Quelle stratégie pour faire gagner le libéralisme ?

Quel est le meilleur moyen de remporter cette victoire ? C’est un sujet qui est rarement abordé par la droite pro-marché. Murray Rothbard a fait remarquer que la stratégie constitue une part importante de l’érudition de la gauche.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
Victoire by David Spigolon 2006 (CC BY-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quelle stratégie pour faire gagner le libéralisme ?

Publié le 14 juin 2022
- A +

Par Llewellyn H. Rockwell Jr.

Le Mises Institute a été fondé en tant que centre de recherche basé sur des idées libérales classiques qui ont toujours fait l’objet de critiques : les idées de Mises et la tradition de pensée qu’il représente. Cela signifie que l’accent est mis sur l’école autrichienne d’économie et, en philosophie politique, sur la liberté individuelle et la nécessité d’empêcher l’État et ses intérêts de l’écraser, comme tous les États du monde sont enclins à le faire.

La première priorité d’un tel institut est de faire vivre un corps d’idées. Les grandes idées n’ont pas de vie propre, surtout pas celles qui sont combattues par les pouvoirs en place. Elles doivent circuler et faire partie de l’esprit académique et public afin d’éviter l’extinction.

Et pourtant, nous devons faire davantage que simplement maintenir en vie un corps de pensée. Nous ne voulons pas seulement que nos idées vivent ; nous voulons qu’elles grandissent et se développent, qu’elles progressent dans la culture et le débat public, qu’elles deviennent une force avec laquelle il faut compter parmi les intellectuels, qu’elles soient constamment utilisées pour expliquer l’histoire et la réalité actuelle, et qu’elles finissent par gagner dans les grandes batailles idéologiques de notre temps.

Quel est le meilleur moyen de remporter cette victoire ? C’est un sujet rarement abordé par la droite pro-marché. Murray Rothbard a fait remarquer que la stratégie constitue une part importante de l’érudition de la gauche. Une fois qu’elle s’est mise d’accord sur la doctrine, la gauche travaille très dur pour affiner le message et trouver des moyens de le faire passer. C’est une explication majeure du succès de la gauche.

 

Ce qu’il ne faut pas faire

En revanche, notre camp ne discute pas beaucoup de ce sujet. Mais puisqu’une certaine forme de stratégie est inévitable, permettez-moi d’énumérer quelques tactiques qui, selon moi, ne fonctionnent pas. Les suivantes, j’en suis sûr, échoueront pour diverses raisons :

 

Le quiétisme

Face aux incroyables chances de réussite, les partisans de la liberté ont tendance à désespérer et à trouver du réconfort dans le fait d’être entourés de leurs amis et de ne parler qu’entre eux. C’est compréhensible, bien sûr, et même parfois fructueux, mais c’est aussi irresponsable et plutôt égoïste. Oui, nous sommes peut-être toujours une minorité, mais nous sommes toujours en train de croître ou de décroître. Si nous diminuons suffisamment, nous disparaissons. Si nous grandissons suffisamment, nous gagnons. C’est pourquoi nous ne devons jamais abandonner la bataille pour les jeunes esprits et pour changer les esprits plus âgés. Notre message a un énorme pouvoir explicatif. Nous ne devons jamais cacher notre lumière sous le boisseau.

 

Le retrait

L’une des caractéristiques de la tradition libérale est sa rigueur intellectuelle. Elle contient plus qu’assez de substance intellectuelle pour occuper l’esprit universitaire pendant plusieurs vies. On a donc tendance à croire que se retirer dans le monde universitaire et éviter la vie publique est la voie à suivre.

L’idée est que nous devrions nous contenter d’utiliser nos connaissances pour rédiger des articles de journaux et rester discrets, dans l’espoir qu’un jour, cette voie sera payante en termes de respectabilité académique. Mais ce n’est pas le chemin qu’ont suivi les brillants esprits de Turgot et Jefferson, Bastiat et Constant, Mises et Hayek, Rothbard et les chercheurs adjoints de l’Institut Mises. Ils sont tous engagés à un certain niveau dans le débat public. Ils ont estimé que l’enjeu est trop important pour se retirer uniquement dans l’étude privée. Nous ne pouvons pas nous permettre ce luxe.

 

Occuper des chaires dans l’Ivy League

J’ai vu cette erreur connexe faire des ravages dans des esprits autrement bons. Un jeune peut commencer avec de vrais engagements, mais il peut craindre la marginalisation qui accompagne les idées impopulaires. Il essaie de se faire passer pour un universitaire conventionnel, tout en introduisant en douce des pensées libérales. Il peut avoir l’intention de révéler son vrai visage un jour, mais il doit alors faire face aux exigences de la titularisation et de la promotion, sans compter les pressions sociales. En bref, il finit par se vendre.

 

Convaincre les politiciens

Un autre type de problème découle de la conviction que l’organisation politique est la solution. Mais cela ne peut que conduire au découragement, car les efforts déployés ne portent pas leurs fruits. Malgré ce que vous entendez, la classe politique n’est pas intéressée par les idées pour elles-mêmes. Ce qui l’intéresse, c’est de subventionner ses amis, protéger son territoire et être réélue. Pour elle, l’idéologie politique est, au mieux, un hobby. Elle n’est utile que dans la mesure où elle sert de couverture à ce qu’elle ferait autrement. Je généralise ici, et oui, des exceptions sont possibles. En fait, je peux en citer une dans notre siècle : Ron Paul.

 

Placer des articles très médiatisés

Je connais des membres de think tank qui feraient à peu près n’importe quoi pour figurer dans le New York Times ou le Wall Street Journal. C’est un piège et une illusion. Dès que vous donnez la priorité au support plutôt qu’au message – et c’est inévitable dès que vous commencez à penser de cette manière – vous oubliez la raison pour laquelle vous vous êtes lancé dans ce métier. Si ces media viennent à vous et vous demandent d’exprimer une opinion que vous partagez, faites-le. Mais ce n’est pas comme ça que ça marche.

 

Passer à la télé

La même chose s’applique ici. Je connais des personnes qui étaient autrefois dévouées aux idées de liberté et qui ont développé un désir d’attention médiatique et ont fini par oublier pourquoi elles s’étaient lancées dans le commerce des idées.

 

Créer davantage de groupes de réflexion

Je sais que cela peut paraître idiot, mais certaines personnes de notre côté de la barrière pensent que plus il y a d’organisations à but non lucratif, plus nous avons de chances de gagner la bataille des idées. Pour moi, cela revient à confondre le succès que représente la franchise sur le marché commercial avec le succès idéologique, qui n’est pas garanti par la prolifération des sites web et des instituts. En effet, l’idéologie n’est pas uniquement une entreprise commerciale. Nous sommes un institut de recherche à but non lucratif pour une raison. Ce que nous faisons apporte énormément à la civilisation, mais pas sous la forme de bénéfices comptables. Notre récompense vient d’autres manières.

 

Construire une immense fondation et embaucher un personnel énorme

Le financement et le personnel seuls ne résoudront rien. Le financement est crucial et Dieu sait que l’Institut Mises en a besoin d’encore plus. La dotation en personnel est excellente, tant que les personnes sont dévouées et compétentes. Mais ni l’un ni l’autre n’est une fin en soi. La question cruciale est de savoir si la passion pour les idées est là, et pas seulement les moyens financiers. Des choses étonnantes sont possibles avec de petits budgets, comme le montre, je pense, le succès de l’Institut Mises.

 

Attendre l’effondrement

Nous savons que le socialisme et l’interventionnisme ne peuvent pas fonctionner. Nous savons qu’ils échouent, et nous soupçonnons qu’ils pourraient finalement échouer de manière catastrophique. C’est peut-être vrai, mais nous nous trompons si nous croyons que les idées de liberté vont naturellement émerger dans un tel contexte. La crise peut présenter des opportunités, mais aucune garantie.

 

Il est facile de trouver des erreurs de ce genre, et je pourrais en citer une douzaine d’autres. Permettez-moi de vous présenter quelques points dont nous devrions nous souvenir.

Nos idées sont impopulaires. Nous sommes en minorité. Nos opinions ne sont pas bien accueillies par le régime. Elles tombent souvent dans l’oreille sourde d’un public indifférent. Les grands journaux ne se soucient pas souvent de ce que nous pensons. En fait, ils veulent nous tenir à l’écart de leurs pages. Les politiciens nous trouveront toujours peu pratiques, au mieux, et menaçants, au pire.

En bref, nous menons une bataille difficile. Nous devons le reconnaître d’emblée. Nous sommes ce qu’Albert Jay Nock nommait le reste, un petit groupe de frères qui ont une connaissance particulière de la théorie et de l’histoire, et qui se soucient du bien-être de la civilisation. Ce que nous faisons de ces connaissances et de ce souci ne dépend que de nous. Nous pouvons battre en retraite ou nous vendre, ou nous pouvons en faire notre cri de guerre et avancer dans l’histoire pour affronter l’ennemi.

 

Ce qu’il faut faire pour gagner

Permettez-moi de vous donner un bref aperçu de certains principes que j’utilise :

 

Éduquer chaque élève

Engagez tous ceux qui sont intéressés par ce que nous faisons. Ne négligez jamais personne. On ne sait jamais d’où viendra le prochain Mises, Rothbard, Hayek ou Hazlitt.

 

Encourager la prolifération des talents

Certains sont de grands écrivains. D’autres sont de grands enseignants. D’autres encore ont un talent pour la recherche. Il y a aussi d’autres aptitudes, comme l’art oratoire et les compétences technologiques. Il faut toutes ces capacités pour constituer le grand mouvement de liberté de notre époque. Il n’est pas nécessaire d’insister sur un modèle unique, mais plutôt d’utiliser la division du travail.

 

Utiliser tous les moyens

Utilisez tout ce que nous pouvons pour faire avancer nos idées, du plus petit bulletin au plus grand site Web. Ne croyez jamais qu’un média vous est inférieur ou supérieur. Nous devons être présents dans les revues universitaires et dans les pages du journal local. Dans cette optique, le Web a résolu le principal problème auquel nous avons été confrontés tout au long de l’histoire, à savoir trouver un moyen de communiquer nos idées de manière à les rendre accessibles à tous ceux qui sont intéressés. Mais cela ne se fait jamais automatiquement.

 

Il faut déployer des efforts considérables et faire preuve de créativité pour provoquer le changement.

 

S’en tenir à ce qui est vrai

Cela signifie qu’il faut éviter les manières fantaisistes de présenter ses idées en fonction des tendances actuelles. C’est bien d’être attentif aux techniques de vente. Mais ne laissez jamais cette préoccupation submerger votre message.

 

Dites ce qui est vrai

Ne sous-estimez jamais le pouvoir de dire les choses simplement et ouvertement. Quel que soit le sujet, les idées de liberté ont quelque chose à ajouter qui manque au débat public. C’est à nous de faire cet ajout.

 

Ne négligez pas le monde universitaire

Oui, les collèges et les universités sont corrompus. Mais c’est d’eux que viennent les idées qui régissent la civilisation. Nous ne devons pas les négliger. Nous devons publier des revues, parrainer des colloques, aider les professeurs et les étudiants. Ne laissons jamais le monde universitaire croire qu’il a le luxe d’oublier nos idées. C’est pourquoi l’Institut Mises organise des séminaires pour les professeurs et les étudiants, ainsi que pour les professionnels de la finance et les personnes intéressées de toutes sortes.

 

Ne négligez pas la culture populaire

Oui, la culture populaire est corrompue, mais pas entièrement. Nous ne devons pas la négliger car elle a un impact énorme sur la façon dont les gens se perçoivent et apprennent à connaître leur monde.

 

Utilisez votre statut de minorité à votre avantage

Il ne sert à rien de reproduire ce que les autres font déjà. Si vous publiez, publiez quelque chose de radical et de surprenant. Si vous produisez un livre, faites-en un livre qui changera l’esprit des gens. Si vous organisez un séminaire, dites des choses qui valent la peine d’être dites. Ne craignez jamais le non-conventionnel. Il est possible d’être conventionnel dans la forme et radical dans le fond.

 

N’oubliez pas que l’influence peut être indirecte

L’effet des idées sur une civilisation est comme les vagues sur l’eau. Lorsqu’elles atteignent le rivage, personne ne se souvient ni ne sait avec certitude d’où elles viennent. Notre travail consiste à nous en tenir à la tâche. Nous devons utiliser tous les moyens à notre disposition pour diffuser les idées ; ce qui se passe ensuite est aussi imprévisible que l’est toujours l’avenir.

 

Le succès peut prendre de nombreuses formes

On me demande souvent comment nous pouvons penser que nous réussissons alors que le gouvernement ne cesse de croître. Pour moi, cela ne pose pas de grand dilemme. Tous les États veulent un contrôle total. Ce qui les arrête, principalement, c’est l’opposition idéologique. Sans elle, l’État se développerait beaucoup plus vite et la civilisation serait condamnée à brève échéance. Dans quelle mesure la circulation des idées de liberté a-t-elle ralenti la croissance de l’État ? Dans quelle mesure notre situation pourrait-elle être pire ?

 

Le changement peut se faire rapidement

Les fondements idéologiques de l’étatisme s’affaiblissent par des moyens qui ne sont pas toujours détectables. Le changement peut se produire du jour au lendemain, après quoi tout devient clair rétrospectivement. Si vous aviez dit au Russe moyen en 1985 que cinq ans plus tard, l’Union soviétique aurait disparu, il vous aurait traité de fou. Je pense que l’étatisme en Amérique a peut-être atteint son but. Nous devrions tous faire de notre mieux pour accélérer le processus.

 

Dans l’histoire de la guerre, il y a toujours eu des armées qui étaient dirigées par le centre et qui mettaient l’accent sur les exercices, les lignes et la discipline. Elles ont tendance à traiter leurs soldats comme des êtres jetables. Elles peuvent gagner, mais à un prix énorme.

L’autre modèle est la guérilla, généralement entreprise par l’outsider de la bataille. Les armées de guérilla sont généralement composées de volontaires ; chaque soldat est considéré comme précieux. Leurs tactiques sont imprévisibles. Elles ne sont pas dirigées par le centre mais exploitent plutôt la créativité de chaque membre. De telles armées se sont révélées remarquablement efficaces dans l’histoire de la guerre. Je pense que le modèle de la guérilla est celui qui nous convient le mieux – une campagne de guérilla idéologique menée par le reste de l’armée.

Ce n’est pas une garantie de succès, mais c’est la meilleure garantie contre l’échec que je connaisse.  Nos revues circulent comme jamais auparavant, dans le milieu universitaire et dans la culture publique. Nos livres ont changé l’histoire à bien des égards. La clé de notre succès, je crois, est que le Mises Institute est attaché aux principes et à la vérité avant toute chose. Nous n’avons jamais échangé l’attention à court terme pour construire sur le long terme. Mises ne l’a pas fait non plus, et il en a payé un prix personnel. Mais ses idées sont en train de changer le monde. Nous devons tous suivre son exemple, ne jamais céder, ne jamais abandonner, se battre pour la vérité jusqu’à notre dernier souffle. Nous avons la passion et l’énergie. Plus important encore, nous avons la vérité de notre côté. Je crois que nous pouvons remporter la victoire.

Traduction Contrepoints

Sur le web

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Ce que je vois dans ce projet est un effort de guerre et de résistance. C’est Zelenski en lutte contre l’ogre russe.
    Vous avez juste oublié un truc. Un truc tellement évident que tout le monde l’oublie bien que le Marché y recoure chaque seconde de chaque jour :
    – SAVOIR SE RENDRE DESIRABLE.

    • Oui, avec par exemple l’accessibilité de leur site en d’autres langues que seulement l’anglais et l’espagnol.
      En attendant, merci à l’équipe CP de nous proposer des publications en français de cet institut.

    • Si la gauche réussit c’est parce qu’elle parle d’amour. Un amour quoiqu’il en coûte, vous savez ce moment lorsqu’on se rencontre, bercé d’illusions et indolore où tout semble merveilleux. Une fois ce nuage chimique dissipé, la réalité reprend le dessus et frappe de plus en plus durement. Cependant l’amour peut toujours exister, c’est le libéralisme mais il n’est pas gratuit. Il est durable et procure beaucoup de satisfactions.
      Allez vendre ce truc, j’essaie tous les jours, on me traite d’être sans émotions. Snif ! 😉

      • Si le libéralisme ne parle qu’à la droite, il échouera.
        Le libéralisme économique, ce n’est pas très sexy. C’est même franchement laid pour une bonne partie des gens.
        A ces gens-là il doit montrer un autre profil.

  • Le gros problème du libéralisme est son individualisme et son incapacité à se rassembler. La gauche a une formidable capacité de mobilisation. Pas les libéraux. J’en connais des dizaines, voire des centaines en France et en Belgique. Ces gens se parlent à peine, et chacun a sa propre opinion sur n’importe quel sujet. Il manque un rassembleur. Un vrai…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Alain Goetzman

Il convient de rester prudent et mesuré quand on établit des parallèles entre stratégie militaire et stratégie d’entreprise. Heureusement, les enjeux ne sont pas de même nature et la vie des hommes ne doit jamais être mise en danger sur les champs de bataille économique.

Il n’empêche que l’art de la stratégie militaire, tel qu’il nous a été transmis par les grands généraux de l’histoire, a toujours inspiré les gourous du management.

Un certain nombre de principes, vieux comme le monde, continuent de pré... Poursuivre la lecture

En 2019, le Parlement européen a déclaré l’état d’urgence climatique. Il faut dire que les sujets liés à l’environnement ont pris soudainement une ampleur considérable en 2019 : réchauffement climatique, extinction des espèces, effondrement de la société humaine… plus personne ne peut les éviter.

En tant qu’acteurs du débat politique, les libéraux ont évidemment leur rôle à jouer. Pourtant, face à l’ampleur des enjeux, force est de constater que nombre d’entre eux ne sont pas à la hauteur, loin de là.

L’ensemble de notre économi... Poursuivre la lecture

union européenne
1
Sauvegarder cet article

Comme si souvent, l’Union européenne vient de démontrer encore une fois son manque de connexion avec la réalité et sa préférence avant tout pour la communication politique. Étant donné les circonstances actuelles dans lesquelles se trouve l’Ukraine – sa lente mais inéluctable défaite militaire et son économie en chute libre – que fait alors l’Union européenne ?

 

Un geste politique

Est-ce qu’elle fait ce qui aurait été le plus logique, le plus humain et le plus à même de limiter des victimes et des dégâts ultérieurs en Ukra... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles