates d’aujourd’hui et leurs supporteurs auraient grand intérêt à méditer sur cette phrase. En effet, ils adorent pointer du doigt la moindre faute de leurs adversaires – le raisonnement fût-il fautif – mais esquivent plus vite que le Flash quand on tente de leur appliquer la formule.

Prenons la triste fusillade d’un suprématiste blanc présumé à Buffalo récemment. Très vite, les laquais médiatiques des démocrates ont pointé du doigt certains commentateurs conservateurs qui propagent la théorie complotiste du grand remplacement. Pourtant, ces mêmes médias bavent d’envie à l’idée que la population blanche diminue en termes relatif.

Aussi ne manquent-ils jamais une occasion pour rappeler que Donald Trump est la cause indirecte d’à peu près tous les maux de notre société, y compris la gifle de Will Smith.

Une personne de mauvaise foi pourrait facilement appliquer la formule aux démocrates et leurs laquais. Ou à tout le moins, montrer leurs doubles standards patents quand vient le temps de dénoncer la violence.

Il y a cinq ans presque jour pour jour, le républicain Steve Scalise et deux autres personnes se sont fait tirée dessus lors d’une partie de baseball amicale. Le tireur était un très grand amateur de MSNBC et affirmait que les républicains sont des talibans. Aurait-il été radicalisé parce que les démocrates affirment que les républicains sont des terroristes ? Ou par les médias, qui célébraient presque cette tentative d’assassinat ?

L’on pourrait également appliquer le standard de « rhétorique radicalisante » aux émeutes de l’été 2020. Ce qui a commencé pour dénoncer la brutalité policière s’est vite transformé en chaos et en destruction – la facture d’assurance la plus onéreuse de l’histoire.

Mais jamais (ou si peu) les démocrates et leurs laquais ont dénoncé cette violence. En fait, on l’encourageait en redéfinissant le mot violence, en payant la caution des émeutiers ou en utilisant un langage orwellien pour affirmer que nos yeux nous trompaient.

 

Banalisation et omission

Cette banalisation de la rhétorique démocrate a atteint de nouveaux records depuis la fuite de la Cour suprême au sujet de l’arrêté Roe vs Wade.

Depuis ladite fuite, les juges à tendance conservatrice font l’objet de manifestations régulières devant leur domicile privé. En plus de sérieuses questions éthiques sur le principe de manifester devant une résidence privée (contrairement à la Maison Blanche ou l’Élysée), de telles actions flirtent avec l’interdit.

En effet, une loi fédérale interdit la tentative d’intimidation de juges et jurés afin de les faire changer d’opinion. Savoir si les manifestations violent cette règle reste à vérifier, mais pensez-vous que les démocrates auraient fait preuve de la même désinvolture si les juges de leur côté avait subi les mêmes manifestations ? Si leurs adresses privées avaient été postées en ligne ?

Car le « risque de danger » pour la vie des juges n’est pas une menace illusoire. Un homme ayant comme projet explicite de tuer un juge de la Cour suprême a récemment été arrêté près de la maison de ce dernier.

Selon ses propres dires, il était choqué du possible rejet de Roe vs Wade et voulait que le juge le paie de sa vie. Naturellement, face à un tel acte d’insurrection contre une branche du gouvernement, les médias… se sont tus. « kavanaugh assassination » ne présente aucune occurrence sur CNN ou NPR, cinq petites lignes (aucune manchette à la Une) sur MSNBC, et le New York Times a mentionné la nouvelle à sa Une dans un espace de 10 cm carrés, l’article étant relégué à la page 20.

Quant au Washington Post, on a simplement mentionné une arrestation près de la résidence d’un juge. Et sans la moindre conscience, on implore les gens de ne pas pointer du doigt des responsables car il y a des gens dérangés « des deux côtés. »

Finalement et sans surprise, on mentionne timidement les incendies criminels envers des cliniques dirigées par des groupes antiavortement. Le FBI vient à peine d’ouvrir une enquête suite à un appel qui a déclaré ouverte la saison de la chasse envers lesdits groupes. Pourtant, quand est venu le temps de qualifier de terroristes les parents trop inquisiteurs aux réunions scolaires, le département de la Justice a mis moins de cinq jours à annoncer une enquête suite à des plaintes d’enseignants.

Pressée au sujet de ces incendies, Nancy Pelosi y est allé du non sequitur du siècle en esquivant complètement la question et en refusant d’élaborer.

Bref, pour une énième fois, les médias donnent raison à Donald Trump au sujet de leur propension à générer des fake news. Ils sont prompts à voir la paille dans l’œil de leurs adversaires s’il y a des débordements mais se lavent les mains quand la même chose arrive dans leur camp.

Ne soyez donc pas surpris de voir la vague rouge déferler sur le Congrès en novembre. Elle a déjà commencé au Texas, avec l’élection de la première républicaine dans un comté démocrate depuis sa création il y a 150 ans. Et à l’instar de l’élection étatique en Virginie, les médias blâmeront tout et tout le monde sauf eux-mêmes pour une éventuelle défaite.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Aujourd’hui, le site de la BBC, ce laquais objectif des démocrates, rapportait les menaces qu’avaient dû endurer les officiels, tant républicains que démocrates, qui avaient eu le malheur de ne pas accepter de truquer les élections dans les swing-states où Biden avait prévalu sur Trump.

  • Excellent article, tout est dit.
    Vous oubliez d’écrire que la nouvelle élue du Texas est une immigrante Mexicaine. Elle a été traitée de suprémaciste blanche par les médias démocrates… Alors qu’ils prônent pourtant la diversité et l’intégration des immigrants ! A mourir de rire.

  • Article de pure propagande car les républicains utilisent les memes armes pour discréditer leurs adversaires et D Trump est un orfevre en la matière…..😀😀😀

    -4
    • Pour le moment, il y a plus de fake news venant des démocrates sur Trump que l’inverse… Regardez le « complot russe » qui aurait permis à Trump d’être élu par exemple, ou l’ordi du fils à Biden…
      D’ailleurs pour un démocrate, si tu n’es pas d’accord avec eux, tu es forcément un XXXphobe, ou raciste, quelque soit ta couleur de peau…

  • « se sont fait tirée dessus »

    se sont fait tirer dessus
    Merci.
    Quand même, infinitif et participe passé !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Il y a 150 ans naissait John Calvin Coolidge qui devait être le plus libéral de tous les présidents américains. Il n'est guère connu en France. Bien sûr, certains parlent du « Président Coolidge » comme d'un « géant englouti » mais ils font référence à une épave de la Seconde Guerre mondiale, un luxueux paquebot baptisé en son honneur et réquisitionné par l'armée qui devait couler, victime d'un champ de mines, au large d'Espirtu Santo (Nouvelles Hébrides), le 26 octobre 1942.

 

Un président méconnu qui mérite le détour

Ils ... Poursuivre la lecture

Par Dan Sanchez.

Il semble que l'économie américaine en difficulté va mettre un frein aux célébrations du 4 juillet cette année.

Le Wall Street Journal a rapporté jeudi dernier :

"Dans toute l'Amérique, les feux d'artifice du 4 juillet ne seront pas tirés le 4 juillet. »

Certaines villes et communes reprogramment leurs spectacles pyrotechniques de la fête de l'Indépendance en raison d'une pénurie de feux d'artifice ou de travailleurs.

Et comme le révèlent de nombreux médias, les repas seront beaucoup plus ch... Poursuivre la lecture

Par Eric Boehm.

L'annulation, la semaine dernière, de l'arrêt Roe v. Wade (1973) par la Cour suprême des États-Unis a été rendue possible, du moins en partie, par ce que le chef de la majorité au Sénat de l'époque, Harry Reid (démocrate du Nevada), a fait en novembre 2013.

À la recherche d'une victoire politique à court terme, Reid a mis en œuvre ce que les démocrates et les républicains avaient tour à tour menacé de faire pendant la majeure partie de la dernière décennie : abolir le filibuster (obstruction parlementaire corresp... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles