Myrrha : un (autre) regard sur le nucléaire

Présentation du livre Myrrha, un (autre) regard sur le nucléaire écrit par J-P. Poncelet, H.A.Abderrahim.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Myrrha Un (autre) regard sur l'énergie nucléaire by amazon https://www.amazon.fr/Myrrha-autre-regard-l%C3%A9nergie-nucl%C3%A9aire/dp/2803107686/ref=tmm_pap_swatch_0?_encoding=UTF8&qid=&sr=

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Myrrha : un (autre) regard sur le nucléaire

Publié le 11 juin 2022
- A +

L’énergie nucléaire civile est – et de très loin – celle qui a causé le moins d’inconvénients et pratiquement pas de décès dans l’histoire des énergies. Charbon, lignite, bois… ont créé et créent encore des pollutions terribles, des accidents mortels. Quand il s’agit du nucléaire, on ne nous parle que de Tchernobyl ou de Fukushima.

Tchernobyl est une centrale nucléaire de production de plutonium pur militaire et n’a de civil que sa production d’électricité. Cette électricité n’était rien d’autre qu’un sous-produit, le modérateur était du graphite, c’est-à-dire du carbone combustible, et nous savons ce qui est arrivé…

En cette matière, le seul problème du nucléaire est que chaque pays a ses propres normes. Alors que l’Europe impose des normes européennes pour tout, qu’un avion agréé par la FAA des USA peut voler partout, mille litiges peuvent naître pour le nucléaire puisque chaque pays a ses propres normes… Nous devons savoir qu’à Fukushima le tsunami a tué, non la centrale. La terreur nucléaire allemande qui gangrène l’Europe provient du temps de la guerre froide où un stock gigantesque d’armes nucléaires pointait d’une partie de l’Allemagne vers l’autre : l’horreur absolue !

Par ailleurs, le charbon produit depuis 50 ans un kWh encore un peu moins cher que le nucléaire. Les auteurs insistent sur un trait important de notre économie : plus rien ne se fait sans « aide de l’État », primes, subventions, suppression d’impôts, obligations etc. ce qui fausse tous les mécanismes jusqu’à l’absurde. L’adage « que le meilleur gagne » a disparu. Tout est faussé ! La privatisation promue par l’Europe est un leurre total. Presque rien du prix de vente du kWh n’est dû à son prix de production et de distribution….

 

Examinons les déchets nucléaires

Le nucléaire – qui suppose, jusqu’à ce jour, des investissements lourds amortis sur la durée – est totalement handicapé, même s’il produit un kWh bon marché. Et il y a pire : il crée des déchets radioactifs que ses adversaires mettent en vedette. Examinons ces déchets de près. Il s’agit de peu de chose car la plupart d’entre eux non seulement occupent un volume ridicule mais disparaissent en 300 ans. Mieux : 96 % des « déchets » sont le carburant des centrales du futur (l’uranium 238 et le plutonium 239).

Cependant, il est vrai que l’homme a créé des déchets à longue durée de vie, les actinides mineurs. Que faire d’eux si on ne veut pas devoir stocker ces quelques mètres cubes pour des millions d’années ? C’est là qu’intervient le réacteur de recherche et applications MYRRHA. Il est en mesure de fissionner les actinides et réduire leur durée de vie, d’éliminer ainsi le dernier obstacle réel à l’usage du nucléaire. Ce même réacteur est aussi chargé d’améliorer et d’amplifier la production d’isotopes médicaux et industriels.

La plupart des pays s’organisent pour développer l’énergie nucléaire, la Chine en tête, et il faut espérer que l’Europe rejoindra les rangs des nations accessibles à la logique : le nucléaire est la source d’énergie la plus propre, la plus durable, à la longue la moins chère et la moins dangereuse de toutes !

Le livre présenté ici concerne des personnes compétentes en physique nucléaire. Elles ne pourront que, comme moi, être convaincues de l’intérêt de MYRRHA, des centrales nucléaires civiles. Les personnes curieuses, s’intéressant à l’avenir et ne voulant pas voir notre pays ruiné par des énergies hyper coûteuses et rarement propres, dangereuses à produire, trop souvent intermittentes, auront  intérêt à lire le livre de Fabien Bouglé, Nucléaire, les vérités cachées. C’est un des rares textes de vulgarisation où le physicien nucléaire que je suis n’a pas vu d’erreurs grossières, d’opinions sans fondement.

J-P. Poncelet, H.A.Abderrahim, Myrrha,un (autre) regard sur le nucléaire, Académie Royale de Belgique, mars 2021.

Voir les commentaires (26)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (26)
  • Avatar
    jacques lemiere
    11 juin 2022 at 7 h 33 min

    « Les auteurs insistent sur un trait important de notre économie : plus rien ne se fait sans « aide de l’État », primes, subventions, suppression d’impôts, obligations etc. ce qui fausse tous les mécanismes jusqu’à l’absurde. L’adage « que le meilleur gagne » a disparu. Tout est faussé ! La privatisation promue par l’Europe est un leurre total. Presque rien du prix de vente du kWh n’est dû à son prix de production et de distribution…. »

    oui la gageure c’est comment remettre les choses à leur place..qui use paie..? si je suis un anti-anti-nucleaire convaincu.. je ne peux que remarque que la promotion du nucleaire en france s’articule encore sur des idées d’interets collectifs douteuses…

    une remarque en ^passant…le nombre de morts pas kwh produit ( une meilleure unité serait sans doute en euro d’électricté produite … car un mort pour produire un kwh invendable…c’est CLAIREMENT un mort en trop!!! ) doit être nuancé..

    N’oublions pas que ce sont les dommages subis et non acceptés qui comptent.. ‘( pour un libéral)

    un mineur dans une mine de charbon accepte le risque..en outre…l’êge d’un mort importe..

    l’accident dans l’usine qu’on vous a imposé à coté de chez vous ne mérite pas la même considération que l’accident dans l’usine que vous avez accueillie avec joie..!!!! un motard qui se tue ou un mort qui fauche un enfant, c’est un mort… ce ‘est pas pareil!!!

    donc il serait mieux de faire le tri et d’exprimer cela en année d’espérance de vie.. de victimes perdues par euro de kwh produits..

    les antinucleaires sont dogmatiques. c’est à dire qu’ils opposent au nucléaire pour de mauvaises raisons..

    mais on interdit le glyphosate ou autre…

    le problème essentiel reste l’abus démocratique. .. que la majorité puisse imposer ses vues aux autres et spolier …

    on va le répéter…tant qu’en france un président pourra interdire des trucs sans raisons claires..tout investissement sera périlleux..or le nucleaire c’ets souvent lourd..et très capitalistique…

    Rousseau présidente.. n’est pas impossible…et la france n’est pas les usa..en france le président est un tyran élu…et beaucoup en sont fiers..

    • si je suis un anti-anti-nucleaire convaincu.. convaincu en un seul mot ou pas ?

    • @jacques vous êtes anti nucléaire . Pourquoi ?

      • Anti- anti-nucléaires, si j’ai bien compris.

        • De tous les « anti », les « anti-anti » sont les plus respectables.

          • Avatar
            jacques lemiere
            12 juin 2022 at 8 h 03 min

            pas toujours mais quand l’anti repose sur le dogmatisme et la subjectivité sans doute..

            si le but est de produire del’électricité..il ya des arguments contre le nucleaire.. il y en a pour…

            on a bel et bien des victimes ( non intentionnelles) ….des déchets.. un impact environnemental..
            comme pour toute activité humaine

            et un prix…

            avec le nucleaire d’état vos ajoutez des victimes et des spoliés intentionnels!!!!

            vous expropriez des gens..vous les emprisonnez , vous leur prenez leur argent etc..

      • Je suis anti-antifa 😉

      • Avatar
        jacques lemiere
        12 juin 2022 at 7 h 53 min

        anti anti nucléaire.. car je n’ai pas vus d’arguments qui permettent d’interdire le nucleaire qui ne permettraient pas d’interdire à peut près n’importe quoi… sauf à diaboliser les radiations..

        une remarque je dois préciser que je ne suis pas un antinucleaire tant les pronucleaires veulent vaincre les opposants par la force de l’état.. alors que la solution dans ce cas est tu ne veux pas tu n’en achetés pas!!!

  • Toute personne ayant « étudié » d’un peu plus près le « Nucléaire » et … ses accidents sait que …..sauf que le bourrage de crâne a été tel que ….et l’est toujours, difficile de revenir à la sticte vérité.

    • Une majorité de français est pro nucléaire et préfère le nucléaire aux éoliennes.
      Lorsqu’on est anti quelque chose, on l’est toujours de manière irrationnelle et donc de manière . Bon mais ça c’est pas nouveau et pas un problème en soi, et il y a peu de chance d’ailleurs qu’ils changent d’avis. A mon sens le problème se pose au niveau politique, lorsqu’on fait de la politique politicienne et qu’on achète des voix en promettant des absurdités, qui souvent d’ailleurs entrent en conflit avec d’autres engagements/actes de ces mêmes personnes et surtout des réalités du pays. Le pire étant de vouloir mal contenté tout le monde, une situation qui se transforme en bourbier.
      Les allemands ont fait un choix assez partagé de sortir du nucléaire, c’est une connerie certes mais le choix était clair, qu’on peut comprendre au regard de leur sensibilité historique. Plus facile aussi d’en tirer les conséquences partagées.

      • il manque un mot : et donc de manière féroce

      • « Une majorité de français est pro nucléaire et préfère le nucléaire aux éoliennes »
        Oui et non (ou indéterminé).
        Les Français ont majoritairement une bonne opinion du nucléaire (un peu plus de 50 %).
        Et les Français ont majoritairement une bonne opinion de l’éolien (environ 75 %).
        J’en déduis qu’il me semble périlleux d’affirmer qu’une majorité préfère le nucléaire à l’éolien, en l’absence d’information complémentaire.
        En revanche, il est assez probable qu’ils sont majoritairement pour un mix incluant ces deux énergies.

      • Avatar
        jacques lemiere
        12 juin 2022 at 8 h 19 min

        le problème est l’abus démocratique!!! et l’interventionnsime économique qui en découle , le nucleaire ne devrait pas être un sujet politique..

        l’électricité, surtout via un réseau centralisé) n’estPAS un droit…ou d’interet collectif..
        le même tarif pour tout le monde est une idiotie qui revient d’ailleurs dans la figure de ceux qui en bénéficient d’abord.via les . interdiction de construire..donc l’attaque à la propriété privée..

    • La vérité est très simple à connaitre:50 ans d’électricité pas chère sans accident !

  • Il faut dire que Greenpeace a réussi à faire admettre ses chiffres : même Paris-Match a repris à son compte le chiffre absurde de 150.000 morts pour Tchernobyl, avancé, sans justificatifs, par Greenpeace.

  • En France, il y a une vraie fracture énergétique à laquelle on ne pense pas toujours.
    La droite aime le nucléaire et déteste les ENR. A gauche c’est l’inverse.
    D’où cela vient-il ? Mystère.
    Quoiqu’il en soit, Bouglé n’échappe pas à cette règle.
    J’attends avec impatience mais sans illusion des auteurs capables de sortir de leur déterminisme culturel : un pro-nucléaire de gauche et un pro-ENR de droite. Je connais les arguments des autres par coeur. Ils sont aussi ennuyeux et fades qu’un jour sans pain ou que du pain sans sel.

    -1
    • Mais comment déterminez-vous si on est de gauche ou de droite ? Je croyais que c’était justement ENR/nucléaire qui décidait…

      • A vue de nez, le coef de corrélation dépasse 0,99.
        Vous mélangez ça avec le paradoxe de l’oeuf et la poule.
        Et vous obtenez… ce que vous voulez ! Résultat pour lequel je décline toute responsabilité, bien évidemment.

  • Le nucléaire est une solution, mais pas la solution. Aujourd’hui, il représente mondialement 10 % de l’électricité mais seulement 4-5% de l’énergie primaire. Et ce malgré un développement aussi ancien que par exemple le gaz (20% en gros de l’énergie primaire). L’hydraulique (barrages avec retenue et au fil de l’eau) est plus importante (6+%). La part des fossiles (charbon, gaz et pétrole) reste prédominante avec 80+% de l’énergie primaire.
    Un développement massif du nucléaire semble irréaliste, en particulier en Europe, où les contraintes pour n’importe quel projet industriel sont sans commune mesure avec ce qui se passe en Chine ou aux US, qui sont capables de construire des EPR s (la Chine) ou des usines GNL (les USA) bien plus rapidement que nous.
    L’Europe n’aime plus l’industrie, et le débat aujourd’hui tourne autour de savoir quelle industrie il faut interdire. Le moteur thermique, c’est fait. La génétique appliquée à l’agriculture, n’y pensons pas. Quant à l’agroalimentaire, il devrait faire attention. Demain, ce sera l’aéronautique (trop de CO2) et l’armement (pas moral). Nous resteront les jeux video (mais ça consomme du CO2) et, le graal, le tourisme.

    • Une mise sur la touche de ceux qui se prétendent l’Europe, suite à une bonne crise, serait-elle si irréaliste que ça ?

  • Le nucléaire est une solution, mais pas la solution. Aujourd’hui, il représente mondialement 10 % de l’électricité mais seulement 4-5% de l’énergie primaire. Et ce malgré un développement aussi ancien que par exemple le gaz (20% en gros de l’énergie primaire). L’hydraulique (barrages avec retenue et au fil de l’eau) est plus importante (6+%). La part des fossiles (charbon, gaz et pétrole) reste prédominante avec 80+% de l’énergie primaire.
    Un développement massif du nucléaire semble irréaliste, en particulier en Europe, où les contraintes pour n’importe quel projet industriel sont sans commune mesure avec ce qui se passe en Chine ou aux US, qui sont capables de construire des EPR s (la Chine) ou des usines GNL (les USA) bien plus rapidement que nous.
    L’Europe n’aime plus l’industrie, et le débat aujourd’hui tourne autour de savoir quelle industrie il faut interdire. Le moteur thermique, c’est fait. La génétique appliquée à l’agriculture, n’y pensons pas. Quant à l’agroalimentaire, il faudrait faire attention. Demain, ce sera l’aéronautique (trop de CO2) et l’armement (pas moral). Nous resteront les jeux video (mais ça consomme du CO2) et, le graal, le tourisme.

  • Les Allemands ne sont pas responsables du rejet du nucléaires, les premiers qui ont rejeté le nucléaires sont les Italiens et qui ont exigé l’arrêt de leurs centrales, la première centrale nucléaire Italienne datait de 1957

  • On peut être fière :
    – Macron a fermé Fessenheim juste après sa modernisation : redondances de sécurité , remise à neuf des turbines . De fait un des sites les plus intéressant pour le refroidissement ie le Rhin se trouve … en friche malgré par ailleurs des tas de promesses de compensation .
    – Le même à arrêté ASTRID , étude des solutions nucléaire d’avenir ( base 1000 ans, gestion des éléments à vie longue .. ) tout seul dans l’indifférence en particulier médiatique , pourquoi ?
    La Belgique continue au moins les recherches avec Myrrha …
    – EPR tout est fait pour que cela n’avance pas , un problème de soudure qui va durer 3 ans , là aussi cela semble convenir , en tout cas pas d’actions gouvernementales en vue , en gros pourrissement de la situation
    – ITER je ne suis pas sur que Macron connaisse ce projet en tout cas je n’ai jamais entendu ce mot dans ces paroles.
    – Comble du cynisme de ce personnage , il vente à répétition l’Europe , …. car sinon la France aurait des coupures d’électricité…
    La génération Kafka prolifère à grande vitesse avec des virus variants de plus en plus affolants

    • Vous avez mille fois raison. Nous risquons la coupure avec le vent éolien allemand (nous avons frôlé la cata en janvier 2021 mais personne n’a relevé) au même titre qu’avec le gaz russe.

  • L’idée est séduisante en physique, mais c’est une alternative à la fission qui bénéficie d’une forte avance dans son développement. Ceci dit ce n’est pas une raison pour renoncer. Il est toujours intéressant de pousser la R et D sur le nucléaire.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La semaine dernière, l’Allemagne a annoncé la relance de ses centrales à charbon suite aux risques de rupture d’approvisionnement en gaz par la Russie. Présentée comme temporaire, cette solution paraît pourtant irrémédiable depuis la décision de fermeture progressive du parc nucléaire allemand par les sociaux-démocrates il y a près de 20 ans - et accélérée par Angela Merkel suite à l’accident de Fukushima en 2011.

Aujourd’hui, l’Allemagne pâtit donc d’une décision idéologique animée par un principe de précaution sans la moindre base ra... Poursuivre la lecture

Article tiré de la note de février 2022 de Jacques Rigaudiat, conseiller maître honoraire à la cour de comptes« Réussir la transition électrique » (86 pages).

Suite à leur consommation, le tarissement inéluctable des énergies fossiles (pétrole, gaz et charbon), dans 20 ans, 50 ans ou dans plus d’un siècle, aura des conséquences plus graves que le réchauffement climatique dû au CO2 qu’elles émettent.

Il en résulte que la transition énergétique vers des sources d’énergies décarbonées (nucléaire, eau, vent, soleil…) est, ou sera, n... Poursuivre la lecture

Nous avons montré dans un précédent article que la stratégie énergétique 2050 annoncée par le président de la République relance insuffisamment le nucléaire, et que décarboner de façon compétitive et résiliente l’économie française à l’horizon 2050 nécessite de disposer à cette échéance d’une puissance installée nucléaire de l’ordre de 85 GW (60 à 65 % du mix électrique).

EDF est en grande difficulté financière, à cause de la sous-évaluation du prix de vente de l’ARENH (Accès Régulé à l’Électricité Nucléaire Historique), fixé à 42 euro... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles